Avertir le modérateur

20/04/2012

Frankreich: Geheimes Dokument zur radikalen und anarchistischen Linken geleakt

Die französische Plattform Mediapart hat auszugsweise eingeheimes Dokument (pdf, 17 MB) online gestellt, das in einer Art “Risikoanalyse” die Aktivitäten der radikalen Linken und AnarchistInnen in Frankreich beschreibt. Das Papier dient als Grundlage im sogenannten “Tarnac-Verfahren” und geht auch auf internationale Verbindungen ein: Darunter Proteste bei Gipfeltreffen, “Black Block”-Strategie, “Clowns-Army” etc. Länderschwerpunkte sind z.B. Griechenland, Italien, Deutschland und die Schweiz.

Das Datum des Reports ist unklar, es dürfte sich um 2008 handeln. Verfasserin ist die “Direction centrale des Renseignements” (auch Renseignements généraux, RG genannt), ein Nachrichtendienst der Polizei. Die RG wurde 2008 im Zuge eines größeren Umbaus der Repressionsstrukturen mit der “Direction de la surveillance du territoire” (DST) zur neuen “Direction centrale du renseignement intérieur” zusammengelegt.

Das Dokument kann gewissermassen als Grundlage der französischen Delegation für das Treffen zu “Anarchismus” gesehen werden, das in einer Woche bei Europol stattfindet.

10:50 | Lien permanent | Commentaires (0) |

14/03/2012

Mark Kennedy: la taupe de Tarnac

article complet ici

Au bon endroit, au bon moment. Pendant l'été 2008, trois mois avant leur arrestation, les habitants de Tarnac voient débarquer dans leur ferme deux visiteurs. Mark Stone et son copain américain, celui qui l'accompagnait à New York. Une visite amicale, tourisme militant. "L'été, à Tarnac, il y a toujours plein de gens qui passent", raconte un résident de la ferme du Goutailloux, transformée en lieu de rendez-vous et d'habitation collective.

"Les visiteurs vont et viennent, deux jours ou deux semaines. Ils dorment sous la tente ou chez des gens. S'il y a des travaux à faire, les volontaires participent, les autres se baignent, lisent, cuisinent, se promènent, regardent des films. Stone est passé par là comme des centaines de personnes depuis des années. Je n'ai aucun souvenir de lui sinon qu'il était là. Ce n'était pas un pote et il ne nous collait pas aux basques."

"Une fois de plus, Stone est parmi nous et un renseignement parvient à la police"

Fin juillet. Mark Stone campe à Tarnac. A Paris, un policier antiterroriste rédige ce procès-verbal :

"Ce jour, sommes avisés par une source désirant garder l'anonymat qu'un membre important de la mouvance anarcho-autonome d'origine italienne et agissant au niveau européen est susceptible de se rendre, le 30 juillet 2008 en milieu d'après-midi, à la gare de Limoges (Haute-Vienne), en provenance de Paris, afin d'y être pris en charge dans le but de rencontrer le nommé Julien Coupat."

Cet Italien, que la police considère comme un "membre important de la mouvance", se nomme Marcello Tari, c'est un chercheur indépendant, auteur d'un livre sur le mouvement autonome italien des années 70 édité en France.

Notre témoin de Tarnac ne croit pas à une coïncidence : "Une fois de plus, alors que Stone est parmi nous, un renseignement parvient à la police. Les autres militants qui passaient à la ferme n'ont pas attiré l'attention du dénonciateur mais Marcello Tari, si. Tari était présent au même G8 que Stone, qui l'a peut-être repéré à ce moment-là : comme Stone, Tari est un peu plus vieux que la moyenne."

Quels furent les liens entre Mark Stone et la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur, issue de la fusion entre les RG et la DST) ? En février 2011, L'Express apporte une nouvelle information sur les activités de Stone en France. Dans un court article, le magazine avance qu'il a informé des policiers français sur Tarnac : "C'est en partie grâce à lui que la DCRI a pu reconstituer les déplacements à l'étranger de Coupat." Sans rien dire de plus.

Un mois plus tôt, dans le quotidien anglais The Daily Mail, Stone avait délivré un indice : "Je ne serais jamais allé à l'étranger sans l'accord de mes supérieurs et de la police locale."

Ses explications concordent avec celles du rapport d'inspection de la police anglaise, rendu public en février 2012. Selon ce rapport, "Mark Kennedy a visité ou servi dans onze pays, à plus de quarante occasions, dont quatorze visites en Ecosse. La National Public Order Intelligence Unit (responsable de Stone - ndlr) concluait des accords avec les pays hôtes pour les déplacements de Mark Kennedy à l'étranger."

Quelques jours après la remise du rapport, le Home Office (équivalent du ministère de l'Intérieur) développe : "Tous les déplacements de Mark Kennedy étaient autorisés par le Royaume-Uni, avec l'accord des Etats concernés et un soutien du pays hôte. (...) L'autorisation de déplacement était négociée et facilitée par le réseau approprié d'officiers de liaison." Accord du pays hôte, c'est-à-dire de la France et de ses autorités. Mais il sera difficile d'en savoir plus.

A Scotland Yard, à Londres, on ne veut rien nous dire : "Nous ne communiquons pas sur les policiers infiltrés, qu'ils soient toujours en mission ou pas." A Paris, la DCRI a refusé de répondre à nos questions. Quand nous contactons Stone, en septembre 2011, il se dit prêt à témoigner : "Vous rencontrer et discuter de votre article pourrait m'intéresser", nous répond-il par mail. Mais au final, il ne donne jamais suite.

"Un policier infiltré étranger, c'est plus sûr qu'un indic"

Un lieutenant de police, qui veut rester anonyme, revient sur la collaboration entre Mark Stone et la DCRI. Il nous explique qu'un officier français, chargé des mouvements altermondialistes et des contre-sommets à la Section contestation et violences des RG, gérait les infos fournies par Stone.

Début 2007, précise notre source, l'officier montre à ses collègues la photo d'un homme posant devant une tente et le décrit comme un policier anglais infiltré avec qui il travaille. Ses collègues sont heureux de l'apprendre : "Un policier infiltré étranger représente une source de grande qualité, explique le lieutenant. C'est plus sûr qu'un indic : il ne craint pas de trahir ses copains, il s'oriente où on le lui demande." Selon le policier, Mark Stone pouvait informer les Français de deux façons.

"Soit il avait un officier traitant à la Section traitement du renseignement qui le rencontrait et faisait passer ses infos à la Section contestation et violences ; soit il envoyait ses rapports à sa hiérarchie en Angleterre, qui transmettait tout renseignement utile à la France par le biais de la Division des relations internationales des RG."

Stone aurait aussi renseigné la DST (Direction de la surveillance du territoire). Cette fois, l'homme qui nous l'affirme est un haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur de l'époque. Il suivait de près le dossier de Tarnac.

"Un policier de la DST m'a révélé que Mark Stone les informait. Selon lui, les services secrets anglais ont prévenu la DST que leur agent travaillait sur le territoire français. Par politesse, ils ont proposé à la DST de bénéficier de ses informations. Un officier traitant français, de la Sous-direction du contre-terrorisme, lui a été affecté et le débriefait régulièrement."

De quoi parlait Stone à son officier français ? "Selon mon contact à la DST, Stone était considéré comme un très bon spécialiste de l'ultragauche européenne. Les services français voient cette mouvance comme une nouvelle menace terroriste depuis 2005 environ. En matière de terrorisme, aucun renseignement n'est anodin."

A l'époque, la moindre info sur les voyages à l'étranger des militants de Tarnac peut renforcer le soupçon d'une conspiration extrémiste et violente. "En 2008, la DCRI avait besoin d'un acte fondateur pour prouver son efficacité dans la lutte antiterroriste. Alain Bauer et Michèle Alliot-Marie avaient souscrit à la possibilité d'un attentat d'extrême gauche sur le sol français. Tarnac leur a fourni l'occasion qu'ils cherchaient pour frapper un grand coup."

"Une violation grave de la notion de procès équitable"

Pour l'un des avocats du groupe de Tarnac, William Bourdon, la contribution de Mark Stone à l'enquête française pose problème.

"Si c'est avéré, c'est aussi grave que les écoutes téléphoniques effectuées à Tarnac avant toute procédure judiciaire. La façon dont la police obtient ses preuves doit être encadrée. On dévoie la notion de terrorisme pour obtenir des preuves que l'on ne pourrait jamais utiliser dans d'autres affaires. Les services de renseignement possèdent probablement un dossier bien plus épais que le dossier judiciaire. Mais il n'a pas été dévoilé aux avocats de la défense. C'est une violation grave de la notion de procès équitable."

En 2010, après les mises en examen dans l'affaire de la SNCF, Stone continue de fréquenter les proches de la bande de Tarnac. Il passe plusieurs jours en Allemagne chez une militante antinucléaire soupçonnée d'avoir commis des sabotages sur des voies de chemin de fer dans son pays plusieurs années auparavant. Elle connaît Julien Coupat. Le juge d'instruction, Thierry Fragnoli, s'est déjà intéressé aux liens du groupe de Tarnac avec des militants allemands.

Fin 2010, Stone envoie un mail à l'anarchiste américain qui l'avait mis en contact avec les Français. D'après un mis en examen de Tarnac, Stone questionnait son ami sur les projets des Français pour le G8 de Deauville prévu en mai 2011. L'Américain, qui aujourd'hui ne veut plus entendre parler de cette histoire, n'a jamais eu le temps de lui répondre : Mark Stone a été démasqué quelques jours plus tard.

Dans les autres pays européens où Stone a travaillé, l'affaire a fait scandale. En Angleterre, son rôle d'agent provocateur, établi par la justice, a fait annuler deux procès d'activistes. La police anglaise a subi huit enquêtes différentes au sujet de Stone/Kennedy, entraînant des réformes dans l'organisation des services.

Le sujet est d'autant plus sensible qu'il a été reproché au policier d'avoir entretenu des relations sexuelles et amoureuses avec certaines militantes à l'insu de ses supérieurs. "Quelque chose a très mal tourné", a déclaré le ministre de l'Intérieur britannique. Sans oublier que l'affaire Kennedy, en éveillant la méfiance des activistes et des journalistes, a permis à ceux-ci de démasquer huit autres policiers infiltrés dans les milieux d'extrême gauche.

Allemagne, Irlande, Islande 

En Allemagne, où Stone a habité de longues périodes chez des militants anarchistes et antifascistes, la gauche parlementaire a mitraillé le gouvernement de questions. Savait-il ? Stone a-t-il enfreint la loi ? La police cautionnait-elle ? Le gouvernement refuse de répondre aux parlementaires.

Le 26 janvier 2011, le quotidien britannique The Guardian révèle, sans être démenti, le contenu d'une réunion à huis clos au Bundestag. Le chef de la police fédérale, Jörg Zierke, affirme que Stone a été invité en Allemagne pour infiltrer le mouvement antifasciste. Il a ainsi travaillé sous contrat pour trois länder, lors de cinq visites entre 2004 et 2009. L'agent anglais a commis au moins deux délits, dont un incendie volontaire, mais les poursuites ont été abandonnées. "La police ne peut s'attaquer aux réseaux internationaux organisés et conspiratifs qu'en agissant de manière internationale et conspirative", justifie le chef de la police allemande.

En Irlande, un responsable travailliste a demandé cinq fois au ministre de la Justice de clarifier les activités de l'agent sur le territoire. Stone est soupçonné de s'être attaqué, avec d'autres militants, à des policiers irlandais pendant un sommet de l'UE à Dublin.

En Islande enfin, le ministre de l'Intérieur a ouvert une enquête. Stone aurait mis en relation des militants et leur aurait enseigné des techniques de résistance non violente et de blocage des routes. Partout, l'affaire déclenche des débats parlementaires, remet en cause des enquêtes policières ou provoque de nouveaux procès. Sauf en France. Pourtant, en 2009, Stone s'est rendu à Strasbourg dans trois réunions préparatoires du contre-sommet de l'Otan. Nul ne se demande si là-bas, comme dans d'autres villes d'Europe, l'infiltré anglais a encouragé des violences. [ben non, nul ne se demande]

Camille Polloni

*le prénom a été modifié

 

piqué au tas sur http://www.lesinrocks.com - 13/03/2012

mark_English_stone.jpg

09:02 | Lien permanent | Commentaires (0) |

22/04/2011

Exposition La Legal Team fait son cirque du 29/04 au 20/05/2011 à Strasbourg

Vernissage le vendredi 29 avril 2011 à partir de 18h à la Maison de l'Amérique Latine, 07 rue de la course à Strasbourg et comptons sur votre présence pour partager ce moment sympathique, autour d'un verre (ou plus)...


https://mail.google.com/mail/?ui=2&ik=86cacda779&view=att&th=12f6e33883e20f28&attid=0.1&disp=inline&zw

10:31 | Lien permanent | Commentaires (0) |

14/04/2011

Procès manifestant contre sommet de l'OTAN à Strasbourg : 1 mois avec sursis pour une sardine ...

Un étudiant allemand a été condamné mercredi à 1 mois d'emprisonnement avec sursis par la cour d'appel de Nancy pour port d'arme, après avoir été arrêté en possession d'un piquet de tente lors du sommet de l'OTAN à Strasbourg en avril 2009.
www avait été jugé une première fois en comparution immédiate quatre jours après son arrestation par le tribunal correctionnel de Strasbourg, qui l'avait condamné à 6 mois de prison ferme.

Il avait toutefois été relaxé en appel, mais cette décision avait été annulée par la Cour de cassation, saisie par le parquet, qui avait alors renvoyé l'affaire devant la cour d'appel de Nancy.
"Je suis évidemment très déçue, car nous espérions une relaxe", a indiqué à l'AFP l'avocate du jeune homme, Me Christine Mengus, qui n'exclut pas de former un nouveau pourvoi en cassation.
Lors de l'audience, le 9 mars dernier, en présence d'une cinquantaine de militants altermondialistes, Me Mengus avait contesté que le piquet de tente puisse être considéré comme une "arme par destination", tel que présenté par l'accusation.
"Regardez mon stylo, il peut aussi être parfaitement une arme par destination", avait-elle observé, en estimant qu'on voulait "oppresser, opprimer les manifestants, les mettre en prison".

piqué au tas sur le Parisien.fr - 13/04/2011

11:59 | Lien permanent | Commentaires (0) |

10/10/2010

Strasbourg - Jeudi 21/10/2010 au Molodoï : Concert de Soutien aux inculpés du contre sommet de l'OTAN

 

18:40 | Lien permanent | Commentaires (0) |

19/05/2010

OTAN - Strasbourg - Indemnisations et apéro facebook ...

Le préfet Pierre-Étienne Bisch a détaillé, hier, les indemnisations perçues par les Strasbourgeois ayant subi un préjudice lors du Sommet de l’Otan.

 

stras port du rhin 009.JPG
Photo PROBE

Malgré la décentralisation, le champ d’action des services de l’État reste vaste, comme l’a montré la conférence de presse, hier, du préfet de la région Alsace et du Bas-Rhin. Interrogé sur la probabilité qu’après celui de l’Otan, le Sommet du G 20 — la réunion des 20 pays les plus riches ou émergents — qui se tiendra en France en 2011, vienne à Strasbourg, Pierre-Étienne Bisch a indiqué que « la question est actuellement en discussion entre les sherpas des chefs d’État ».

300 000 € pour la CTS

Le préfet a précisé que 685 000 € ont été versés pour réparer des préjudices subis par des particuliers et des entreprises, en marge ou lors du Sommet de l’Otan. Ainsi, sur 90 dossiers présentés par des particuliers, 73 portant sur des dégradations de véhicules ou d’habitations ont été acceptés, pour un total de 85 000 €.

La partie la plus importante de l’enveloppe, soit 600 000 €, a été attribuée à vingt « professionnels », en compensation des pertes subies. La CTS (bus et tram) a empoché la moitié de cette somme. Ont aussi été dédommagées six entreprises qui avaient été obligées d’interrompre des chantiers, cinq restaurateurs et des professionnels du spectacle qui ont vu leur chiffre d’affaires diminuer. En revanche, les discussions avec les assureurs concernant l’Hôtel Ibis, détruit par incendie, et la pharmacie sont toujours en cours. Le préfet Bisch a rappelé que « la ville de Strasbourg bénéficie aussi de 14 M€ d’investissements publics… » négociés avec l’Élysée.

Apéritif géant

Autre sujet, l’apéritif géant annoncé sur « Facebook » pour fin mai, place Broglie à Strasbourg : « Si je n’ai pas d’interlocuteur, je n’autoriserai pas la manifestation », a tranché Pierre-Étienne Bisch, en évoquant « les risques non négligeables » liés à un tel événement. À l’entendre, il serait hautement souhaitable que le ou les organisateurs prennent contact avec la préfecture…

Interpellé sur la taxe poids lourds, il a précisé que « le processus de sélection de l’opérateur industriel était lancé pour aboutir fin 2010 ». Conformément à la loi votée par le Parlement, l’Alsace expérimentera la fameuse taxe, un an avant le reste de la France. De même, l’État a lancé le processus qui doit aboutir, d’ici un an, à la désignation du concessionnaire du futur Grand contournement ouest de Strasbourg. Mais le préfet « s’attend à des contentieux, à chaque étape… »

Si une demi-douzaine de sujets ont été balayés, Pierre-Étienne Bisch avait insisté d’emblée sur la situation économique et de l’emploi qui mobilise ses services. « Si nous avons connu une descente brutale en matière de destruction d’emplois, avec un taux de chômage qui a rattrapé la moyenne nationale, l’Alsace reste une des régions les plus prospères et les plus performantes pour les exportations », a-t-il noté. Tout en restant très prudent, il a relevé « des signes encourageants », comme le recours accru aux intérimaires, estimant par ailleurs important de mettre l’accent sur la formation par alternance.

Enfin, il a estimé à 2 608 le nombre d’emplois directs préservés grâce au plan de relance de l’État. Soit 103 M€ injectés dans les entreprises régionales et 100 M€ au bénéfice d’entreprises publiques, auxquels s’ajoutent 80 M€ au titre du remboursement anticipé de la TVA aux 250 collectivités locales qui ont participé à la relance.

Yolande Baldeweck

Journal L'Alsace - 19/05/2010

685 000 euros d'indemnisations

près le sommet de l'Otan, en avril 2009, l'Etat a versé 600 000 € d'indemnisations à vingt entreprises strasbourgeoises. La CTS a reçu la moitié de la somme pour compenser l'interruption du trafic des bus et trams en centre-ville, a révélé, hier, la préfecture. Cinq restaurateurs et des salles de spectacle, dont l'Opéra, ont été dédommagés. En outre, l'Etat a indemnisé 73 riverains du Port-du-Rhin et de la Ganzau pour un montant global de 85 000 €. A la suite des débordements survenus en marge des cérémonies, la majorité d'entre eux avaient subi « des dégradations de véhicules ». Des particuliers ont aussi reçu une compensation parce que leur voiture avait été conduite à la fourrière de façon « injustifiée », dixit la préfecture.P. W.

Article 20 minutes - 19/05/2010

see_you_next_time.jpg

 

18:13 | Lien permanent | Commentaires (0) |

17/11/2009

Straßburg - Nato-Gipfel - Process - Procès - anti Otan - Strasbourg

Hafbedingungen und Verfahren, Radio-Interview

Im April diesen Jahres fand in Straßburg der Nato-Gipfel statt. Noch vor dem eigentlichen Gipfel wurden zahlreiche Demonstranten in Straßburg verhaftet.
Das freie Radio Dreyeckland führte ein Interview mit einem Mitglied der Soligruppe der Nato-Gefangenen zum aktuellen Stand der Justiz gegen die 10 Angeklagten, von denen 8 wieder auf freiem Fuss sind. Zu diesem Zeitpunkt war die Verurteilung der beiden RostockerInnen zu drei Jahren Haft und einem weiteren Jahr auf Bewährung noch nicht gefallen.

Radiointerview:

08:41 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/11/2009

Strasbourg: Procès des deux derniers inculpés de l’Otan (le 16 novembre 2009)

Le procès de T. et N. aura lieu au TGI de Strasbourg le lundi 16 novembre 2009.


09:14 | Lien permanent | Commentaires (0) |

30/07/2009

Communiqué Legal Team - Contre-sommet de l'OTAN 2009 : Premier succès d'un procès en appe - NATO Gipfel 2009: Berufungsprozess eines Natogegners brachte ersten Erfolg

Communiqué de presse du 29.7.2009

Contre-sommet de l'OTAN 2009 : Premier succès d'un procès en appel

Ce matin, 29 juillet, s'est tenu à Colmar, le recours en appel d'un jeune allemand de 24 ans ayant participé au contre-sommet de l'OTAN le 3. et 4. avril à Strasbourg.. Après quatre longs mois de prison le juge l'a finalement relaxé. En effet, suite à une comparution immédiate expéditive, il avait été condamné à 6 mois de prison ferme ainsi que de 3 ans d'interdiction du territoire français. Aujourd'hui, l'absence de preuves rendait, à l'évidence, la première sentence absurde, celle-ci a donc été rendue caduque par la Cour.
Même si ce jeune étudiant est maintenant libre, sa vie restera marquée par quatre mois d'emprisonnement injustifiés. Les comparutions immédiates, véritable justice expéditive, autorisent toutes les dérives d'un système oppressif. Dans le contexte actuel de criminalisation des mouvements de contestation, les procès de l'OTAN ont servi de prétexte à l'Etat pour la mise en place de nouvelles lois répressives et liberticides. Le verdict d'aujourd'hui arrive trop tard et ne doit pas nous satisfaire. L'objectif d'intimidation du gouvernement a été atteint: militer, s'organiser et user de sa liberté d'expression signifient prendre le risque de faire de la prison arbitrairement.

Quatre jeunes allemands ayant participé au contre-sommet de l'OTAN sont encore actuellement incarcérés : deux d'entre eux passeront en appel prochainement et deux autres sont en détention provisoire dans le cadre d'une instruction.

Pour plus d'informations contactez: legalteam-strasbourg@effraie.org

 

Presseerklärung vom 29.7.2009

NATO Gipfel 2009: Berufungsprozess eines Natogegners brachte ersten Erfolg


Heute morgen am 29 Juli, fand in Colmar die Berufungsverhandlung eines 24 jährigen jungen Deutschen statt, der an den Protesten gegen den Nato-Gipfel  am 3. und 4. April in Strasbourg teilnahm. Nach 4 langen Monaten Gefängnis hat der Richter ihn endlich freigelassen. In einem Schnellverfahren am 6. April wurde er zu 6 Monaten Gefängnis ohne Bewährung und zu einem 3-jährigen Einreiseverbot verurteilt.
Heute wurde das Urteil der ersten Instanz auf Grund mangelnder Beweise und der Absurdität der Vorwürfe aufgehoben.
Auch wenn der junge Student jetzt frei ist, wird sein Leben von 4 Monaten nicht gerechtfertigter Haft geprägt sein.
Die Schnellverfahren, in Wirklichkeit übereilte Prozesse, eröffnen neue, von der Rechtsnorm abweichende Wege, hin zu einem repressiven System. Im aktuellen Kontext der Kriminalisierung von Protestbewegungen haben die Prozesse im Zusammenhang mit den Gipfelprotesten dem Staat den Vorwand geliefert, neue repressive und freiheitsbeschränkende Gesetze in Kraft zu setzen. Das heutige Urteil kommt viel zu spät und wir werden uns nicht damit zufrieden geben. Zur Zeit stehen noch zwei Berufungsverhandlungen deutscher NATO-Gegener aus. Ausserdem sind noch zwei weitere junge Deutsche in Untersuchungshaft.
Das Ziel der Regierung ist die Einschüchterung:
Aktiv gegen etwas anzukämpfen, sich selbst zu organisieren, die eigene Meinung auszudrücken wird zum Risiko. Willkürliche Gefängnisstrafen drohen.

Für weitere Informationen wenden Sie sich bitte an: legalteam-strasbourg@effraie.org

1451495981.jpg

 

07:45 | Lien permanent | Commentaires (0) |

29/07/2009

Suite manifs anti-Otan : Relaxe en appel à Colmar pour (Y).

legalteam.jpg

(Y), l'étudiant paysagiste à Dresde qui avait un casier judiciaire vierge, a été remis en liberté. Le délibéré a été accueilli par les cris de joie de la trentaine de sympathisants venus le soutenir, une manifestation vite réprimée par le président Jérôme Bensussan qui leur a ordonné de se taire...

 

Encore deux autres militants allemands, condamnés en première instance à six mois de prison, doivent comparaître en appel à Colmar les 5 et 19 août prochain.

 

Soli !!!

16:24 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu