Avertir le modérateur

28/10/2008

Le Dôme d'acier

Kipat Barzel, le choix cornélien entre le laser (longueur d’onde comprise entre 3.8 et 4.2 microns) et la bonne vieille munition anti-aérienne de 35mm.

 

 

Premier essai de Kipat barzel le 17 mars 2008

Le ministère de la Défense a effectué la semaine dernière le premier essai de Kipat barzel (couverture de fer), le système contre les tirs de roquettes Kassam et Katioucha sur les localités israéliennes. Il devrait être prêt en 2010.

L’essai effectué n’était pas l’interception d’une roquette, mais un simple tir du missile anti-missile, cela aussi est considéré comme une grande avancée dans le développement du système et dans la défense des localités du Néguev. Un essai d’interception du missile sera fait à la fin de l’année 2008.

Israël a procédé la semaine dernière au premier essai d’un missile capable d’intercepter des roquettes de courte portée du type de celles tirées depuis Gaza sur le sud d’Israël par les groupes terroristes palestiniens, a rapporté dimanche soir la chaîne 10 de télévision israélienne.

Le premier tir de ce missile a eu lieu dans le sud d’Israël, a rapporté la télévision qui a montré des images de cet essai. "Ce système d’armement sera opérationnel en 2010" a déclaré le général Dany Gotlib, chargé de la recherche au ministère israélien de la Défense. La société israélienne d’armement Rafael a été chargée par le gouvernement de mettre au point un système d’armement appelé "voûte de fer" et capable d’abattre en vol les roquettes de courte portée (4 à 70 km) de type Kassam et Katioucha.

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert avait effectué le 22 janvier une visite à Rafael pour s’enquérir de l’avancement de ce système d’armement. Il avait pu voir à cette occasion le prototype du missile en cours de développement mis au point contre les roquettes de courte portée. M. Olmert avait pressé les responsables de Rafael de mettre les bouchées doubles pour que le système d’armement contre les roquettes à courte portée soit rapidement opérationnel et déployé dans le secteur proche de la bande de Gaza soumis au feu des roquettes des groupes terroristes palestiniens.

Lors de la guerre contre le Hezbollah au Liban, l’été 2006, l’armée israélienne, l’une des plus modernes du monde, n’était pas parvenue à empêcher les tirs de Katioucha, des engins d’une portée allant jusqu’à 40 km. Quelque 4.000 de ces roquettes avaient été tirées sur le nord d’Israël. Le système Kipat barzel, crée par l’Autorité du développement des armes, devrait protéger les maisons des israéliens par l’identification d’un tir de roquette Kassam et la transmission de cette information en un temps insignifiant aux batteries de missiles anti-missile disposées dans la zone à défendre. Les ordinateurs du système doivent identifier en temps réel le moment et l’endroit où les roquettes des terroristes doivent atterrir en territoire israélien. Si la roquette doit tomber sur un terrain vague, l’anti-missile ne sera pas envoyé. Si la roquette risque d’atterrir sur des endroits peuplés, un missile anti-missile sera tiré, en vol il identifiera la roquette et la détruira. Le système Kipat barzel est censé identifier le tir d’une roquette d’une distance de 4 à 70 km. C’est quand il s’agit de plus petites distances que se pose un problème. Le ministère de la Défense et l’armée sont conscients du fait que même quand le système de défense sera au point, il ne défendra pas entièrement le sud du pays. La décision du Ministère Israélien de la Défense quant au système de défense contre les missiles et roquettes de faible porté est sur le point d’être prise !

Deux systèmes étaient en lisse, le « Kipat Barzel » de l’industrie israélienne, basé sur des missiles anti-missiles, et le « Nautilus » américain, basé sur laser.

 

NAUTILUS a été créé pour la mise au point du THELD (Tactical High Energy Laser Demonstrator) et ceci fut officiellement signé en juillet 96. Le 23 de ce même mois, un contrat de 89 millions de dollars fut passé avec la société TRW Inc. afin que celle-ci conçoive, fabrique et teste le Démonstrateur Laser Tactique à Haute Energie dans un délai de 21 mois.La société américaine Northrop Grumman Space Technology, en collaboration avec les meilleurs ingénieurs israéliens, notamment ceux des firmes Elbit, Electro-Optics Industries, Israël Aircraft Industries, MBT Systems & Space Technology, Tadiran et du Centre de développement de moyens de combat Raphaël, mettent au point le Nautilus.

Le Nautilus, dont l’appellation scientifique est MTHEL, pour laser mobile et tactique à haute énergie (Mobile Tactical High-energy Laser) et qui est destiné par ses concepteurs à devenir l’arme absolue du théâtre d’opérations de demain.

En plus des mortiers et des roquettes, la nouvelle arme est capable d’intercepter et d’anéantir les missiles de croisière, les avions sans pilotes, les missiles balistiques à très courte portée, les roquettes air-sol ainsi que les obus d’artillerie.

En fait, le système d’acquisition de cible et de fonctionnement du MTHEL permet, en théorie au moins, d’espérer intercepter presque tous les objets volants. A plus long terme, les Américains le destinent à l’interception d’avions eux-mêmes armés de faisceaux laser.

C’est en 2000 que le THEL (sans M, il n’était pas mobile à l’époque) a abattu sa première Katioucha. Depuis, le système en compte plusieurs dizaines à son actif, certaines tirées séparément, d’autres en salves ainsi que plusieurs obus d’artillerie qu’il a également détruits en vol. Au début, les Israéliens avaient tenté de développer le concept seul. Ils connurent plus d’avatars que de succès, notamment lors d’essais opérationnels de composants d’une version primitive du Nautilus qui généra des catastrophes. Si le concept demeurait prometteur, sur la base des travaux initiaux des savants israéliens, en 1990, il fallait à l’Etat hébreu élargir les ressources humaines, technologiques et financières du projet afin d’espérer le conduire à terme.

La coopération avec les USA débuta par une étude de faisabilité, diligentée par l’armée américaine en 1995. Le Dr. Josef Shwartz, le chef du projet MTHEL pour Northtrop Grumman, explique, qu’au début, ce sont les ingénieurs d’une autre compagnie US, TWR, qui travaillèrent avec les Israéliens, avant que TRW ne soit achetée par Northrop. Northtrop Grumman et ses sous-traitants israéliens vont produire un MTHEL entièrement intégré aux fonctions parfaitement testées dans un délai de trois ans. Il en coûtera encore environ 125 millions de Dollars, qui viennent s’ajouter aux quelques 300 millions déjà investis par les USA et Israël dans le développement du Nautilus depuis qu’il est devenu un projet américano-israélien.

Il est vrai que ces 425 millions ne comprennent pas le prix des batteries de Nautilus elles-mêmes, seulement de la recherche et du développement. Cela peut sembler beaucoup mais en termes de budgets militaires, il s’agit d’une dépense moyenne. Elle peut être comparée au prix d’une douzaine d’avions de combats ultramodernes avec leurs équipements de soutien.

Mais surtout, on attend un effet pacificateur, au niveau mondial, de l’introduction du MTHEL. On s’attend à ce que ce rayon laser dote les démocraties d’un moyen pour éviter une partie des nuisances de guérillas."

Selon des officiels du ministère de la Défense, deux commissions du ministère se sont penchées sur la question de la destruction de roquettes par des missiles anti-missile sur de courtes distances, et toutes deux ont conclu que Kipat barzel est la meilleure solution.

Le ministère de la Défense a comparé Kipat barzel au système américain, le Nautilus contrôlé par le laser, et trouvé que d’un point de vue économique, Kipat barzel est plus rentable : le coût de développement, l’installation et l’utilisation de chacun des systèmes ainsi que les scénarios opérationnels possibles ont été comparés. Le prix du système laser est 5 à 10 fois le prix des autres possibilités, entre autres, Kipat barzel. Bien que le prix d’un tir au laser soit relativement bas, le coût du développement et de l’installation est énorme.

Dans ces conditions les « lobbies » qui représentent les intérêts américains en Israël se sont activés pour démontrer la supériorité du système américain, en termes de coûts et d’opérabilité.
Le Général de Brigade de réserve Pinhas Bukris, directeur général du Ministère, a été envoyé d’urgence aux US pour une démonstration du système.

Selon la Chaîne 2 de la TV israélienne ce fut un fiasco

: le système fut incapable de tirer !

Une vérification des données expérimentales montre que le système n’a, jusqu’à présent, réussi à marcher que dans 30% des mises en marche ! De plus sur 36 missiles Kassem tirés il n’a réussi à intercepter que 8 au lieu des 21 prévues statistiquement !

La démonstration par la négative du niveau opérationnel du système basé sur le laser a classé l’affaire.

Israël attendra encore quelques mois avant d’être équipé d’un armement anti-missile pour protéger le Sud comme le Nord du pays.

Les décisions des commissions ont été présentées au Premier ministre, au ministre de la Défense et à 3 directeurs du ministère. Les conclusions des commissions ont été acceptées par tous les décisionnaires, qui ont tenu compte des capacités et des limites de Kipat barzel.

Ayant abandonné le programme du rayon laser comme moyen de neutraliser les missiles à courte portée (Nautilus ou Thel contre les Katiouchas ou les Kassam), pour des raisons de coût, de délai et d’efficacité, Tsahal commence des essais d’un système « multi projectiles » déjà expérimenté ailleurs contre des avions ou des drones. « Skyshield 35 Air Defense System » est un canon qui tire un seul projectile de 35 mm qui se déploie en un nuage de 152 éléments, pouvant atteindre un missile entrant jusqu’à 10 km (Oerlikon Contraves Corporation- Suisse). « Vulcan Phalanx » est aussi un canon installé sur des bateaux qui expédie une salve anti-missile. La société Rafael a développé aussi le système analogue Barak pour la marine.

 

Sources :

http://ashomer.blogspot.com/2006/04/le-bouclier-anti-guerilla.html

http://www.a7fr.org/article/49389.htm

23:24 | Lien permanent | Commentaires (1) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu