Avertir le modérateur

04/02/2012

MERCREDI 8 FEVRIER 2012 - RASSEMBLEMENT de soutien à deux activistes du camp No Border à Bruxelles

Audience de deux inculpés militants solidaires en correctionnelle

 
Au cours de la semaine du 26 septembre au 1 octobre 2010 s'était tenu un camp No Border à Bruxelles.  Ce camp s'inscrivait dans la tradition des camps No Border organisés à travers le monde depuis les années 90. Ni cadre normatif, ni organisation il s'agissait avant tout d'une rencontre, d'une convergence de luttes visant à obtenir la fin du système des frontières qui divise tous et toutes.
 
Les revendications de base étaient les suivantes
·                 Personne n’est illégal !
·                 Ni frontières ni nations !
·                 Les mêmes droits pour toutes et tous !
·                 La liberté de circulation et d’installation !
·                 Contre les systèmes capitalistes et autoritaires qui entraînent exil forcé, guerres et misères
 
Mais c'était sans compter sur la répression massive et violente qu'allaient subir les personnes qui souhaitaient y participer d'une quelconque manière.  Pas moins de 400 arrestations dites préventives et des violences policières inouïes ont perturbé l'expression libre de ces idées.
 
Voici que maintenant l'Etat se met à poursuivre devant la justice deux participants de ce camp en les accusant du chef de "rébellion".
Coquilles vides que ces dossiers de plaintes qui permettent de les traîner devant le tribunal correctionnel et ce malgré de nombreux propos contradictoires qu'ils contiennent !
 
SOYONS SOLIDAIRES ET EN NOMBRE 
 
RENDEZ-VOUS à 8.30 heures devant le Palais de Justice de Bruxelles (Place Poelaert)
 
---------------------------------------------------------
 
 PROTESTBIJEENKOMST ter ondersteuning van 2 activisten van het Noborderkamp in Brussel
WOENSDAG 8 FEBRUARI 2012
Twee solidaire activsten zijn beschuldigd en komen voor de correctionele rechtbank
woensdag 8 februari 2012
In de week van 26 september tot 1 oktober 2010 ging in Brussel een NoBorderkamp door. Dit kamp kaderde in een traditie van NoBorderkampen die sinds de jaren '90 over de hele wereld doorgaan. Zonder normenkader of organisatie, is het vooral een ontmoeting, een convergentie van de strijd voor de afschaffing van het systeem van de grenzen die ons allen verdelen.
De basiseisen waren de volgende
 
·Niemand is illegaal !
 
·Geen grenzen geen naties !
 
·Dezelfde rechten voor iedereen !
 
·Vrijheid van verkeer en vestiging !
 
·Tegen de kapitalistische en autoritaire systemen die gedwongen verbanning, oorlog en ellende veroorzaken !
 
Maar de mensen die op een of andere wilden deelnemen kregen te maken met een massale en gewelddadige repressie. Niet minder dan 400 zogezegd « preventieve » aanhoudingen en ongehoord politiegeweld hebben de vrije meningsuiting onmogelijk gemaakt.
Vandaag heeft de Staat zich voorgenomen om twee deelnemers aan het kamp te vervolgen wegens « weerspannigheid ».
De klachtendossiers die blijkbaar volstaan om hen voor de correctionele rechtbank te dagen zijn een lege doos en staan vol tegenstrijdigheden !
WEES SOLIDAIR EN KOM TALRIJK
AFSPRAAK om 8u30 voor het Brusselse Justitiepaleis, Place Poelaert Plaats
woensdag 8 februari 2012
 
Ci dessous déclaration FR et EN
 
Rassemblement de solidarité pour les camarades du camp
No Border en procès
 
 
Le 8 février 2012 de l'Etat belge tient son premier procès politique contre des personnes accusées de «crimes» pendant le camp No Border de Bruxelles en 2010.
 
Deux camarades sont poursuivis pour des faits qualifiés de «rébellion armée» et de «rébellion» liés aux manifestations et arrestations de masse durant la semaine du camp No Border.
 
Le 26 septembre 2010 environ 150 personnes se sont rendues pour manifester devant la prison des migrants, le centre fermé 127bis à Steenokkerzeel, témoignant ainsi leur solidarité avec les migrants enfermés uniquement parce qu'ils sont dépourvus des documents nécessaires pour un séjour parmi nous.
La police a devant le centre, attaqué la foule avec des chevaux et des matraques, certains manifestants ont été frappés sont tombés inconscients et/ou ont été hospitalisés. Mais alors que la police agit avec impunité, deux manifestants, dont l'unE a même fait un séjour à l'hôpital avec un traumatisme crânien, sont actuellement menacés de peines de prison pour «rébellion», accuséEs d'être responsables d'une manière ou d'une autre de blessure à un agent de police qui a été botté par un cheval de police.
 
Le 29 septembre à Bruxelles on se rappelle que la police a arrêté préventivement plus de 300 personnes en route vers une manifestation syndicale. Les personnes ont été arrêtées, traînées dans la rue, le métro et les bus, et ensuite enfermées pendant 8 heures sans inculpation.  Elles ont été ensuite photographiées de force avant d'être libérées. Certaines ont été battues, agressées sexuellement, enchaînées à des radiateurs, et menacées de viol. Un de nos camarades est également accusé d'un second fait de «rébellion» pour avoir prétendument résisté lorsqu'il a été poussé contre un mur par six policiers, photographié de force, puis battu et envoyé à l'hôpital.
 
La vérité concernant la «violence» au camp No Border, c'est que ce sont les forces de l'ordre qui ont brutalement attaqué les gens pour avoir osé s'exprimer. Bien sûr, pas un de ces policiers ou supérieurs ne sont confrontés à un procès!
 
L'Etat essaye de dissimuler ses agissements en trouvant des boucs émissaires qu'il tente de dépeindre comme de dangereux "rebelles".  Ils ont été épinglés comme de supposés "organisateurs" du camp No Border ; en fait, cela aurait pu être n'importe lequel d'entre nous qui aurait pu se retrouver accusé de ces charges fabriquées.  En réalité, c'est la police et les autorités qui doivent répondre de leurs actes perpétrés au cours de la semaine à Bruxelles. Tout comme elles doivent répondre de leurs attaques quotidiennes contre des sans-papiers.
Nous n'accepterons pas la criminalisation de la protestation en Belgique. La répression ne fait que nous renforcer.  Nous n'accepterons pas la brutalité des politiques d'immigration racistes et meurtrières.  Nous resterons solidaires avec nos camarades pendant leur procès, comme avec tous les migrants, les prisonniers et autres personnes confrontées à la violence d'Etat.  La solidarité est notre arme. La liberté est notre cri.
 
Rejoignez-nous au Palais de Justice de Bruxelles, Place Poelaert à 8h30 le 8 février 2012 pour montrer notre solidarité et exigeons des comptes au forces de "l'ordre".
No Borders
 
 
 
 
Statement
 
Solidarity gathering for the No Border Camp comrades on trial
 
On 8 February 2012 the Belgian State holds its first political trials of those accused of "crimes" during the 2010 Brussels No Border Camp.
 
Two comrades are in court facing charges of "Armed Rebellion" and "Rebellion" relating to the demonstrations and mass arrests during the week of the No Border Camp.
 
On 26 September 2010 around 150 demonstrated at the migration prison 127bis in Steenokkerzeel (close to Brussels airport), showing solidarity with migrants locked up just for not having the right identity documents. The police attacked the crowd with horses and batons, demonstrators were beaten unconscious and hospitalised.  But while the police act with impunity, two demonstrators, one of whom was in hospital with head injuries, are now threatened with prison for "rebellion", accused of somehow being responsible for injuries to a police officer who was kicked by a police horse.
On 29 September Brussels Police preventively arrested over 300 people on their way to a trade union march. Demonstrators were dragged off the streets and buses, held for 8 hours without charge, and then forcibly photographed before being released. Some were beaten, sexually assaulted, chained to radiators, and threatened with rape. One of our comrades is also charged with a second count of "rebellion" for supposedly resisting being pushed against a wall by six police, photographed by force, then beaten and sent to hospital.
 
The truth about "violence" at the No Border Camp is that it was the forces of law and order who brutally attacked people for daring to speak up. Of course, not one of these police thugs or their commanders is facing trial.
 Now the State tries to cover up its actions by finding scapegoats it can paint as dangerous "rebels". They have been singled out as supposed No Borders "organisers": in fact it could be any of us facing these made-up charges.  The truth is that it is the police and authorities who need to answer for their actions that week in Brussels. Just as they need to answer for
 their attacks every day against sans-papiers.
 We will not accept the criminalisation of protest in Belgium. Their repression only makes us stronger. We will not accept the brutality of the racist and murderous immigration regime. We will stand by our comrades on trial, as we stand by all migrants, prisoners, and others facing state violence. Solidarity is our weapon. Freedom is our cry.
 
Come to the Palais de Justice of Brussels, Place Poelaert at 8h30 on 8 February 2012
to stand in solidarity with our comrades, and hold the forces of "order" to account.
No Borders.

mail du 3/02/2012

07:53 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/10/2011

Journée portes ouvertes au centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel

Journée«portes ouvertes» au 127bisDimanche16 octobre à 17h au centre fermé de Steenokkerzeel
> Départ à 15h30 à vélo du rond-pointSchuman
> Départ à 16h40 en train de la Gare Centrale deBruxelles
> RDV à 17h à la gare de Nossegem

Les centres fermés de Belgique et d'Europe sont des zones de non-droit,
inaccessibles aux citoyens comme aux médias. Nous souhaitons ouvrir une
brèche afin que chacun puisse se rendre compte d'une réalité dissimulée
derrière des murs et des grilles 1
. Les pays européens appliquent une tolérance zéro face aux migrants et
de nouvelles frontières vont être érigées aux frontières de l'Europe.
Frontex l'agence européenne pour la surveillance des frontières
extérieures, est, à la fois un service de renseignement, une unité de
recherche visant à moderniser nos frontières et un office de déportation
coordonnant le rapatriement d' « illégaux » depuis plusieurs pays de
l'UE. Frontex va voir son budget augmenté malgré les nombreuses dérives
constatées par les ONG 2
En attendant, le bassin méditerranéen est en train de se transformer en
charnier, avec déjà plus de deux-mille morts par noyade en 2011 3
. La Belgique ne manque pas de zèle dans l'application des nouvelles
normes européennes en matière d'immigration. Les demandes d'asile vont
être « simplifiés » et certains recours supprimés. La dernière campagne
de régularisation a laissé des milliers de personnes sans réponse après 2
ans de procédure 4
. Pour survivre, ces personnes se trouvent à la merci des patrons
véreux et des « marchands de sommeil ». Des familles Rom avec de
nombreux enfants (pourtant citoyens européens) sont laissées pour compte
au nom de législations brumeuses 5
. Des candidats à l'exil vers l'Angleterre sont pourchassés comme des
animaux (Oostende,Zeebrugge, ...) par les « forces de l'ordre » au
service de leurs bourgmestres 6
. Un nouveau centre très « sécurisé » s'ouvre à Steenokkerzeel_. Il
détiendra les demandeurs d'asile déboutés avant leur expulsion ; une
aile sera dédiée aux anciens détenus et à ceux qui ne se tiennent pas
tranquilles dans les centres « classiques ». Les familles «
récalcitrantes » vont à nouveau être enfermées dans des pavillons
préfabriqués au sein même de ce centre fermé 7
. Les expulsions vont bon train ! Rien d'étonnant puisque c'est au
nombre de renvois que les ministres en charge sont félicités, tout «
humanistes » qu'ils soient. La liste des horreurs appliquées par le
monde politique au nom de notre économie et de notre sécurité est bien
trop longue pour être reprise ici. Face à ce système de répression
systématique de « celui qui vient d'ailleurs », face à la
criminalisation des sans-papiers et de leurs soutiens 8 , nous ne pouvons que réagir et exiger :
*LA DESTRUCTION DES CENTRES FERMÉS* *L'ARRÊT IMMÉDIAT DES EXPULSIONS*
*LA LIBERTÉ DE CIRCULATION ET * *D'INSTALLATION POUR TOUS* des individus
« Opendeurdag » in het gesloten centrum 127bis


1 http://gettingthevoiceout.wordpress.com// 2 http://spbelgique.wordpress.com// 3 http://www.migreurop.org/article1776.html/ 4 http://spbelgique.wordpress.com//

5 http://www.cire.be/ressources/presse/20110919.html ;

http://www.liguedh.be/toutes-les-activites-de-la-ligue/12... 6 http://www.demorgen.be/dm/nl/989/Binnenland/article/detai... 7 http://www.demorgen.be/dm/nl/989/Binnenland/article/detai... 8 http://bxl.indymedia.org/articles/2909/

 

Pièces Jointes

Report tract Fr Nl

Report affiche FR

Report affiche NL

Report ENGL

 

via courriel et indybxl

08:22 | Lien permanent | Commentaires (0) |

29/04/2011

Lock on - Blocage centre 127 bis - Belgique

 


http://www.indymedia.org.uk/en/2011/04/478368.html

Brussels detention centre blockaded in attempt to stop Congo deportation

This morning around 20 activists blocked the entrance to the 127 bis
detention centre in Steenokkerzeel, near the main airport of Brussels.
They were attempting to stop the deportation of 60 Congolese refugees on a
charter flight KInshasa organised by the joint European border agency
Frontex and "secured" by Belgian federal police.

The action began at 4.30 am when activists blocked the gates using
lock-ons. The Congolese prisoners were due to be taken from the detention
centre to a plane waiting at the Melsbroek military airport. More
prisoners were being brought from four other countries, including the UK
as well as Ireland, Holland and Sweden, to join the flight.

At around 9am the Belgian police cutting team managed to clear the
blockade and the activists were arrested. Police closed off the area
around the detention centre to prevent access to journalists who had
arrived to cover the action. By midday the Congolese prisoners had been
taken out of the detention centre by bus under a heavy police escort. As
of 1.30pm up to 18 activists were still in custody, and it was not clear
whether they were being charged

In 2010 Frontex coordinated 38 Flights from Europe to Columbia, Ecuador,
Georgia, Iraq, Burundi, Nigeria, Cameroon, Kosovo and Ukraïne. Already in
January to March 2011 they have organised seven flights to Kosovo, Congo,
Georgia, Iraq and Nigeria.
(<http://europa.eu/agencies/community_agencies/frontex>http://europa.eu/agencies/community_agencies/frontex)

Belgium is an active member of the European anti-migration policy.  It
organises not only about 20 deportations a day, but it organises also
grouped flights to deport 'unwilling' migrants.  In 2010 about 73 persons
were put on
'securised' flights: seven to Greece, one to Poland, three to Nigeria and
Cameroon and two to Congo.

The 127 bis detention centre had been largely destroyed in a rebellion
this February in which one prisoner escaped, following a solidarity
demonstration held outside the fences.
(http://www.indymedia.org.uk/en/2011/02/474539.html?c=on). Unfortunately
it seems the immigration prison is now back in operation.


No one is illegal.
Stop Deportations.
Stop the Frontex charters.

08:19 | Lien permanent | Commentaires (0) |

27/04/2011

FRONTEX - jeudi 28 avril 2011 - Un Airbus belge renverra 60 demandeurs d'asile

Un Airbus belge renverra jeudi prochain, 60 demandeurs d’asile d’Europe vers la République démocratique du Congo. La Belgique n’avait plus affrété un si grand avion pour renvoyer des demandeurs d’asile dans leur pays depuis 7 ans. Jeudi prochain, un Airbus belge renverra soixante demandeurs d’asile d’Europe vers la République démocratique du Congo.

Cela fait sept ans que la Belgique n’avait pas affrété un si gros appareil pour renvoyer des demandeurs d’asile dans leur pays, a rapporté jeudi le quotidien flamand De Morgen.

Un Airbus belge renverra, jeudi prochain, soixante demandeurs d’asile d’Europe vers la République démocratique du Congo.

La Belgique n’avait plus affrété un si gros appareil pour renvoyer des demandeurs d’asile dans leur pays depuis sept ans. L’avion est apprêté sous 1a coordination de l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures (FRONTEX), a rapporté jeudi De Morgen.

La NV-A favorable à ces vols

Quinze passagers se sont vus refuser le statut de demandeurs
d’asile en Belgique et les 45 autres cherchaient l’asile en vain aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Irlande et en Suède.

L’Airbus décollera le 28 avril à destination de la capitale congolaise Kinshasa et retournera en Belgique plus tard dans la journée.

A bord de l’appareil seront présents un médecin, un infirmier, deux cadres de la police fédérale et deux inspecteurs4 pour encadrer la mission.

Le parti indépendantiste flamand, N-VA, de Bart de Wever, se montre partisane de ces vols Frontex et, pour le parlementaire Théo Vrancken, des vols semblables pourraient être planifiés chaque mois.

piqué sur digitalcongo.net - 22/04/2011

Jeudi de la semaine prochaine, un Airbus belge renverra soixante demandeurs d'asile d'Europe vers la République démocratique du Congo. Cela fait sept ans que la Belgique n'avait pas affrété un si gros appareil pour renvoyer des demandeurs d'asile dans leur pays.

L'avion est apprêté sous la coordination de l'Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures (FRONTEX), rapporte jeudi De Morgen.

Quinze passagers se sont vus refuser le statut de demandeurs d'asile en Belgique et les 45 autres cherchaient l'asile en vain aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Irlande et en Suède.

L'Airbus décollera le 28 avril à destination de la capitale congolaise Kinshasa et reviendra plus tard dans la journée en Belgique.

A bord de l'appareil seront présents un médecin, un infirmier, deux cadres de la police fédérale et deux inspecteurs pour encadrer la mission.

La N-VA se montre partisane de ces vols Frontex et, pour le parlementaire Theo Vrancken, des vols semblables pourraient être planifiés chaque mois. (belga)

21/04/11 06h52

piqué sur 7sur7.be - 21/04/2011

 

13:29 | Lien permanent | Commentaires (0) |

21/02/2011

Evasion de Steenokkerzeel !

Un résident du centre 127 bis à Steenokkerzeel, un demandeur d’asile de nationalité algérienne, s’est échappé lors de la manifestation et des troubles de dimanche, a indiqué lundi Freddy Roosemont, directeur de l’Office des Etrangers.

L’homme a reçu l’aide de manifestants, selon le directeur, qui attribue une partie de la responsabilité des incidents aux protestataires.

“Différents témoins ont vu comment ce résident a été aidé par des manifestants pour passer la clôture”, affirme Freddy Roosemont. “Il est signalé et la police le recherche mais pour l’instant sans résultat.” D’après le directeur de l’Office des Etrangers, la manifestation est à l’origine de l’incendie et des troubles dans le centre même.

“Ces manifestants ont le droit absolu de manifester contre l’existence de ce centre mais pas avec la manière qui a été utilisée ce dimanche. Il y a une différence entre prononcer des slogans calmement et s’agripper à la clôture et hisser des résidents.”

Les dégâts dans deux ailes sont considérables. Dans une chambre, le feu a été bouté mais il y a également eu du vandalisme: les sanitaires sont en grande partie détruits, tout comme l’éclairage et une série de fenêtres. Les coûts pour les travaux de réparation ne sont pas encore connus, selon le directeur qui n’exclut pas de se constituer partie civile si les auteurs sont poursuivis pénalement.

piqué au tas sur www.sudpresse.be - 21/02/2011

 

The power of solidarity in front of the detention centre 127Bis in
Brussels

today at 16h30 there was a solidarity action from voices without
borders in front of the detention centre 127 Bis in Brussels.  The
action was planned because of a hungerstrike from detained migrants.?
The hungerstrike started when detained migrants heard about the
mistreatment of a 18year old egyptian migrant.  He was tied up and
beaten by the guards of the centre.

When we arrived in front of the detention centre, we held up banners,
saying 'human rights in danger', and a banner with a telephone number
which the detained migrants could call.  There was a lot of interaction
with the people inside, they were clearly in a resistant mood.  After
some time, a fire broke out in a cell of the centre, and people were led
into the court of the centre while the fire was raging in the cell.
Pretty soon we saw guard pushing migrants, preventing them to go op a
stair outside of the detention centre.

Then a miraculous thing happened: a migrant jumped the 6 m high fence,
jumped another fence, and dissapeared in mid air....

activists immediatly showed solidarity  and stayed close to the centre
in support of those in revolt.

No borders, No nations,

18:58 | Lien permanent | Commentaires (0) |

28/01/2011

BLOCAGE DU CENTRE FERME DE MERKSPLAS EN COURS

Des activistes sont en train de bloquer le centre fermé de merksplas. Plus
d'infos dans la journée sur indymedia bruxelles et
http://gettingthevoiceout.wordpress.com/
Faites passer le message !



COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 28 JANVIER 2011



BLOCAGE DU CENTRE FERMÉ DE MERKSPLAS



Les activistes protestent contre la politique d’asile du gouvernement belge.



Aujourd’hui, le 28 janvier, une trentaine d’activistes protestent contre
le fait que le gouvernement belge enferme des personnes sans papiers et
ferme les frontières. C’est par l’action directe qu’ils ont décidé de
dénoncer et empêcher directement l’application de cette politique, en
bloquant les portes d’entrées du centre fermé de Merksplas. Les activistes
font sortir la voix des migrants de derrières grilles en diffusant leur
histoire hors des murs des centres de détention.



Les activistes rompent l’isolation des « détenus »



Les migrants sont rendus invisibles, réduits à des chiffres. Aujourd’hui,
les activistes font entendre leurs histoires au dehors. Durant l’action,
ils hissent différentes banderoles sur lesquelles sont inscrits des
numéros de téléphone, afin que les détenus puissent les lire et téléphoner
afin de faire connaître leur histoire. Les militants lancent aussi des
balles de tennis avec des messages afin de briser l’isolement des migrants
enfermés.



Les activistes lisent aussi l’histoire de détenus d’autres centres fermés,
qui ont étés récoltés ces derniers mois. Un africain témoigne : « Ce sont
des prisons, ce sont vraiment des prisons, ce ne sont pas des centres
fermés! Si on dit que ce sont des centres, alors ça devrait être comme les
centres croix rouge. Mais vous êtes traité comme un criminel. Vous êtes
barricadés par des fers! »



La politique d’emprisonnement et de déportation



Le centre fermé de Merksplas compte 172 hommes. Il s’agit d’un des six
centres fermés sur le territoire belge. Chaque année, la Belgique expulse
environ 8000 personnes (enfants inclus). Un activiste insiste : « Notre
économie est basée sur la libre circulation des capitaux, alors que des
milliers de personnes sont empêchés de tenter leur chance de vivre une
meilleure vie dans notre pays. On les enferme et les estampille « illégal
et indésirable ». Notre gouvernement arrête ces gens et les enferme comme
des criminels, uniquement parce que leurs papiers ne sont pas en ordre. En
leur faisant subir une expulsion, on fait perdre pour une seconde fois
leur dignité et toute valeur humaine. Ils sont raflés de la société et
renvoyés dans une situation sans issue dans leur pays. »



Les gens sont réduits à des numéros. On peut aussi le remarquer dans les
déclarations de Ministre de la Politique de migration et d’asile Wathelet,
qui défend sa politique en se vantant qu’il y eu plus d’expulsions en 2010
qu’en 2008. Derrière ces chiffres, il parle de vies humaines, avec
lesquelles on ne peut pas jouer. »



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

*Contact presse sur place: 0471 66 50 71



Film et info: http://gettingthevoiceout.wordpress.com



Images: http://gettingthevoiceout.wordpress.com



E-mail: gettingthevoiceout@vluchteling.be



*Extraits de témoignages:



« Il y a juste une heure pendant laquelle vous pouvez sortir et vous
amuser un peu dehors, sinon vous êtes toujours enfermé. »



« Le plus dur c’est que tu n’as jamais commis de crime. (…) Tu as une
maison comme celle-ci, tu as tout dedans, tu es déjà bien intégré, et tu
n?as plus le droit de rien prendre, tu portes juste ce avec quoi on t’a
arrêté, tu ne peux plus rentrer chez toi pour aller chercher tes effets,
pour te faire une petite valise, là c’est encore plus dur. »



« Il y en a même un qui a été scotché, l’algérien dont je t’ai parlé. Ça
veut dire attaché des chevilles, des genoux, des mains, scotché
totalement. »


PERSBERICHT 28 JANUARI 2010



BLOKKADE VAN GESLOTEN CENTRUM TE MERKSPLAS



Activisten protesteren tegen opsluitingsbeleid van Belgische regering



Vandaag, vrijdag 28 januari, protesteren een dertigtal activisten tegen
het feit dat de Belgische regering mensen zonder papieren opsluit en het
land uitzet. Ze ondernemen directe actie om dat beleid te verhinderen,
door de toegangspoorten van het gesloten centrum te Merksplas te
blokkeren. De activisten geven de vluchtelingen achter de tralies een
gezicht door hun verhalen ter plekke naar buiten te brengen.



Activisten doorbreken isolement van ‘gedetineerden‘



De vluchtelingen worden onzichtbaar gemaakt, tot cijfers gereduceerd. De
activisten brengen vandaag hun verhalen naar buiten. Ze hijsen tijdens de
actie verschillende spandoeken met een telefoonnummer in de hoogte. Zodat
de gedetineerden het lezen, het nummer bellen en hun verhaal vertellen. De
activisten gooien ook tennisballen met boodschapbriefjes naar binnen om
het gedwongen isolement van de vluchtelingen te doorbreken.



Ook vluchtelingen uit andere centra komen aan het woord, via getuigenissen
die de activisten voorlezen. Een Afrikaan getuigt: “het zijn
gevangenissen, echte gevangenissen. Indien men beweert dat dit centra
zijn, dan zou dit als de centra van het Rode Kruis moeten zijn, waar
mensen op een waardige manier worden geholpen. Maar hier word je behandeld
als een crimineel. Je wordt opgesloten achter tralies, gebarricadeerd met
ijzer.”



Het Belgische opsluitings- en deportatiebeleid



Het gesloten centrum te Merksplas telt 172 mannen. Het is één van de zes
gesloten centra te België waar jaarlijks ongeveer 8000 mensen (inclusief
kinderen) zonder papieren worden opgesloten en van waaruit ze worden
uitgewezen. Een actievoerder legt uit “Onze economie draait op het vrij
verkeer van goederen. Maar vele duizenden mensen die in ons land een kans
willen op een beter leven, sluiten we uit en krijgen de stempel ‘illegaal
en ongewenst’. Onze regering arresteert deze mensen en sluit hen op als
ware criminelen, alleen omdat hun verblijfspapieren niet in orde zijn. Met
hun uitzetting verliezen ze voor de tweede maal hun kans op een
menswaardig bestaan. Ze worden uit de maatschappij geplukt en
teruggestuurd naar de vaak uitzichtloze situatie in eigen land”.



Mensen worden herleid tot nummers. Dat merken we ook in uitspraken van
Minister van Migratie- en Asielbeleid Wathelet, die zijn beleid verdedigt
door te stellen dat er in 2010 meer uitwijzingen zijn geweest dan in 2008.
Achter deze cijfers gaan mensenlevens schuil, daar kunnen we niet mee
spelen.



*°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°*

*Perscontact ter plaatse: 0471 66 50 71



*Filmpje en achtergrondinfo: http://gettingthevoiceout.wordpress.com



*Foto’s en beeldmateriaal: http://gettingthevoiceout.wordpress.com



*e-mail contact: gettingthevoiceout@vluchteling.be



*Uittreksels van de getuigenissen:*



- Er is slechts 1 uur waarop je je buiten een beetje kan vermaken, voor de
rest zit je altijd opgesloten.



- Het moeilijkste is dat je nooit een misdaad hebt begaan. Je hebt hier
een huis met alles erin, je bent al goed geïntegreerd, maar je hebt niet
langer het recht iets mee te nemen. Je enige bezit is wat je op het moment
van je arrestatie aanhad. Je kan niet naar huis om iets op te halen, een
kleine koffer te pakken, dat is nog het zwaarste.



- Er was zelfs iemand die vastgeplakt werd, ik heb het over een Algerijn.
Dit wil zeggen dat ze enkels, knieën, handen, helemaal vastkleven. Men
draagt je en zet je achterin het vliegtuig.



- Ik voelde me heel slecht en ik begreep niet waarom ze mij geboeid
hadden. Ik had niets misdaan. Ik ben geen dief. Ik had niets verkeerd
gedaan. Ik was hier enkel illegaal.

Centre fermè de Merksplas
Dienst Vreemdelingenzaken - Centrum voor Illegalen

Address:
Steenweg op Wortel 1 /A
2330 Merksplas

courriel du 28/01/2011 -

10:32 | Lien permanent | Commentaires (1) |

31/10/2010

1er ANTI SOMMET DU CLOWNISTAN - Strasbourg

http://bxl.indymedia.org/articles/511

Strasbourg ; 4, 5, 6 novembre 2010 !

Venez nombreux, nombreuses, permis de séjouir et peine de mort de rire pour tout le monde !!!

Imga0526-medium

Imga0533-medium

Imga0576-medium

si vous souhaitez pustuler pour ce stage de déformation... et decouvrir l'identité NON nationale Clownistanaise...

(roulement de tambourds)

(idem)

contactez ce contact : clownistan@gmail.com

 

au menu de cette déformation :

1. l'identité NON nationale c'est quoi ?

projections, discussions, partages sur notre identité nationale "subie" et celle que nous pouvons construire, choisir

2. l'armée des clowns c'est quoi ?

- une campagne publicitaire affiche ce slogan provocateur : " devenez vous même . com " et devinez ???

c'est la nouvelle campagne de recrutement de l'armée de Terre !

Le Clownistan prépare sa riposte : " devenez vous même . clown ", la contre campagne !

- présentation de la " Clandestine Insurgent Rebels Clowns Army " alias CIRCA et de son histoire non nationale... la surpuissante interpanationale armée des clowns !

- découvertes des jeux subversifs et susceptibles de troubler le désordre public

- échanges d'expériences activistes sur toutes les actions possibles et inimaginables dans la rue, les entreprises, les temples commerciaux, les églises de la sainte consommation, les hotels de popolis, les hotels de ville, les baises militaires, chez Interpopol, etc etc

3. le Clownistan c'est quoi ???

Historique depuis le Jour Premier... mi septembre au Royaume de Belgique avec qui nous sommes en pleins troubles aux désordres diplomatiques et à qui nous avons ouvertement déclaré la guerre intersydérale à coup de peines de morts de rire et autres attaques bizoutiques !

Historique donc... en complément de celui de l'armée des clowns.

bases :

décisions collectives sans chef et au consensus

individus qui s'organisent en réseaux, associations sans chefs

chaque individu possède la non nationalité clownistanaise et occupe simultannement les fonctions d'ambrassadrices / ambrassdeurs, Prézi Dictateur Généralement Génial, mili-Terre, antene locale, porte ta parole, etc etc

notre origine est No Border !

des actions sont prévues chaque jour si il le faut, et il le faut, ne serait ce que pour faire rire, sourire, donner un peu (beaucoup) de joie dans ce monde si triste...

la Bienveillance est notre loi ultime : nous partons du principe que ce sont des êtres bienveillants qui feront une société bienveillante... donc c'est à NOUS de commencer par nous même en refusant la concurrence et en expérimentant le partage, en refusant la destruction de la planète et en la protégeant, bref... bla bla bla

rejoignez nous dans ce projet qui ne se fixe aucune limite, aucun cadre, si ce n'est de bien se marrer et de faire la rire volution partout et pour toujours !!!

ambrassades no border de quelque part entre ici et là, partout et ailleurs...

 

20:12 | Lien permanent | Commentaires (1) |

31/07/2010

Le Camp Climat [Liège] mènera une action directe non violente à l’aéroport international Bierset

30 juillet 2010- Communiqué de presse de Camp Action Climat 2010

Ce lundi 02/08, une centaine de militants pour la justice climatique mèneront une manifestation et une action directe non violente à l’aéroport cargo de Bierset. Deux actions étaient déjà au programme d’aujourd’hui : perturbation de « Liège sur sable » et balade manifestive à vélo.


Les participants au Camp Action Climat ont choisi de cibler l’aéroport cargo de Liège-Bierset, un des plus importants aéroports de marchandises au niveau mondial. Les activités exercées sur cet aéroport incarnent toutes les dérives de notre système actuel :
Les émissions massives de CO2 via le transport ne cessent de croître et elles ont déjà dépassé les émissions industrielles. A l’origine de ces émissions, on trouve le transport de produits frais venant du bout du monde alors qu’ils pourraient être cultivés localement, mais aussi le transport de produits chimiques et de matériel militaire. Parallèlement, au niveau social, les entreprises présentes sur le site engrangent des bénéfices énormes sur base de l’exploitation d’une main d’œuvre bon marché et d’emplois précaires tant au Nord qu’au Sud. Enfin, c’est la question des politiques publiques face aux enjeux climatiques qui vise à être dénoncée. Mechi, participante au camp, explique : « Les subventions publiques et les avantages fiscaux offerts à ce secteur ultra-polluant traduisent à eux-seuls la vision à court terme de nos gouvernements. Il n’existe à l’heure actuelle aucune politique cohérente visant à lutter contre les causes du réchauffement climatique ».
Le choix s’est donc imposé pour les militants du Camp Climat, dont le slogan est « System change, not climate change ». Relocalisation de l’économie, défense de l’agriculture durable sur base du principe de la souveraineté alimentaire, production décentralisée d’énergies renouvelables, sortir d’un système basé exclusivement sur la recherche de la croissance économique et remboursement de la dette climatique que les pays du Nord doivent au Sudi, font partie des solutions avancées par les membres du réseau Climate Justice Action, qui est à l’initiative du Camp Action Climat belge de cette année.
Dans le cadre des activités du camp, ce matin, une trentaine d’activistes a envahi « Liège sur sable » situé à l’esplanade Saint Léonard, événement sponsorisé entre autres par Coca-Cola et Red Bull. Accompagnés d’une samba et de banderoles où l’on pouvait lire « Prison Beach, Libérez la place!», les membres du Camp Action Climat ont réussi à dénoncer la privatisation de cet espace public habituellement animé par les nombreuses associations et riverains des alentours.
Cette après-midi, la mobilisation pour l’action du 2 août continuera dans les rues de Liège : les membres du Camp Action Climat participeront à la « Masse Critique », une balade manifestive cycliste promouvant l’usage du vélo pour les déplacements quotidiens.
CONTACT PRESSE fr: 0484 38 01 48 - CONTACT PRESSE Nl + Angl : 0485 99 95 07
Info, photos et précédents communiqués de presse : http://www.campactionclimat.be

06:38 | Lien permanent | Commentaires (0) |

11/07/2010

Camp Action Climat - Liège | 29.07 > 04.08.10

La conférence de Copenhague a prouvé qu'on ne pouvait pas attendre de "nos" décideurs les mesures radicales nécessaires. Nous choisissons dès lors de nous unir pour agir nous-mêmes, notamment à travers ce camp climat organisé par des activistes belges néerlandophones et francophones.
Dans une optique d'empreinte écologique minimale, ce camp rassemble des centaines de personnes et ce, de manière autogérée. Durant une semaine s'enchainent workshops, débats, ateliers et actions. Ces actions non-violentes s'adressent directement à certaines structures responsables de crimes climatiques.
Lors du camp climat belge de l'été dernier, quelques 400 militants ont privé durant plusieurs heures le Port d'Anvers d'un important convoi de charbon et des actions contre d'autres cibles furent également menées.

Contact - info@campactionclimat.be This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
Lire notre "vision politique"
Soutenez le camp climat !

dscn1440_s


L'organisation de ce camp se veut participative et s'ouvre à tout le monde qui souhaite s’y investir. Nous avons grand besoin de votre aide pour l'organisation de ce camp !

Voyez ci-dessous les différentes manières de nous aider et n'hésitez pas à nous contacter via : info@campactionclimat.be This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


  • Soutien financier : 001-4334900-46 [International : IBAN: BE33 0014 3349 0046 | BIC: GEBA BE BB | Bank: BNP/Fortis Bank
  • Soutien promotionel : Des flyers sont disponibles, si vous désirez en distribuer dans votre ville, contactez-nous via info@campactionclimat.be This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it | Toute autre promotion est la bienvenue, n'hésitez pas à diffuser l'info à vos contact, sur votre fesse de bouc, etc.
    Sachez tout de même que ce camp n'est pas un festival mais un endroit convialement subversif !
  • Soutien logistique : Nous avons besoin de beaucoup de matériel. Si vous êtes en mesure de nous prêter du matériel veuillez nous contacter via info@campactionclimat.be This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
    Liste non-exhaustive :
    Tentes/chapiteaux, tables et bancs, outillage, eoliennes/panneaux solaires, tracteur, toilettes sèches, four solaire, pallettes/ballots de foin, grandes citernes, robinets d'extérieur, grand bidons, futs en métal et bois pour le feu, véhicules, brouettes, et tout autre chose pouvant être utile un camp action climat...
  • Soutien humain : Depuis le montage jusqu'au démontage du camp, nous aurons besoin de beaucoup de gens dont certains seront amenés à assumer certaines responsabilités en fonction de leurs compétences. Il s'agira soit de coordoner une équipe spécifique  ou la renforcer.
    Voici le type de compétences recherchées : gestion de l'alimentation en eau, alimentation electrique, gestion des incedies, connaissance juridiques, capacité en gestion des conflits, cuisine, gestion des toilettes sèches, traduction (engl, nl, fr), sécurité et relation police, médiation de débats, connaissances médicales/secourisme, bar,...
  • Soutien pédagogique : Nous recherchons des personnes ou organisations pouvant animer des workshops ou des conférences sur des thèmes écologiques concrets. Cela peut aller d'un workshop sur le compostage jusqu'à une conférence sur le lobbyisme des entreprises... Par ailleurs, nous tenonscette année, à discuter de la tension entre Emploi et Environnement. Si vous avez informations à ce sujet, contactez-nous. Contact : info@campactionclimat.be

18:08 | Lien permanent | Commentaires (0) |

22/05/2010

DHKP-C : la Cour de cassation rejette le pourvoi de l’État turc

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi introduit par l’État turc contre l’arrêt de la cour d’appel de Bruxelles dans le cadre du procès du DHKP-C.

 

DHKP-C : la Cour de cassation rejette le pourvoi de l’État turc

Musa Asoglu et Dursun Kartaf et un autre membre du DHKP-C, Belga


Pour le parquet général, le pourvoi devait être rejeté car le mémoire de cassation avait été déposé trop tardivement et parce que les demandes des parties civiles avaient été rencontrées entièrement. L’arrêt de la Cour de cassation met un terme à une saga juridique longue de 11 ans.

En septembre 1999, la police a découvert au cours d’une perquisition dans un appartement à Duinbergen du matériel suspect dont des armes, des munitions, des passeports turcs ainsi que du matériel de propagande du mouvement d’extrême gauche turc DHKP-C.

Après une année d’enquête, le parquet fédéral a poursuivi six suspects pour association de malfaiteurs, appartenance à une organisation criminelle et pour terrorisme.

Les six prévenus ont été condamnés à des peines sévères par la Cour d’appel de Gand, puis acquittés par la Cour d’appel d’Anvers, après un pourvoi en cassation, pour finalement comparaître devant la Cour d’appel de Bruxelles, l’arrêt ayant à nouveau été cassé.

En décembre 2009, la Cour d’appel de Bruxelles a condamné uniquement Asoglu, Saz et Erdal pour association de malfaiteurs. Les préventions d’organisation criminelle et de terrorisme ont été écartées.

Asoglu, Saz en Erdal ont été condamnés à des peines de trois et deux ans de prison avec sursis.

L’État turc, qui s’était constitué partie civile, s’était à nouveau pourvu en cassation.

(D’après Belga)

Le Soir.be - 18/05/2010

 

 

19:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu