Avertir le modérateur

20/04/2012

Frankreich: Geheimes Dokument zur radikalen und anarchistischen Linken geleakt

Die französische Plattform Mediapart hat auszugsweise eingeheimes Dokument (pdf, 17 MB) online gestellt, das in einer Art “Risikoanalyse” die Aktivitäten der radikalen Linken und AnarchistInnen in Frankreich beschreibt. Das Papier dient als Grundlage im sogenannten “Tarnac-Verfahren” und geht auch auf internationale Verbindungen ein: Darunter Proteste bei Gipfeltreffen, “Black Block”-Strategie, “Clowns-Army” etc. Länderschwerpunkte sind z.B. Griechenland, Italien, Deutschland und die Schweiz.

Das Datum des Reports ist unklar, es dürfte sich um 2008 handeln. Verfasserin ist die “Direction centrale des Renseignements” (auch Renseignements généraux, RG genannt), ein Nachrichtendienst der Polizei. Die RG wurde 2008 im Zuge eines größeren Umbaus der Repressionsstrukturen mit der “Direction de la surveillance du territoire” (DST) zur neuen “Direction centrale du renseignement intérieur” zusammengelegt.

Das Dokument kann gewissermassen als Grundlage der französischen Delegation für das Treffen zu “Anarchismus” gesehen werden, das in einer Woche bei Europol stattfindet.

10:50 | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/06/2009

Soutien aux inculpés du Contre-Sommet de l'Otan

soiremolo19antirep.jpg

 

15:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |

21/04/2009

NATO, Strasbourg and the Black Block

http://www.youtube.com/watch?v=IJmt3dr9XYQ

 

Ingredients for a Disaster

NATO, Strasbourg and the Black Block

By DIANA JOHNSTONE

NATO creates threats wherever it goes. That is its business. Whether in Afghanistan or in Strasbourg, the foreign military presence provokes violent rebellion, especially from young men who feel challenged. Their violent rebellion is cited to justify an increase in repressive violence. And so it goes…

This cycle of violence was played out last Saturday, April 4, in Strasbourg, where thousands of police and a small number of Black Block street fighters stole the show from what should have been the launching of a new European mass movement against NATO war policy. The peace demonstration was squashed and disintegrated by armed police as black-hooded youths threw stones and set fires.

In this cycle of provocation, there is no doubt who started it: NATO. The lavish celebration of NATO’s 60th anniversary, held in the Rhineland cities of Strasbourg, Kehl and Baden Baden over the weekend, was an insult to the citizens. After all, if President Obama and the other leaders of the self-proclaimed free world of democracies are so popular, why must their host cities be turned into heavily armed fortresses to receive them? If Europeans welcome NATO protection, why must they be held at gunpoint miles away from their benefactors? But of course NATO is not a defense force. From the bombing of Serbia ten years ago to Afghanistan today, NATO has been progressively transformed into a foreign expeditionary force. The draconian security measures clamped onto three peaceful, conservative European cities, which confined people to their homes, resembled a foreign occupation. Despite the momentary popularity of Obama, the NATO summit illustrated the drastic and growing gap between ordinary people and their leaders. A great salesman, Obama tried to persuade Europeans that they are even more endangered by Osama bin Laden and Al Qaeda than Americans, and should pay their tribute in tax money and soldiers to eradicate this threat off somewhere in distant Afghanistan, or is it Pakistan, or who know where? European media largely evaded this embarrassingly absurd notion by concentrating on what Michelle Obama was wearing. But tens of thousands of European citizens made their way to Strasbourg hoping to register their disagreement. They had arguments they wanted to make heard. They ended up being tear-gassed, herded into pens and terrified. Many of them will probably never venture into a mass demonstration again.

Responsibility for a Fiasco

The responsibility for this fiasco is threefold. The most responsible are, of course, the security forces which are getting nastier and nastier all over Europe in their treatment of demonstrations. With helicopters hovering noisily overhead, phalanxes of helmeted police "kettled" people into small, separated spaces, sometimes surrounded by metal fencing from which escape is impossible. It amounts to treating people like cattle destined for the slaughter-house. Groups that had planned to get together were unable to find each other. Well over ten thousand police employed an arsenal of up-to-date anti-personnel weapons against a similar number of defenseless demonstrators, firing tear-gas canisters, rubber bullets and stun guns to break up the rally and then to disperse people who were already dispersed and had no idea where they could go. The chaos was total.
All that was deliberate.

But a share of responsibility belongs to the organizers, if that is the proper term for an event so dismally lacking in organization. The April 4 anti-NATO demonstration was called by a collective of French activist groups, none of which had the authority to impose a coherent plan. By dint of seniority, the relatively conservative Mouvement de la Paix seems to have exercised the greatest authority, notably by supporting the disastrous decision to accept the French government’s choice of site for the rally. Instead of being allowed to meet in a city square and march through the streets of Strasbourg with their banners, slogans and bits of street theater, the peace demonstrators were exiled to a peripheral island between the Rhine and a large shipping canal, with only two bridges as access. Anyone looking at a map could see that this site was unacceptable for several reasons. It was hard to reach – about eight kilometers from the railroad station – especially on a day when all public transportation was shut down and the city center was off limits. The terrain was rough and confusing. It was out of sight of any public the demonstrators might want to communicate with – in short, no "communication" with fellow citizens was possible. And worst of all, it was an obvious trap, a perfect place for police to practice their kettling techniques. Yet the organizers accepted this unacceptable site, and then failed to organize any protection service of its own.
Still, the Prefecture (regional authority) had made certain promises in return for agreement to this unfavorable site. These promises were flagrantly violated. Streets and bridges that were supposed to be open were periodically blocked by police. Curiously, several thousand peaceful demonstrators were blocked on the German side of the Rhine, and never joined the rally, whereas German Black Blockers were active on the scene. In general, the police treated peaceful demonstrators as the enemy in a civil war, while doing nothing to protect people or property from the violent minority.

The rally itself, held in an indentation on this island, was distracted by the unnerving spectacle of a nearby hotel going up in flames. Helicopters drowned out speakers and music. The subsequent march was never able to take place. Totally disoriented demonstrators were left to their own devices, in a strange and hostile environment, as they tried to flee from tear gas through a maze of police traps.

The Black Block

The peace demonstrators were totally upstaged by the Black Block, described in France as "casseurs", smashers. Unlike the non-violent protesters, they appear on video film to be having a great time, battling with police. Chances are that they may be looking back on their exploits with pride and satisfaction.

The Strasbourg disaster makes it clear that the anti-NATO movement, to survive, must deal with three problems: its own flagrant organizational weaknesses, police repression and the Black Block.

A question that goes the rounds is this: are the Black Block smashers police provocateurs? Unable to investigate this matter seriously, my own intuitive answer would be: subjectively no, objectively yes. Certainly they can’t all be police wearing black hoods. Most of them surely believe they are "fighting against capitalism", as they proclaim. But objectively, they do the job of justifying the very police repression they combat so enthusiastically.
To err is human.  Bad intentions flourish, but error is even more common. An advanced, civilized peace movement should be able to try to apply the alternative to war – reasonable argument – in all circumstances. We should argue with people who are mistaken about NATO, to explain what is wrong with it. And we should argue with people in the Black Block, to explain what is wrong with their form of protest.

How to enter such a dialogue is not obvious. Assuming that not all of the Black Block people are police provocateurs, if I could, I would ask the presumably sincere ones to consider the following:

Black Block fighters should question their own motives. Let’s face it, throughout history, young men have enjoyed banding together to fight their enemy. Testosterone and adrenalin are not political arguments. But they are great stimulants to hurling projectiles at the armed foe. Lightly armed street fighters easily feel victorious and superior confronting masses of highly armed policemen, who look cowardly in comparison. They win the macho contest, but what good does it do except to their own egos?

Black Block fighters should question the effect they have on ordinary citizens, who may be undecided politically. NATO is a protection racket. It lives off people’s sense of insecurity. Black Block actions feed that sense of insecurity.

Black Block fighters should think about the devastating effect they have on other forms of public protest. Along with police, they are driving peaceful protesters off the streets.

Black Block fighters should reflect on how readily they are exploited by their enemy. For one thing, whether they want to admit it or not, they are almost certainly infiltrated by police agents. And they should ask themselves why some of them were allowed to smash the windows of the Ibis hotel on the Rhine island in Strasbourg, then set fire to it in a leisurely manner, while no police intervened. Moreover, the impressive fire was allowed to burn for over an hour before the fire department arrived on the scene. Didn’t the spectacle of this fire serve perfectly both to frighten and disperse the peace demonstrators and above all to fill television screens with evidence that "demonstrators are destructive"? The authorities cited the fire as proof that the heavy police presence was necessary to protect civilization from its enemies. And why set fire to an Ibis hotel? There are eight Ibis hotels in Strasbourg, and this one was perhaps the poorest. And what semi-professional means were required to set such a spectacular blaze? And why set fire to the nearby pharmacy, which was a public service to sick people in that small and relatively run-down neighborhood. What possible political message did this convey?

In short, Black Block militants, whatever their age, should grow up and realize that to combat unjust powers must be done first of all with thoughts, reasoning, facts and arguments. Playing with violence is playing their game, on the one terrain where they have all the assets. Intifada may be the only recourse for Palestinians, but in Europe there are still other ways of expressing political opposition. These other ways must be invented, explored and developed.

The year 2008 was a watershed, with two major events that changed people’s vision of the world: the financial collapse and the Israeli assault on Gaza. The repercussions, the change in vision, are ongoing. They are preparing the ground for popular opposition to the financial and military powers ruling the West and attempting, through NATO and other institutions, to extend their rule to the entire globe. There are signs that those in power are among the first to recognize this and are perfecting their repression technologies as a preventive strike against the mass protest to come. It is urgent to provide political alternatives in terms of programs and leadership. If mass demonstrations are vulnerable to police repression and spoiling actions by smashers, other more varied and flexible means must be invented to communicate with citizens and broaden a coherent movement to combat militarization and build an economy centered on people’s genuine needs. In any case, any future mass demonstration against NATO must be organized with its own protection service, wearing arm-bands and following clear instructions. Demonstrators must be protected. There can be no mixing with the "Black Block" or other groups looking for the same sort of trouble the police are looking for.

This was the urgent lesson of the Strasbourg fiasco.

Special thanks to Karen Sharpe, who experienced it all.

Diana Johnstone is author of Fools’ Crusade: Yugoslavia, NATO and Western Delusions (Monthly Review Press). She can be reached at diana.josto@yahoo.fr

OTAN, Strasbourg, et les Black Block


Mondialisation.ca, Le 15 avril 2009
Counterpunch


L'OTAN fabrique de la menace où qu'elle aille.C'est son bizness. Que ce soit en Afghanistan, ou à Strasbourg, une présence militaire étrangère provoque une violente rébellion, spécialement de la part de jeunes hommes qui se sentent défiés. Leur violente rébellion est citée pour justifier une augmentation de la violence répressive et ainsi de suite...

Ce cycle de la violence s'est déroulé samedi dernier 4 avril à Strasbourg, où des milliers de policiers et un petit nombre de combattants de rue des Black Block ont volé la scène à ce qui aurait du être le lancement d'un nouveau mouvement de masse européen contre la politique de guerre de l'OTAN. La manifestation pacifique a été écrasée et désintégrée par la police armée tandis que les jeunes des Black Block jetaient des pierres et allumaient des incendies

Dans ce cycle de provocation, aucun doute sur qui a commencé : l'OTAN. La somptueuse commémoration du 60ème anniversaire de l'OTAN, qui s'est tenue dans la vallée du Rhin dans les villes de Strasbourg, Kehl et Baden Baden, pendant le weekend, était une insulte aux citoyens. Après tout, le président Obama et les autres dirigeants du monde de démocraties qui s'auto proclament libres sont tellement populaires, alors pourquoi les villes hôtes devaient -elles être transformées en forteresses armées pour les recevoir ? Si les Européens sont favorables à la protection de l'OTAN, pourquoi doivent -ils être maintenus à la pointe du fusil à des kilomètres de leurs bienfaiteurs ?

Mais bien sûr l'OTAN n'est pas une force de défense. Du bombardement de la Serbie il y a 10 ans à l'Afghanistan aujourd'hui, l'OTAN a été progressivement transformée en un corps expéditionnaire étranger. Les mesures draconiennes de sécurité imposées à trois villes européennes pacifiques, confinant les habitants chez eux, ressemblait à une occupation étrangère. Malgré la popularité momentanée d'Obama, le sommet de l'OTAN a illustré le fossé radical croissant qui existe entre les gens ordinaires et leurs dirigeants. En bon VRP , Obama a essayé de persuader les Européens qu'ils sont encore plus menacés que les Américains par Osama Ben Laden et Al Qaeda, et devraient payer leur part en argent provenant des impôts et en soldats pour éradiquer complètement cette menace quelque part au loin en Afghanistan ou au Pakistan, ou qui sait où ? Les médias européens ont largement éludé cette notion embarrassante, absurde, en ce concentrant sur la tenue vestimentaire de Michelle Obama. Mais des dizaines de milliers de citoyens européens se sont rendus à Strasbourg en espérant manifester leur mécontentement. Ils ont fini gazés au lacrymogène, parqués comme des troupeaux et terrifiés. Un grand nombre d'entre eux ne s'aventureront certainement plus jamais dans une manifestation de masse.

Responsabilité pour un fiasco.

La responsabilité pour ce fiasco est triple. Ceux qui portent le plus de responsabilité sont, bien sûr, les forces de sécurité qui deviennent de plus en plus rudes partout en Europe dans leur traitement des manifestations, avec des hélicoptères volant bruyamment au dessus des têtes, des phalanges de policiers casqués qui "parquent" les gens dans de petits espaces séparés parfois entourés de barrières métalliques d'où il est impossible de s'échapper. Cela revient à traiter les gens comme du bétail destiné à l'abattoir. Des groupes qui avaient prévus de se retrouver ont été incapables de se rejoindre. Bien plus de 10 000 policiers ont employé tout un arsenal d'armes anti personnelles ultra modernes contre un nombre identique de manifestants sans défense, tirant des canettes de gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des canettes assourdissantes, pour casser la manifestation et disperser la foule qui l'était déjà et n'avait aucune idée de là où aller.

C'était le chaos total.

Et tout cela était voulu.

Mais il y a une part de responsabilité de la part des organisateurs, si c'est là le mot juste pour un évènement qui a étonnamment manqué d'organisation. C'est un collectif de groupes d'activistes français qui a lancé l'appel à manifester contre l'OTAN le 4 avril, aucun d'entre eux n'avait l'autorité nécessaire pour imposer un plan cohérent. Compte tenue de son ancienneté, le "Mouvement de la Paix" plutôt conservateur, semble avoir exercé la plus grande autorité, notamment en soutenant la décision désastreuse d'accepter le choix du gouvernement français en matière de point de ralliement. Au lieu d'être autorisé à se rassembler sur une place de la ville et de défiler à travers les rues de la ville de Strasbourg avec leurs bannières, slogans et représentations de thêatre de rue, les manifestants pacifiques ont été exilés sur une île périphérique entre le Rhin et un large canal de navigation, avec seulement deux ponts d'accès. Quiconque regardait la carte pouvait voir que ce site était inacceptable pour plusieurs raisons. Il était difficile à atteindre - environ 8 km de la station de train - spécialement un jour où tous les transports publics étaient à l'arrêt et le centre ville était inaccessible. C'était un terrain vague, cahoteux. Il était hors de vue du public avec qui les manifestants auraient voulu communiquer - en bref, aucune "communication" avec leurs homologues citoyens n'était possible. Et le pire de tout, c'était à l'évidence un traquenard, un endroit parfait pour la police pour pratiquer ses techniques de provocation. Malgré cela, les organisateurs ont accepter ce site inacceptable, et puis n'ont pas réussi à organiser leur propre service de protection.

La préfecture avait aussi fait certaines promesses en contre partie de l'accord pour ce site défavorable. Ces promesses ont été violées de manière flagrante. Des rues et des ponts supposés ouverts ont été bloqués par moment par la police. Curieusement, plusieurs milliers de manifestants pacifiques du côté allemand du Rhin ont été bloqués et n'ont jamais pu rejoindre la manifestation, alors que les Black Block allemands étaient actifs sur les lieux. En général, la police a traité les manifestants pacifistes comme on traite les ennemis dans une guerre civile, tandis qu'elle ne faisait rien pour protéger les personnes ou les biens contre la minorité violente.

La manifestation elle-même, tenue sur une partie de cette île, a été perturbée par le spectacle irritant d'un hôtel en flammes à proximité. Des hélicoptères déversaient de la musique. La marche prévue n'a jamais pu avoir lieu. Les manifestants complètement désorientés se sont retrouvés livrés à eux-mêmes dans un environnement étrange et hostile, alors qu'il essayaient de fuir les gaz lacrymogènes à travers un maillage de trappes policières.

Les Black Block

Les manifestants pacifiques ont été complètement débordés par les Black Block, décrits en France comme des "casseurs". Contrairement aux manifestants pacifiques, sur des films vidéos ils semblaient bien s'amuser en se battant avec la police. Il y a de fortes chances pour qu'ils regardent leurs exploits avec fierté et satisfaction.

Il est clair qu'avec le désastre de Strasbourg le mouvement anti OTAN pour survivre doit s'occuper de trois problèmes : ses propres faiblesses organisationnelles flagrantes, la répression policière, et les Black Block.

Une question qui a fait le tour c'est : les casseurs des Black Block sont -t-ils des provocateurs de la police ? Incapable d'enquêter la dessus sérieusement, selon ma propre intuition, la réponse est la suivante : subjectivement non, objectivement oui. Ils ne peuvent certainement pas être tous des policiers portant des cagoules noires. La plupart d'entre eux croient certainement "lutter contre le capitalisme", comme ils l'affirment. Mais objectivement, ils justifient la répression policière qu'ils combattent avec tant d'enthousiasme.

L'erreur est humaine. Les mauvaises intentions fleurissent, mais l'erreur est souvent bien plus répandue. Un mouvement de paix civilisé moderne devrait essayer d'appliquer l'alternative à la guerre - l'argumentaire raisonné - en toute circonstance. Nous devrions discuter avec les personnes qui se trompent sur l'OTAN, pour expliquer ce qu'elle a de mauvais. Et nous devrions discuter avec les gens des Black Block pour expliquer ce qu'il y a de mauvais dans leur forme de protestation.

Ce n'est pas évident d'entamer une telle discussion. En supposant que tous les Black Block ne sont pas des policiers provocateurs , si je pouvais, je demanderais à ceux qui sont à priori sincères de réflechir à ceci :

Les combattants des Black Block devraient se poser des questions sur leurs propres motivations. De tout temps, reconnaissons le, des jeunes hommes ont aimé créer des bandes pour combattre leurs ennemis. La testostérone et l'adrénaline ne sont pas des motifs politiques. Mais ce sont d'importants stimulants pour lancer des projectiles contre des ennemis armés. Les combattants de rue armés légèrement se sentent facilement victorieux et supérieurs lorsqu'ils se confrontent à des policiers lourdement armés qui comparativement ont l'air de lâches? Dans la compétition macho, ils sont les gagnants, mais quel bien cela fait-il sauf à leurs égos ?

Les combattants Black Block devraient réfléchir à l'effet qu'ils font sur des citoyens ordinaires qui sont peut être indécis politiquement. L'OTAN est une escroquerie à la protection. Elle subsiste à cause du sentiment d'insécurité des gens. L'action des Black Block nourrit ce sentiment d'insécurité.

Les Black Block devraient penser à l'effet dévastateur qu'ils ont sur d'autres formes de protestations publiques. Ils chassent les manifestants pacifiques des rues aux côtés des policiers.

Les Black Block devraient réfléchir au fait qu'ils sont facilement exploités par leurs ennemis. Une chose est sure, qu'ils l'admettent ou non, ils sont presque certainement infiltrés par des agents de la police. Et ils devraient se demander pourquoi certains d'entre eux ont été autorisés à briser les vitres de l'hôtel Ibis sur l'île du Rhin à Strasbourg, puis de mettre aisément le feu à cet hôtel alors qu'aucun policier n'est intervenu. De plus, l'incendie impressionnant a pu continué à brûler pendant plus d'une heure avant que les pompiers n'arrivent sur place. Le spectacle de ce feu n'a-t-il pas servi, de manière parfaite, à la fois à effrayer et disperser les manifestants pacifiques et en même temps à montrer sur les écrans TV la preuve que " les manifestants sont destructeurs" ? Les autorités ont cité l'incendie comme preuve que la forte présence policière était nécessaire pour protéger la civilisation de ses ennemis. Et pourquoi mettre le feu à un hôtel Ibis ? Il y a 8 hôtels Ibis à Strasbourg, et celui-ci était peut être le plus pauvre. Et quels moyens semi-professionnels ont été nécessaires pour allumer un tel incendie spectaculaire ?Et pourquoi mettre le feu à une pharmacie à proximité, un service public aux personnes malades dans ce petit quartier plutôt déshérité. Quel message politique cela envoyait-il ?

Brièvement, les militants Black Block quelque soit leur âge, devraient mûrir et réaliser que pour combattre les pouvoirs injustes cela doit se faire d'abord et avant tout en réfléchissant, raisonnant, avec des faits et des arguments. Jouer avec la violence c'est jouer à leur jeu, sur un terrain sur lequel ils ont tous les avantages. L'Intifada est peut être le seul recours pour les Palestiniens, mais en Europé il existe encore d'autres façons d'exprimer son opposition politique. Ces autres manières doivent être inventées, explorées, développées.

L'année 2008 a été un tournant, avec deux évènements majeurs qui ont changé la vision du monde des peuples: l'effondrement financier et l'attaque israélienne contre Gaza. Les répercussions, le changement de vision sont en marche. Ils préparent le terrain pour une opposition populaire aux puissances financières et militaires qui dirigent l'Occident et essaient, via l'OTAN et d'autres institutions, d'étendre leur domination sur toute la planète. Il y a des signes que ceux qui sont au pouvoir sont les premiers à reconnaître cela et sont entrain de perfectionner leurs moyens technologiques de répression comme frappe préventive contre les protestations de masse à venir. Il est urgent de fournir des alternatives politiques en terme de programmes et de direction. Si les manifestations de masse sont vulnérables à la répression policière et aux actions spoliatrices des casseurs, d'autres moyens plus variés et plus souples doivent être inventés pour communiquer avec les citoyens et élargir un mouvement cohérent pour combattre la militarisation et construire une économie centrée sur les besoins réels des personnes. En tout cas, toute manifestation future contre l'OTAN doit être organisée avec son propre service de protection, portant des brassards et avec des instructions claires. Les manifestants doivent être protégés. Il ne peut y avoir aucun mélange avec les Black Block ou d'autres groupes qui sont à la recherche des mêmes types de problèmes que ceux recherchés par la police.

C'est la leçon urgente à retenir du fiasco de Strasbourg.

Remerciement spécial à Karen Sharpe qui a fait l'expérience de tout cela..


Article original en anglais, NATO, Strasbourg and the Black Block, Counterpunch, le 7avril 2009.

Traduction : Mireille Delamarre pour Planète non-violence.

Diana Johnstone est l'Auteure de Fools’ Crusade: Yugoslavia, NATO et Western Delusions (Monthly Review Press). Email : diana.josto@yahoo.fr

 


Diana Johnstone est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.  Articles de Diana Johnstone publiés par Mondialisation.ca

 

<object width="425" height="344"><param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/quLqEu4mUOU&hl=fr&fs=1"&... name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowscriptaccess" value="always"></param><embed src="http://www.youtube.com/v/quLqEu4mUOU&hl=fr&fs=1" type="application/x-shockwave-flash" allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true" width="425" height="344"></embed></object>

18:04 | Lien permanent | Commentaires (0) |

11/03/2009

Block Nato Black Block Strasbourg Otan

Otan : un village autogéré dans les champs

POLITIQUE - Le village autogéré ouvert pour accueillir les participants au contre-sommet de l'Otan, début avril, occupera un peu plus d'un quinzaine d'hectares au sud de Strasbourg, au bout du quartier du Stockfeld, à proximité d'une ferme éducative. Une réunion technique est prévue demain avec les autorités pour travailler sur les conditions de viabilisation des champs où s'établira ce village des anti-Otan, d'une capacité maximale de 10.000 places. Il sera ouvert du 1er au 5 avril, mais le gros des troupes n'est pas attendu avant le vendredi 3.

Autre sujet de négociation, les nombreuses demandes d'information émanant de la préfecture concernant l'organisation de ce village (voir l'article du 20 février). "C'est toujours en cours de discussion. Il y a certaines choses pour lesquelles on pourra répondre sans difficulté, comme par exemple la question des assurances", explique Renaud, membre de la commission "communication" de la coordination anti-Otan : "Par contre, on est réticent à l'idée de désigner des personnes responsables. Evidemment, il y aura des interlocuteurs pour dialoguer avec la préfecture pendant le contre-sommet, mais on ne veut pas de responsables au sens juridique du terme". Sur ce point, la discussion semble encore ouverte. Davantage que sur celui du parcours de la manifestation prévue le samedi 4, pour lequel la préfecture et la ville de Strasbourg sont inflexibles : cela se fera sur les routes du Port du Rhin, à l'écart du centre ville, des commerces, des habitations... et du sommet de l'Otan.
Dimanche, Roland Ries, le maire de Strasbourg, avait déclaré dans une interview à l'AFP redouter des débordements liés au contre-sommet : "Je crois vraiment que le risque de voir cette manifestation prévue pour être pacifique dégénérer parce qu'il y aura des casseurs et des anarchistes et des no-borders venus de toute l'Europe, est quand même très grand". "La menace est réelle", prévenait une semaine plus tôt le préfet, Jean-Marc Rebière, évoquant des "black blocks", des activistes "très mobiles, très violents" déjà signalés lors de précédents sommets internationaux. "Ca correspond à une stratégie de la tension pour faire monter la pression et justifier par avance toutes les arrestations qui vont être faites, au cours desquelles la police ne fera pas de différences entre casseurs et altermondialistes pacifistes", commente Renaud, de la coordination anti-Otan : "Ca laisse présager d'une répression assez dure...".
T.C.

http://libestrasbourg.blogs.liberation.fr/actu/2009/03/ot...

 

Un local d'information des anti ouvert à Offenbourg

Après plusieurs refus de dernière minute de la part de bailleurs privés, notamment à Kehl, c'est finalement à Offenbourg, que le local d'information tenu par la société allemande pour la paix (Deutsche Friedensgesellschaft) a pu ouvrir hier au rez-de-chaussée d'une maison, au Tannweg 20, non loin du Kulturforum. Ceux qui le souhaitent peuvent s'informer sur les actions pacifiques et de désobéissance civiles prévues lors du sommet de l'OTAN les 3 et 4 avril à Kehl, Baden-Baden et Strasbourg, ainsi que les raisons pour lesquelles le 60e anniversaire de l'Alliance Atlantique « n'est pas une raison de se réjouir ».

 

Otan : un exercice de "désobéissance civile" pour préparer le contre-sommet

POLITIQUE - Une cinquantaine de militants anti-Otan ont présenté dimanche après-midi à Strasbourg un exercice public de "désobéissance civile", un mois avant le sommet qui doit se tenir les 3 et 4 avril à Strasbourg et Baden-Baden pour le 60e anniversaire de l'Alliance atlantique. Lors de la démonstration, organisée place de la République, près de la préfecture, les militants de l'alliance de collectifs "bloquer l'Otan" ("Block Nato"), majoritairement des Français et des Allemands, ont présenté quelques techniques non-violentes, comme par exemple contourner pacifiquement les barrages policiers.

"On sait que ce genre de pratiques fonctionne, on l'a expérimenté lors du sommet du G8 de Heiligendamm" en 2007, explique Felix Pithan, du collectif allemand Solid. "Là, environ 10.000 militants avaient réussi à investir une zone pourtant très protégée par la police", ajoute-t-il. "Pour nous, ce sommet n'est pas un anniversaire, 60 ans, c'est assez!", explique pour sa part Brigitte Bastian, des Désobéissants civils de Strasbourg. "Nous sommes réunis sur le principe de la non-violence, de la résistance civique et de manière non idéologique", insiste-t-elle. "Nous voulons dire notre opposition à ce sommet", ajoute-t-elle, en déplorant que "les autorités françaises nous empêche de manifester dans certaines zones" de Strasbourg, notamment le centre-ville où la préfecture a interdit "tout regroupement". "Nous allons essayer de passer les barrages" pour perturber le sommet, a-t-elle averti.
Selon un tract distribué lors de la manifestation, "dans la matinée du 4 avril, des milliers de personnes vont occuper les rues qui mènent au sommet" pour exprimer "leur claire opposition à la guerre et au militarisme par un acte de désobéissance consciente". Le contre-sommet, organisé du 1er au 5 avril, pourrait selon les organisateurs réunir "plusieurs dizaines de milliers de personnes". L'installation d'un village alternatif et autogéré est prévue au sud de Strasbourg.
AFP

 

Strasbourg, où se déroulera le sommet samedi matin, sera en état de siège de jeudi 22h00 à samedi 16h00, avec des points de contrôle pour accéder au centre. Mais aussi la petite ville frontalière de Kehl et Baden-Baden qui accueillera vendredi soir le dîner de gala des chefs d'Etat. La région entière, des deux côtés du Rhin, entre Fribourg et Baden-Baden, hébergera des forces de sécurité, sans doute par dizaines de milliers.

Côté allemand, 300 hôtels et auberges de jeunesse ont été réservés pour loger 14.000 policiers, a indiqué un responsable de la police de Fribourg, Karl-Heinz Schmid. Côté français, aucune précision n'est donnée sur l'importance des effectifs engagés, mais "la France, puissance invitante, va mobiliser tout ce qui est possible" pour assurer la sécurité des chefs d'Etat et de leurs délégations, a indiqué le préfet.

Les chefs d'Etat seront répartis pour moitié dans des hôtels à Strasbourg et Baden-Baden, à l'exception du président américain dont la résidence n'est pas encore connue mais qui pourrait s'installer sur la base américaine de Ramstein (Allemagne). Cet éclatement des sites va entraîner une incessante noria d'hélicoptères entre les deux villes et des blocages de routes pour sécuriser les déplacements des convois officiels.

 

Contre sommet

M. Rebière n'a pas caché sa "forte préoccupation concernant les risques de débordement" des anti-Otan, dont certains éléments incontrôlables sont formés "à la lutte commando". "La menace est réelle", a-t-il dit en rappelant que pas un seul sommet n'avait été épargné par les violences des "black blocks", des activistes "très mobiles, très violents", à la "créativité" remarquable. Les anti-Otan, qui réclament le droit de manifester dans Strasbourg, ne seront en aucun cas autorisés à s'approcher de Strasbourg. AFP

La violence des rassemblements anti-mondialisation est spécifiquement préparée et organisée

22 avril 2001

En cette fin de semaine à Québec où s'est tenu le Sommet des Amériques, et selon un schéma bien connu depuis Seattle, les manifestations anti-mondialisation ont donné lieu à des affrontements particulièrement violents entre militants et forces de l'ordre.

N-ViolenceMilitante-2.jpg

 

 

 

 

Derrière ces échauffourées en apparence hasardeuses se cachent cependant une préparation et une organisation spécifiques. Avec l'édition annuelle du Forum économique mondial de Davos et la présence de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève, dans notre pays, nous devons prendre conscience de cette réalité.

Il s'agit pour ce faire, tout d'abord, de démasquer trois mythes tenaces au sujet de tels événements, des mythes qui sont systématiquement propagés par des militants au demeurent parfaitement sincères et dont les causes ne méritent pas le discrédit qu'elles y subissent :

  • Premièrement, les foules disparates, bigarrées et internationales qui composent les rangs de ces manifestations anti-mondialistes ne traduisent aucune génération spontanée, mais sont largement le résultat d'une préparation systématique comprenant camps d'entraînement, manuels d'utilisation, transmission d'informations générales ou encore conseils divers sur la composition des groupes, l'équipement et le passage des frontières ;
  • Deuxièmement, les actes violents commis par une petite minorité particulièrement décidée (les « casseurs ») ne constituent pas le débordement imprévu d'une manifestation à but pacifique, mais une composante permanente et un encadrement actif de tels rassemblements, au vu et au su de tous les leaders des groupements non violents ;
  • Troisièmement, les déprédations en ville et les affrontements avec les unités de police ne sont pas le fruit du hasard ou de provocations de la part des forces de l'ordre, mais font partie d'une tactique délibérée, annoncée plusieurs semaines avant la manifestation, et tenant compte de la topographie comme de l'opposition.

 

Face à ces réalités que nous allons à présent développer, les diverses déclarations aux médias prennent leur véritable relief. Ainsi José Bové, le très médiatique leader de la Confédération paysanne, qui le 18 avril parlait d'une « situation de violence » créée par le Gouvernement canadien en raison des préparatifs policiers, alors que le programme des actions violentes planifiées par des groupes anarchistes circulait sur Usenet depuis le 2 mars !



Préparation : entraînement et organisation


 

L'objet de ces lignes n'est pas de jeter l'anathème sur des militants honnêtes : il convient effectivement de dissocier les activistes violents des non-violents. Lors de la première manifestation à Québec, le 20 avril, au cours de laquelle un grillage au socle de béton érigé en symbole a été abattu par les anti-mondialistes, des journalistes ont ainsi compté 100 militants anarchistes – membres des « Black Blocs » – pour 2000 manifestants bien plus paisibles ; le 21 avril, les agitateurs étaient estimés à 2000 sur une foule de 30'000 personnes aux intentions moins radicales. Mais ces derniers ne sont pas pour autant dépourvus de préparation.
Internet permet en effet une circulation de l'information particulièrement efficace entre militants de par le monde. Des éléments d'une véritable doctrine des actions militantes sont ainsi disponibles, notamment dans l'articulation des « groupes d'affinités », ensembles en principe non-violents de 5 à 15 personnes au sein desquels les rôles sont bien définis : toubib, « arrêté » (destiné à être interpellé), soutien à l'arrêté (pouvant tenter une libération), juriste, soutien des détenus (lorsque ceux-ci sont en prison), médiateur, porte-parole (voix du groupe lors d'assemblées générales), voire caméraman, explorateur (avant l'événement) ou encore soutien logistique. Si l'on précise que les décisions au sein des groupes sont prises par consensus, on ne peut qu'être frappé du parallèle avec l'organisation des forces spéciales militaires, dans leur phase de planification et par leur spécialisation.

Des conseils généraux concernant l'équipement, les questions légales, la sécurité opérationnelle ou les précautions à prendre en cas d'arrestation sont également régulièrement mises à jour et diffusées. Bien entendu, de telles informations ne peuvent échapper aux forces de l'ordre et donc ne divulguent aucun renseignement précis ; elles permettent toutefois d'atteindre une certaine unité de doctrine. Et ce d'autant plus si les sujets ont suivi une réunion préparatoire, comme les groupes d'activistes le pratiquent régulièrement, ou même un véritable camp d'entraînement.

«... tout un savoir-faire hérité de manifestations menées pendant plusieurs décennies et constamment mis à jour est transmis aux militants intéressés.»
«... tout un savoir-faire hérité de manifestations menées pendant plusieurs décennies et constamment mis à jour est transmis aux militants intéressés.»

C'est ainsi que la Ruckus Society, une société californienne créée en 1995, propose chaque année plusieurs camps d'entraînement longs d'une semaine pour la formation des militants. Au milieu du mois de mars, un tel camp s'est tenu en Floride, avec pour but de précisément lutter contre le traité de libre-échange panaméricain discuté à Québec. Au programme : collaboration avec les médias, campagne de communication, prise de décision en situation de crise, techniques d'obstruction et d'infiltration, action d'escalades, confection de banderoles et marionnettes, ou encore soins médicaux élémentaires. Ces cours sont donnés sous forme d'ateliers par des militants très expérimentés, dont plusieurs le sont à plein temps.

La Ruckus Society rédige et diffuse également des manuels pratiques destinés à tous les militants, portant sur l'utilisation des médias, la planification des actions, l'escalade et l'accrochage de banderoles, la reconnaissance des lieux, la vidéo ou encore les nœuds. Au total, tout un savoir-faire hérité de manifestations menées pendant plusieurs décennies et constamment mis à jour est transmis aux militants intéressés.

Les tenants d'actions violentes, qui se composent essentiellement de collectifs d'obédience anarchiste ou marxiste dont les groupes autonomes allemands sont l'inspiration, n'ont certes pas autant de transparence quant à leurs préparatifs. Mais ils utilisent également abondamment Internet pour leur communication, qui se superpose et complète celle des groupes non-violents.



Préparation : planification de l'action


 

Au début du mois de mars, les membres des « Black Blocs » (BB) – groupements anarchistes aux liens plus ou moins lâches qui ont éclaté sur la scène médiatique en 1999, lors des affrontements à Seattle – ont ainsi transmis par certains newsgroups ciblés, par courrier électronique et par certains sites Web discrets une véritable planification des actions prévues, qui n'est pas sans rappeler la méthodologie des formations militaires. Il s'agit en l'occurrence d'extraits d'une publication phare de la mouvance anarchiste, Barricada, un mensuel d'une vingtaine de pages disponible sur abonnement uniquement.

Cette planification commence par une orientation, à la fois sur les questions politiques soulevées par la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA) et sur l'organisation sécuritaire de la ville de Québec en temps normal et à l'occasion du sommet. Les diverses mesures prises par la police québécoise (interdiction des téléphones cellulaires, évacuation d'une prison pour disposer d'un local de détention, etc.), le dispositif défensif adopté (un périmètre de sécurité symbolisé par une clôture longue de 3,8 km) ainsi que les effectifs engagés (plus de 6000 policiers, dont 800 spécialistes anti-émeutes) font l'objet d'une description.

L'intention est on ne peut plus claire : perturber le plus possible l'organisation du sommet. L'idée de manœuvre implique la participation des organisateurs des rassemblements, le Comité d'accueil du Sommet des Amériques (CASA) et la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC). Ces organisations ont en effet un principe de base nommé « diversité des tactiques », qui permet à des militants tenants de modes opératoires différents de néanmoins conjuguer leurs efforts. Concrètement, cela signifie que la manifestation du 20 avril devait être – et a effectivement été – divisée en trois zones (également appelés « blocs » en anglais) :

  • Une zone verte, avec une atmosphère de carnaval, sorte de gigantesque fête devant célébrer la résistance à la mondialisation, avec un risque minimal de violence et de confrontation, a priori à l'abri des arrestations ;
  • Une zone jaune, pour les militants choisissant l'action directe non violente, comme des obstructions, et donc avec un risque nettement accru d'affrontement et d'interpellation ;
  • Une zone rouge, où un ensemble de tactiques diverses devant entraîner une « perturbation maximale » doit être utilisé (c'est dans cette zone que les BB annoncent être actifs).
«... prétendre que les organisateurs des rassemblements sont surpris par les débordements n'est rien d'autre qu'un pieux mensonge.»
«... prétendre que les organisateurs des rassemblements sont surpris par les débordements n'est rien d'autre qu'un pieux mensonge.»

 

De même, pour la journée du 21 avril où devait se tenir la grande marche des organisations gauchistes et non-gouvernementales, une scission du cortège était planifiée dès le début du mois de mars pour permettre une action des BB. En d'autres termes, prétendre que les organisateurs des rassemblements sont surpris par les débordements n'est rien d'autre qu'un pieux mensonge.

La condition sine qua non de l'action consiste toutefois à parvenir sur les lieux, ce qui implique le passage de la frontière où des refoulements se sont produits dès la mi-février. Quatre approches possibles sont expliquées :

  • Discrète, par petits groupes de préférence en voiture, en imitant les transfrontaliers habituels (en l'occurrence des étudiants) ;
  • Commerciale, en utilisant des transports collectifs comme le bus ou l'avion, mais avec un prix parfois inabordable (c'est l'approche conseillée) ;
  • Massive, en réunissant un grand nombre de militants à la frontière et en comptant sur la pression pour obliger les autorités à autoriser leur entrée ;
  • Risquée, c'est-à-dire illégale, en utilisant de vastes forêts ou de chemins isolés.

 

Par ailleurs, un grand nombre de recommandations est fournie aux militants dès leur arrivée à la frontière. Nous n'en ferons pas ici l'inventaire, qui va à peine au-delà des « trucs » entendus parfois pour éviter un contrôle douanier ou un contrôle d'identité. Les recommandations dès l'arrivée sur le lieu de la manifestation sont en revanche autrement plus utiles :

  • Arriver le plus tôt possible et procéder discrètement à une reconnaissance approfondie du secteur (les organisateurs des rassemblements facilitent généralement l'hébergement de tous les militants, y compris les anarchistes violents) ;
  • Savoir où peut être obtenu sur place l'équipement nécessaire aux manifestations, soit par l'envoi postal préalable, soit par l'utilisation de ressources locales (les militants traversent la frontière sans aucun tract ni affiche, habillés et coiffés comme des citoyens normaux, munis de ressources financières et au volant de véhicules récemment lavés) ;
  • Connaître parfaitement ses droits pour savoir que faire ou ne pas faire en face des forces de l'ordre (le CLAC a par exemple mis en ligne une information complète à ce sujet pour le sommet de Québec).
«... bâtons, rondelles et cannes de hockey, bouteilles en verre, pierres et boules de billard, mais aussi bombes fumigènes, lacrymogènes et cocktails Molotov.»
«... bâtons, rondelles et cannes de hockey, bouteilles en verre, pierres et boules de billard, mais aussi bombes fumigènes, lacrymogènes et cocktails Molotov.»

L'équipement des militants violents mérite également une attention particulière. Le matériel offensif ne fait l'objet d'aucun conseil, qui pourrait être poursuivi selon certaines juridictions, de sorte que nous devons nous en tenir aux comptes rendus des médias : bâtons, bombes aérosols, balles de golfs, ballons de peinture, rondelles et cannes de hockey, bouteilles en verre, pierres et boules de billard, mais aussi bombes fumigènes, lacrymogènes et cocktails Molotov. La police canadienne a par ailleurs arrêté deux jours avant le sommet un groupe de 7 hommes possédant un petit arsenal comprenant notamment des armes, des détonateurs et des charges « flash bang ». Au total, un équipement considérable, incompatible avec toute improvisation.

La matériel défensif est pour sa part chaudement conseillé : masque de protection, lunettes de ski ou de plongée, bandana aspergé de vinaigre pour protéger les yeux ; habits chauds et étanches (l'eau des canons, en avril au Québec, peut décourager plus d'un militant), mais également en plusieurs couches de différentes couleurs (pour le « de-bloc », c'est-à-dire l'éparpillement des groupements violents habituellement vêtus de noir, ainsi que pour éviter des marques de peinture utilisées par la police pour confondre les éléments violents) ; souliers renforcés, pour protéger les pieds, ou de sport pour courir vite ; boucliers pour se protéger des balles en caoutchouc ; gants et plastrons en tous genres pour se protéger des coups de matraque.

Divers appareils et outils sont également recommandés. Les sacs de couchage, tentes, ustensiles de cuisine et bouteilles d'eau en grande quantité accroissent l'indépendance logistique. Les lampes torches et les montres peuvent se révéler utiles de nuit. Les téléphones portables et les caméras vidéo sont tenues en très haute estime, puisqu'elles fournissent des contacts et du matériel au profit d'une campagne médiatique.



Opérations : offensives délibérées


 

C'est au début du mois d'avril que les militants anarchistes, toujours par l'intermédiaire de Barricada, ont achevé leur planification par l'élaboration d'une sorte de plan d'engagement, comprenant une carte de la ville de Québec, les zones de rassemblements, les lieux et les heures des différentes actions prévues. N'ayant pu nous procurer une copie de ces informations, nous ne sommes guère en mesure d'en dire davantage. Mais il suffit de se pencher sur le déroulement d'une manifestation à Québec pour saisir l'essentiel.

Plusieurs journalistes ayant suivi de très près les différents affrontements survenus dans la ville canadienne, la conduite des opérations apparaît en effet clairement. Le 20 avril vers 1200, quelque 2000 manifestants s'élancent pour une manifestation devant être pacifique ; dans les rangs, une centaine d'anarchistes, bien équipés et vêtus de noir, défilent derrière une banderole. Pendant quelques kilomètres, la foule chante, scande des slogans ou danse ; mais on vérifie également l'équipement – distribution de masques – et la tension monte.

Au fur et à mesure que le cortège approche du périmètre de sécurité, les déprédations – tags et barbouillages – se multiplient, alors que de nombreux manifestants se munissent de cailloux. A proximité du Vieux Québec, centre du sommet, la foule finit par se diviser en trois groupes : l'un, pacifique, bifurque vers la basse ville et n'aura aucune anicroche ; le second prend une autre direction mais est refoulé par la police. Quant au troisième, où se pressent les BB et les principaux agitateurs, il marche directement sur le périmètre.

La foule est déjà assez nombreuse près du mur surmonté d'un grillage, et les jets de projectiles divers – ballons de peinture, bouteilles, papier hygiénique, pierres, etc – se multiplient, lorsque la centaine d'activistes du BB, équipés de masques à gaz et de bâtons, sonne la charge contre le périmètre. Observant une discipline paramilitaire et répondant à des ordres précis comme pendant toute la progression, dont ils ont indéniablement constitué l'encadrement, les anarchistes parviennent rapidement à renverser une portion du grillage.

Il est 1508. Un groupe d'activistes munis d'outils découpe rapidement le maillage de fer et plusieurs centaines de militants pénètrent dans le périmètre.

«... Observant une discipline paramilitaire et répondant à des ordres précis, les anarchistes parviennent rapidement à renverser une portion du grillage.»
«... Observant une discipline paramilitaire et répondant à des ordres précis, les anarchistes parviennent rapidement à renverser une portion du grillage.»

Le face-à-face prend dès lors une autre tournure, puisque les militants lancent maintenant cocktails Molotov, bombes fumigènes et lacrymogènes sur les forces de l'ordre et sur les bâtiments alentour. Du coup, sous la protection d'une centaine de leurs confrères, les policiers anti-émeutes de la Sûreté du Québec posent un genou au sol, retirent leurs casques, posent leurs boucliers et enfilent leurs masques de protection, avant de tirer des cartouches de gaz lacrymogène.

Plusieurs dizaines de manifestants s'accrochent au grillage abattu et refusent de quitter le périmètre. Il faudra attendre 1625 avant que le périmètre ne soit de nouveau bouclé, non sans que les activistes aient tenté sans succès une percée identique quelques rues plus loin. Mais avec la diffusion des gaz lacrymogènes, l'ouverture du sommet sera à la fois perturbée et reportée.



Conclusion : des bandes armées modernes


 

Les manifestations anti-mondialisation créent donc de manière explicite les conditions pour une expression particulièrement violente de revendications visant à lutter contre l'ordre établi. Il s'agit ainsi de relever que les moyens modernes de communication – Internet, Usenet, courrier électronique, téléphones cellulaires, chaînes d'information en continu – donnent la possibilité à des groupes numériquement faibles d'unir leurs forces au-delà des frontières, de partager leur savoir-faire sans se réunir, d'améliorer une doctrine née de l'expérience, tout en bénéficiant d'une couverture médiatique considérable.

Bien entendu, ces mêmes moyens de communication favorisent l'action des forces de l'ordre par la surveillance électronique ou par l'infiltration de « taupes » au sein des mouvements activistes, et montrent assez bien les parts respectives des revendications politiques et du vandalisme. Il n'en demeure pas moins que nous assistons là à l'émergence de bandes armées contemporaines, essayant d'utiliser à leur profit toutes les ressources de la civilisation post-moderne, et que les Forces armées de notre pays sont appelées tôt ou tard à rencontrer.

A Québec, la mobilisation de plus de 6000 policiers et 1200 militaires, dans un dispositif défensif ayant nécessité un investissement de 35 millions de dollars, n'a pas suffi à contenir les actes de violences. Usant de brusques concentrations lors d'actions soigneusement planifiées, conservant leur cohésion malgré une décentralisation maximale et utilisant la foule de manifestants comme camouflage, les bandes armées extrémistes constituent une menace dont les différences avec le terrorisme sont somme toutes assez minces.

 

Cap Ludovic Monnerat


http://www.checkpoint-online.ch/CheckPoint/Monde/Mon0022-...

 

Welcome from Executive Director Adrienne Maree Brown

Welcome to our website! The Ruckus Society provides environmental, human rights, and social justice organizers with the tools, training, and support needed to achieve their goals. Learn more in our brochure!

Ruckus is in its 13th year of training and supporting Nonviolent Direct Action. We have been growing our capacity to pull off actions that tell the world what we want, not just what we protest. We are aiming to transform society with our belief that actions speak louder than words. We have a network of folks who can help you figure out, strategically, if it's time for action, what actions to take, how to take them step by step, and stand right there with you to pull it off. If you need us, don't hesitate to be in touch!

Below is news from various actions and trainings we're involved in. Enjoy!

 

18:25 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu