Avertir le modérateur

04/08/2010

Dans la sainte Russie démocrate, il a traité la police de "racaille".

 

http://www.annointedfig.com/wp-content/uploads/2009/04/pig-cop.jpg

a pig cop eating his donut


MOSCOU (Reuters) - Un russe qui a traité la police locale de «racaille» dans un commentaire affiché sur Internet a reçu une peine de prison avec sursis lundi pour «extrémisme», ce qui incite les bloggers à mettre en garde contre une répression de la liberté d'expression sur Internet.

Savva Terentiev, un musicien de 28 ans de Syktyvkar, à 1515 kilomètres (940 milles) au nord de Moscou, a écrit sur un blog l'an dernier que la force de police devrait être nettoyée en brûlant symboliquement des policiers deux fois par jour dans une square urbain. Condamné sur des accusations «d’incitation à la haine et à la discorde» Terentiev a reçu une sentence d’un an de prison avec sursis, ont rapporté les agences de presse russes. Les militants pour la liberté d'expression ont déclaré que la décision pourrait créer un précédent dangereux pour la liberté d'expression sur l'Internet, un forum dynamique pour les débats politiques dans un pays où les grands médias traditionnels font preuve de déférence envers les autorités. «C’est un verdict tout à fait injustifié», a déclaré à Reuters Alexander Verkhovsky, directeur du centre SOVA à Moscou, une ONG qui surveille l'extrémisme. «Savva a assurément écrit un commentaire impoli… mais ce verdict signifie qu’il sera impossible de faire des commentaires impolis au sujet de qui que ce soit». Le verdict a été discuté sur des blogs russes lundi. «Je ne sais pas maintenant si je dois être écrire ici ou pas», a commenté le blogger Likershassi sur un site Web. «Le fait que Terentiev ait eu une condamnation avec sursis est sans importance. Ce qui est important est le précédent», a écrit un bloger nommé Puffinus. GRAND FEU DE JOIE Contacté par Reuters lundi, Terentiev a confirmé la sentence mais a déclaré qu'il n'était pas en mesure de faire d'autres commentaires. Le commentaire sur le blog pour lequel il a été poursuivi a été retiré de l'Internet. Le journal russe Kommersant l’a cité comme disant: «Ceux qui deviennent flics sont des racailles», et demandant qu’on en fasse un feu de joie». Après que l'accusation ait été déposée, Terentiev a écrit une lettre ouverte au Président russe Dmitri Medvedev protestant de son innocence. «Il est de notre devoir d'assumer la responsabilité de nos paroles sur l'Internet... mais je n'ai pas appelé à la haine sociale envers les personnes salariées du service de la police», a-t-il écrit dans la lettre affichée sur l'un de ses sites www.zasavva.ru La plupart des Russes reçoivent leurs bulletins de nouvelles et leur information de stations de télévision et de journaux contrôlés par l'État ou par des hommes d'affaires ayant des liens avec le Kremlin. Les voix de l'opposition sont en grande partie confinées à l'Internet, à la radio et aux publications à faible circulation. Medvedev a dit qu'il considère la liberté d'expression et une société civile florissante comme essentiels et que la Russie doit y aller avec retenue lorsqu’elle fait la police de l'Internet.
«Dieu merci, nous vivons dans une société libre», a déclaré Medvedev le mois dernier dans un entretien avec Reuters. «Il est possible d’aller sur l'Internet et d'y trouver tout ce que vous voulez. À cet égard, il n'y a pas de problèmes d’accès fermé à l'information en Russie aujourd'hui, il n'y en avait pas hier et il n'y aura pas demain», a-t-il dit.

Reuters - 07/07/2008

 

not all pigs are cops 10"X9"
acrylic on cardboard



 

Un blogueur russe condamné pour avoir insulté la police a défendu lundi son droit d'expression en Russie où l'internet, dernier îlot de liberté, est devenu la cible du ministère de l'Intérieur soucieux d'accroître le contrôle des sites Un blogueur russe condamné pour avoir insulté la police a défendu lundi son droit d'expression en Russie où l'internet, dernier îlot de liberté, est devenu la cible du ministère de l'Intérieur soucieux d'accroître le contrôle des sites "subversifs"."Je ne pense pas que j'aie commis un crime", a déclaré au cours d'une conférence de presse à Moscou Savva Terentiev, musicien de Syktyvkar (nord) condamné à un an de prison avec sursis après avoir écrit dans son blog qu'il détestait les policiers, appelant à les brûler vifs "comme à Auschwitz".Son avocat, Vladislav Kosnynev, a qualifié cette condamnation d'"illégale et infondée" annonçant qu'il en avait fait appel lundi et se disant prêt à aller jusqu'à la Cour européenne des droits de l'Homme à Strasbourg, le cas échéant.Savva Terentiev a admis que ses commentaires étaient "assez forts", sans pour autant vouloir revenir sur les termes qu'il avait utilisés.La police en Russie a la réputation d'être très corrompue et la plupart des Russes disent ne pas lui faire confiance, selon des sondages.Au procès, le procureur Lada Louzan a qualifié les déclarations de Savva Terentiev d'"acte d'extrémisme, puisque l'objet de l'incitation au crime était des individus exerçant des fonctions qui visent à protéger l'ordre et les lois"."Personne n'a prouvé en justice que les commentaires (de Savva Terentiev) avaient été dangereux pour la société", a réagi lundi Anton Nossik, blogueur et figure de l'internet russe.Il a par ailleurs dénoncé comme étant "absurdes" les tentatives de la police de contrôler le web.Le ministre russe de l'Intérieur Rachid Nourgaliev a appelé vendredi les députés à amender la loi sur les médias pour qu'il soit reconnu que l'internet est un média, ce qui permettrait de sanctionner les internautes pour la publication d'informations "extrémistes"."Aujourd'hui, la question de la responsabilité pénale pour incitation à l'extrémisme et au terrorisme sur le web devient de plus en plus d'actualité", a-t-il déclaré, d'après le site du ministère.Maria Gaïdar, militante du parti de droite SPS, qui s'est distinguée par une campagne contre le Kremlin extrêmement caustique menée sur l'internet avant les législatives de fin 2007 a également jugé "absurde" d'assimiler internet et médias, ce qui équivaudrait, dit-elle, à "déclarer comme mass média toute sorte de moyens de communiquer, textos, etc.".Interrogée par l'AFP, elle a cependant souligné que toute personne devait être responsable de ses dires, considérant que la condamnation de Savva Terentiev est "adéquate".Pour Alexeï Simonov, du Fonds de défense de la Glasnost, la démarche du ministre Nourgaliev a pour but d'envoyer un signal aux blogueurs qui jouissaient jusqu'à présent d'une "certaine liberté" dans un contexte de verrouillage du paysage audiovisuel et d'absence de toute discussion publique libre sur les sujets politiques."Dans la Russie actuelle, tout désaccord avec les autorités exprimé en termes forts peut être taxé d'extrémisme", déplore M. Simonov.Le Parlement russe a définitivement adopté il y a un an des amendements à la législation sur "l'extrémisme", décriés comme étant un moyen d'entraver l'action de l'opposition avant l'élection présidentielle de mars 2008 en Russie.Ces amendements ont introduit notamment dans le code pénal la notion de crimes et délits commis pour "des motifs de haine politique et idéologique", venant s'ajouter à ceux commis par haine raciale ou religieuse."C'est bête de considérer l'internet comme un média, mais qui a dit que nos autorités sont incapables de faire des bêtises ?", s'interroge ironiquement l'expert.

AFP - 14/07/2008

http://1.bp.blogspot.com/_SGVfcM5NOmM/Sf3Rmn9jA7I/AAAAAAAAAaA/4BeKAvK3P5c/s400/ROAST+A+PIG.gif

07:11 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu