Avertir le modérateur

04/03/2011

TPI : les services français ont protégé durant des années des criminels de guerre

ancien article sur Probe ici



Coopérer avec la justice internationale ? Oui, mais d’abord protéger les « amis de la France ». Les carnets du général Rondot, saisis par la justice et largement utilisés dans l’enquête sur l’affaire Clearstream, recèlent des informations jamais utilisées jusqu’à aujourd’hui sur l’attitude de la France envers le TPIY et la poursuite des criminels de guerre. Mediapart et Le Courrier des Balkans se sont également procurés une note du général Rondot, qui explique comment les services français ont protégé des inculpés du TPIY, notamment le général croate Ante Gotovina.

Datée du 17 mars 2005, cette note est adressée au chef d’état-major particulier du président de la République, le général Georgelin, avec copie au ministre de la défense de l’époque, Michèle Alliot-Marie. Ce document atteste formellement des liens qu’ont entretenus les services secrets de la DGSE avec les forces croates dès 1991, puis, de 2000 jusqu’en 2005, avec des criminels de guerre recherchés par le TPIY.

Ces documents éclairent d’un jour nouveau le rôle des services français dans les guerres de l’ex-Yougoslavie puis leur collaboration à géométrie variable avec la justice internationale. Dans ses annotations, le général Rondot révèle en particulier comment la DGSE est restée en contact avec le général croate Ante Gotovina, inculpé et recherché par le TPIY, tout au long d’une cavale qui s’est poursuivie de 2001 à 2005.

Plus largement, le général expose comment les services de renseignements français ont suivi de près tous les dossiers concernant les criminels de guerre. Ils n’ont livré qu’au compte-gouttes des informations à la justice internationale, avec une ligne directrice : protéger leurs collaborateurs et leurs partenaires, même quand ceux-ci étaient inculpés.

En conséquence de cette collaboration bien hésitante de pays comme la France avec la justice internationale, le général Mladić court toujours, plus de quinze ans après son inculpation.

Dans les carnets, les mentions concernant les inculpés du TPIY reviennent presque chaque jour. Qu’il s’agisse de Mladić, de Karadžić, arrêté à Belgrade en juillet 2008, ou encore de Goran Hadžić (ancien président de la République serbe de Krajina accusé en 2004 de crimes de guerre et crimes contre l’humanité), lui aussi toujours en cavale, les communications sont constantes entre la ministre de la défense Michèle Alliot-Marie, le président Chirac, et la direction des services.

tLa priorité des priorités a longtemps concerné le général croate Ante Gotovina, ancien membre de la Légion étrangère. Il n’a été arrêté que le 7 décembre 2005. Quelques mois plus tôt, le général Rondot notait : « Cesser de traiter Gotovina ». Avant d’être ainsi « lâché » par la DGSE, l’homme, actuellement en jugement à La Haye pour « violations des lois et coutumes de la guerre » et crimes contre l’humanité, a joui d’une longue protection, qui s’explique par les nombreux services qu’il aurait rendu à la France.

Ante Gotovina, un itinéraire français

PNG - 255.8 ko
Cliquez sur l’image pour accéder à la première page de la note

Ante Gotovina a toujours entretenu des liens étroits avec la France. Né en 1955, il fuit la Yougoslavie de Tito et s’engage le 1er janvier 1973 dans la Légion étrangère sous le nom d’Ivan Grabovac. Affecté au 2ème Régiment étranger de parachutistes basé à Calvi, en Corse, il fait alors une rencontre déterminante : Dominique Erulin. Les deux hommes servent sous les ordres du frère de ce dernier, le colonel Philippe Erulin, qui dirige le 2e REP. Leur fait d’arme est d’avoir sauté sur Kolwezi (Zaïre), en 1978, afin de rapatrier les Européens menacés par des rebelles. Ante Gotovina quitte la Légion en 1978 avec le grade de caporal-chef et obtient la nationalité française en avril 1979.

Après s’être reconverti un temps dans les officines de sécurité, il sombre dans le banditisme puis rejoint la Croatie en juin 1991 (pour lire le détail de cet itinéraire cliquez ici). Il connaît alors une ascension fulgurante jusqu’à devenir général de corps d’armée en 1995 et commandant du district militaire de Split. À ce titre, il participe à l’opération « Tempête » (Oluja) , la « guerre éclair » qui permet à l’armée croate de reconquérir en quelques jours le territoire occupé par les sécessionnistes de la République serbe de Krajina.

PNG - 252 ko
Cliquez sur l’image pour accéder à la deuxième page de la note

Cette opération a en fait été préparée avec les services de renseignements militaires occidentaux, notamment américains et français. Dans la note du 17 mars 2005 que nous révélons, Rondot écrit : « C’est ainsi qu’en août 1995, l’un des personnels [de la DGSE] a suivi le déroulement de l’opération ’Oluja’ de reconquête des Krajinas par l’armée croate. C’est pour des faits remontant à cette période que le général Ante Gotovina est aujourd’hui poursuivi par le TPIY. »


Retrouvez notre dossier :
TPI : Ante Gotovina, criminel de guerre et « ami de la France »

 

 

 

 

 

la suite sur Le Courrier des Balkans

 

10:35 | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/11/2009

Le général d’armée Raymond Germanos aime bien l'Autriche et les très jeunes enfants

Ancien chef du cabinet militaire des ministres Charles Millon et Alain Richard, le général Germanos, 68 an, va comparaître devant le tribunal correctionnel pour détention d’images à caractère pédophile, mettant en scène de très jeunes enfants. Il risque jusqu’à deux ans de prison et 30.000 euros d’amende.

Raymond Germanos, ex-patron du Service d’information et de relations publiques des armées (Sirpa), qui fut aussi directeur de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN), a été renvoyé le 9 octobre dernier devant le tribunal de Paris. On ne l’a appris qu’hier tant cette affaire sensible avait été menée en toute discrétion. Le général d’armée est soupçonné d’avoir téléchargé sur un site autrichien, entre 2004 et 2008, environ 3.000 images d’enfants âgés de 6 mois à 12 ans, mis en scène par des pervers.

L’affaire a débuté en 2006 lorsque les policiers français ont été alertés, via la structure Europol, par leurs homologues autrichiens. Les enquêteurs étaient parvenus à identifier l’adresse internet de M. Germanos sur laquelle étaient importées photos et vidéos pédopornographiques.

// --> // --> C’est ainsi que le militaire est confondu : les policiers perquisitionnent son domicile et saisissent son ordinateur, mettant la main sur les photos, dont certaines, effacées, seront retrouvées grâce à une expertise du disque dur. Contre toute attente, il reconnaît les faits, sans les minimiser.

La première fois, confiera-t-il, c’est par hasard qu’il est allé sur ce site avant de céder « à une curiosité malsaine », selon ses termes, a rapporté, hier à France-Soir, une source judiciaire. Devant la juge d’instruction Géraldine Rigollot, le prestigieux officier supérieur a raconté avoir traversé des épisodes difficiles, liés à des problèmes de santé, qui l’auraient déstabilisé.

Au cours de cette période troublée, il aurait commis ces faits qu’il a lui-même qualifiés d'« aberrants » devant le magistrat instructeur. Raymond Germanos a été mis en examen en 2008. Le parquet de Paris avait requis son renvoi en correctionnelle, désormais acquis. Il encourt deux ans de prison et 30.000 euros d’amende.

Il a entamé un travail avec des psychiatres

Hier, son avocat, Me Olivier Schnerb, n’était pas joignable et, du côté de l’armée, les commentaires étaient succincts. « Nous n’avons rien à dire, une instruction est en cours », indiquait sobrement un interlocuteur du service communication des Armées.

« Le général Germanos n’était plus d’active au moment où les faits présumés lui ont été reprochés. » (sic) Il semblerait que le militaire ait déjà entamé un travail avec des psychiatres pour tenter de comprendre et de lutter contre ses pulsions.

L’information a été révélée hier après-midi lorsque la défense de l’officier s’est présentée devant la cour d’appel de Paris pour demander un assouplissement de son contrôle judiciaire. Il lui est notamment interdit de sortir d’Ile-de-France. La décision sera rendue le 10 novembre.

Diplômé de Saint-Cyr, le général a commandé le prestigieux 2e régiment étranger de parachutistes (2e Rep). Il a également été sous-chef des opérations à l’Etat-major des armées. M. Germanos a été membre des cabinets des anciens ministres de la Défense André Giraud et Jean-Pierre Chevènement, avant de diriger les cabinets militaires de leurs successeurs Charles Millon et Alain Richard. Il est Commandeur de la Légion d’honneur.

La pornographie infantile, un fléau mondial

Définie par les Nations unies comme « toute représentation, par quelque moyen que ce soit, d’un enfant s’adonnant à des activités sexuelles explicites, réelles ou simulées, ou toute représentation des organes sexuels d’un enfant, à des fins principalement sexuelles », la pédopornographie est sévèrement réprimée dans de très nombreux pays, et particulièrement aux Etats-Unis et en Europe occidentale.

Depuis l’éclatement de la bulle Internet, ses méfaits se sont démultipliés : on estime que 40 millions de pages Web lui sont consacré, et l’on peut multiplier par deux, même s’il n’existe pas de statistiques précises, le nombre de photos et vidéos qui circulent entre les mains des prédateurs.

Les acheteurs de ces clichés pédophiles, comme le général Germanos qui a reconnu les faits, enrichissent les trafiquants d’enfants. Rien qu’en Allemagne, les policiers avancent le chiffre de 130.000 jeunes filles et garçons soumis à des pratiques sexuelles dégradantes.

Aux Etats-Unis, le trafic rapporterait trois milliards par an aux prédateurs qui, bien que de plus en plus traqués par les cyberpoliciers, semblent poursuivre leurs activités. Les études effectuées sur les victimes démontrent des ravages indélébiles, comme de graves troubles psychologiques et des tendances suicidaires.

Edition France Soir du mercredi 4 novembre 2009 page 11

 

 

Europe

Autriche: plus grosse opération anti-pédopornographie en ligne impliquant mille personnes

AP | 14.03.2009 | 02:29

L'Autriche a mené la plus grosse opération jamais montée contre des réseaux en ligne de pornographie infantile, en coordination avec plusieurs pays: mille personnes sont impliquées, a annoncé la police autrichienne vendredi.

Des preuves contre 189 personnes vivant en Autriche ont été retrouvées, les recherches se poursuivaient à l'encontre de 97 autres et 935 individus ont pu être identifiés grâce à l'examen d'un site croate. L'enquête avait commencé il y a un an.

Au cours de "l'Opération Sledgehammer" ont été retrouvées 99 photos d'enfants, âgés de seulement 9 à 12 ans. Parmi les victimes, 16 ont pu être identifiées, originaires des Etats-Unis et du Paraguay.

Lors des perquisitions menées dans certaines maisons ont également été retrouvées de la drogue et des armes. Parmi les personnes inculpées figurent quelques enseignants. Certains pédophiles étaient déjà connus des services de police. AP

 

Démantèlement d’un réseau de pornographie enfantine en Allemagne et Autriche

Posté par tatun le 30 septembre 2009

VIENNE - Un vaste réseau proposant sur l'internet des images et vidéos de pornographie enfantine, réalisés parfois dans le cercle familial, a été démantelé en Autriche et en Allemagne, a annoncé mercredi la police autrichienne.

Trois Autrichiens ont été arrêtés, dont l'un à Vienne, sur un total de 22 arrestations, a précisé la police lors d'une conférence de presse à Vienne. Ceux-ci avaient mis les enfants de leur propre famille à contribution.

Un boucher de Vienne, âgé de 41 ans, annonçait ainsi le soir dans les forums internet ce qu'il allait faire avec sa belle-fille de 10 ans et mettait le lendemain les photos en ligne sur son site. Il était père de trois autres enfants et sa femme a affirmé tout ignorer de ses agissements, même si elle s'étonnait qu'il s'enferme parfois dans une pièce avec sa fille à elle.

“C'était la star du forum”, a précisé Harald Gremel, responsable de la cellule protection de l'enfance à la direction de la police de Vienne.

Les enfants apparaissant sur ces clichés et vidéos sont âgés de 8 à 12 ans, selon la police.

L'opération appelée “Forêt hantée” a été menée conjointement par les polices allemande et autrichienne et a permis d'identifier 136 membres du réseau. Au total 12 personnes ont été arrêtées en Allemagne, essentiellement des initiateurs des forums internet sur lesquels ces productions pornographiques étaient proposées et diffusées.

Le principal administrateur du réseau se trouve en détention en Suisse, selon la police autrichienne.

L'enquête, démarrée en Allemagne en janvier et à laquelle la police autrichienne a été associée en mai, a donné lieu à 178 perquisitions aux domiciles de personnes suspectées de participer à ce réseau, et 220 ordinateurs ont été saisis.

Parmi les suspects se trouvent, outre des Autrichiens et Allemands, des personnes de nationalité suisse, espagnole, bulgare, canadienne et américaine.

L'arrestation des Autrichiens a permis, selon la police autrichienne, de remonter ensuite jusqu'à la tête du réseau.

 

Vaste réseau de pédopornographie démantelé en Autriche

La police autrichienne a annoncé vendredi avoir démantelé, en coopération avec d'autres services européens, un vaste réseau de pornographie infantile sur l'internet impliquant plus d'un millier de personnes.

Dans le cas de 189 personnes en Autriche, parmi lesquels des enseignants, les enquêteurs ont pu apporter la preuve de l'échange de matériel pornographique impliquant des mineurs. L'enquête se poursuit, en revanche, pour 97 autres suspects vivant dans le pays.

L'examen d'un site internet croate a, par ailleurs, permis de repérer 935 autres personnes soupçonnées d'avoir participé à ce réseau de photos et vidéos interdites impliquant des enfants.

Lors des perquisitions effectuées au domicile des suspects, la police a saisi, outre du matériel interdit, des drogues et des armes illégalement détenues. Les enquêteurs ont également réussi à identifier 16 des victimes qui apparaissaient sur les films et photos pornos, des enfants âgés de 9 à 12 ans et originaires des Etats-Unis et du Paraguay. (belga)
13/03/09 11h42 (7/7 info)
http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/764853/2009/03/13/Vaste-reseau-de-pedopornographie-demantele-en-Autriche.dhtml

09:30 | Lien permanent | Commentaires (2) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu