Avertir le modérateur

20/11/2011

Transport Gorleben 2011

via groupes.sortirdunucleaire.org

16:56 | Lien permanent | Commentaires (0) |

14/11/2011

transport nucléaire CASTOR La hague - Gorleben

Informations sur ce trajet

 

Le 24 novembre prochain, un train de déchets nucléaires vitrifiés allemands, quittera le terminal ferroviaire de Valognes dans la Manche à 14h20 pour rejoindre le centre de stockage temporaire de Gorleben.

En France, il traversera notamment la Manche, le Calvados, l’Eure, la Seine-Maritime et la Somme. Ensuite de trois trajets sont prévus. A Amiens deux directions sont envisagées par AREVA et la SNCF. Le train pourrait se diriger vers le nord de la France ou descendre vers Reims pour ensuite rejoindre l’est de la France, où il passera la frontière franco-allemande. Là aussi différentes issues sont envisagées pour passer la frontière, afin d’éviter les militants. Aussi, nous publions les horaires de passage potentiel sur ces différents trajets.

Vous trouverez également sur cette page toutes les informations techniques relatives à ce transport.

à voir chez sortirdunucléaire


17:18 | Lien permanent | Commentaires (0) |

17/09/2011

Rapport de résistance des centrales nucléaires : « Ces tests, c’est du flan », selon Jean-Marie Brom

« Ces tests, c’est du flan », a réagi Jean-Marie Brom, radiophysicien au CNRS de Strasbourg et figure de proue du Réseau Sortir du nucléaire. Il a souligné qu’il n’y avait eu « aucune nouvelle étude. […] Ces rapports ne sont qu’un recopiage des évaluations de sûreté et des procédures contre les agressions extérieures faites par l’exploitant lui-même. »

Concernant Fessenheim, il a regretté le manque d’informations concernant les risques d’inondations. « Le Grand canal d’Alsace a un débit de 1 000 m 3 par seconde et la centrale est située juste à côté, à 13 mètres en dessous du niveau de l’eau. Mais l’exploitant estime une rupture de digue impossible et donc, aujourd’hui, on n’a aucune nouvelle étude sur ce point », a-t-il avancé. Et de conclure : « Si on avait demandé l’an dernier à Tepco de faire un rapport sur la centrale de Fukushima, elle aurait été jugée parfaitement sûre. »

De son côté, l’Observatoire du nucléaire a jugé « indécente »« l’autosatisfaction d’EDF », estimant qu’ « aucune crédibilité ne peut être accordée à l’auto-évaluation de ses activités par une entreprise commerciale qui n’a donc aucune envie de voir ses installations mises à l’arrêt », souligne l’ONG dans un communiqué. « La seule façon d’assurer la sûreté nucléaire, ajoute-t-elle, c’est d’arrêter les installations, sachant qu’il restera encore les problèmes quasi insolubles de leur démantèlement et de l’impossible gestion des déchets radioactifs. »

 

piqué au tas sur l'alsace.fr

http://castor.divergences.be/IMG/jpg/18.jpg

17:33 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/11/2010

Quand AREVA et le lobby du nucléaire décide de faire passer les trains Castor dans les villes...

Les déchets nucléaires sont passés en ville

 

Le convoi transportant des déchets nucléaires vitrifiés à l'usine Areva de la Hague vers l'Allemagne, attendu hier à Hoenheim et Lauterbourg, a vu son itinéraire modifié en dernière minute. Le train est finalement passé en pleine ville de Strasbourg et a passé la frontière à Kehl.

Les manifestants antinucléaires n'auront jamais vu les « Castor » (*). Alors qu'une soixantaine de personnes attendaient hier matin à Hoenheim le passage des onze conteneurs de déchets nucléaires à destination de l'Allemagne (DNA d'hier), le train parti la veille de Valognes (Manche) est finalement passé par Strasbourg pour franchir la frontière sur le pont de Kehl peu avant 14 h. « Incroyable qu'un convoi d'une telle dangerosité passe en pleine ville »  Après avoir été bloqué plusieurs heures ...

Aurélien Poivret (avec S.G.)

piqué sur dernouf.fr -07/11/2010

 

Le train de l’enfer détourné par Kehl-am-Rhein: photos et vidéos Feuille de Choux


Train de l'enfer à Kehl-am-Rhein
envoyé par f-de_c.

La suite sur Feuille de Choux

 

Le train nucléaire n'a pas sifflé à son passage

 

 

Le train nucléaire n'a pas sifflé à son passage

Publié le dimanche 07 novembre 2010 à 07H21

REIMS (Marne). Dévié au dernier moment, le train de déchets radioactifs a traversé incognito, hier en fin  de nuit, les agglomérations de Reims et Châlons- en-Champagne.   Aucun manifestant  pour l'accueillir.

LE coup d'intox d'Areva a parfaitement fonctionné. En décidant de changer au dernier moment l'itinéraire de son convoi de déchets radioactifs, le groupe nucléaire s'est offert un passage tranquille dans la Marne. Aucun manifestant pour l'accueillir. « Combien de Rémois étaient au courant qu'un train radioactif passait cette nuit près de chez eux ? » s'interroge Ken*. « Pratiquement aucun ! »
Ken faisait partie des initiés. C'est l'un des rares témoins du passage à Reims du convoi de déchets radioactifs parti de Normandie pour l'Allemagne (lire aussi en page Monde). Il a filmé la scène et posté sa vidéo de 59 secondes sur le site YouTube.
Le club des cinq
Le jeune homme se décrit comme un « simple citoyen » sensibilisé au sujet du nucléaire. Il n'a même pas veillé spécialement dans l'attente du train.
« Je suis quelqu'un qui a du mal à dormir. J'étais encore debout, à 2 heures, quand j'ai appris sur le réseau Twitter que le trajet avait été modifié et que le convoi passerait par Reims. J'ai prévenu quelques amis avec lesquels j'ai des affinités sur les questions d'écologie. Grâce à Twitter, on a pu suivre la progression du convoi en temps quasi-réel. C'est comme ça que nous avons su vers quelle heure il arriverait à Reims. »
Accompagné de quatre camarades, Ken s'est posté vers 4 h 30 le long du boulevard des Tondeurs, près du pont de Bétheny. « On s'est mis dans un recoin pour rester discrets. On avait repéré des policiers et on avait peur d'être importunés s'ils nous voyaient. C'étaient des agents de la brigade anticriminalité. Ils faisaient des allers et retours pour vérifier si personne n'allait sur les voies. Ce n'était pas notre intention. »
Un wagon rempli de CRS
Autrefois, lors du passage de précédents convois, Ken a participé à des envahissements de voies ferrées mais depuis la mort de Sébastien Briat, militant antinucléaire mortellement percuté en 2004 lors d'une action de blocage en Moselle, « il est pour moi hors de question d'approcher les trains ».
« C'est trop dangereux. De toute façon, nous savons bien qu'il y aurait eu un service d'ordre pour nous empêcher l'accès. Le but de notre présence était d'avoir quelques images d'un convoi hautement dangereux qui passe à quelques centaines de mètres de milliers de personnes, pour alerter l'opinion et la sensibiliser aux risques de tels convois. »
Postés dans leur recoin, Ken et ses camarades n'ont patienté qu'une vingtaine de minutes. « Le convoi est arrivé à 4 h 48. Il n'était pas précédé d'un hélicoptère, comme ailleurs sur le trajet. Nous avons vu défiler les conteneurs blancs. Le train n'allait pas vite. A la fin, il y avait un wagon éclairé rempli de CRS. Dommage que nous n'étions pas sur le pont. J'aurais mieux filmé. J'ai couru pour me rapprocher mais il était trop tard. » Le convoi avait déjà disparu dans la nuit, direction Châlons-en-Champagne. Arrivé à 5 h 50, il a observé un arrêt dans la gare préfecture, avant de quitter la Marne pour la suite de ses aventures.
F.C
* Anonymat demandé sous ce pseudonyme.

piqué sur www.lunion.presse.fr - 07/11/2010

11:29 | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/11/2010

Le train « le plus radioactif du monde » doit passer dans la région

Selon Greenpeace, le plus important convoi de déchets nucléaires jamais organisé doit partir demain après midi de la Manche pour rallier l'Allemagne en passant par la région, où les écologistes se mobilisent.



SÉBASTIEN LEROY > sebastien.leroy@nordeclair.fr
Sur Internet, la galaxie écolo régionale mobilise contre le convoi d'Areva à grands coups de noms de code. Dans la nuit de vendredi à samedi, ils auront à coeur de freiner « le train de l'enfer » qui doit transporter 11 containers de déchets vitrifiés en route vers l'Allemagne, où ils doivent être entreposés. Les plus inspirés parlent depuis la fin de la semaine dernière d'une partie de « chasse au CASTOR », l'acronyme qui désigne les fûts en transit. Derrière les bons mots, l'enjeu n'est pas mince : selon les responsables du réseau Sortir du nucléaire, ce convoi concentre un potentiel atomique qui pourrait, en cas d'accident, libérer l'énergie de deux Tchernobyl. « Les populations françaises et allemandes doivent pouvoir savoir où et quand un convoi aussi dangereux passe près de chez elles », souligne Greenpeace, qui a joint le geste à la parole en donnant sur son site web le tracé supposé du train.
En attendant, les militants écologistes et antinucléaires comptent bien gêner au maximum le passage de ce train « le plus radioactif du monde » lorsqu'il empruntera les voies ferrées de la région, entre Arras et Fourmies via Douai, sur les coups de 2 h du matin. Officiellement, les partis et associations antinucléaires se contenteront de distribuer des tracts vendredi soir et samedi matin, dans les gares d'Arras et Douai notamment.


Mais en coulisses, quelques activistes entendent aller plus loin, dans la nuit, pour tenter de ralentir le train, comme cela avait déjà été le cas lors de précédents passages de convois, notamment au début des années 2000. Sans oublier toutefois que cette stratégie d'action avait tourné au drame le 7 novembre 2004 en Moselle. À l'époque, Sébastien Briat, jeune militant de 22 ans, avait trouvé la mort, percuté par un train transportant des déchets nucléaires dont il voulait bloquer le passage. La prise de risque s'annonce donc raisonnée pour le passage du « train de l'enfer ».
w

piqué sur nordéclair.fr - 04/11/2010

 

 

 

3977191329_66a0ca6315_z.1288810750.jpg

Ce sera le “convoi le plus radioactif au monde”. Greenpeace ne mâche pas ses mots : vendredi 5 novembre à 14 h 20, le train qui quittera la gare de Valognes, dans la Manche, à destination du centre d’entreposage intérimaire de Gorleben en Allemagne, transportera des déchets radioactifs de très haute activité, en provenance de l’usine Areva de La Hague.

 

Selon l’ONG, ce convoi contiendra 11 Castor (Cask for storage and transport of radioactive material, soit des containers de déchets hautement radioactifs) eux-mêmes constitués de 28 containers nommés “Canisters” dans lesquels ont été déposés les déchets vitrifiés, c’est-à-dire des éléments très radioactifs issus du retraitement des combustibles usés, fondus dans du verre.

Au final, selon les données de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) fournies à Greenpeace et basées sur l’analyse des radioéléments d’une durée de vie supérieure à un an, la radioactivité contenue dans le convoi s’élèverait à 3000 PBq (Peta Becquerel), soit dix fois plus que celle dégagée par la catastrophe de Tchernobyl en 1986, qui avait atteint 260 PBq.

L’ONG a aussi déposé une plainte contre Areva pour usage d’une installation nucléaire de base non déclarée, puisque des déchets nucléaires sont entreposés dans un lieu non prévu à cet effet.

capturer.1288803882.JPG

C’est pour pallier l’absence de transparence d’un secteur nucléaire dangereux que Greenpeace a conçu une carte des trajets possibles du convoi, ainsi qu’une cartographie complète du nucléaire français, recensant tous les sites de déchets radioactifs, centrales nucléaires, anciennes mines contaminées ou encore routes de transports des camions chargés de plutonium. Selon l’ONG, qui publie aussi les horaires précis de passage du train dans chaque gare française, le convoi de vendredi devrait passer par Valognes, Caen, Arras et Metz avant d’avoir ensuite trois options pour passer la frontière franco-allemande, par Lauterbourg, Forbach ou Kehl.

Ce transport fait scandale en Allemagne, où des élus écolos et de gauche, qui estiment que le centre de Gorleben n’est pas adapté pour recevoir ce type de déchets, appellent à bloquer les rues pour empêcher l’arrivée du convoi. Quelque 30 000 manifestants sont attendus cette semaine autour de la ville pour “organiser la résistance”.

 

Qu’en pensez-vous ? Estimez-vous que la société civile devrait être informée, voire avoir son mot à dire, quant au transport de déchets radioactifs ?

piqué sur ecologie.blog.lemonde.fr - 04/11/2010

 

Train d’enfer : transport La Hague-Gorleben (5-6 novembre 2010)
Un blog du Réseau "Sortir du nucléaire"
Dernier ajout – mercredi 3 novembre 2010

Liste des actions prévues sur le trajet du train

20 mobilisations sont prévues sur le trajet du train

 

 

 

15:40 | Lien permanent | Commentaires (0) |

01/11/2010

train CASTOR-Transport aus Frankreich nach Gorleben startet voraussichtlich am 05.11.10

Voraussichtliche Abfahrt des Gorleben-CASTOR aus Valognes bei La Hague in Frankreich: Fr., 05.11.10 um 18:29 Uhr.
Voraussichtliche Ankunft des Gorleben-CASTOR in Dannenberg am Verladekran: So, 07.11.10
Voraussichtlicher Straßentransport des Gorleben-CASTOR in das 'Zwischenlager' Gorleben: Mo, 08.11.10
Unsere Informationsseite zum Gorleben-Transport 2010 mit Terminankündigungen für Norddeutschland und aktuellen Infos zum Stand der Dinge findet ihr auf unserer Rubrik Gorleben2010

20:19 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu