Avertir le modérateur

23/07/2009

La légion met le feu à l'actu...

article_1087077.jpg

23.07.09 - 11:07

Plusieurs quartiers de Marseille étaient menacés par un incendie de forêt depuis mercredi soir. Le commandant des marins-pompiers annonce, ce matin, avoir réussi à circonscrire le feu. A l'origine du feu: des tirs de balles traçantes par la Légion étrangère.

"La situation est bien plus calme et apaisée depuis 6H00. Vers 7H00, il y avait encore quelques foyers mais le feu est circonscrit et sous contrôle", a déclaré l'officier, interrogé sur la radio France Bleu Provence et rapporté par l'AFP.

Sur place, 480 hommes restent mobilisés avec une centaine de véhicules et d'importants moyens aériens. Au total, ce sont 1100 hectares de garrigue et de pins qui ont été ravagés par les flammes, a encore annoncé l'officier. Plusieurs maisons ont également été détruites. Les derniers chiffres évoquent une dizaine d'habitations.

Un légionnaire suspendu

Il semble que le feu soit parti à la suite de tirs de militaires, dans un camp au dessus des calanques. Le préfet de région s'est dit excédé face à une attitude scandaleuse et inadmissible. Il a demandé une enquête.

Le responsable de ces tirs de balles traçantes, un chef de section de la Légion étrangère à Aubagne, a été suspendu de ses fonctions, a annoncé à l'AFP le service d'informations des armées. L'utilisation de munitions traçantes est interdit par les consignes de l'armée...

"Il est avéré que l'emploi de munitions traçantes a été utilisé en infraction formelle aux consignes qui ont été données. En conséquence, le chef d'état-major de l'armée de terre a d'ores et déjà pris une décision conservatoire de suspension de ses fonctions du cadre responsable", a-t-il dit.

Dès mercredi, le préfet de région Michel Sappin, "excédé", avait dénoncé "l'imbécilité du geste" des militaires à Carpiagne. "L'an dernier, c'était la même chose près du camp de Canjuers (Var, ndlr), ça avait été le plus grand feu de l'été". Le député UMP des quartiers sud de Marseille Guy Teissier, président de la commission de la défense à l'Assemblée nationale et promoteur du futur parc national des Calanques, avait lui évoqué une "catastrophe humaine et écologique"...

...L'armée de Terre suspend un adjudant du 1er RE, directeur de tir hier au camp de Carpiagne (Bouches-du-Rhône)...

 

...Le SOA est un ancien. Son expérience et sa légitimité lui auraient permis de gérer cette violence. Il l’a souligné lors de son audition. L’enquête de commandement aussi : « Le lieutenant n’a pu bénéficier de l’expérience d’un cadre expérimenté et s’appuyer sur ses conseils. Il convient à l’avenir de rendre impérative lors d’activités terrain la présence du SOA lorsque le chef de section est un jeune lieutenant sortant d’école. » Ce 5 mai, Bertaud est seul. La brutalité de ses gradés lui paraît normale. Ces méthodes rugueuses n’ont-elles pas forgé toutes les unités d’élite ?...

 

...Le témoignage du lieutenant Bertaud, accusé de "torture" et de "barbarie" après le décès d'un légionnaire à l'entraînement.

Propos recueillis par Frédéric Pons, le 09-04-2009

Lieutenant saint-cyrien au 2e régiment étranger de parachutistes (aujourd’hui radié des cadres de l’armée), Médéric Bertaud, 26 ans, vient de passer presque trois mois à la prison de la Santé, du 5 décembre au 18 février, en compagnie d’un ancien légionnaire russe, incarcéré pour désertion.Le juge d’instruction auprès du tribunal aux armées de Paris a mis Médéric Bertaud en examen pour “actes de torture et de barbarie ayant entraîné la mort sans intention de la donner”, après le décès d’un légionnaire placé sous ses ordres, le 5 mai 2008, au cours d’un exercice militaire dans le désert de Djibouti. Trois autres anciens militaires (renvoyés de la Légion en 2008) sont mis en examen. Le dossier des expertises médicales n’est pas encore clos. Le procès n’est pas attendu avant la fin de l’année...

 

 

Une histoire, le périple d'un légionnaire, une vie mouvementée. Voilà le programme du livre " Légion Je T'accuse " qui vient de paraître aux éditions REXY. C'est l'histoire d'un jeune homme, qui devient par hasard légionnaire. Un ouvrage qui se lit rapidement et qui permet d'en savoir un peu plus sur la légion étrangère et surtout qui dévoile un aspect occulté de la période Kolwezi. Voici ci-dessous l'avant-propos du livre et l'adresse pour se le procurer. 

Avant-propos :  

" La grande muette garde ses vieux démons bien cachés. Avec le temps, les langues se délient pour nous rapporter des témoignages sur des conflits armés, occultés parfois pendant des décennies. Témoigner, révéler font office de thérapie pour certains soldats blessés dans leur corps sur le champ de bataille et plus encore dans leur âme après coup. C’est dans ce contexte, que nos dirigeants mènent la barque, que notre société contemporaine s’est construite. Le mensonge autour des guerres prédomine parfois sur la réalité des faits, laissant lesvictimes à leur propre sort. Depuis quelques années seulement, nous connaissonsla violence des tortures commises en Algérie. Un exemple parmi tant d’autres. Il manque dans nos livres d’histoire, dans les reportages télévisés formatés, un grand nombre de vérités sur les interventions militaires. Le secret défense permet de voiler le pire ; le silence camoufle les horreurs, les magouilles, les exactions ; l’honneur de la patrie est sauf.

Roger Rousseau, auteur de « Légion je t’accuse » aurait pu se contenter de garder ses vieux démons lui aussi, de tirer simplement un trait sur son passé de légionnaire. Il aurait pu se persuader que l’intervention militaire sur Kolwezi, au Zaïre, fut une réussite totale, une intervention propre. Il aurait pu porter sa croix de la valeur militaire sur sa tenue de sortie, encore des années, avec fierté ; faire une carrière exemplaire au sein de sa mère Légion. Mais voilà, Roger Rousseau, légionnaire engagé sous le nom Raymond Reignier, en décida autrement. En prenant le chemin de la désertion, il choisissait de passer dans le camp « des lâches », des fugitifs aux yeux de certains. Ce n’est que quelques mois après son retour de Kolwezi, qu’il préféra partir en cavale. Pourquoi une telle décision, alors que l’avenir lui souriait ? Simplement parce les images qu’il gardait du Zaïre, hantaient ses nuits d’affreux cauchemars. Sur place, il avait alors observé, impuissant, ses frères légionnaires violer des femmes, piller des maisons laissées vides par les Européens, des soldats commettre l’innommable sous les yeux d’officiers peu scrupuleux.

Bien sur, Roger Rousseau sait que l’action de l’armée sur Kolwezi a permis de sauver des vies humaines, que des soldats y sont intervenus en toute dignité. Il sait aussi que les guerres sont sales. Seulement voilà, au Zaïre, certains débordements auraient dû être évités. C’est pourquoi, pour se racheter une conscience, pour vider son sac après plusieurs décennies, il décide de balancer sans concession son témoignage. L’histoireest poignante et semble surréaliste par rapport aux mensonges officiels. Personne ne pourra cependant remettre en doute ce que Roger,allias Raymond, a vu de ses yeux.

Ce livre retrace également les tribulations cocasses d’un légionnaire. De son engagement au Fort Nogent en octobre 1975 au Nid D’Aigle en Corse ; de l’intervention au Zaïre aux « Nayas » de Djibouti. Sans omettre cette cavale de plusieurs années à travers la France, l’Allemagne, la Hollande et l’Irlande, au cours de laquelle, Roger Rousseau vécut tel un fugitif aux abois. « Légion, je t’accuse ! » n’est pas un pamphlet à charge contre la légion, ni un roman. C’est le récit d’une vie bien mouvementée. Un livre en hommage aux morts inconnus Zaïrois de Kolwezi. Au final, Roger Rousseau regrettera surtout d’avoir été trompé par « sa mère légion », qui lui avait dit un jour : « Légionnaire, tu es un volontaire servant la France avec honneur et fidélité ».

Certes, il est toujours possible dans ce monde déroutant qu’est devenu le nôtre d’accepter le silence, de s’enfermer chez soi, de fermer les yeux sur l’avenir qui se dérobe sous nos pieds. Il est plus facile, en ce troisième millénaire, d’entrer dans le rang et de s’asseoir dans le canapé. Ce genre d’attitudes offre toutes les libertés possibles aux décideurs, donne carte blanche à ceux qui voudraient souiller l’humanité, à ceux qui pensent plus aux profits qu’à la sauvegarde de notre planète. Dans le sillage de nos silences, traîne l’amertume, la douleur des peuples opprimés, les remords, un tas de victimes innocentes. Réveillons-nous, informons-nous et sachons dire non lorsqu’il est encore temps. Ainsi, peut-être qu’un jour, nous n’aurons plus à inscrire dans nos livres,le nom de guerres à venir, nous n’aurons plus à mentir. Servons-nous des témoignages du passé, comme celui de Roger Rousseau, pour nous souvenir qu’aucun conflit n’est propre. Seule la paix entre les peuples peut permettre d’envisager un avenir plus serein. Bien sur, l’idée semble utopique, mais n’avons-nous pas besoin d’un brin d’utopie pour espérer

18:59 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu