Avertir le modérateur

11/12/2012

Le nouvel an devant les prisons !

Partout, depuis les centres de rétention jusqu’aux institutions pénales !

 

Les manifs bruyantes devant les prisons pendant le réveillon sont une tradition courante dans plusieurs endroits du monde pour se souvenir de ceux qui sont détenus par l’État ; une façon d’exprimer sa solidarité avec les personnes emprisonnées.

 

la suite sur Non Fides

13:19 | Lien permanent | Commentaires (0) |

28/11/2012

GUERRE DE CLASSE - travail • communauté • politique • guerre

guerre,classe,prole info,infokiosque

sur infokiosque

sur prole.info

11:28 | Lien permanent | Commentaires (1) |

26/10/2012

Ça coûtera cher de nous foutre en l'air

lutte

Il existe peu de témoignages audios ou écrits qui évoquent les luttes des sidérurgistes de Vireux et des antinucléaires de Chooz dans les Ardennes entre la fin des années 1970 et le milieu des années 1980. Ce documentaire radiophonique, en 3 episodes, constitue une introduction indispensable pour tout individu cherchant à se renseigner sur ce pan largement méconnue de l’histoire de l’autonomie politique en France.

Lutte antinucléaire et fermeture de l’usine a Vireux – 26min
Manifestations – Affrontements et rencontres -32 min
Actions des sidérurgistes et signature du plan social – 29min

Le tout est disponible sous forme de pack (pour ceux disposant d’une bonne connexion) : Ça coûtera cher de nous foutre en l’air

lutte,sidérurgiste

piqué au tas chez archivesautonomies.wordpress.com

11:10 | Lien permanent | Commentaires (0) |

27/01/2012

Michael Seidman – « Ouvriers contre le travail ». Barcelone et Paris pendant les fronts populaires (ebook)

via rgz

19:32 | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/01/2012

Une centaine d'apiculteurs occupent un site Monsanto en Tarn-et-Garonne

Une centaine d'apiculteurs ont entrepris vendredi d'occuper un centre de la compagnie américaine Monsanto à Monbéqui (Tarn-et-Garonne) pour exiger du gouvernement l'interdiction rapide de la vente et de la culture de maïs génétiquement modifié en France.

«Nous demandons un arrêté interdisant la vente et la culture du Mon 810 et l'interdiction de tous les OGM produisant du nectar ou du pollen», qui pourraient polluer le miel, a déclaré un apiculteur de l'Hérault, Jean Sabench, porte-parole de la Confédération paysanne à l'origine de l'action.

Une vingtaine d'apiculteurs entassés dans une camionnette se sont introduits en catimini sur le site en se faisant passer pour des livreurs puis ont ouvert grand les grilles à plusieurs dizaines d'autres, venus de tout le Sud-Ouest, ont constaté des journalistes de l'AFP. Revêtus pour certains de tenues blanches avec un voile protégeant leur visage, ils ont apporté dans les locaux deux ruches et des enfumoirs, avant d'appeler par téléphone des responsables du ministère de l'Ecologie.

piqué au tas sur 20minutes.fr - 06/01/2012

Une centaine d'apiculteurs occupe un site Monsanto en Tarn-et-Garonne

 

Une centaine d'apiculteurs ont entrepris vendredi d'occuper un centre de la compagnie américaine Monsanto à Monbéqui (Tarn-et-Garonne) pour exiger du gouvernement l'interdiction rapide de la vente et de la culture de maïs génétiquement modifié en France. ( © AFP Eric Cabanis)

MONBEQUI (Tarn-et-Garonne) (AFP) - Une centaine d'apiculteurs ont entrepris vendredi d'occuper un centre de la compagnie américaine Monsanto à Monbéqui (Tarn-et-Garonne) pour exiger du gouvernement l'interdiction rapide de la vente et la culture de maïs génétiquement (OGM) modifié en France.

"Nous demandons un arrêté interdisant la vente et la culture du Mon 810 et l'interdiction de tous les OGM produisant du nectar ou du pollen", qui pourraient polluer le miel, a déclaré un apiculteur de l'Hérault, Jean Sabench, porte-parole de la Confédération paysanne à l'origine de l'action.

Une vingtaine d'apiculteurs entassés dans une camionnette se sont introduits en catimini sur le site en se faisant passer pour des livreurs puis ont ouvert grand les grilles à plusieurs dizaines d'autres, venus de tout le Sud-ouest, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Revêtus pour certains de tenues blanches avec un voile protégeant leur visage, ils ont apporté dans les locaux deux ruches et des enfumoirs, avant d'appeler par téléphone des responsables du ministère de l'Ecologie.

Ils réagissent à l'annulation par le Conseil d'Etat à l'automne dernier de la suspension de culture du maïs OGM Monsanto. Cette suspension avait été décidée par le gouvernement en février 2008. La culture de maïs OGM risque de rendre leur miel impropre à la consommation humaine, s'alarment les apiculteurs.

Le président Nicolas Sarkozy a affirmé en novembre que le gouvernement maintenait son "opposition" à la culture du maïs OGM Monsanto 810 sur le territoire français, et la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a promis que la France déposerait une nouvelle clause de sauvegarde avant la prochaine saison de semis, au printemps.

Mais les apiculteurs veulent une décision immédiate du gouvernement car le maïs pourrait être semé dès février, étant donné les conditions climatiques actuelles.

Les apiculteurs font valoir que ces cultures mettent leur filière en péril car la Cour de justice de l'Union européenne a décrété tout produit contaminé par les OGM "impropres à la consommation humaine", a expliqué André Pruneddu, qui élève des abeilles dans l'Hérault.

Pour Jean Sabench, il y va de la survie de l'apiculture, "déjà en difficulté", mais aussi de celle des abeilles, des pollinisateurs essentiels dont la disparition aurait de lourdes conséquences sur l'environnement et l'agriculture.

Le responsable du site Monsanto de Monbéqui, Luc Pélétengeas, s'est insurgé contre cette action, estimant que le dialogue aurait pu se nouer d'une autre manière.

piqué au tas sur libé.fr meme date

 

http://www.francetv.fr/info/une-centaine-d-apiculteurs-oc...

 

18:27 | Lien permanent | Commentaires (0) |

15/11/2011

Pour une compilation de réflexions sur les mouvements des Indignés, Occupy, 15M

Depuis le printemps, un mouvement plus ou moins large se développe dans les pays occidentaux, que les médias désignent de manière complètement artificielle sous le nom de Mouvement des Indignés. Cet article a pour but de compiler les textes de réflexion au sujet de ce mouvement qu’on pourrait plutôt désigner sous le terme d’occupationnistes (de places, de rues).

En France, ce mou­ve­ment reste par­ti­cu­liè­re­ment mino­ri­taire et sou­vent confus. Dans d’autres pays, des anar­chis­tes ont par­ti­cipé à ces mou­ve­ments locaux. Il serait inté­res­sant de com­pi­ler les dif­fé­rents textes de réflexion pour ne pas encou­ra­ger un mou­ve­ment à l’inverse de nos idées (col­la­bo­ra­tion avec la police, croyance dans la repré­sen­ta­tion démo­cra­ti­que, apo­lo­gie du paci­fisme - qui n’a rien à voir avec la non-vio­lence) sans passer à côté d’un mou­ve­ment poten­tiel­le­ment inté­res­sant (par sa cri­ti­que de la démo­cra­tie telle qu’elle s’exerce ou sa légère cri­ti­que du capi­ta­lisme).

Beaucoup de gens, ici à Lyon ou ailleurs dans le monde, se posent pas mal de ques­tions sur le sou­tien qu’il faut ou non appor­ter à ce mou­ve­ment ou au contraire for­mu­lent des cri­ti­ques sévè­res à son encontre.

Cet arti­cle a pour but de ras­sem­bler les liens vers des textes per­ti­nents, et éventuellement d’en encou­ra­ger la tra­duc­tion pour les plus inté­res­sants, pour confron­ter les argu­ments et y voir un peu plus clair.

via http://rebellyon.info

Lire la suite

10:02 | Lien permanent | Commentaires (0) |

14/10/2011

Now war is declared – Journal à numéro unique sur les émeutes anglaises d’août 2011

http://4.bp.blogspot.com/-Pd0FdZ0qPfw/TpeIfuTM-iI/AAAAAAAAAFo/jO6t86VJn0E/s1600/couv.jpg

via Espacecontreciment

10:36 | Lien permanent | Commentaires (0) |

09/08/2011

Charlie Bauer, militant révolutionnaire.

09:03 | Lien permanent | Commentaires (0) |

15/12/2010

Quelques visages (considérations toutes subjectives sur les "événements")

« Quiconque veut penser aujourd’hui humainement pensera dangereusement, car tout pensée humaine met en cause l’ordre tout entier qui pèse sur nos vies. » Nizan

Je parcours les photos que, depuis quelques semaines, j’emmagasine dans la mémoire de mon ordinateur. Grèce, Italie, Royaume-Uni, France, Espagne...Elles semblent se faire écho : la même révolte, la même violence, les mêmes slogans, les mêmes cibles. Mais une analogie me frappe en tout premier lieu : deux visages, dont les traits sont marqués par un mélange de stupeur et de terreur. Ces visages sont ceux de Camilla, femme du prince de Galles, et de Costis Hatzidakis, ancien ministre grec des transports. Quelque chose dans leur regard est né, au milieu de l’étonnement et de la peur soudaine, et ce quelque chose est probablement le reflet de "ce qui se passe" actuellement, au détour des combats de rue, de Lyon, en octobre, à Londres, Rome et Athènes, au cours de ce mois de décembre. Camilla, qui salue les « sujets », vitre baissée, tancée d’un coup de bâton, menacée du sort des rois/reines qui prétendent régner innocemment -« Off with their heads ! Off with their heads ! »- ; Costis Hatzidakis, frappé au visage, et du nom qui est celui des gens de sa classe : celui de « voleur ». Dans leur regard à tout deux, l’étonnement de voir ainsi les moutons devenir lions.

L’avenir nous en dira probablement plus sur ce qui se joue actuellement que toutes les supputations que je pourrais formuler au cours de ce texte, mais il est bien évident que nous ne « rejouons » nullement les révoltes des années 70, et que ce que nous faisons est bien plus « grave ». Depuis quelques années déjà, la révolte gronde partout en Europe et dans le monde, et nous assistons aux prémices d’un mouvement international, qui porte bien en lui les germes de la révolution. Il ne s’agit nullement de dire que, parce qu’une héritière et un député auront été corrigé, le communisme est à portée de main, non : mais je ne puis que constater la montée irrésistible d’un besoin vital de bouleversement du monde. Et, chaque fois que la révolte déborde, j’en viens à espérer qu’il sera, dans un avenir proche, possible de vivre ces instants de revanche dans nos rues, sans qu’aucune intersyndicale, aucun départ en vacances ne puisse stopper nos ardeurs.

Je crois faire partie d’une génération qui a tout intérêt à renverser l’ordre qui pèse sur nos vies, car elle n’en a jamais été la génération dorée. Ce que les regards ronds et, finalement, stupides, de Camilla et de Hatzidakis me renvoient, c’est l’image d’une génération zéro, que je pense à même d’incendier le vieux monde, profitant de ce qu’il se tétanise devant l’imprévu.

Nous ne sommes pas des casseurs, des anarcho-autonomes, des jeunes de banlieue, des étudiants, des lycéens, nous ne sommes rien de ce qu’on peut penser de nous, ou prétendre penser de nous.

Il n’y a aucune différence entre l’étudiant d’Athènes qui, deux cocktails molotov à la main, traverse la place du parlement, vers les putrides lignes de flics en faction, et le jeune chômeur de Clichy qui, la rage au cœur, lance pierre sur pierre sur la BAC, les CRS ou la nationale. Le métallo italien pris dans l’émeute romaine respire au même rythme que le lycéen londonien rigolard, un casque pris à un agent de la MP sur la tête.

Je crois que, cette semaine, j’ai tabassé un député, comme la semaine dernière j’ai donné des coups dans la Rolls du prince Charles. J’ai tiré à la grenaille sur des flics au-delà du périph’, j’ai envoyé des lettres piégées aux ambassades. J’ai tenu dans mes mains une pelle, dans les rues enflammées de Rome. J’étais un infirmier courant dans les rues de Paris. Un ouvrier chinois en grève. J’ai été beaucoup de monde. Je veux l’être en sortant de chez moi.

Faisons un présent à la hauteur de ses possibles

piqué au tas sur Indimédia Paris-île-de-France - 15/12/2010

21:24 | Lien permanent | Commentaires (0) |

26/11/2010

L'Université de Strasbourg censure la prévention contre le sida

Jeudi 25 novembre 2010

L'Université de Strasbourg censure la prévention contre le sida


Le 16 novembre 2010, par mail du directeur général, l'Université de Strasbourg a refusé à Over the Rainbow, association LGBTI (lesbienne, gay, bi, trans et intersexe) des campus et lycées d'Alsace, le droit de tenir une table de prévention contre le sida le 1er décembre, Journée internationale de lutte contre le sida.

Ce refus est justifié au motif qu'aucune intervention de spécialistes n'est prévue par cette même université. Nous devrions donc porter le poids de l'inaction de l'université en matière de santé publique.

Nous considérons qu'il est inadmissible que de jeunes étudiant-e-s LGBTI de l'université soient empêché-e-s de lutter contre le sida et les autres IST en distribuant préservatifs et documents de prévention rédigés par des médecins et associations de lutte.

Nous, membres de l'association Over the Rainbow, dénonçons le caractère clairement homophobe de ce refus et de cette censure sur des questions cruciales de santé publique, en l'occurrence le sida.

Nous avons donc pris la décision d'être, tout de même, présent-e-s le 1er décembre dans le hall du Patio de 12 h à 18 h pour tenir notre table de prévention. Nous appelons l'ensemble des personnes choquées à nous rejoindre pour protester contre cette interdiction à 12h30 devant le Patio le 1er décembre 2010.



Les membres de l'association Over the Rainbow, le 25 novembre 2010

http://www.otr67.org/html/frameset.html


20:36 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu