Avertir le modérateur

03/05/2011

Bernard S. "connaisseur" : Mort de Ben Laden , ça risque d'être pire qu'avant ...

http://www.manga-sanctuary.com/couvertures/big/un-de-perdu-dix-de-retrouves-livreillustre-volume-1-simple-46200.jpg

Directeur central du renseignement intérieur depuis le 2 juillet 2008, Bernard Squarcini, après avoir été préfet de police à Marseille, est aussi l'un des meilleurs connaisseurs du terrorisme multiforme en France. Il a accepté de répondre aux questions de La Provence.

- Comment la situation va désormais évoluer après la mort de Ben Laden selon vous ?
Bernard Squarcini : Ça risque d'être pire qu'avant. Ben Laden était un symbole des attentats du 11 septembre 2001, mais il n'intéresse plus personne. Il était considéré comme un vieux papi. Mais il a laissé derrière lui des lieutenants, des sous-directeurs, des gens qu'il a formés. Au Caucase, en Indonésie, en Chine et ailleurs. La suite continue. Cela peut contribuer à radicaliser certaines individualités. La mort de Ben Laden est assurément un beau coup pour les Américains, mais cela va rehausser la menace d'un cran. Il faut rester très attentifs. Ce n'est pas bon en termes de sécurité. Il a laissé des petits...

-… Vous étiez au courant de l'opération commando menée par les Américains ?
B.S. : Non, c'était une opération américaine et exclusivement américaine. Nous n'étions pas au courant.

- La mort de Ben Laden risque-t-elle, selon vous, d'aggraver la situation des otages français enlevés au Niger et actuellement détenus au Mali ?
B.S. : Si la France quitte l'Afghanistan, ils sont libérés tout de suite. C'est clair et net.

- Et celle des journalistes français otages en Afghanistan, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier ?
B.S. : Pour eux, la situation est différente. C'est une autre planète. Ce sont des gens du cru qui les détiennent. Il faut arriver à trouver ceux qui siègent dans les conseils tribaux. C'est presque comme mener des négociations dans des assemblées de copropriété...
…
- Comment analysez-vous le risque pour la France et dans une ville comme Marseille ?
B.S. : La menace se relève de plus en plus. Il faut être vigilant et inquiet.
Il faut désormais surveiller tous les intérêts français au Sahel. Ce n'est pas bon pour nos ambassades, ce n'est pas bon pour les vols d'Air France. C'est ce que je disais dès le mois de septembre et d'octobre. Il faut faire du renseignement accru. On est sur des filières, on est sur des réseaux. On va accroître l'acquisition du renseignement opérationnel. On est d'ailleurs actuellement en mission au Maroc. Il faut surveiller le consulat américain à Marseille. Marseille est une ville portuaire. C'est important. Il faut faire preuve d'une vigilance importante.

piqué au tas sur laprovence;fr - 03/05/2011

20:03 | Lien permanent | Commentaires (0) |

11/03/2011

Sécurité routière : coup d’arrêt aux bons chiffres

http://images.caradisiac.com/images/9/9/8/7/49987/S7-MAD-MAX-vengeance-violence-et-grosses-cylindrees-170131.jpg

Mineurs blessés après une course-poursuite

SOCIETE - Quatre mineurs, âgés de 16 à 17 ans selon les pompiers, ont été accidentés la nuit dernière à Colmar après avoir été pris en chasse par une voiture de police. Leur véhicule a percuté un arbre, peu après 2h30. Les secours indiquent que trois des occupants de la voiture ont dû être désincarcérés, tandis que le parquet de Colmar fait état de deux blessés. "Il semble qu'il y ait à l'origine un refus d'obtempérer à l'égard d'une voiture de police sérigraphiée. Suite à cela, il y a eu une petite course-poursuite, très courte, et l'accident a eu lieu presque immédiatement" lorsque le conducteur a perdu le contrôle du véhicule, indique le parquet.

piqué au tas sur www.libestrasbourg.fr - 06/03/2011

Deux mineurs se blessent au volant d'une voiture volée pour échapper à la police

Deux mineurs se sont blessés vendredi à Marseille dans l'accident d'une voiture volée en fuyant la police, le conducteur, âgé de 16 ans, se trouvant dans un état grave, a-t-on appris de sources policière et hospitalière.
Les faits se sont produits lors d'une intervention de la brigade anti-criminalité dans les quartiers nord de la ville pour un vol à la roulotte. Arrivés sur place, les policiers assistent à la fuite d'une voiture dont l'un des trois occupants vient de sortir.

Ce dernier, interpellé, indique que le véhicule est volé.
Les policiers se lancent [c'est une image] alors derrière la voiture, avec du retard [c'est une habitude], et la retrouvent accidentée à la sortie d'un virage, sans qu'il y ait eu de course-poursuite, a précisé un porte-parole de la police.
Les fuyards auraient perdu le contrôle de la voiture et percuté trois véhicules à l'arrêt. "Ils allaient vite et ce sont des mineurs qui n'avaient pas le permis", a souligné le porte-parole [donc en déduire : bien fait pour les sales jeunes et impugnité de la police...].
Le conducteur, âgé de 16 ans, a été transporté au service de réanimation de l'hôpital Nord où il se trouve dans un état grave, selon l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille. Le passager aurait été éjecté dans l'accident.

piqué au tas sur www.leparisien.fr - 04/03/2011

http://images.telerama.fr/medias/2008/07/media_31395/M10604.jpg

09:29 | Lien permanent | Commentaires (0) |

09/12/2010

Kalashnikov à Marseille - TF1 refait par le CSA ?

"La kalachnikov magique" de TF1 dans le collimateur du CSA

Le CSA se penche sur une mise en scène supposée de TF1 pour montrer l'arme retrouvée dans le coffre d'un 4x4 à Marseille.

C'est la parution d'un article épinglant TF1 dans le

C'est la parution d'un article épinglant TF1 dans le "Canard" qui a alerté le Conseil supérieur de l'audiovisuel.

Repro Cyril Sollier

"Bidouiller" sous les yeux des confrères, qui sont avant tout des concurrents, forcément, c'est risqué. Un jour ou l'autre, ça finit par se savoir… et on a droit à un bel "hommage" dans le Canard enchaîné. Mercredi dernier, le journal satirique épinglait "la kalachnikov magique de TF1". L'arme de guerre avait été retrouvée dans le coffre d'un 4X4, sur le Prado, à Marseille, lors d'opérations de contrôles tous azimuts déclenchées à la suite d'une série de fusillades dans les cités.

Prévenus, comme une bonne dizaine d'autres journalistes, par la préfecture de police que la pêche avait été bonne, les journalistes de TF1 étaient arrivés un peu à la bourre sur l'info. La kalach avait déjà été embarquée avec "l'heureux propriétaire". Mais, qu'importe. On n'est plus à une opération de com' près. On rappelle tout le monde et on refait la scène.

La séquence sera diffusée le lendemain, lors du JT de 13 heures, sans l'incrustation "reconstitution". Même si TF1 affirme n'avoir "jamais prétendu que cette scène avait été tournée sur le vif", l'absence de ce petit détail chagrine le Conseil supérieur de l'audiovisuel. "Interpellé" par l'article du "Canard", le CSA a décidé d'enquêter. "Nous allons voir si la chaîne a respecté la convention qui la lie au CSA, indique Nicolas Cizen du département du pluralisme et de la déontologie de l'info. Par exemple, s'il y a eu un manque de rigueur".

Ni la préfecture ni les journalistes ne seront entendus. "Nous ne sommes pas des détectives, glisse le CSA. Et pour nous, le responsable, c'est le président de la chaîne". Les investigations devraient durer deux mois puis les conclusions seront présentées en assemblée plénière. La chaîne pourrait alors être sanctionnée. La sentence peut aller de la simple mise en garde à la mise en demeure avec publication au journal officiel.

Laetitia SARIROGLOU

piqué sur Laprovence.com le 08/12/2010

12:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |

08/10/2010

L'Europe "sous" la menace terroriste : la SDAT et la DCRI tendent leurs filets...

Le Figaro aujourd'hui :

Menace terroriste : l'Europe traque ses djihadistes

Formés et entraînés aux confins du Pakistan, ils seraient prêts à agir sur le Vieux Continent.

La menace reste diffuse, mais sa nature se précise : c'est le retour, sur le Vieux Continent, d'un groupe de djihadistes européens, «formés et entraînés» aux confins de l'Afghanistan, qui a justifié l'alerte antiterroriste lancée dimanche depuis Washington, ont fait savoir de hauts responsables européens et américains réunis jeudi à Luxembourg.

La menace, «persistante mais sans cible précisément identifiée», a été confirmée jeudi de vive voix par le numéro deux américain de la Sécurité intérieure aux vingt-sept ministres de l'UE. «La menace est réelle (…), a dit le Français Brice Hortefeux après la rencontre avec Jane Holl Lute. Il s'agit d'un certain nombre de ressortissants européens formés et entraînés en Afghanistan ou au Pakistan et qui seraient susceptibles de revenir dans l'Union européenne avec de mauvaises intentions.»

La France s'inquiète depuis plusieurs mois de la stratégie «multicibles» adoptée par al-Qaida et les groupes affiliés depuis les sanglants attentats de Bombay, en Inde, en novembre 2008. Elle pourrait s'appliquer simultanément à plusieurs capitales européennes, ou à plusieurs cibles dans une même ville, a indiqué jeudi Mme Holl Lute. Cette incertitude pourrait expliquer pourquoi le renseignement américain n'a pas voulu - publiquement du moins - préciser la géographie de la menace. «La France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et le Royaume-Uni se sentent directement concernés, les autres (Européens) sont solidaires mais moins directement visés», selon Brice Hortefeux. L'alerte américaine vient, selon lui, s'ajouter «à un faisceau d'informations et de faits qui encouragent (la France) à la vigilance».

 

Un «terrorisme natif»

L'Europe fait face à une deuxième mutation de la menace, explique Gilles de Kerchove, coordinateur antiterroriste de l'UE. Après l'al-Qaida structurée des attaques de Septembre 2001, après l'éclosion de filiales au Maghreb, dans la péninsule Arabique et au Pakistan, est venue l'heure d'un «terrorisme natif» : «Il recrute ses militants en Europe, les entraîne hors d'Europe puis les renvoie chez eux, prêts à l'action.»

Sont-ils déjà rentrés, comme les Américains le soupçonnent ? La traque d'un groupe de djihadistes titulaires de passeports européens s'annonce particulièrement difficile. «S'ils reviennent du Pakistan ou d'Afghanistan, le chemin est assez long pour les repérer et les arrêter en Turquie ou ailleurs, confie au Figaro un responsable européen du renseignement. Mais s'ils font étape au Yémen ou au Sahel, la route est directe et c'est une tout autre affaire. La question désormais posée à l'Europe est l'installation d'un sérieux cordon sanitaire.»

À Luxembourg, les responsables européens se sont aussi penchés sur un problème de communication : l'alarme américaine du week-end a surpris l'UE, les Vingt-Sept ont réagi dans le désordre et «ajouté au sentiment d'insécurité» des Européens. Les ministres ont décidé jeudi d'une information mutuelle préalable à tout changement des niveaux nationaux d'alerte. Ils veulent également rencontrer leurs homologues américains au moins une fois par an.

piqué au tas sur le Figaro.fr - 08/10/2010

 

http://www.timesonline.co.uk/multimedia/archive/00522/Taleban_522659a.jpg

Insurgés barbus complotant sous le manteau (en fait ils viennent dans nos campagnes égorger nos fils et nos compagnes...)

 

 

Anti-terrorisme : coup de filet aux Angles et à Marseille

 

Douze personnes sont en garde à vue depuis mardi soir dans le cadre de la lutte anti terroriste.

Neuf ont été arrêtées hier matin sur Marseille et dans la région (Aubagne, Marignane), une autre près de Bordeaux et enfin une mère et son fils dans le Gard, et plus précisément aux Angles, juste à côté d'Avignon. Une opération menée d'un côté par les policiers de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) et de l'autre par les hommes de la SDAT (Sous-direction anti-terroriste), sur commission rogatoire d'un juge parisien dans une enquête pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".

"Une Kalachnikov et des munitions retrouvées aux Angles"

D'après une source proche de l'enquête, il s'agirait de deux affaires différentes, et neuf des douze interpellés "n'étaient pas dans une phase de préparation d'un acte terroriste", mais auraient quand même des liens avec un détenu dans le cadre d'un dossier anti terroriste. Des armes de poing ont été retrouvées à Marseille,  tandis qu'une Kalachnikov et des munitions ont été saisies chez la famille gardoise, sur lesquelles la police judiciaire d'Avignon enquêtent. Tous les interpellés sont soupçonnés d'entretenir des liens avec "le grand banditisme marseillais". L'enquête se poursuit aujourd'hui.

piqué au tas sur avignews.com - 06/10/2010

 

Interpellations dans le sud: deux personnes mises en examen et remises en liberté

Deux des neuf personnes interpellées mardi dans le sud dans le cadre d'une parisienne dans la mouvance islamiste, ont été mises en examen jeudi à Nîmes pour détention d' prohibées et remises en liberté sous contrôle judiciaire, selon des sources judiciaires.
Ces deux personnes, une mère et son fils de 25 ans, inconnues jusqu'ici des services de police, avaient été interpellées à leur domicile mardi dans le village des Angles (Gard), où une kalachnikov et un à pompe avaient été retrouvés.


Selon une source judiciaire, elles ont expliqué que ces armes appartenaient au père, décédé en 2007.
Le juge antiterroriste a mis un terme à leur garde à vue et le parquet de Nîmes a repris le dossier sur le volet lié à la découverte des armes, a-t-on expliqué au parquet.
Mardi, neuf personnes avaient été interpellées à Marseille et dans sa région dans le cadre de cette opération menée sur commission rogatoire d'un juge antiterroriste parisien dans une affaire d'"association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".
Elles "n'étaient pas en phase de préparation d'un acte terroriste" et "on est plutôt dans le droit commun", avaient relativisé des sources proches de l'enquête.
Parmi elles, figurent un "vieux routier" de l'islamisme radical, Fouad Sabour, libéré en mai après avoir été condamné en 2003 à 11 ans et demi de prison par la justice allemande pour sa participation à un projet d'attentat contre le marché de Noël de 2000 à Strasbourg.

piqué sur Le Parisien.fr - AFP - 07/10/2010

 

« Je ne suis pas terroriste »

« La Kalachnikov et le fusil à pompe étaient à mon père, décédé il y a trois ans. Je n’ai rien à voir avec un quelconque trafic d’armes ou des islamistes. Je ne suis pas terroriste », confiait, hier, le fils d’Edwige Bouaziz, 56 ans. À bout de nerfs, le jeune homme de 27 ans est sorti de deux jours de garde à vue dans les locaux de la direction interrégionale de la police judiciaire de Marseille. « J’ai été dénoncé. Quelqu’un me veut du mal », se défend le jeune homme. Toutefois, celui-ci ne souhaite pas porter plainte pour diffamation. Et préfère simplement « tourner la page ».

Du côté du parquet anti-terroriste, à Paris, on indique qu’ il «n’y aurait pas d’éléments intégrant la qualification d’une activité terroriste. »

Mère et fils placés sous contrôle judiciaire

Dans le cadre d’une procédure incidente, les deux suspects ont donc été présentés au parquet de Nîmes, hier après-midi. L’Anglois et sa mère ont été mis en examen. Une information judiciaire a été ouverte pour détention d’armes prohibées. « Tous deux étaient inconnus des services judiciaires et ne comptent pas de condamnation de droit commun », précise le parquet de Nîmes.

Mère et fils sont soumis à un contrôle judiciaire le temps que les enquêteurs de la PJ procèdent à toutes les investigations. Les policiers devront déterminer la provenance de ces armes. Qui en est le réel propriétaire ? Et si elles devaient avoir un éventuel acquéreur ? Pour l’instant, la DRPJ de Marseille préfère garder le silence sur l’enquête.

Le jeune homme et sa mère avaient été arrêtés dans le plus grand secret, mardi matin, dans le cadre d’une opération commandée par la SDAT (sous-direction antiterroriste).

par Riad DOUA

piqué sur le Daubé.fr - 07/10/2010

http://www.replikultes.net/medias/uploads/films/gendarme_a_new_york/gendarmeanewyork_11_alsace.jpg

L'élite du contre-terrorisme français entonne son chant de basse intensité :

Vous n'aurez pas l'Afghanistan et le Soudan,
Et malgré vous, nous resterons Français !

Vous avez pu Talibaniser nos plaines
Mais notre coeur, vous ne l'aurez jamais !


 

 

16:35 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/10/2010

Warrior Kids "A la Gloire des Losers"

12:01 | Lien permanent | Commentaires (0) |

31/05/2010

STRASBOURG : REPRESSION CONTRE LES RASSEMBLEMENTS EN SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN ET CONTRE ISRAËL

Rassemblement à l'appel d'organisations pro-palestiniennes et turques place kleber. Environ 500 personnes au début. Départ en manif apparemment autorisée jusqu'à l'Ancienne Douane et remontée vers la place Kleber par la rue des grandes Arcades. De nombreuses personnes rejoignent le cortège. Environ 2000 personnes d'après les personnes sur place. Présence de groupes politiques à l'avant (PCF, NPA, Droits de l'Homme, etc.). Peu de libertaires.

La manif ne cesse de grossir jusqu'au retour à la Place Kleber, très vivante, nombreux slogans anti-sionistes repris ardemment par tout le défilé. Communauté turque fortement présente, présence également du PMF. Beaucoup de familles. Durant ce premier défilé, la tension monte, nombreux pétards, feux d'artifice et mortiers tonnent. Quasiment pas de flics pour le moment.

En débouchant sur la Place Kleber, le cortège s'arrête, et scande à l'unisson sa haine du Mac Do en passant devant celui de Kleber. De nombreux manifestants se saisissent de tables et chaises et tentent de briser les vitrines du mac do. Des organisateurs tentent de calmer le jeu, frictions. Violents accrochages avec des Bacceux également.Nouvelle tentative d'envahir le Mac Do. Nous sommes refoulés. On se dirige tous vers place Kleber.

Place Kleber, tout le monde se rassemble et se compresse pour écouter le discours des organisateurs. Des jeunes escaladent la statue Kleber et déploient des drapeaux palestiniens, tous les drapeaux sont turcs et palestiniens. Flics très discrets. Au bout d'1/2h-40mn, un nouveau départ en manif sauvage démarre en direction de l'homme de Fer. Blocage des trams et du carrefour-tramway place Kleber. Quasiment tout le monde suit, environ 1300 personnes encore. Le cortège sauvage semble hésiter, se dirige d'abord vers Alt Winmärick puis rebrousse chemin, toujours sur les rails, vers la Place Broglie avec l'objectif d'atteindre l'Ambassade d'Israel avenue des vosges. Les esprits s'échauffent, pétards et feux d'artifice éclatent tout le long, l'imposant groupe à l'avant se met à courir pour devancer les flics jusqu'à Broglie. Un toto éclate une vitrine d'un magasin de luxe, des camarades ont dû le secourir, pris à partis par une quinzaine de personnes.

Bref arrêt place Broglie, toujours 1000 personnes en manif sauvage. Les flics se positionnent à l'entrée du pont menant à la Place de la République. Bac et flics en civil partout dans le cortège. Le pont est barré par deux-trois cars et une quinzaine de CRS équipés de flash, et lacrymos. L'avant du cortège s'avance, puis charge la ligne de police. Les flics répliquent par des salves de grenades lacrymos. Repli. On avance à nouveau. Nouvelle salve de lacrymos. Le gros du cortège reste à la place Broglie, environ 400 à l'avant contre les flics. La préfecture est sécurisée, les flics se positionnent tout autour de l'Opéra. On avance à nouveau. Jets de projectiles et tirs de mortiers/feux d'artifice sur la ligne de flics barrant le pont. Les CRS chargent pour nous refouler. Repli puis on avance à nouveau. Long face à face. Le gros du cortège fait demi-tour et retourne place Kleber. Hésitation, finalement les 400 manifestants à l'avant courent et remontent les quais jusqu'au pont menant devant les Halles pour contourner les flics. Certains veulent aller à la synagogue, confusion sur l'objectif. Les flics chargent sur le pont des Halles. Jets de pierre. Une poubelle prend feu. Nouvelle tentative de charger les flics sur le pont des Halles. Les CRS répliquent par des salves de grenades lacrymos et des tirs de flashball. Au moins deux personnes tombent à terre, dont une assez âgée, touché au flashball au visage. Un groupe de CRS et de Bacceux chargent violemment et tirent à nouveau au flashball devant le pont où des pierres sont jetées. Un ou deux groupes d'une dizaine de jeunes (très jeunes!) sont coursés par les flics jusqu'à alt Winmärick. Au moins deux arrestations.

Colère des familles qui tentent d'apporter les premiers soins à la personne âgée durement touchée. Deux CRS sortent de leur ligne pour aller voir ce qu'il en est. Aussitôt ils sont pris à partie par une cinquantaine de manifestants. Charge des CRS. Tirs de flash et grenades lacrymos. Une femme protège de ses bras son enfant au milieu de la charge. Repli vers l'Opéra. Deux trams sont bloqués. Face à face avec les flics du pont de la place de la Rep. On s'approche. Ils tirent aussitôt avec lacrymos spray et flash. Les CRS chargent. Repli jusqu'à l'Homme de Fer, tout le monde appelle à se rassembler de nouveau Place Kleber pour se regrouper et repartir. 150 personnes encore maximum. Blocage de l'homme de Fer. Charge des flics et Bacceux avec tirs de flashball. Plusieurs personnes tombent.

Au moins 3 à 4 blessés au sol, les pompiers sont bloqués par les flics et mettent 1/4h à les secourir. Une petite centaine de manifestants font encore face aux flics à l'Homme de Fer. Lacrymos spray, et violente charge de CRS et Bacceux. Deux personnes à terre, un manifestant de 50-60ans touché par flashball et une jeune fille touchée également par flashball, ne bougent plus, inanimés. Une cinquantaine de manifestants tentent de les secourir, mais les CRS s'alignent et les en empêchent. Les pompiers arrivent enfin. La personne âgée est gravement blessée, ne répond plus. Les deux blessés sont emmenés en civière par les pompiers. Plus loin vers Alt Winmärick, une jeune fille est en pleine crise d'épilepsie, soutenue par une douzaine de manifestants. Un enfant en crise de trauma et asphyxié par les lacrymos également.

Plusieurs blessés légers au flash dans les jambes. Les manifestants se dispersent progressivement. CRS, gendarmes mobiles et BACceux, se positionnent en nombre dans tout le centre-ville : la place Kleber est bouclée pour empêcher tout rassemblement, des patrouilles de robocops avec boucliers et flash au niveau de Gutenberg, Alt Winmärick, Halles, Homme de fer, Broglie, opéra, République, Contades, rue d'Austerliz et Ancienne douane. Des groupes continuent d'harceler sporadiquement les flics par endroits.

NOUVEAU RASSEMBLEMENT EN SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN CE SAMEDI A 15H PLACE KLEBER.
QUE TOUT LE MONDE SOIT LA !
APPEL A TOUS LES CAMARADES A DIFFUSER L'INFORMATION !

 

Des milliers de personnes ont manifesté en fin de journée à Paris, Lyon, Marseille, Lille, Toulouse ou encore Strasbourg... Toutes réunies pour dénoncer le raid israélien meurtrier de ce matin. Quelques débordements ont eu lieu, notamment à Paris quand les manifestant ont tenté de forcer les cordons de police pour se rapprocher de l’ambassade d’Israël.

France Info - Sur les Champs-Elysées.

Sur les Champs-Elysées. © RADIOFRANCE/ Nathanaël Charbonnier

 

La condamnation internationale est unanime. Les manifestations, plus ou moins spontanées, en sont la preuve. Au Liban, en Iran, en Turquie, des milliers de personnes se sont rassemblées pour dénoncer le raid meurtrier d’Israël ce matin, contre la flottille qui devait apporter de l’aide humanitaire à Gaza.

La France a également été ce soir le théâtre de plusieurs manifestations assez mouvementées d’ailleurs. Un gros millier de personnes, à chaque fois, s’est ainsi rassemblé à Paris, Lyon, Marseille, Lille, Toulouse ou encore Strasbourg.

Quelques échauffourées ont d’ailleurs éclaté à Paris, quand les manifestants, regroupés au bas des Champs-Elysées, ont tenté de se rapprocher de l’ambassade d’Israël, à quelques centaines de mètres de là.
Certains ont lancé des pierres sur les forces de l’ordre, qui ont répliqué à coups de matraques et de gaz lacrymogènes.

"Israël, assassin" , scandaient les manifestants qui, pour une grande partie portaient le keffieh, le foulard palestinien traditionnel. Parmi les autres slogans, on entendait : "Palestine vivra, Palestine vaincra", "Sionistes fascistes"...

 

http://www.france-info.com/france-regions-2010-05-31-manifestations-musclees-de-soutien-aux-palestiniens-448909-9-13.html


22:36 | Lien permanent | Commentaires (0) |

30/07/2009

Emois chez les pompiers = pyromanes + escroc

AJACCIO (AFP) - 29/07/09 19:41
Corse: 2 pompiers volontaires mis en examen et écroués pour incendies volontaires

Deux jeunes pompiers volontaires soupçonnés d'incendies volontaires ont été mis en examen mercredi à Ajaccio pour "destructions volontaires par incendies" et "association de malfaiteurs" et incarcérés, a-t-on appris de source judiciaire.

"Tous deux ont reconnus les faits et donné des détails. Une de leurs mises à feu a nécessité l'intervention d'un Canadair. Ils ont été placés en détention et une information judiciaire a été ouverte pour "destructions volontaires par incendies de bois, landes, maquis ou forêts dans des conditions de nature à exposer les personnes à des dommages corporels" et "association de malfaiteurs", a indiqué à l'AFP le procureur général, Paul Michel.

Ces crimes sont passibles de la cour d'assises et la peine maximale encourue est de 15 ans de réclusion criminelle, a-t-il précisé.

"Leur geste (des mises à feu réalisées les 8 et 14 juillet, ndlr) semble avoir une motivation financière, les interventions effectuées de nuit voyant leur rémunération majorée", a précisé le procureur.

"Pour leurs sorties ces deux nuits, ils ont touché exactement 19 euros et 38 euros chacun, la sortie effectuée la nuit de la Fête nationale étant comptée double", a précisé à l'AFP le commandant Bruno Maestracci, adjoint au directeur des pompiers de Corse-du-sud.

L'un des deux pompiers volontaires, âgé de 22 ans, est chômeur. L'autre, âgé de 25 ans, a été un temps employé municipal. Ils sont originaires d'Afa et Rosazia, deux villages de la région d'Ajaccio.

Les mis en examen --dont l'identité n'a pas été communiquée-- ont été interpellés lundi à quelques heures d'intervalle en Corse-du-Sud et suspendus mardi par leur hiérarchie "à titre conservatoire".

Cette double arrestation, intervenue alors que les pompiers luttaient encore contre un des trois incendies qui ont détruit plus de 6.000 hectares de maquis et forêt, avait semé la consternation dans leurs rangs.

Au total, huit incendiaires présumés ont été arrêtés dans les deux départements corses en un peu plus d'une semaine.

Deux d'entre eux, de jeunes éleveurs de Haute-Corse, ont été condamnés lundi à Bastia, l'un à 2 ans de prison ferme, l'autre à 8 mois ferme pour destructions volontaires par incendies. Ils ont été écroués.

Sur le front des incendies, l'avion Dash a largué comme prévu du retardant de 09H00 à 16H00 sur le flanc de la montagne faisant face à Aullène, où un feu brûle depuis six jours, "dans le but de freiner l'activité du sinistre sur les lisières", a indiqué le commandant Maestracci.

Plusieurs passages de Canadair ont été effectués aux abords du col de la Vaccia pour éviter les reprises de feu, a-t-il ajouté.

Depuis mardi soir, l'officier juge le sinistre "sous contrôle, mais fixé seulement" sur les hauteurs du col de la Vaccia, au nord de la vallée, et éteint au sud, avant le col de Siu.

Les pompiers sont aussi intervenus dans la vallée de l'Ortolo, entre Sartène et Bonifacio, pour éviter des reprises d'incendie.

 

AJACCIO, 28 juil 2009 (AFP) - 28/07/09 07:02
Corse-du-Sud: deux incendiaires présumés interpellés lundi sont pompiers volontaires

Deux incendiaires présumés qui ont été interpellés lundi à quelques heures d'intervalle en Corse-du-Sud, étaient pompiers volontaires, a-t-on appris mardi matin de sources concordantes.

"L'arrêté n'a pas encore été signé mais ils vont être suspendus mardi dans la matinée", a réagi auprès de l'AFP le commandant des pompiers Bruno Maestracci qui s'est déclaré "consterné par cette affaire".

"Ils ont mis le feu alors qu'ils étaient chargés au contraire de lutter contre les incendies et de protéger les biens et les personnes. Si les faits sont avérés, ils méritent d'être lourdement condamnés", a-t-il ajouté.

Le commandant a souligné qu'"il fallait faire la différence entre les pompiers dévoués qui combattent, à Aullène (au nord-est de Sartène) notamment, depuis six jours, et des éléments qui ne correspondent ni à l'éthique, ni aux valeurs des sapeurs-pompiers, dont la devise", a-t-il rappelé, est "honneur, courage et dévouement".

Le commandant Maestracci a souligné à ce propos que que "deux pompiers, à Peri et à Sartène, ont perdus l'ensemble de leurs biens en protégeant ceux des autres".

Un des deux hommes, interpellé à son domicile lundi et placé en garde à vue par les gendarmes de la brigade de recherches d'Ajaccio a reconnu avoir procédé à des mises à feu - rapidement éteintes par les pompiers - au nord d'Ajaccio les 8 et 14 juillet.

Dans la même affaire, un second incendiaire présumé a été interpellé en fin de matinée à Sari d'Orcino (Corse-du-Sud).

Ces interpellations portent à huit le nombre des incendiaires présumés arrêtés dans les deux départements corses en un peu plus d'une semaine.

Deux d'entre eux, de jeunes éleveurs de Haute-Corse, ont été condamnés lundi à Bastia, l'un à deux ans de prison ferme, l'autre à huit mois ferme pour destructions volontaires par incendies. Ils ont été écroués.

Près de 6.000 hectares de végétation ont été détruits depuis jeudi dans trois incendies, près d'Aullène, autour de Peri près d'Ajaccio et entre Sartène et Bonifacio. Les deux derniers sont fixés et sous surveillance.

 

 

 

Un marin-pompier écroué pour vols et escroquerie à Marseille

NOUVELOBS.COM | 23.05.2009 |

Ce Marseillais de 33 ans subtilisait les numéros de cartes de crédit de victimes d'homicide qu'il venait secourir pour effectuer des commandes en ligne.

Un marin-pompier de Marseille a été mis en examen et écroué vendredi 22 mai pour "vols par personne chargée d'une mission de service public" et "escroquerie", a-t-on appris de source judiciaire et auprès des marins-pompiers, confirmant une information de la radio France Bleu Provence. Agé de 33 ans, l'homme est chauffeur ambulancier depuis 2000 au sein du bataillon des marins-pompiers appartenait à la caserne de Plombières (3e arrondissement).

Escroquerie


Il aurait subtilisé, au cours d'au moins deux interventions, le numéros de cartes de crédit de victimes d'homicide ou de suicide ainsi que leurs cryptogrammes. Il les utilisait ensuite pour effectuer des commandes en ligne de matériel électronique. Pour les vols par personne chargée d'une mission de service public et l'escroquerie, la peine maximale encourue est de 5 ans, a-t-on précisé.
Il lui est également reproché d'avoir pénétré sur des sites afin de récupérer des numéros de cartes bancaires. Ces délits, qualifiés d'"acquisition et de détention de données permettant la contrefaçon de cartes de paiement", sont passibles d'une peine de sept ans d'emprisonnement.
"Si les faits sont avérés, le statut des militaires prévoit des sanctions qui peuvent aller jusqu'à la radiation, c'est-à-dire la résiliation de son contrat", a déclaré à l'AFP un porte-parole des marins-pompiers. "On subit la situation vis-à-vis de cette personne qui a trahi son contrat", a-t-il également affirmé. "Le vol est impardonnable dans un service de secours".
(Nouvelobs.com avec AFP)

09:22 | Lien permanent | Commentaires (2) |

30/06/2009

crash airbus A310 Yemena Ailines Comores

Yemenia_Airbus_A310.jpg
070807_F-OHPR.jpg
Yemenia_Airbus_A310.jpg2.jpg

anciennes infos sur Yemena Airlines:

 

LES DROITS DE TRAFIC AERIEN DE L'ETAT COMORIEN BRADES A YEMENIA

Les représentants de l'état comorien ont signé un incroyable document (voir dans les pages DOCUMENTS, en cliquant l'onglet DOCUMENTS de la page d'accueil) où l'état abdique littéralement ses droits de trafic aériens à la société Yemenia.

Selon le document Yemenia est nommé compagnie nationale et jouit donc non seulement des privilèges d'un transporteur battant pavillon national, mais devient LE transport national.

Plus troublant, il est stipulé que Yemenia sera consulté pour toute demande de compagnie aérienne demandant à desservir Moroni ou tout autre point des Iles Comores. En fait dans le document en anglais qui sert de référence, cette consultation donne un droit de veto à Yemenia :" Request from any new carrier intending to operate to Moroni/ Comoro Islands will be consulted with Yemenia"

Mêmedans les rares pays qui ont une compagnie nationale détenant un monopole, l'octroi de permission de vols et des droits de trafic esst du seul ressort de l'état, c'est à dire de l'aviation civile.

Là, par exemple, où Emirates bénéficiait seulement d'une tolérance de 5ème liberté, entre Johannesburg et Moroni, Yemenia va agir en transporteur national.

Le document ne mentionne aucune contrepartie, si ce n'est la formation de 30 jeunes Comoriens à la réservation et à l'émission des billets, sans aucune promesse d'emploi. Une compagnie comme Yemenia a besoin d'un maximum de 5 agents de vente. Il y a environ une centaine de jeunes comoriens ayant obtenu cette formation en France et en Egypte principalement, sans compter les anciens d'Air France / Air Comores et ceux d'Emirates si le départ de cette compagnie se confirme. Leur formation est au moins équivalente à celle que peut donner une compagnie moyenne comme Yemenia.

Cet accord a été signé par les plus hautes autorités en la matière en présence du Commissaire au transport Said Dhoifir Bounou. La présidence, le ministère des transports, les affaires étrangères étaient représentés.

L'incohérence de la politique aérienne des commissaires est flagrante. Chaque faction du pouvoir a son plan en matière de désenclavement aérien. Les luttes d'influences sont âpres. On murmure le limogeage imminent de certains responsables. Il y a à peine quelques mois, le commissaire au transport Mahamoud Soilih Lamartine était congédié. On lui reprochait d'avoir accordé des droits exorbitants à Air Austral, avec son remplaçant, on fait pire. Sauf que cette fois, le colonel était représenté.

Dans le point "divers" ( Miscellaneous item) du contrat, il est stipulé que le directeur de Yemenia aux Comores a décide souverainement de l'application des tarifs. C'est la première qu'une telle cause figure dans ce genre de document. En clair cela veut dire que les autorités n'ont pas besoin de s'adresser au siège de Yemenia , mais peuvent discuter avec le directeur local de toutes les combines possibles.

Le 30 octobre 1990, une délégation comorienne , dirigée par M. Said Dhoifir Bounou, Commissaire ( ministre dans le document) aux Transports, Tourisme, Poste et Télécoms, et composée de MM. MOHAMED AHMED CHAHIR, Directeur Général de l'Aviation Civile et de la Météorologie, HODHOAER INZOUDDINE, Directeur Général des Affaires Politiques et Juridiques au ministère des Affaires Etrangères, M. Mohamed Saandi Anzi,, pilote de la présidence et conseiller du Colonel Azali, a signé un procès-verbal avec le Président Directeur Général et le Directeur Commercial de la compagnie Yemenia. Ce procès verbal d'une réunion consécutive au Protocole d'Accord signé entre le Yemen et la RFIC le 27 octobre consigne les points d'accord entre la RFIC et la compagnie. PRC-ACTUALITE a pu se procurer la copie en anglais qui constitue la version de référence. Le document est signé par MM. CHAHIR et HODHOAER du côté comorien, de MM ABDULKHALEK ALKADI et ABDULWAHAB SADAKA, respectivement PDG et Directeur Commercial de Yemenia du côté yemenite.

PRC-ACTUALITES reviendra sur cette affaire.

 

 

 

 

DUBAI - mardi 13 novembre 2007 à 10h03
Yemenia Airways confirme la commande de 10 Airbus A350; Oman Air commande 5 Airbus A330


Yemenia, la compagnie aérienne nationale yéménite, a confirmé mardi une commande de 10 A350-XWB à l'avionneur européen Airbus.

Yemenia n'a pas communiqué le montant du contrat, mais son président, Abdulkalek Saleh Al Kadi, avait déclaré la semaine dernière à l'agence Zawya Dow Jones que la valeur de la commande s'élevait à 2 milliards de dollars.

Yemenia avait pris en 2006 des options sur l'A350, a indiqué le dirigeant. Cette commande, qui porte également sur trois moteurs, transforme ainsi cet accord préliminaire en commande ferme.

De son côté, la compagnie aérienne Oman Air a annoncé qu'elle allait acquérir cinq avions Airbus A330 pour un montant d'environ 920 millions de dollars au prix catalogue. Cette commande porte sur trois A330-300 et deux A330-200, a précisé Oman Air dans un communiqué. Aucun choix de moteur n'a encore été fait, a en outre indiqué la compagnie. AP

ma/sll

 

 

Toutou à écrit le 22/10/2008 à 23:22:59

C'est affirmatif, la compagnie yemenia air ways a décidé de supprimer ses vols en partance de marseille depuis le 24 octobre 2008. ce qui veut dire que dorénavant aucun vol ne partirait de marseille car le dernier a déjà eu lieu en partance de moroni ce lundi. cet arrêt de la deserve de marseille amenera tout voyage à prendre le vol à paris jusqu'au 31 décembre 2008 date à laquelle la compagnie compte mettre fin ses voyages aux comores. selon hachim said bacar agent de voyages chez falhi voyage, cet arrêt est la faute des francocomoriens notamment en ce qui concerne leurs revendications sur les prix et les conditions de voyages. selon ce même voyagiste, l'etat comorien a aussi joué un rôle important et les perdants sont les comoriens eux-mêmes.
cela veut dire ceta arrêt de la deserve comorienne laisse un espace vide car jusqu'à présent il n'y a aucune compagnie en contrat d'exploitation bien que kenya air ways assure un minimum de services. puisque celui-ci ne va pas tarder de ne pas aller aux comores. car il y a environ deux mois cette compagnie a averti qu'elle va bientôt suspendre, et dans un delai indéterminé ses vols vers l'afrique de l'est parmi les comores. là la danse sera difficle car sans melodie ni rythme.

Moza à écrit le 11/11/2008 à 23:35:35

On va rigoler ou plutôt je vais rigoler, je ne comprend pas pourquoi nous comoriens, faisons toujour les choses à l'envers
vos revendications sur les prix et les conditions de voyages.
d'accord c'est cher,mais c'est cher par raport à quelle compagnie?je veux bien voir air france à la place de yemenia,
oui je veux bien voir air france avec des tickets de 500 à1300euros avec 40kg/passager.moi je me pose une question,
pourquoi il n'y a jamais eu une compagnie venir concurencée yemenia sur le marché paris-moroni que nous croyons tous juteux, moi je vous dis yemenia n'a rien avoir dans ces histoires, nos gouvernements respectifs sont des hypocrites, ils nous ont jamais aidés au contraire ils nous assomme, t'es obligé de te cacher au fret si t'as un paquet pour peur qu'on te taxe jusqu'au dernier centime.






Les voyageurs ne sont pas des marchandises

12-08-2008


Plus de 300 Comoriennes et Comoriens ont manifesté dans l’aéroport de Marseille pour que Yemenia Airways les respecte au cours de leur voyage au pays (Photo Stéphane Clad)
Plus de 300 Comoriennes et Comoriens ont manifesté dans l’aéroport de Marseille pour que Yemenia Airways les respecte au cours de leur voyage au pays (Photo Stéphane Clad)
Transport aérien. Des Comoriens ont manifesté, hier, dans l’aéroport pour de meilleures conditions de voyages.

« Stop aux avions poubelles », « Voyages gâchés, ça suffit », « Agences : respectez les voyageurs ». Tenant à bout de bras leurs banderoles, plus de 300 Comoriens et Comoriennes ont manifesté, hier matin, à l’aéroport de Marseille-Provence pour des conditions de transport dignes de ce nom.
A l’appel de « SOS Voyages aux Comores », les manifestants étaient présents, dès 7 heures, pour informer des raisons de la manifestation leurs compatriotes qui voyagent avec la compagnie aérienne Yemenia Airways vers l’archipel des Comores via Sanaa, la capitale du Yémen.
Longues attentes dans les escales, prix du voyage non indiqué sur les billets, passages à tabac réguliers des passagers, agences peu scrupuleuses…, les griefs de la communauté comorienne, forte de 80 000 âmes à Marseille (250 000 en France), contre les compagnies aériennes indélicates ne manquent pas.
D’après Farid Soilihi, les conditions de voyage ont commencé à se dégrader, dans les années 90 lorsque Air France a cessé ses vols vers les Comores. Ce sont des compagnies aériennes comme Emirates Airways puis, Kenya Airways et enfin Yemenia Airways qui ont pris le relais. « A la fin des années 90, la compagnie yéménite est arrivée et les conditions ont empiré avec des prix exorbitants. » Les chantres de la libéralisation ont fait croire à l’opinion publique que la libre concurrence allait faire chuter les tarifs, on voit ce qu’il en est aujourd’hui.
Cette jeune femme a voyagé avec Yemenia Airways. « J’ai été bloquée, l’année dernière, à Sa’ada [Yémen-NDLR] pendant 10 heures, témoigne Mounira Karani. On devait rentrer à 11 heures du matin à Marseille et on est arrivé à 21 heures, sans excuses, sans nourriture, rien de rien. Des enfants pleuraient parce qu’ils avaient faim. »


Les Comoriens économisent toute l’année pour partir


Sa sœur Amina, très en colère, enchaîne : « Les femmes comoriennes travaillent dur toute l’année. Tous les matins, elles se lèvent à 4 heures pour pouvoir financer leur voyage. On ne nous a même pas proposé de téléphoner pour avertir nos familles du retard. On a porté plainte auprès d’un avocat, l’affaire est toujours en cours. » Elle poursuit : « En 2007, le billet coûtait 1 350 euros, cette année il est passé à 1 400 euros, l’année prochaine ce sera 50 euros de plus, un enfant de 2 ans va payer 1 030 euros, ça ne peut plus durer ! Les Sénégalais avaient le même problème que nous au niveau des tarifs. Aujourd’hui, leur billet est à 700 euros, pourquoi pas nous ? »
L’ambiance est à son comble. L’atmosphère devient de plus en plus chaleureuse. Une clameur monte, les femmes scandent le « Tous ensemble » des manifestations à caractère social et entonnent des chants populaires de leur île natale. L’hymne national est également à l’honneur.
« L’année dernière, l’agence de voyages a pris mes sous pour l’aller et le retour. Mais, j’ai dû racheter un billet aux Comores pour revenir en France, car il n’y avait plus de place pour moi sur Yemenia », raconte Oumouri Gnora, mère de trois enfants, qui ne peut pas partir chaque année en vacances à cause du coût des billets.
Ils sont prêts à boycotter Yemenia Airways en 2009
Devant une manifestation pacifique, un CRS n’aurait pas hésité à donner deux coups de matraque à deux manifestants qui ont eu le souffle coupé pendant plusieurs minutes.
« C’est un mouvement national qui va de Marseille jusqu’à Dunkerque, en passant par Paris », tient à préciser Farid Soilihi. « Et qui va perdurer jusqu’à obtenir gain de cause », souligne Elisabeth Saïd, conseillère municipale (2e et 3e), déléguée aux relations avec les communautés.
Une manifestation nationale est prévue dans les semaines qui viennent, ainsi qu’une délégation auprès des autorités comoriennes et si d’ici janvier aucune solution n’est trouvée, un boycott contre Yemenia Airways est programmé.
Tous les signataires de la pétition pour de meilleures conditions de voyages sont prêts à ne pas partir aux Comores en 2009. « La diaspora comorienne est le premier bailleur de fonds des Comores, signale Farid Soilihi. Environ 70% des Comoriens partent au pays, si tous annulent leur voyage, c’est un coup porté à l’économie nationale. »


PIEDAD BELMONTE

09:06 | Lien permanent | Commentaires (3) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu