Avertir le modérateur

22/02/2014

MARCHE POUR LA LIBERTE MAI-JUIN 2014 STRASBOURG-BRUXELLES

Brussels, Bruxelles, Dublin III, Eurosur, Flüchtlinge, FRONTEX, Geflüchtete, March for freedom, Marche pour la liberté, Marsch für die Freiheit, migrants, réfugiés, Refugees, Straßburg, Strasbourg

16:03 | Lien permanent | Commentaires (0) |

02/08/2013

STRASBOURG OTAN 2009... la répression continue

extrait :

La plainte:

« En Avril 2009 (j’ai oublié les dates), Mr X a déposé plainte pour vol et dégradation dans sa propriété en construction située rue de la Ganzau à Strasbourg, des personnes ont volé de nombreux éléments de mobilier et de construction, ont fait passer un lit par la fenêtre, et lorsque la victime (le propriétaire) est venue constater les faits vers 9H le matin, il a découvert des gens assis sur ses chaises et parlant français, allemand et anglais et ses biens servant de barricade empêchant tous véhicules d’accéder au camp Anti OTAN. Il a intercepté deux personnes qui partaient avec deux valises et il a pu en récupérer une.

Toutes les personnes présentes étaient cagoulées si bien qu’il n’a pu en identifier aucune, en parlementant avec certains, il a été conduit auprès des responsables (sic) qui lui ont assuré qu’ils garderaient sa maison pour que de tels évènements ne se reproduisent pas, il a constaté dès le soir que des affiches avaient été apposées sur sa propriété qui expliquaient que « lui, avait déjà assez pris », puis, en revenant le lendemain, que sa maison avait effectivement été gardée durant la nuit. »

Les suites… Je rigole intérieurement, je me suis fait arrêté comme bien d’autres le jeudi,et, placé en garde à vue, le temps d’en sortir, de passer faire ma déposition à la legal team et de rentrer à pied, je n’ai assisté à la barricade que depuis derrière les keufs, qui nous empêchaient de rejoindre le camp.

 

article complet sur lechatnoiremeutier

11:52 | Lien permanent | Commentaires (0) |

08/01/2013

Strasbourg et ses voeux d'artifices...

Alors qu'Olivier Bitz, adjoint anti-pyrotechnie au maire PS de Strasbourg, appelle à une «interdiction générale» des pétards pour mettre fin à une "tradition stupide", on découvre avec étonnement la page "Voeux d'Artifices" sur le site de la ville de Strasbourg, qui vous invite à créer une carte de voeux en 4 étapes...

A la première on choisit un des deux personnages, Jeanne ou Antonin :

strasbourg,artifice,bitz,pétards

la deuxième étape permet de choisir entre 3 couleurs de boîte d'artifices :

artifices,strasbourg,bitz,pétards,tradition

la troisième propose deux lieux : la cathédrale ou la presqu'île Malraux. La quatrième étape permet de finaliser l'envoi avec un message et l'animation commence pour se terminer par... un feu d'artifice :

bitz,artifice,strasbourg,pétards,interdiction,tradition

Détonnant, non ?

10:28 | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/11/2012

Conférence CIVITAS le 28 novembre 2012 à Strasbourg...le catho a les foies...

civitas,strasbourg,alain escada,manifestation

Un avertissement contre la manif "gauchiste et probablement LBGT" [c'est LGBT] émis par un certain "Dante" suite à l'appel à vigilance... l'enfer est pavé des bonnes intentions ?

15:51 | Lien permanent | Commentaires (0) |

13/11/2012

Confusion et amalgame du sycophante...

sycophante,diseur de figue,presse,média

08:50 | Lien permanent | Commentaires (0) |

31/10/2012

Quelques élements de language totalitaire autour d'une expulsion de squat...

Chasser les artistes de la cité ?

Les propos du maire PS de Schiltigheim Raphaël Nisand au sujet de son refus de voir s’installer l’imprimerie Papier Gâchette au centre de tri (DNA du vendredi 26 octobre) ont suscité moult réactions sur les réseaux sociaux.

Nathalie Guibilei, la porte-parole du groupe local EELV Cus Nord, s’exprime par le biais d’un communiqué de presse intitulé « Faut-il chasser les artistes de la cité ? ». Le texte explique que les membres d’EELV Cus Nord « sont très étonnés de ce revirement et des propos qui le justifient ». Le communiqué cite des propos que le maire de Schiltigheim a tenus au printemps et que l’on peut entendre dans une vidéo diffusée sur Internet. « Il y a quelques mois en effet, Raphaël Nisand se montrait ravi d’accueillir ces artistes et déclarait lors de l’inauguration des futurs locaux le 15 avril : “Ça fait très plaisir de voir ce lieu réinvesti… et consacré à l’échange culturel. “

Il ajoutait même en montrant les clés : “Faites en bon usage “et “on vous fait confiance “». Une inauguration qui n’avait rien d’officiel, puisqu’elle était organisée par les artistes sous forme de parodie des cérémonies traditionnelles.

Le communiqué d’EELV Cus Nord constate que Raphaël Nisand n’est « plus à l’heure de la confiance mais de la défiance » et estime que « l’argumentaire de son refus a des accents sécuritaires quelque peu disproportionnés ».

Le communiqué s’oppose à l’idée que l’association puisse « poser problème » comme l’a affirmé le maire de Schiltigheim. « Le contrat d’occupation proposé par la Cus ne concerne que l’association qui, faute de locaux disponibles, n’a eu d’autre solution jusqu’à présent que l’hébergement dans un squat, ce qui est le sort de beaucoup d’artistes. Insinuer que leur venue générerait des troubles dont il faut protéger la population est un amalgame inconvenant. En réfutant la proposition de la Cus, Raphaël Nisand ne fait que précariser davantage cette association et prive ses concitoyens d’une proximité avec l’art qui n’aurait pu être qu’enrichissante ». « Ce qui est certain en tout cas, c’est que le centre de tri continue de bien porter son nom » conclut le message d’EELV Cus Nord.

 

Politique du bac à sable

Le sort des squatters de la route des Romains et de l’imprimerie Papier-Gâchette donnait matière à un débat de fond : quelle place pour les cultures alternatives dans notre ville ? Las ! L’échange d’idées sera pour une autre fois. En revanche, on a quand même touché le fond, le PS et les Verts ayant décidé d’en découdre, façon bac à sable, sur les réseaux sociaux. Raphaël Nisand (PS), maire de Schiltigheim, lançant à Paul Meyer (PS), qui voulait lui dire ses quatre vérités après son refus d’accueillir les squatters : « Que de la gueule M. le froussard… » Une vacherie saluée en retour : « Ce n’est pas parce qu’on est élu d’une ville brassicole que l’on doit tenir des propos de comptoir. » Alain Jund s’en est mêlé, accusant Nisand de choisir la « préférence communale ». Quand les petites phrases squattent le débat…

 

Imprimerie dedans, imprimeurs dehors

Les responsables de l’imprimerie associative Papier Gâchette, née dans le squat du 2 route des Romains, ont reçu lundi un courrier signé par le maire de Strasbourg. Roland Ries y confirme l’attribution d’un local au 8 rue du Rempart, ce qui rassure un peu les artistes. En effet, après l’épisode piteux du centre de tri de Schiltigheim (DNA du 26/11), la ville de Strasbourg avait proposé à l’association le local de la rue du Rempart, mais sans garantie écrite. Papier Gâchette est désormais assuré de pouvoir récupérer au 2 route des Romains son matériel. Mais la date de son installation rue du Rempart demeure en suspens, le local nécessitant quelques adaptations.

 

piqué au tas sur dna.fr - 31/10/2012

13:53 | Lien permanent | Commentaires (0) |

expulsion du 2 route des romains à Strasbourg


expulsion du 2 route des romains à Strasbourg par lesfilmsderosebonbon

07:59 | Lien permanent | Commentaires (0) |

10/05/2012

Georges Cipriani: une liberté très surveillée

Déterminé économiquement et politiquement par un passé vieux de plus de 25 ans, il est aujourd’hui nécessaire que le système politico-judiciaire cesse de s’acharner contre Georges Cipriani. Après 24 ans d’incarcération, l’ancien militant d’Action directe est aujourd’hui sous libération conditionnelle. Cependant, ses conditions d’existence ne se résument qu’à vendre sa force de travail pour survivre et continuer à indemniser les parties civiles.

Une libération conditionnelle n’est pas une libération, elle est un mode de vie où les conditions relatives à la libération ne permettent qu’une liberté en peau de chagrin. En effet, soumis aux décisions du juge anti-terroriste, sa liberté de mouvement n’est, par exemple, qu’une vaste mascarade. Enchainé aux murs de Strasbourg, Georges doit, pour sortir du département au-delà de deux semaines, « prévenir » le juge. Cependant, sa présence est indésirable dans bon nombre de départements, où il est interdit de séjour. En effet, il lui est interdit de se rendre aussi bien au sein des grosses agglomérations françaises (Marseille, Lyon, Bordeaux, Ile de France…) que dans l’intégralité des départements jouxtant les pays frontaliers et la méditerranée. Inutile de préciser également qu’il ne peut, sous aucun prétexte, quitter le territoire.

 

la suite sur CNT67

07:14 | Lien permanent | Commentaires (0) |

11/04/2012

Appel à soutien du Collectif du Centre de Tri le 15 avril 2012

« La Grande Cérémonie d’inauguration » des « nouveaux locaux » du Collectif du Centre de Tri, au 5 rue du Chêne, situé entre Schiltigheim et Cronenbourg, le dimanche 15 avril à partir de 16h.
Que la fête soit belle ! Apportez à boire ou à manger !

Le Collectif du Centre de Tri.

via L'Alsace Libertaire

07:40 | Lien permanent | Commentaires (0) |

05/04/2012

squat 69 : "Un compromis avec la Ville vient d’être trouvé"...

Ce que Strasbourg fait de son patrimoine immobilier vacant

 

Le n° 69 de la Carpe-Haute était inhabité depuis un an et demi avant l'arrivée des six occupants. (photo L.D)

Depuis l’automne 2011, six jeunes âgés de 20 à 23 ans occupent illégalement le numéro 69 de la rue de la Carpe-Haute à la Robertsau. Ce logement appartient à la Ville, géré par le bailleur social Habitation Moderne. Le « squat du 69 » est sous le couperet d’un mandat d’expulsion depuis le 26 mars. Retour sur cette affaire, qui interroge sur ce que fait la commune de son patrimoine immobilier vacant.

 

Ils l’ont cherché leur squat et ils l’ont déniché au bout d’une longue rue calme de la Robertsau, à proximité d’un terrain de sport et de petits jardinets. Les six occupants, dont trois étudiants, se renseignent alors auprès du cadastre, car ils souhaitent intégrer un lieu qui appartient à la collectivité. C’est le cas pour cette maison qu’ils occupent donc depuis octobre. Aux dires des habitants, leur projet pour ce squat se fonderait sur « l’envie de remplir un lieu vide et partager une expérience collective ».

La visée sociale ou culturelle, portée dans certains projets d’ouverture de squats, n’est pas clairement établie pour celui du 69 (à la différence, par exemple, de la Maison Mimir et la conclusion d’un bail emphytéotique de 20 ans, acté lors du conseil municipal de février dernier). Changement des barillets, ouverture du compteur électrique, inscription des noms au gros feutre noir sur la boîte aux lettres,  la bande trouve son rythme de vie, jusqu’à ce qu’une société d’élagage repère sa présence en janvier. Les jeunes ne veulent pas quitter les lieux : le bailleur social Habitation Moderne dépose une plainte.

Les habitants ont décoré les murs de leur squat avec les citations évoquées lors de leur jugement. (photo L.D)

Le 17 février, le tribunal ordonne une expulsion après le 26 mars, le paiement d’une astreinte provisoire de 1000€ par jour de retard et une amende de 100€ par habitant.

Les occupants expriment alors leur souhait de dialoguer avec Philippe Bies, adjoint au maire en charge du logement et vice-président de la CUS, et se rapprochent de Paul Meyer, conseiller municipal, délégué à la vie étudiante. Dans une lettre adressée au Préfet de région, Pierre-Etienne Bisch, les habitants invoquent l’argument de la poursuite de leur année universitaire pour demander un délai d’occupation des lieux. Un compromis avec la Ville vient d’être trouvé. Les squatteurs s’engagent à quitter les lieux d’ici le 15 juin. D’ici là, il ne sera pas fait usage de la force publique.

 

piqué au tas sur rue 89

05:27 | Lien permanent | Commentaires (1) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu