Avertir le modérateur

21/02/2013

Laurence Parisot, chien d'aveugle...

parisot,grizzli,goodyear,usine,titan,

20:25 | Lien permanent | Commentaires (0) |

20/08/2011

Mark Kennedy, alias Mark Stone : nom de code UCO 133

article du guardian - 11/08/2011

Mark Kennedy's codename revealed

Judges overturn protesters' convictions and disclose code-name of police spy. What does it mean?

traduction d'une partie de l'article via google trad + Probe :

Le nom de code de Mark Kennedy a révélé

Les juges bouleversent les convictions des manifestants et divulguent le nom de code de l'infiltré. Qu'est-ce que cela signifie?

Dans ce blog, nous visons à afficher les documents originaux dès que possible. Nous sommes sous le coup d'envoi de l'arrêt dans l'annulation de la condamnation des militants de Ratcliffe, le mois dernier.

Il peut être lu ici

Pour récapituler brièvement, trois juges de la Cour d'appel ont annulé les condamnations des 20 manifestants mis en examen pour avoir tenté d'occuper la centrale de Ratcliffe et que des preuves cruciales enregistrés par la police espionne Kennedy Mark avait été retenues.

Le jugement mérite d'être lu car il montre comment les trois juges de haut rang avaient peu de doute que les condamnations soient annulées, et comment ils ont été critiques à l'égard de Kennedy pour avoir outrepassé ses pouvoirs légaux.

Il révèle également une intéressante "pépite", le nom de code de Kennedy, alors qu'il était infiltré dans le mouvement environnemental.

Le paragraphe 11 de l'arrêt nous dit que Kennedy était connu sous le code UCO 133. Les trois premières lettres sont apparemment facile à déchiffrer - UCO signifient agent d'infiltration, mais les chiffres sont plus intrigant.

133 peut être simplement un nombre aléatoire et ne veut certainement pas dire n'importe quoi, et si quelqu'un a de plus ample information, s'il vous plaît laissez-nous savoir si elles sont significatives.

Le jugement a également divulgue d'ailleurs le nom de son supérieur - David Hutcheson, qui doit être un membre de l'Unité nationale de l'Ordre Public Intelligence.

Dans un post précédent, nous avons écrit sur la façon dont les papiers Ratcliffe tribunal avait fait la lumière sur une autre pépite intrigante - que Kennedy a été déployé dans le cadre de l'Opération Pégasus, dont le but est «d'infiltrer des groupes d'extrême gauche au Royaume-Uni".

Un rapide merci à tous ceux qui ont transmis des informations sur l'Opération Pegasus.

09:33 | Lien permanent | Commentaires (0) |

13/03/2011

La centrale nucléaire de FUKUSHIMA Daiichi - Le MOX - COGEMA - Le scandale TEPCO

 

Transport de combustibles MOX d'Europe vers le Japon - Annonce de la politique d'information -

30 juin 1999

 

Un transport vers le Japon de combustibles MOX, fabriqués en Europe, aura lieu d'ici la fin de l'année : les assemblages concernés sont destinés aux réacteurs nucléaires de Fukushima Daiichi et de Takahama, exploités respectivement par TEPCO (Tokyo Electric Power Company) et KEPCO (Kansai Electric Power Company).
La production d'électricité d'origine nucléaire constitue en effet une pièce maîtresse de la politique énergétique du Japon.
En 1977-78, les 10 compagnies japonaises d'électricité ont signé avec les groupes COGEMA, en France, et BNFL, au Royaume-Uni, des contrats prévoyant le traitement de leurs combustibles nucléaires usés.
Le traitement-recyclage du plutonium sous forme de combustible MOX relève d'une stratégie à long terme. Le Japon a, en effet, décidé de charger avec ce combustible 16 à 18 réacteurs d'ici 2010.
Ce transport a été préparé en étroite collaboration par les Autorités gouvernementales et les partenaires industriels japonais, français et britanniques.
A l'occasion de ce transport, les informations suivantes seront rendues publiques :
1. La date de départ, le nom des navires, le nom des ports de chargement, ainsi que le nombre total d'assemblages combustibles et d'emballages de transport seront communiqués un ou deux jours avant le départ d'Europe
2. La route choisie et la date approximative d'arrivée au Japon seront publiées après le départ d'Europe. Le transport des matières nucléaires, notamment celui des combustibles MOX, obéit à un système établi de réglementations internationales strictes et rigoureuses.
Ces réglementations concernent les emballages de transports spécifiques, appelés châteaux, la conception des navires ainsi que les dispositifs de protection physique Des matières nucléaires sont ainsi transportées par mer depuis les années 1960. Les transports de combustibles MOX seront effectués par deux navires armés appartenant à la compagnie PNTL (Pacific Nuclear Transport Limited), qui quitteront conjointement l'Europe et navigueront de conserve jusqu'au Japon.
Ce communiqué est diffusé simultanément en France, au Royaume-Uni et au Japon, respectivement par COGEMA, BNFL, TEPCO / KEPCO.

piqué au tas sur : www.areva.com/FR/actualites-5483/transport-de-combustibles-mox-d-europe-vers-le-japon-annonce-de-la-politique-d-information.html

2007 - Inquiétudes nucléaires après le séisme

par Monique Mas

Article publié le 18/07/2007 Dernière mise à jour le 18/07/2007 à 16:31 TU

La fuite d’eau radioactive constatée à la centrale de Kashiwazaki-Kariwa repose la question de la sécurité nucléaire.( Photo - Reuters )

La fuite d’eau radioactive constatée à la centrale de Kashiwazaki-Kariwa repose la question de la sécurité nucléaire.
( Photo - Reuters )

«Il y a eu une erreur dans le calcul de la radioactivité de l'eau qui s'est échappée dans la mer» lors du séisme de lundi qui a ébranlé la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, la plus grande du monde, indiquait mercredi un communiqué de la compagnie d’électricité privée Tokyo Electric Power (Tepco) qui assurait en même temps que «la radioactivité corrigée reste sous la limite légale et n'affecte pas l'environnement». Pour autant, le maire de Kashiwazaki, au nord-ouest du Japon, mais aussi le gouvernement de Shinzo Abe ont ordonné la fermeture du site nucléaire, jusqu’à plus ample information. En écorchant la sensibilité des Japonais aux questions de sécurité nucléaire, le séisme a aussi un impact politique.

C’est revêtu du bleu de travail des employés de la centrale nucléaire, comme le rapporte l’Agence France Presse, que le PDG de Tepco, Tsunehisa Katsumata, s’est battu la coulpe mercredi devant le maire de Kashiwazaki qui venait d’ordonner l’arrêt des sept réacteurs d’une puissance totale de 8 212 mégawatts du site qui alimente en électricité la mégalopole de Tokyo, située à 250 kilomètres au sud. Tsunehisa Katsumata avait fait le chemin de Kashiwazaki-Kariwa pour présenter ses «excuses, du fond du cœur, pour avoir causé des craintes et des problèmes terribles». Les craintes se sont en effet rapidement nourries du panache de fumée noire qui s’est élevé lundi matin au-dessus de l’incendie déclenché dans un transformateur électrique de la centrale de Kashiwazaki –Kariwa, l’un des premiers effets visibles du violent séisme de magnitude 6,8 sur l'échelle de Richter dont l'épicentre a été localisé à seulement neuf kilomètres de là. Une centaine de fûts d'acier éventrés destinés à sceller gants et autres vêtements potentiellement irradiés avaient également attiré l’attention des secours, Tepco reconnaissant initialement une légère fuite d’eau radioactive.

Comme il est d’usage dans ce domaine sensible, Tepco se targue d’une sécurité sans faille, mettant en avant la multiplicité des verrous sécuritaires imaginés en cette région à très haut risque tectonique. Durement sermonné par Akira Amari, le ministre de l'Economie et de l'Industrie, qui a lui-aussi exigé la fermeture de la centrale jusqu’à nouvel ordre, Tsunehisa Katsumata, a finalement reconnu que les réacteurs nucléaires «avaient subi sans aucun doute un choc supérieur aux limites de résistance prévues à l'époque de la construction». Il a aussi admis «une certaine inefficacité dans les mesures» prises par Tepco en matière de prévention et de lutte anti-incendie. Plus largement, le PDG du géant électrique japonais a revu à la hausse le niveau de radioactivité des fuites qu’il a reconnues, parlant de 90 000 becquerels au lieu de 60 000 et admettant au total une cinquantaine d’incidents dans le vaste complexe. Parmi ceux-ci : le déversement en mer de 1 200 litres d'eau radioactive et l’éparpillement au sol du contenu de plusieurs centaines des quelque 10 000 fûts destinés aux vêtements contaminés.

Une énergie nucléaire jugée vitale pour l’indépendance de l’archipel

Le sursaut de transparence à retardement de l’industriel du nucléaire civil ne va pas encore jusqu’à un bilan vraiment circonstancié de l’impact du séisme et de ses répliques sur la centrale de Kashiwazaki. Il répond d’abord au souci des autorités politiques qui redoutent surtout que leurs administrés retirent leur confiance à une énergie nucléaire qu’elles jugent vitale pour l’indépendance économique du pays. Celle-ci représente déjà plus de 35 % de la production d’électricité de l’archipel qui compte 55 réacteurs et a lancé la construction de treize autres. C’est d’ailleurs de ce risque de désaffection du nucléaire civil que s’est inquiété le ministre japonais de l’Economie en reprochant à Tepco la lenteur de ses agents à éteindre l’incendie de lundi, d’abord avec de l’eau, avant que les pompiers n’en viennent à bout avec des produits chimiques. En adoptant la posture du pénitent décidé à faire amende honorable, le PDG de Tepco fait cause commune avec les autorités politiques pour tenter de rassurer l’opinion publique. Celle-ci est priée de croire en sa bonne foi lorsque la compagnie dit par exemple qu’il n’y a aucun danger de contamination de l’océan où se sont déversées des matières et de l’eau radioactives.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a offert au Japon ses services pour repérer et mesurer les fuites radioactives. Mais, dans l’immédiat, des examens géologiques ont été ordonnés par les autorités japonaises et par Tepco qui redoutent qu’une ligne de fracture passe désormais sous la centrale nucléaire et veulent «analyser l'emplacement de la faille en étudiant les répliques et les modifications du terrain». Pour leur part, les écologistes de Greenpeace rappellent qu’en 2003, cette même centrale de Kashiwazaki-Kariwa, «avait déjà été fermée sur ordre des autorités et pour vérifications pendant quarante jours, après que Tepco avait admis avoir falsifié ou ignoré à 29 reprises des conclusions d’inspecteurs faisant état de fissures dans les réacteurs». L’organisation rappelle aussi que «ces derniers mois, plusieurs compagnies ont reconnu avoir caché au public et aux autorités des dizaines d’incidents survenus entre 1978 et 2002». Tout récemment, en mars dernier, «la compagnie Hokuriku n’avait pas informé le public et les inspecteurs nucléaires d’un incident important dans la centrale de Shika». Dans ce contexte, la révélation de fuites radioactives à l’occasion du séisme de lundi est une première, sur le mode de «faute avouée est à moitié pardonnée».

Mercredi, le bilan humain du séisme était toujours de 9 morts, un millier de blessés et quelque 12 000 déplacés, toujours sous la pluie battante et la menace des répliques, une centaine déjà ces derniers jours, dont certaines ont été ressenties jusqu’à Tokyo. Un millier de policiers et de pompiers continuaient à fouiller les centaines d’immeubles pulvérisés de Kashiwazaki où les personnes âgées ont été les plus touchées. Sept bâtiments de la Marine japonaise croisaient au large de la région de Niigata. 450 militaires avaient également été dépêchés en renfort pour participer aux opérations de ravitaillement en eau et en nourriture des préfectures de Niigata et de Nagano où la circulation reste entravée par les fissures et les éboulis.

A une dizaine de jours des sénatoriales du 29 juillet où il arrive avec une popularité extrêmement ébréchée, le Premier ministre Shinzo Abe, s’est montré sur les lieux du séisme dès lundi, ordonnant à son cabinet «d'agir sans délai» pour venir en aide aux sans-abris. Pour sa part, Tepco, a déjà vu ses titres chuter en bourse mercredi, lorsque le ministre du Commerce lui a interdit de relancer les réacteurs de Kashiwazaki-Kariwa qui représentent environ 7% de ses capacités de production d’électricité. «Je crois que l'on ne peut faire fonctionner les centrales nucléaires qu'avec la confiance de la population», a lancé le Premier ministre Shinzo Abe en ajoutant à l’endroit de Tepco : «Si un incident se produit, il faut qu'ils en rendent compte dans le détail et avec rapidité et nous devons les amener à refléter fidèlement cet incident». Question d’image, la vérité nucléaire restant quant à elle à la discrétion des experts.

piqué au tas sur www.rfi.fr/actufr

2007 - Le séisme au Japon ravive la peur du nucléaire

STÉPHANE KOVACS (avec AFP, AP, Reuter)
14/10/2007 | Mise à jour : 18:43
AU LENDEMAIN d'un violent tremblement de terre qui a fait neuf morts et provoqué des fuites radioactives dans la plus puissante centrale du monde, le Japon s'inquiétait hier de la solidité de ses installations nucléaires. L'épicentre du séisme, de magnitude 6,8 sur l'échelle de Richter, était situé à quelques kilomètres seulement de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, dont les sept réacteurs, d'une puissance totale de 8 212 mégawatts, alimentent en électricité la mégapole de Tokyo, 250 km plus au sud. Pas moins de cinquante dysfonctionnements ont été identifiés hier dans la centrale !
Selon Tokyo Electric Power (Tepco), la compagnie qui l'exploite, cette centrale respecte scrupuleusement les normes parasismiques nippones très strictes. Mais la compagnie a avoué hier que le séisme s'était révélé plus fort que ce qu'étaient censés supporter ses réacteurs. Lundi, un incendie avait éclaté dans un transformateur, sans être immédiatement circonscrit. Hier, Tepco a annoncé qu'une centaine de fûts contenant des déchets faiblement radioactifs étaient tombés, et que « plusieurs » avaient perdu leur couvercle. Seule la moitié de ces fûts avaient été inspectés hier, et l'on ne sait pas encore si l'incident a eu des conséquences sur l'environnement ou la population. Tepco a aussi admis que 1 200 litres d'eau légèrement radioactive avaient fui d'un des réacteurs. « Je reconnais qu'il y a eu une certaine inefficacité dans nos mesures d'extinction », s'est excusé le président de Tepco, Tsunehisa Katsumata, après s'être fait réprimander par le ministre de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie, Akira Amari.
35 % de l'électricité du pays
Les autorités n'ont pas caché leur inquiétude au sujet du temps de réaction de Tepco. « On ne peut faire fonctionner les centrales nucléaires qu'avec la confiance de la population », a déclaré le premier ministre, Shinzo Abe. La lenteur à régler l'incident « pourrait amener les gens à ne plus faire confiance à l'énergie nucléaire », a renchéri le ministre de l'Économie. « Nous devons apporter une réponse sans fard en examinant soigneusement la façon dont le séisme a dépassé les normes de résistance (des réacteurs) prévues », a affirmé pour sa part le porte-parole du gouvernement.
Toutefois, selon Koji Omamoto, spécialiste du nucléaire à l'université de Tokyo, l'incident était mineur. « Certes, un incendie n'est pas censé se déclarer, mais ce qui est arrivé n'a rien à voir » avec une catastrophe comme Tchernobyl, plaide-t-il, rappelant que les réacteurs japonais « sont globalement sûrs, car le Japon a probablement les normes antisismiques les plus strictes du monde ».
Mais l'incident risque de nourrir l'aversion de l'opinion japonaise à l'égard du nucléaire, industrie qui produit 35 % de l'électricité du pays mais qui est régulièrement blâmée pour son manque de transparence. En 2003, la centrale de Kashiwazaki-Kariwa avait été fermée sur ordre des autorités et pour vérifications pendant quarante jours, après que Tepco eut admis avoir falsifié ou ignoré à vingt-neuf reprises des conclusions d'inspecteurs faisant état de fissures dans les réacteurs. Deux ans plus tôt, lors d'un référendum, les 3 589 électeurs du village de Kariwa s'étaient prononcés à 54 % contre l'utilisation dans la centrale de plutonium recyclé (MOX), que les écologistes jugent plus dangereux que l'uranium en cas d'incident. Tepco s'était incliné face au résultat du vote.
L'industrie nucléaire a subi une nouvelle avalanche de reproches ces derniers mois, plusieurs compagnies ayant reconnu avoir caché des dizaines d'incidents, certains « critiques », entre 1978 et 2002. Toutefois les autorités n'ont pas l'intention de renoncer à cette énergie : treize réacteurs sont en construction au Japon.

piqué au tas sur www.lefigaro.fr/international/2007/07/18

Lire la suite

09:38 | Lien permanent | Commentaires (2) |

15/07/2009

Polémique Explosion Vapocraqueur Total Carlin...quand votre usine fait Boum...

54099_une-carling.jpg

Située à l’Est de la France dans le département de la Moselle, l’usine Total de Carling - Saint-Avold vient d’être le siège d’une violente explosion. L’accident s’est produit à 15 h 15, au cours d’opérations de redémarrage du vapocraqueur numéro 2, un dispositif servant à produire de l’éthylène et du propylène, à la suite d’un arrêt lié aux récentes intempéries. Au cours de ces opérations, une unité de production de vapeur a explosé pour une raison qui demeure encore inconnue. Pour le moment, le décompte provisoire des victimes s’établit à deux morts et six blessés.

Si aucun départ de feu n’a été enregistré, plusieurs personnes seraient encore ensevelies sous les décombres d’après la préfecture de Moselle. Une vingtaine de véhicules des sapeurs-pompiers et une cinquantaine d’hommes seraient à ce titre sur place.
Selon le groupe Total qui exprime "à l’ensemble des victimes et à leurs proches son émotion et sa solidarité", le site aurait été sécurisé et "aucun risque de pollution n’est à craindre".

Avec une production s’étendant des produits pétrochimiques de base comme l’éthylène (250 000 tonnes/an), le propylène, le méthane et le styrène, aux plastiques de grande consommation tels que le polyéthylène (170 000 tonnes/an) et le polystyrène (180 000 tonnes/an), cette usine emploie près de 530 personnes. Située à proximité des frontières allemande, belge et luxembourgeoise, elle est reliée à nombre de raffineries Total via un important réseau de pipelines.

Une cellule d’information et de soutien aux familles des victimes ainsi qu’à leurs collègues de travail est en cours de mise en place.

"L'accident s'est produit au cours d'opérations de redémarrage du vapocraqueur"

"Cette nuit, ce vapocraqueur a été arrêté suite à un risque d'orage par mesure de sécurité, rapporte le délégué. C'est une procédure habituelle et classique. Les opérateurs ont redémarré leur unité au matin. L'explosion a eu lieu lors de la mise en service d'un surchauffeur."

 

Le vapocraquage est le principal moyen de fabrication des intermédiaires de première génération. Comme le craquage catalytique (voir le chapitre sur le pétrole), il consiste à casser les molécules de la charge, par pyrolyse, pour obtenir des molécules plus petites. De plus, il est réalisé en présence de vapeur d'eau qui sert à diluer les hydrocarbures pour éviter les réactions parasites d'aromatisation des cycloalcanes ou de Diels-Alder aboutissant à la formation de goudrons et de coke par condensation. On utilise entre 0,25 et 1 tonne de vapeur d'eau par tonne d'hydrocarbure à craquer. La charge peut être lourde (gazoles), moyenne (naphta) ou légère (éthane, propane, butane). En Europe et au Japon le naphta représente 70 à 80 % des charges vapocraquées ; aux États-Unis l'utilisation des charges légères est majoritaires. Les conditions opératoires et la composition du produit obtenu dépendent de la nature de la charge


can be light fuels heavy fuels

other words used are: feeds

Les condensats sont généralement utilisés, dans le domaine de la pétrochimie, comme charges de
vapocracquage pour la production d'oléfines.

get.aspx.jpg

Union sacrée pour un vapocraqueur

«Notre chimie est au pied du mur à court terme», a souligné Fabien Boucher (PS), alors que le président Leroy s’est dit déterminé à défendre le projet de pipeline qui assurerait la pérennité des usines de Carling et Sarralbe. Avant ce projet «à moyen terme», il convient d’abord d’obtenir que le vapocraqueur de Total Petrochemicals, dont l’activité est suspendue, reste en capacité de reprendre du service. «Ce potentiel est gravement menacé», croit savoir le conseiller général de Saint-Avold 1, et son éventuelle destruction interdirait la mise en œuvre d’un véritable «plan d’ensemble» pour la chimie mosellane. Un «plan d’ensemble» que «Total freine à mort», a ajouté Alex Staub, conseiller général UMP de Sarralbe.

Publié le 07/03/2009

 

 

 

Mardyck : le vapocraqueur de Polimeri à l'arrêt suite à « un incident » sur un compresseur

mercredi 03.06.2009, 04:45 - La Voix du Nord

 Une flamme impressionnante et un panache de fumée noire: laconséquence des gaz brûlés suite à l'arrêt du vapocraqueur. Une flamme impressionnante et un panache de fumée noire: laconséquence des gaz brûlés suite à l'arrêt du vapocraqueur.

|  FUMÉE |

Depuis dimanche en fin d'après-midi, le vapocraqueur de Polimeri, à Mardyck, se trouve à l'arrêt en raison d'« un incident » sur un compresseur. On ignore la date de reprise de l'activité de production, de l'éthylène pour l'essentiel.

 

Habitués à voir des flammes et de la fumée sortir d'usines autour de leur village, des habitants de Mardyck n'en ont pas moins été étonnés d'apercevoir un épais panache noir jaillir d'une torchère de l'usine Polimeri, dimanche, vers 17 h. «  Un incident technique sur un compresseur » se trouve à l'origine de ce fait, explique Brice Chevrier, responsable environnement à Polimeri. «  Ce compresseur (pour décrire cette machine complexe, on pourrait la comparer au moteur d'un frigo), s'est mis en sécurité automatiquement pour une raison que l'on ignore. Nous n'avons pas réussi à remettre en route rapidement cet équipement dont le rôle consiste à refroidir des gaz. Nous avons pris la décision d'arrêter le vapocraqueur pour rester en sécurité. » Arrêt qui s'est effectué par étapes jusque vers 19 h.

Pour justifier la présence d'une grande flamme et le dégagement du panache noir, M. Chevrier indique : «  Quand le vapocraqueur se trouve à l'arrêt, on envoie beaucoup de gaz à la torchère. Cette torchère est un organe de sécurité. Elle brûle les gaz en excès dans les installations.

» Il déclare : «  C'est certes impressionnant, mais pas grave, pas toxique. » Depuis dimanche soir, les techniciens du site s'efforcent de trouver la raison pour laquelle le compresseur s'est subitement mis en sécurité. Un incident très rare, selon M. Chevrier. Par voie de conséquence, le vapocraqueur lui aussi se trouve à l'arrêt. On ignore la date de sa remise en route.

Élément essentiel de l'usine, le vapocraqueur produit surtout de l'éthylène, un gaz que l'on transforme en polyéthylène, un plastique.

Polimeri, qui fonctionne tout au long de l'année sept jours sur sept, emploie environ 450 personnes en 5X8. Environ 200 salariés se trouvent en permanence sur le site. •

 

19:43 | Lien permanent | Commentaires (4) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu