Avertir le modérateur

25/03/2010

Représentation et communauté

Sur Thomas Hobbes

Philippe Crignon « Représentation et communauté », Archives de Philosophie 3/2005 (Tome 68), p. 493-524.

 

Nous voudrions proposer ici des analyses qui prennent sens au sein d’un chantier plus vaste qui a pour objet le nœud du corps et de la figure. Ce qui est apparu alors est que le « corps » n’a de signification qu’historique : sôma, chair, organisme, corps propre, etc.; à chaque fois, c’est une figure particulière qui donne au corps ses moyens d’existence et d’expérience. Qui plus est, la manière dont le corps se manifeste paraît profondément liée au sens même de la manifestation, à ce que pour une époque « se produire » veut dire et à ce que les images peuvent être. Il est ainsi apparu nécessaire de reposer la question « polyédrique » (Derrida) de la « représentation » en son triple sens esthétique, métaphysique et politique[1]

[1] Nous nous permettons de renvoyer à ce que nous avons développé...
suite
.

Pour le dire frontalement, ce qui importe ici, c’est l’unité du concept et sa signification fondamentale – mais aussi paradoxale – pour notre modernité. Comment, pour nous modernes, la politique a-elle été métaphysique et comment aussi la métaphysique a-t-elle été politique, c’est ce que nous souhaitons interroger maintenant à travers Hobbes. Peut-être comprendra-t-on à cette occasion quel rôle central joue le corps. Commençons du moins par dire ceci : parler de « corps politique » – comme le fait Hobbes après bien d’autres – n’implique en soi aucun schéma organiciste de la collectivité. Mais plutôt que le corps humain, fût-il individuel, est d’emblée politique et institutionnellement chevillé aux autres.

La pensée politique de Hobbes se déploie dans ces trois traités que sont les Elements of Law (1640), le De Cive (1642) et le Leviathan (1651). Leur propos, leur méthode et leur ordre sont à ce point semblables que l’on est tenté d’y voir une forme intellectuelle de bégaiement, une série d’essais qui cherchent à se saisir, à la faveur d’un élan réitéré. Il s’agirait presque d’une forme contractée de « répétitions » au sens heideggérien du terme, c’est-à-dire de reprises à un niveau plus originel d’un même questionnement fondateur. Le Leviathan, à cet égard, est le plus abouti parce que le plus radical. Mais il n’est pas pour autant l’accomplissement définitif et complet de la pensée hobbesienne. Au fait, il reste lui aussi – et peut-être lui surtout – travaillé par ses propres paradoxes, précisément parce que ces paradoxes, il se les est appropriés. Qu’on ait pu y lire une préfiguration du totalitarisme comme la forme la plus sèche de démocratie met assez en garde contre la volonté de dégager une « nouvelle interprétation » du texte. Cela nous rappelle plutôt son statut remarquable : le Leviathan délivre sans doute moins une théorie qu’il ne pose les conditions a priori de la politique moderne (et notamment dans son opposition inédite démocratie-totalitarisme).

PLAN DE L'ARTICLE

 

texte complet à cette adresse sur CAIRN.

 

 

23:23 | Lien permanent | Commentaires (1) |

Carla, Smith, Wesson & moi...et la "kale borroka"

AmiE de lutte,  sais-tu que Carla nous a annoncé aujourd'hui une bien triste vérité :

"La rumeur fait partie de la nature humaine même si elle est un avilissement. Elle a toujours existé", a-t-elle jugé. Avant d'enfoncer : "Mais je méprise celle qui vient d'un blog internet et qui est signée Mickey ou Superman (en  même temps faut être un peu naïve pour croire un mec qui signe Superman, non...si ?). Je méprise aussi les soi-disant journalistes qui se servent des blogs comme d'une source crédible."

C'est donc sous cette angle ( et en rouge) que je vais décortiquer les articles de " journalistes qui écrivent dans de vrais journaux de la presse officielle."

Mais tu t'en doutes, je ne suis pas allé chercher des articles dans des journaux d'investigations comme Voici ou sur un site web comme Pure People...

A la lecture d'un article de Médiapart déjà posté sur Probe, je me suis mis à faire quelques simples "recherches" derrière mon clavier...oui, je sais, amiE de lutte, je m'étais déjà attelé à cette tâche depuis un certain "11"...pas septembre, tu t'en doutes...

laisser venir à moi les petits enfants...non, le blond, là....jpg

De la crédibilité "des sources", regard sur deux articles


Un policier aurait été tué par un militant d’ETA au cours d’un braquage

LE MONDE | 16.03.10 | 21h58  •  Mis à jour le 17.03.10 | 16h07

 

 

Extraits :

Un policier est mort, mardi 16 mars, près de Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne), tué par des hommes armés ( supposition, peut-être 1 seul tireur...) qui venaient de braquer le garage automobile, Auto Contact, (faux, c'est Contact Auto ) où ils s'étaient emparés de six voitures (6 voitures)après avoir menacé le gérant et l'un des employés.

 

Il était un peu plus de 19 heures, lorsque la fusillade a éclaté. Une patrouille de police composée de quatre fonctionnaires (4, à fortiori, des hommes avant tout...) circulait à proximité de la concession automobile à Villiers-en-Bière, non loin de Dammarie-les-Lys. La patrouille n'a pas été alertée du braquage (mis en  gras par Probe, c'est une patrouille banale ? ), mais elle a repéré quatre personnes suspectes (le flair...toujours le flair..ou des barbus...) en train de remplir le réservoir d'essence (en cette période de crise, hé oui,  c'est forcément suspect que de faire le plein) de quatre voitures (4 voitures vrout...merdre il en manque déjà deux). Le contrôle a très vite dégénéré. L'un des individus a brandi une arme.(...certainement des sans papiers...)

C'est alors qu'un autre véhicule s'est approché. Deux hommes ont surgi. L'un d'eux a ouvert le feu sur les policiers. Le brigadier-chef Jean-Serge Nérin, 52 ans, s'est effondré. Il a été atteint de deux balles (deux balles ) au thorax. Le gilet pare-balles ne l'a pas protégé (à Dammarie-les-Lys on patrouille toujours en gilet pare-balle ?), le projectile étant passé sous l'aisselle. Il a été touché à l'artère pulmonaire. Il est mort une heure plus tard à l'hôpital de Dammarie-les-Lys où il avait été transporté d'urgence.

 


L'ETA à l'origine de la mort d'un policier français

Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 17/03/2010 à 07:19 - mis à jour le 17/03/2010 à 11:04

 

Extraits :

Selon des sources proches de l'enquête(comme disait Carla), voici le déroulement des faits. Un vol d'une BMW (BMW, c'est comme les canards, ça fait plus cossu...) est signalé vers 19h00 (Le  Monde parle de 6 voitures ) à Dammarie-les-Lys. La voiture, avec trois hommes et une femme, est localisée ( donc à priori recherchée, car en + "on" sait qu'il y a 3 hommes et 1 femme )par un équipage de policiers dans la commune limitrophe de Villiers-en-Bière. ( L'Express parle ici d'une seule voiture et Le Monde rappelle que la patrouille n'a pas été alertée du  braquage...mystère... )

 

Au moment où les policiers tentent d'interpeller les quatre personnes dans la BMW (ici c'est 4 personnes et non 4 voitures...en même temps tu me diras, amiE de lutte, qu'il est difficile de faire le plein de 4 personnes..quoique avec du rosé m'est avis que j'en appâterait au moins deux ;-) ...), un second véhicule -vraisemblablement une Citroën (généralement on fait vite la différence...mais bon un peu de pub pour une voiture française en ces temps de crise, hein, l'ami journaliste, ça ne fait pas de mal...et tu remarquera que l'article cite 2 x BMW...)- avec deux hommes à bord s'approche. Un de ces deux hommes tire alors trois balles (3 balles) qui touchent mortellement le brigadier de police au thorax. Des (forcément les 3 autres...pourquoi "des" ?) policiers ripostent mais on ignorait en fin de soirée si un ou plusieurs agresseurs avaient été touchés(donc des policiers ripostent mais sont incapables de dire où ils tirent...c'est ce qu'on appelle les balles "perdues"...)

 

Dans la fusillade qui a suivi, les assaillants ont réussi à prendre la fuite. Mais l'un d'eux a été interpellé. Il était armé d'un 357 Magnum de calibre 11,43mm (vrout vrout vrout : le 357 Mag c'est un calibre dont la balle fait 9mm de diamètre à la louche...et c'est le 45 ACP dont la balle fait 11,43 mm ) et s'exprimait en basque (notez que d'après cette info le policier sait reconnaître le Basque). Il s'appellerait Joseba Fernandez Aspurz et serait né en 1983. Militant de l'organisation terroriste basque ETA, il serait recherché en Espagne depuis novembre 2009.( c'est à priori depuis  mars 2009 pour non présentation devant la justice )

Un avis de recherche a été lancé contre Joseba Fernandez Aspurz le 4 mars (qu'elle année ?) par la plus haute instance pénale espagnole, qui lui reproche des actes de «kale borroka» (lutte de rue, en basque). Le jeune homme ne s'est pas rendu à l'audience pour répondre de jets de cocktails Molotov contre les forces de l'ordre en marge des élections législatives espagnoles de mars 2008, à Pampelune (notez qu'à Poitiers la justice est plus expéditivé pour 2 vitrines cassées et une pile lançée...). ( Julien Ménielle - 20 Minutes 17/03/2010 )


Selon un article du Nouvel Obs (AP | 21.03.2010 )

Aspurz, a été interpellée en possession d'une arme de poing. On précisait de source judiciaire que cette arme provient d'un stock dérobé en 2006 dans une manufacture d'armes à Vauvert (Gard). Un vol attribué à l'époque à l'ETA. L'etarra présumé ne serait pas l'auteur des coups de feu mortels bien qu'il ait fait usage de son arme ce soir-là (précision ) AP (Nouvel Obs)

Selon REUTERS 17/03/2010 :

L'homme interrogé, Joseba Fernandez Aizpurua, 27 ans, a fait feu lors de l'accrochage mais n'a blessé personne.



Please, Daddy ! Make-my-day.jpg
Make my Day


Tu vois, Carlita, il n'y a pas que dans les blogs que l'on peut trouver des conneries...et généralement, dès que c'est un peu gros, c'est qu'il faudrait peut-être commencer à penser (oui...) à prendre l'article au deuxième degré...


20:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Day 4 Greece - 28/03/2010

Bruxells 28 march - Greek ambassy- 12:00 .jpg

greece ambassy .jpg

10:03 | Lien permanent | Commentaires (0) |

24/03/2010

6 mai 2007 - Discours de N. Sarkozy

 

Le 06 Mai 2007, Nicolas Sarkozy vient d'etre élu président de la République Francaise.

Il prononce son premier discours, dans lequel il affirme que la France fera de la lutte contre pour le réchauffement climatique sa premiere priorité

"par ce que c'y qui est en jeux..."

19:57 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Sarkozy "promet" de lutter contre l'absentéisme scolaire

http://media.paperblog.fr/i/239/2397425/epad-dit-jean-sarkozy-est-2e-annee-droit-cest-L-1.jpeg

"Les jeunes qui ne peuvent pas suivre une scolarité normales seront placés dans des établissements adaptés où ils ne perturberont plus la vie des autres et où ils feront l'objet d'un accompagnement spécifique" N. S. 24/03/2010 (AFP)

Pour les jeunes en rupture avec le systeme scolaire ...

Pour les jeunes en rupture avec le systeme scolaire ... L état apporte (enfin) une réponse adaptée : l EPAD (Etablissement Public pour Adolescents en Dificultés)

L'état apporte (enfin) une réponse adaptée : l'EPAD (Etablissement Public pour Adolescents en Dificultés)

(piqué sans demander chez Le blog du pot rouge)

 

"L'absentéisme scolaire est un fléau. La responsabilité des parents doit être engagée, les sanctions en matière d'allocations doivent être effectives"

N.S. 24/03/2010 (AFP)


18:17 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Dammarie-les-Lys : l'assassinat du policier Jean Serge NERIN démontre l'imposture du discours sécuritaire.

Pris chez Médiapart

 

L'assassinat d'un policier en région parisienne amène à douter sérieusement de la sincérité de l'action politique en matière de sécurité au regard des évènements (RTV.es).

 

Le ministère de l'intérieur porte dans cette affaire une lourde responsabilité. Il est en effet paradoxal qu'un fonctionnaire de police d'un commissariat de banlieue se retrouve un soir face à un groupe terroriste armé quand on se souvient les déploiements de force consentis par ce même ministère dans le cadre de l'affaire de Tarnac.

 

Il paraît incohérent qu'un groupe de terroristes se promène en région parisienne, braque un garage, y vole plusieurs véhicules et ouvre le feu sur des fonctionnaires de police sans que les services spécialisés, très mobilisés pour poursuivre de prétendus poseurs de crochets armés de gants en en caoutchouc, ne s'en soient préoccupés avec autant sinon plus d'attention.

Il ne s'agissait pas de matériel de bricolage à Dammarie, mais d 'armes de guerre, de groupe armé violent supposant une logistique très importante pour se loger, se déplacer, s'armer, s'entraîner, se nourrir. Comment admettre une telle négligence du ministère de l'intérieur quand la région parisienne compte l'une des proportions les plus élevées du monde - sinon la plus élevée - de policiers par habitant ? Comment imaginer qu'un tel groupe ait pu passer inapperçu ? L'action antiterroriste, dans de telles conditions, n'est pas crédible.

 

Les policiers du commissariat n'avaient pas à être sur les lieux ; mais les services censés lutter contre le terrorisme - si les choses étaient bien faites et cohérentes au discours tenu lors de l'affaire de Tarnac. Le ministre de l'intérieur devra expliquer comment il mobilise des centaines de fonctionnaires pour retrouver Treiber à Melun - dont Dammarie est limitrophe – ou un simple voleur – comme Musilin – et qu'il n'y a personne derrière des membres de l'ETA, dont l'action est de tuer, pas de fuir.

 

La liberté d'action laissée à des terroristes avérés paraît incongrue en considération des forces envoyées de Paris pour arrêter les épiciers de Tarnac. Pas de service spécialisé derrière l'ETA en Seine et Marne non plus, quand la Brie en grouillait au moment des filatures de l'enquête de Tarnac. Cette disproportion des moyens et des faits reprochés rend très sceptique sur les priorités politiques et les objectifs dévolus aux services antiterroristes.

 

Se posent dès lors l'utilité réelle des Lois Perben, des moyens d'investigation technique attentatoires à la vie privée,  des moyens matériels et légaux sans cesse réclamés à cor et à cris pour soit-disant assurer la sécurité contre le terrorisme...

On voit que, d'une part, le discours sécuritaire a justifié l'enfermement pendant plusieurs mois d'un intellectuel, pour des raisons demeurant obscures, et que, d'autre part, il est incapable d'assurer la sécurité même de fonctionnaires de police, qui auraient du être avertis de la présence de terroristes sur leur circonscription. Cela leur aurait permis de prendre des précautions, évitant la mort de l'un d'eux et réaliser l'arrestation de toute une bande armée dans un lieu ne mettant pas en danger la vie d'un passant.

La mort de ce policier est donc un terrible fiasco et un démenti de la politique et du discours sécuritaires.

Elle démontre l'inutilité des moyens réclamés et obtenus (Loppsi, Hadopi, Edvige & Co, lois Perben, etc).

Un discours se servant de la disparition tragique de ce fonctionnaire pour réclamer vengeance et plus de moyens n'est donc ni sincère ni décent.

Les mobilisations policières pour Tarnac, Treiber, Musilin montrent qu'il y a assez de moyens - il est même prévu de les réduire. Ce n'est donc pas un manque de moyens à l'origine de l'assassinat du fonctionaire de police. Cela amène à s'interroger sur l'objet véritable du discours sécuritaire et de la lutte anti terroriste. S'ils étaient sincères, l'assassinat du policier n'aurait jamais du se produire et ce n'est pas Julien Coupat que la SDAT aurait mis en prison mais des terroristes de l'ETA.

Tout cela aurait du conduire les autorités à faire preuve d'humilité et de circonspection lors de l'hommage rendu au fonctionnaire de police assassiné par l'ETA, parce qu'elles en portent la responsabilité. L'employeur a une obligation de résultat en matière de sécurtié à l'égard des ses employés. Le gilet pare-balle inefficace à arrêter les coups des tueurs montre combien cette obligation est négligée, au-delà de l'inefficacité de la lutte anti terroriste.

La décence commandait donc à s'incliner en silence devant la dépouille d'une victime de son échec et ne pas renchérir opportunément dans l'escalade sécuritaire ou répressive. L'assassinat du policier de Dammarie témoigne de l'imposture d'un discours et montre qu'il n'est qu'un prétexte à porter atteinte aux droits et libertés fondamentaux.

Toutes mes sincères condoléances à la famille du policier disparu.

 

 

10:00 | Lien permanent | Commentaires (0) |

23/03/2010

L’art de faire parler les caméras de surveillance

par numerolambda

Deux affaires se sont téléscopées la semaine dernière avec en toile de fond l’extrême fragilité de la preuve par l’image en matière de vidéosurveillance. Comme quoi même quand les caméras sont aveugles ou complètement neutres, il y a toujours un moyen de les faire parler.

D’abord le procès de l’incendie du centre de rétention de Vincennes, qui s’est conclu le 17 mars par la condamnation de dix personnes à des peines allant de 8 mois à 3 ans de prison ferme, malgré les doutes sur l’identification formelle des prévenus par les images vidéos d’un centre de rétention. Ensuite la farce politico-médiatique du ministère de l’Intérieur, «l’incroyable erreur» entourant l’enquête de la mort d’un policier à Dammarie-les-Lys qui serait liée à l’ETA. Des pompiers catalans en vacances ont été pris pour des terroristes sur la seule foi d’une caméra de supermarché — et d’un logiciel de reconnaissance à qui les flics ont trop fait confiance.

lire la suite…

20:37 | Lien permanent | Commentaires (0) |

L'Etat est totalitaire par nature

 

 

18:41 | Lien permanent | Commentaires (0) |

22/03/2010

Saint Etienne - 1er- 2 avril 2010 - Soirées de soutien à ACTION DIRECTE

jeudi 1er et vendredi 2 avril
Soirées de soutien à ACTION DIRECT

le Misanthrope et Sfero squat

Jeudi 1er avril - Le Misanthrope - 19H - gratuit 68 rue Antoine Durafour

Projection du film "Retour sur mon parcours militant" - dernier entretien avec Joëlle Aubron.

Spoken Words : chacun-e vient dire, slamer, hurler... un texte en rimes ou en prose, de sa main ou pas, autour des thèmes de la soirée (luttes, lutte armée, prison, isolement, répression...)

Session Rap avec (à confirmer) Requiem, Myscier, Blodya, les Rouilleurs, Calavera, etc... sur le même principe que le spoken words et autour des mêmes thèmes. Chacun-e amène une instru sur CD pour faire son texte.

Repas végétarien prix libre - Table de presse

Vendredi 2 avril - Sfero squat - 20H30 - prix libre Entrée rue Jean Barbier (quartier plaine achille, derrière quick)

Concert Punk rock avec :

Les Kamionneurs du suicide (reggae punk / Florac)

Bière Sociale (punk / Paris)

Fuck da Tourist (punk rock / Annecy)

Soirées organisées par la france pue, le numérozéro, les créations du crâne, la CNT et Intersquat

19:31 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Management - Le chômage et son cortège de misère

19:26 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu