Avertir le modérateur

11/04/2010

Gloria Gaynor "I Will Survive" - Priscilla, Queen of the Desert

22:42 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Pensée et langage - Lev Vygotski (1896-1934)

Le développement de l'enfant ne procède pas de l'individuel vers le social, mais du social vers l'individuel. Telle est l'une des thèses développées par Vygotski et qui, soixante ans après, sert de fondement à de multiples recherches contemporaines.

Quels rapports la pensée et le langage entretiennent-ils? C'est à cette interrogation majeure que le psychologue russe Lev Vygotski s'est efforcé de répondre dans son ouvrage, Pensée et Langage, paru en 1934 à Moscou. Fruit d'une dizaine d'années de recherches que Vygotski a menées avec son équipe, ce livre qui vient d'être réédité en français (1) est aujourd'hui considéré par certains comme l'un des plus importants ouvrages de psychologie du siècle, après avoir été longtemps ignoré (voir encadré p. 43).

Pensée et Langage est un gros ouvrage de plus de 500 pages, divisé en 7 chapitres de longueur très inégale. Les thèses qu'il développe sont particulièrement novatrices et ont profondément modifié le regard porté sur le développement de l'intelligence enfantine. On peut néanmoins regretter l'absence d'une structure d'ensemble claire, ce qui fait par exemple qu'un même thème peut être traité dans deux parties éloignées de l'ouvrage.

Vers le langage intérieur

Selon Vygotski, la psychologie scientifique a hésité jusqu'à présent entre deux positions extrêmes au sujet des liens entre la pensée et le langage : soit la fusion, soit la complète dissociation. Deux thèses fausses selon l'auteur, qui estime qu'on peut représenter le rapport entre pensée et langage par deux cercles qui se chevauchent. La zone de superposition constitue la «pensée verbale». Mais une part importante de la pensée («la pensée technique et instrumentale») n'a pas de rapport direct avec le langage. Inversement, certains aspects du langage n'ont pas de lien avec la pensée, par exemple lorsqu'une personne se récite un poème appris par coeur.

Mais ce qui intéresse surtout Vygotski, c'est la manière dont pensée et langage se développent chez l'être humain, en particulier au cours de l'enfance.

Jean Piaget et Vygotski ont deux interprétations radicalement différentes de cette évolution. Pour Piaget, le développement de l'enfant s'effectue de l'individuel au social, tandis que Vygotski pense au contraire qu'il procède du social vers l'individuel.

Jacques Lecomte - Sciences Humaines

Lire la suite

16:06 | Lien permanent | Commentaires (0) |

10/04/2010

Manifestation anti-carcérale du 28 mars 2010 - Le traquenard ?


manifestation 28 mars 2010 paris contre les prisons
envoyé par wanof. - L'info video en direct.

Dimanche 28 mars 2010 vers 17h30 à l'angle du boulevard saint Jacques et de la rue de la santé dans Paris devait avoir lieu une manifestation PACIFIQUE et FESTIVE avec un concert en plein air sur un joli camion et de la bonne musique pour égayer ce beau jour printanier.
et là, quelle fut notre surprise lorsque nous sommes arrivés sur les lieux! de voir une centaine de camionnettes, de camions de police et de CRS en tout genre avec les hommes en bleus qui vont avec dans tout le quartier !
pourquoi un tel déploiement des forces de l'ordre et la privation de liberté de tous les manifestants bloqués entre les lignes de CRS avant d'être embarqués !?
cette vidéo justifierait elle tout ça !?
https://probe.20minutes-blogs.fr/archive/2010/03/31/video-manif-anticarcerale-prison-de-la-sante-du-28-mars-2010.html

wanof

 

Nous aurait-t-on fait une niche ?

11:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |

A Strasbourg, on recycle l'ultra-violence : " Depuis l'arrivée des Black Bloc, le Port du Rhin s'est transformé "

 




08:56 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Kidnap your boss! A Greek première

Friday, April 9, 2010

Following the fine tradition of “boss kidnapping” in France and elsewhere, workers at the courier company INTERATTICA in Athens decided to take direct action today, when it was announced that the company was going bankrupt and that all 205 of them would be sacked with no compensation. Immediately, all exits to the company’s building were blocked by the workers, trapping the local management inside. Communication was swiftly established with representatives of the company’s headquarters in Paris.A small police force that appeared outside the building threatened with a riot police intervention but retreated soon after.

“Miraculously”, the “bankrupt” company managed to secure the funds to compensate the workers a few hours after the kidnapping. By 1900 local time (GMT+2), the management submitted  a written guarantee that all workers were to be compensated within the next calendar month. Currently (1930 GMT+2), a workers’ committee remains in the building and will stay, guarding the company’s valuables in the building, until all compensations are paid off.

There are constant updates in Greek and photos from today’s events at the website of the Anarchist Innitiative of Aigaleo (Athens).

More updates on the INTERATTICA case on Monday.

After the Greek Riots

 

 

Suivant la plus pure tradition de France et d'ailleurs du "boss-snaping" (ou l'art d'inviter son patron à rester avec les travailleurs sur le lieu de travail pour partager un moment de convivialité prolongé et des discussions franches autour de la notion de lutte des classes), les travailleurs d'Athènes de la compagnie de messagerie INTERATTICA, filiale de la multinationale française Géopost (Chronopost, Exapaq) ont décidé d'enclencher l'action directe aujourd'hui quand on leur a annoncé que la compagnie avait fait faillite et que les 205 salariés allaient être virés sans aucune compensation.

Immédiatement, toutes les sorties du bâtiment ont été bloquées par les travailleurs, qui ont ainsi invité fermement le management à prolonger son séjour avec eux sur les lieux mêmes de l'entreprise.

La communication a été promptement établie avec la siège parisien de la multinationale. Une petite escouade de police est venue faire une apparition à l'extérieur du bâtiment, menaçant de faire appel à une intervention de la police anti émeute, mais ils ont rapidement quitté les lieux peu après.

"Miraculeusement", la compagnie "en faillite" a annoncé avoir réussi à sécuriser les fonds nécessaires pour compenser les travailleurs seulement quelques heures après la retenue du management. A 19 heures (heure locale), le management a remis une promesse écrite que tous les travailleurs seraient compensés dans le prochain mois calendaire.
Actuellement, à 19h30, le comité des travailleurs à décidé de rester dans les bâtiments, gardant les biens et les valeurs de la compagnie, jusqu'à ce que touts les compensations soient effectivement payées.

A suivre ...

 

08:28 | Lien permanent | Commentaires (0) |

09/04/2010

Quelles sont les alternatives au journalisme spectaculaire ?

 

Journalistes : qui propage la rumeur du complot ?


Tu l'as remarqué, amiE de lutte, ces derniers jours les journalistes sont à l'honneur...ou plutôt, il est question de l'honneur des journalistes dans leur participation au grand jeux du Spectacle de l'information.

Tu n'as pu échapper à la dictature du complot imposé sur tous les médias par le couple présidentiel. Car c'est le seul complot dont il s'agit ici, celui de la main mise de l'appareil empirique de l'État sur l'information.

Car si vraiment coucherie il y a eu, ce qui aurait pour unique preuve que le couple présidentiel ne pratique pas uniquement l'ouverture politique, est que ce serait la seule saillie médiatique générée par un membre du gouvernement depuis le fiasco des élections régionales.

 

Bâton et carotte : Indymédia Grenoble et Indymédia Paris


Nos journalistes d'investigations ont quand mêmes essayés de fermer le caquet à un site alternatif : « au moyen d'une plainte pour « injure et diffamation », concernant des articles publiés sur le site, a été déposée à l’automne 2008. Une plainte pour délit de presse donc. »


Et ceci pour reprendre quelques mois plus tard l'information d'un autre Indymédia lors d'une manifestation anti-carcérale : « Sur le site alternatif Indymédia, un participant raconte le déroulement de la manifestation, »...mais oui toto...


 

Journalistes : otages de leur spectacle ?


Et c'est donc dans cette ambiance là, amiE de lutte, que le journaliste d'investigation essaye de nous faire prendre conscience du sort de ces quelques « camarades », tu m'excuseras l'expression, retenus loin là-bas chez les barbus-violeurs-coupeurs de main de petites filles en Afghanistan.

 

« Hier, environ 400 personnes se sont rassemblées sur le parvis de l'Hotel de Ville, à l'initiative de Reporters sans frontières, pour soutenir Hervé et Stéphane, deux journalistes de France 3, otages en Afghanistan depuis 100 jours. Tous les intervenants (Anne Hidalgo, Elise Lucet, Atiq Rahimi, Florence Aubenas, etc.) ont dit combien il était important pour les familles et les proches d'organiser ce genre de rassemblement. »

Propos à mettre sur la balance de ceux du général Georgelin : « Vous savez comme moi qu'ils sont vivants"... "D'une manière générale, a-t-il affirmé, dans ce genre d'opérations, moins on en parle, mieux c'est."...

Et qui donne encore tout son sens à la fissure abbyssale caractérisant la "Grande muette" et ses relations avec l'information, quand cette dernière n'est pas faite par le colonel Drucker...mais ce n'est pas de l'information, me diras tu, amiE de lutte, c'est de la propagande, et même notre gourmande de première dame ( non contente de s'être déjà enfilé deux "hot-dog" avec Barack) s'y colle encore une fois lors de son coming-out sur la base de Salon-de-Provence : «J'ai rarement vu quelque chose d'aussi beau. A vous regarder, je sentais mon coeur se décrocher», confie-t-elle au commandant Virgine Guyot.

 

Qui décide du spectaculaire de l'information ?


Daniel Schneidermann, qui pilote Arrêtsurimages.net , livre un avis sans concession : "Si France 2 ne faisait pas Les infiltrés, l'information n'y perdrait sans doute pas grand chose. Ce qui y perdrait beaucoup, c'est le spectacle de l'information. Le spectacle du journaliste horrifié en gros plan, parvenu à force de ruse aux côtés du monstre flouté. C'est pour ce spectacle-là, pour sa perpétuation, que Hervé Chabalier et Laurent Richard, de chez Capa, se sont transformés en auxiliaires de police".

 

L'information soumise par le journaliste sur le Spectacle n'est que l' information de sa propre soumission au Spectacle.

 

En attendant, des journalistes meurent en Irak et en Afghanistan :


Remembering the two Reuters staff killed in Iraq

« The imagery of the new Iraq has been hammered home to us every day for more than three years; sand, soldiers, veils, blood, shell-out buildings and half-exploded cars. Have we become desensitised to that horror and that violence ? »

Cette question c'est Jemima Kiss qui l'a pose dans un très bel article (en anglais) dans le Guardian

 

vidéo de l'attaque des journalistes par les forces américaines - Irak juillet 2007 :

 

 

Quelle couverture médiatique pour Sultan M. Munadi, journaliste au New York Times, mort en Afghanistan sous les balles des forces spéciales britanniques juste après l'affaire des dégâts collatéraux du bombardement de Kunduz ?


09sultan-190.jpg

 

 

article du Guardian reproduit avec autorisation : Guardian News & Media Ltd permissions.syndication@guardian.co.uk

15:33 | Lien permanent | Commentaires (0) |

08/04/2010

Violences à l'école - Luc Chatel prend du recul

 

Les photos ne font pas partie de l'article original

 

Tous les futurs profs seront formés contre les violences, annonce Luc Chatel

Le ministre de l'Education nationale Luc Chatel a annoncé jeudi une série de mesures contre les violences à l'école: les professeurs seront formés à la gestion des conflits, les équipes mobiles de sécurité seront doublées dans les académies sensibles, un Code de la vie scolaire sera diffusé dans les collèges et lycées à la rentrée prochaine, et la carte de l'éducation prioritaire sera redessinée.

En clôture des Etats généraux de la sécurité à l'école, qui se sont tenus pendant une journée et demie à la Sorbonne, le ministre s'est défendu de présenter un énième plan anti-violences. Il a pourtant énuméré une série de mesures, plus ou moins nouvelles, qui ne remettent d'ailleurs pas en cause certaines orientations déjà définies par le président Nicolas Sarkozy.

heiliheiloheila.jpgLes "élèves particulièrement perturbateurs pourront être sortis de la classe" et "placés dans des structures adaptées, aussi longtemps que nécessaire", a affirmé Luc Chatel.

D'autre part, les "parents qui n'assument pas leurs responsabilités" pourront voir leurs allocations familiales suspendues, a ajouté le ministre, en souhaitant que cette mesure -déjà possible- soit "plus facilement effective".

Ces deux pistes avaient été évoquées le 24 mars par Nicolas Sarkozy dans sa déclaration à l'Elysée à l'issue du premier conseil des ministres après les régionales.

Le "plan de sécurisation des établissements scolaires", lancé en septembre 2009 avec le ministère de l'Intérieur, va se poursuivre. A ce jour, 61% des établissements ont réalisé un "diagnostic de sécurité" (identification des besoins éventuels en clôtures, vidéosurveillance ou portiques). Luc Chatel veut que cette proportion passe à 100% avant la fin de l'année scolaire.

Pour renforcer ce volet, il a annoncé jeudi le doublement des effectifs des "équipes mobiles de sécurité" (EMS) dans les académies les plus exposées à la violence. Placées sous l'autorité des recteurs, ces équipes comportent actuellement 20 à 50 membres (policiers, gendarmes, conseillers d'éducation, psychologues, infirmières scolaires) qui peuvent intervenir dans les établissements en cas de crise grave.

Ce qui est nouveau, en revanche, c'est la préparation de tous les futurs enseignants à la prévention des violences. Chaque étudiant se destinant au professorat recevra durant son master une formation à la gestion des conflits -au lieu de l'actuel module optionnel de 20 heures. Chaque professeur nouvellement recruté suivra "nécessairement" durant son année de stage "un module de formation sur la tenue de classe". Enfin, dans les établissements les plus exposés aux violences, des "formations sur site" pourront être dispensées à l'ensemble du personnel, a indiqué Luc Chatel.

Un "Code de la vie scolaire" sera diffusé dans tous les collèges et lycées à la rentrée prochaine. Les règlements intérieurs pourront imposer aux élèves élève_clair.jpgde se ranger avant d'entrer en cours, de se lever en présence d'un adulte, de lever le doigt pour demander la parole, de vouvoyer le professeur, etc.

En cas de problème, notamment d'agressivité, Luc Chatel veut "un système de sanctions mieux gradué". L'exclusion de la classe ou de l'établissement doit redevenir exceptionnelle. "Ce n'est pas la solution", a-t-il estimé, soulignant que l'élève exclu "navigue d'établissement en établissement" sans que la sécurité soit rétablie. En matière de sanctions, le ministre suggère d'accorder une plus grande place aux travaux d'intérêt général. Il propose par ailleurs d'organiser les conseils d'établissement "à l'extérieur" pour, dit-il, "prendre du recul". Il ne précise pas quels lieux pourraient désormais les accueillir.

"On va revoir la carte de l'éducation prioritaire", a-t-il par ailleurs annoncé. Les "réseaux ambition réussite" (ex-ZEP) vont être remplacés par un programme qui pourrait être baptisé CLAIR (Collèges et lycées pour l'ambition, l'innovation et la réussite). Expérimenté dans une centaine d'établissements en septembre prochain, il devrait être généralisé à la rentrée 2011. Dans les établissements désignés ainsi comme difficiles, le proviseur pourra choisir son équipe éducative et disposera de "moyens" pour attirer et garder les professeurs. Dans ces collèges et lycées, seule comptera la validation du socle commun de connaissances et de compétences.

Luc Chatel prévoit enfin de présenter "avant la fin de cette année scolaire" un plan pour la santé à l'école. Il entend notamment développer la pratique sportive dans les établissements les plus en difficulté. Il promet "une conférence nationale ambitieuse" sur les rythmes scolaires. AP

Le Nouvel Observateur - PARIS (AP) cb/cov/ir

La_marche_des_élèves_clairs.jpg

20:57 | Lien permanent | Commentaires (0) |

La Dialectique peut-elle casser des briques ?



14:06 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Kirghizstan, terrain du "Grand jeu" de l'Empire

- article 1  :

Caspienne : une mer fermée, un « grand Jeu » ouvert

Depuis l’éclatement de l’URSS, en 1991, les hydrocarbures de la mer Caspienne suscitent un engouement exceptionnel. On a parlé à leur propos de « deuxième Golfe », d’un « second Koweit » et les voies imaginées pour désenclaver les Etats riverains ont été désignés comme la « route de la soie du XXIe siècle ». Mais il est vite apparu qu’au-delà des enjeux strictement économiques et techniques, le gaz et le pétrole caspiens étaient aussi un instrument politique, tant du côté de Moscou qui cherche à conserver le monopole d’influence qu’elle avait dans cette région depuis le XIXe siècle que pour les Occidentaux qui contestent ce monopole et voudraient intégrer ce nouveau sud, si proche du « grand Moyen Orient » que les Etats-Unis tentent de recomposer. Jean Radvanyi

 

- article 2 :

Du Caucase à l’Asie centrale, « grand jeu » autour du pétrole et du gaz

Le sommet de la mi-mai entre l’Union européenne et la Russie a notamment buté sur la coopération énergétique : la première, qui importe de la seconde le quart de sa consommation de pétrole et de gaz, s’inquiète de la montée en puissance de Moscou dans ce domaine. L’accord conclu, le 12 mai, par le président russe Vladimir Poutine avec ses homologues turkmène et kazakh confirme un renversement de tendance : longtemps placé sur la défensive par la politique de contournement des oléoducs et des gazoducs imposés par les grandes puissances, Moscou a repris l’offensive. Régis Genté

 

Lire la suite

13:24 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Peur sur la ville : les apéros Facebook

Peur sur Nancy et Caen avant les apéros Facebook

Le centre ville de Caen s'apprête à vivre une soirée difficile. Pareil à Nancy. Deux "apéro géants" étaient prévus dans ces deux villes jeudi soir. Mais malgré ces annulations, près de 8000 personnes pourraient se retrouver dans chaque ville dans la soirée. Les autorités redoutent "des risques élevés de troubles à l'ordre public" et "en matière de sécurité sanitaire", et soulignent "l'absence totale d'organisation et d'autorisation préalable".

  • L'invitation lancée sur Facebook fait frémir les élus qui ne souhaitent pas gérer cet appel à l'ivresse. Si la préfecture n'interdit pas la manifestation, elle met en garde les organisateurs.

    Publié le 24/03/2010 Un apéro géant à Rennes lancé sur Facebook inquiète les élus

La préfecture du Calvados a interdit celui qui devait réunir jeudi au château de Caen plusieurs milliers de personnes inscrites via le réseau Facebook, "en accord avec la ville de Caen", a précisé la préfecture. La manifestation devait avoir lieu à partir de 18h jeudi sur les pelouses du château. A Nancy, c'est l'organisateur qui a lui-même décidé d'annuler la manifestation qui devait se tenir place Stanislas.

"J'y serai avec plein de potes"

Sur Facebook, la plupart des participants comptent tout de même se rendre sur les lieux: " Nous allons Quand Meme Faire La fete...", commente Clément.  "Nous on compte y aller et avc de lalcool! de tte facon on sera tro pr kils puisse faire koike ce soi!! (traduction: "Nous on compte y aller avec de l'alcool! De toute façon, on sera trop pour qu'ils puissent faire quoi que ce soit!"), écrit Mélissa. "Chacun est libre de faire ce qu'il entend, j'y serai avec plein de potes", assure Pierre.

Depuis décembre 2009, un arrêté préfectoral interdit déjà la consommation d'alcool sur la voie publique dans le centre de Caen à partir de 20h tous les jeudis, soir de rassemblement habituel des étudiants. Les "apéros géants" organisés via Facebook se sont multipliés ces dernières  semaines en France, attirant parfois plusieurs milliers de personnes sans problème majeur connu jusqu'alors. A Brest, où une manifestation de ce type est prévue vendredi, le préfet du Finistère a rappelé que les organisateurs pouvaient être tenus responsables de "tout débordement".


Deux "apéros géants", qui devaient avoir lieu ce soir dans les deux villes, ont été annulés, mais les autorités craignent tout de même des débordements. 8000 personnes sont attendues dans chaque ville.

Article pris sur 20Minutes - A.C. le 08 avril 2010

picole_secours.jpg

12:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu