Avertir le modérateur

23/09/2011

week-end : CASTOR warm-up FESTIVAL à Lüneburg - 23 et 24 septembre 2011

http://www.lagatom.de/?p=1630


10:57 | Lien permanent | Commentaires (0) |

17/09/2011

Rapport de résistance des centrales nucléaires : « Ces tests, c’est du flan », selon Jean-Marie Brom

« Ces tests, c’est du flan », a réagi Jean-Marie Brom, radiophysicien au CNRS de Strasbourg et figure de proue du Réseau Sortir du nucléaire. Il a souligné qu’il n’y avait eu « aucune nouvelle étude. […] Ces rapports ne sont qu’un recopiage des évaluations de sûreté et des procédures contre les agressions extérieures faites par l’exploitant lui-même. »

Concernant Fessenheim, il a regretté le manque d’informations concernant les risques d’inondations. « Le Grand canal d’Alsace a un débit de 1 000 m 3 par seconde et la centrale est située juste à côté, à 13 mètres en dessous du niveau de l’eau. Mais l’exploitant estime une rupture de digue impossible et donc, aujourd’hui, on n’a aucune nouvelle étude sur ce point », a-t-il avancé. Et de conclure : « Si on avait demandé l’an dernier à Tepco de faire un rapport sur la centrale de Fukushima, elle aurait été jugée parfaitement sûre. »

De son côté, l’Observatoire du nucléaire a jugé « indécente »« l’autosatisfaction d’EDF », estimant qu’ « aucune crédibilité ne peut être accordée à l’auto-évaluation de ses activités par une entreprise commerciale qui n’a donc aucune envie de voir ses installations mises à l’arrêt », souligne l’ONG dans un communiqué. « La seule façon d’assurer la sûreté nucléaire, ajoute-t-elle, c’est d’arrêter les installations, sachant qu’il restera encore les problèmes quasi insolubles de leur démantèlement et de l’impossible gestion des déchets radioactifs. »

 

piqué au tas sur l'alsace.fr

http://castor.divergences.be/IMG/jpg/18.jpg

17:33 | Lien permanent | Commentaires (0) |

01/03/2011

Castor Alarm - 2 et 3 mars 2011 - La Hague vers Würlenlingen en Suisse

Communiqué commun du 28 février 2011 de SUD-RAIL et du Réseau "Sortir du nucléaire"

 


Un nouveau transport de déchets hautement radioactifs se prépare dans le plus grand secret entre la France et la Suisse !


Les 2 et 3 mars prochains, un train transportant des déchets nucléaires suisses va traverser la France d’ouest en est. Trois conteneurs CASTOR, transporteront des déchets de haute activité «traités» à l'usine Areva de La Hague. Acheminés en camion de La Hague à Valognes, ils devraient quitter le terminal ferroviaire de Valognes, dans la Manche, mercredi 2 à 14h06, pour rejoindre celui de Würenlingen en Suisse. Puis ils seront à nouveau transférés par la route jusqu'au centre d'entreposage de Würenlingen.

En France, il traversera la Manche, le Calvados, l'Eure, la Seine Maritime, l'Oise, la Somme, l'Aisne, la Marne, la Meuse, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin.

Ce nouveau convoi entre dans le cadre du contrat passé entre la COGEMA (devenue aujourd'hui AREVA) et les compagnies suisses d'électricité, dans les années soixante-dix. Envoyés en France à partir de 1975, ces déchets retournent depuis 2001 en Suisse, après leur passage à l'usine AREVA de La Hague.

Un nouveau transport à haut risque se prépare dans le plus grand secret

Les rayonnements radioactifs émis par les conteneurs « CASTOR » entraînent un risque d’irradiation des cheminots et des riverains. Comme tout transport de matières radioactives, ce convoi présente également des risques en terme de sûreté et de sécurité.

Et pourtant, les autorités ne fournissent aucune information sur ce type de transports. Elles taisent également sa dangerosité pour les riverains, la population et les salariés impliqués.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" et SUD-RAIL rappellent qu'il est conseillé aux agents et au public de se tenir éloigné d'un convoi hautement radioactif stoppé en gare et incitent les cheminots à exercer leur droit de retrait.

« Les services de l'Etat et des collectivités (SNCF, collectivités locales, hôpitaux, pompiers, agents de la SNCF) qui devraient être informés et formés pour pouvoir réagir et mettre en œuvre un plan d'urgence en cas de problème, sont tenus dans l'ignorance. Quant à la population, elle est souvent loin d'imaginer que des convois nucléaires passent ainsi à proximité de leur habitation. Cette situation ne peut plus continuer, il faut briser la loi du silence et l'omerta en matière nucléaire! » déclarent les deux organisations.

Retraiter les déchets : une fausse bonne idée !

Pendant des années, les pays étrangers ont envoyé leurs déchets nucléaires à La Hague pour qu'ils y soient « traités ». Ces tonnes de déchets retournent aujourd'hui à leurs envoyeurs et traversent l'Hexagone régulièrement, exposant ainsi les populations sans autre motif que de faire tourner l'usine de La Hague.

Loin d'être une solution, le « traitement des déchets » engendre des risques et des transports supplémentaires et contamine de manière irréversible la pointe du Cotentin en rejetant des effluents chimiques et radioactifs dans l'eau et l'environnement. Surtout, il ne sert à rien. Non seulement le traitement à l'usine de La Hague ne diminue pas la radioactivité des déchets mais il augmente leur volume. Pour une tonne retraitée, environ 65 m3 de déchets sont produits.

Partout en France des voix s'élèvent contre ces transports

Les mobilisations à l'occasion des derniers convois de déchets nucléaires (allemands, belges et italiens) attestent d'une vive volonté des populations d'être informées sur l'existence de ces transports, leur fréquence, leur contenu et les risques et dangers associés. Partout en France, des élus se sont joints aux rassemblements pour exiger le respect de la loi relative à l'information du public en matière environnementale.

L'inspection du travail de la SNCF à Paris a quant à elle exigé d'être informée de la fréquence et de la composition de ces convois. Elle demande également à ce qu'une évaluation des risques pour les agents soit réalisée et qu'une campagne de mesures soit menée.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" publie les horaires du transport et demande, conjointement à SUD-RAIL, que le HCSTIN (Haut Comité pour la Transparence et l'Information sur la Sûreté Nucléaire) se saisisse de la question et qu'il exige un moratoire sur ces convois tant que les mesures et les clarifications demandées par l'inspection du travail de la SNCF n'auront pas été effectuées et tant que l'industrie nucléaire ne se sera pas engagée à publier en amont de ces transports, les horaires et leurs inventaires radioactifs.


Pour consulter les horaires du transports:

http://groupes.sortirdunucleaire.org/agenda/evenement-national/article/train-de-dechets-radioactifs-2267?date=2011-03


Contacts presse
Réseau "Sortir du nucléaire"
Laura Hameaux: 06 85 23 05 11

François Mativet: 06 03 92 20 13
SUD-RAIL
Philippe Guiter: 06 28 94 82 99


Nucléaire : mercredi, un train de déchets ira de la Hague vers la Suisse via l’Alsace

"Mercredi 2 et jeudi 3 mars, un train transportant des déchets nucléaires suisses va traverser la France d’ouest en est", annoncent le Réseau Sortir du Nucléaire et le syndicat Sud Rail.

Trois conteneurs Castor transporteront ces déchets suisses, qui ont été «traités» à l’usine Areva de la Hague, pour les déposer au centre d’entreposage Zwilag, à Würenlingen (canton d’Argovie)». Ce train devrait quitter le terminal ferroviaire de Valognes (Manche) mercredi 2 mars à 14h06 et passer jeudi matin par Nancy, Sarrebourg, Saverne, Colmar, Mulhouse.

Le Réseau «Sortir du nucléaire» et Sud-Rail conseillent «aux agents et au public de se tenir éloignés d’un convoi hautement radioactif stoppé en gare et incitent les cheminots à exercer leur droit de retrait.» Les élus régionaux écologistes des régions traversées, dont l’Alsacien Jacques Fernique, dénoncent «le silence officiel. Comme à l’accoutumée, les populations concernées sont laissées dans la plus totale ignorance des risques inconsidérés que ce type de transport de déchets nucléaires leur fait courir.» Rappelant le droit des citoyens à une information sur les risques majeurs prévu par la constitution, ils annoncent qu’ils publieront sur leurs sites web le parcours du train et soutiendront «toutes les initiatives associatives non violentes contribuant à sensibiliser aux dangers inhérents à la production d’énergie nucléaire».

SE RENSEIGNERhttp://groupes.sortirdunucleaire.org/agenda/evenement-nat...

piqué sur www.lalsace.fr - 28/02/2011

Dimanche 27 février 2011 7 27 /02 /Fév /2011 22:41

Les 2 et 3 mars, dans la plus stricte opacité, un train emportant des déchets nucléaires suisses traversera plusieurs régions françaises


Mercredi 2 et jeudi 3 mars, un train transportant des déchets nucléaires suisses va traverser la France d'ouest en est. trois conteneurs CASTOR transporteront ces déchets suisses qui ont été «traités» à l'usine Areva de la Hague.
Acheminés en camion de la Hague à Valognes, les déchets nucléaires suisses quitteront le terminal ferroviaire de Valognes, dans la Manche, à 14h06, pour rejoindre celui de Würenlingen en Suisse (Canton d’Argovie) où se trouve le centre d’entreposage Zwilag, leur destination finale.
Ce train traversera la Basse-Normandie, la Haute-Normandie, la Picardie, la Champagne-Ardenne, la Lorraine et l'Alsace avant de rejoindre l'Allemagne. Il devrait notamment passer par les villes suivantes : Caen, Sotteville-lès-Rouen, Amiens, Tergnier, Laon, Reims Bétheny, Chalons en Champagne, Vitry le François, Bar le Duc, Toul, Nancy, Lunéville, Sarrebourg, Saverne, Colmar, Mulhouse.
En France, il traversera la Manche, le Calvados, l'Eure, la Seine Maritime, l'Oise, la Somme, l'Aisne, la Marne, la Meuse, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin.
Comme à l’accoutumée, les populations concernées sont laissées dans la plus totale ignorance des risques inconsidérés que ce type de transport de déchets nucléaires leur font courir. Aucune information officielle n’a été diffusée à deux jours de la circulation du train ! Les élu/es régionaux écologistes constatent une fois de plus le silence officiel qui est la marque de fabrique de l'industrie nucléaire française et le mépris dans lequel les pouvoir publics et les acteurs de la filière nucléaire tiennent nos concitoyens.Les élu/es écologistes rappellent à nouveau les termes de la Constitution française : « Toute personne a le droit, dans les conditions et limites définies par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques » ainsi que ceux de l’article L 125-2 du Code de l’Environnement : «  Les citoyens ont droit à une information sur les risques majeurs auxquels ils sont soumis dans certaines zones du territoire et sur les mesures de sauvegarde qui les concernent. » La filière électro nucléaire ne saurait se soustraire encore une fois à la loi commune.

Dès lors, elles et ils considèrent que tous les habitants des Régions traversées doivent être informés par les pouvoirs publics du passage du train de déchets nucléaires, notamment par le canal des médias grand public ainsi que par celui des élus locaux.Dans l’attente, et comme elles et ils l’ont déjà fait à l’occasion du passage du « train d’enfer des 5 et 6 novembre dernier, ils publieront sur les sites webs de leurs groupes d’élus le parcours du train de déchets nucléaires qui traversera leurs régions dans la nuit du 2 au 3 mars.

Elles et ils soutiennent toutes les initiatives associatives non violentes qui jalonneront le parcours du convoi contribuant à sensibiliser les françaises et les français aux dangers inhérents à la production d'énergie nucléaire.Alors que le développement des énergies renouvelables, notamment solaire et éolienne, est menacé par les décisions du gouvernement français et qu’une hausse sévère des tarifs du gaz mais aussi de l’électricité va à nouveau frapper nos concitoyens, les élu/es écologistes rappellent l’urgence à repenser le modèle énergétique de notre société, ainsi qu’à privilégier la sobriété énergétique et la production d'énergies renouvelables.

Les président/es des groupes Europe Ecologie des Conseils régionaux :Cécile Duflot (Ile de France) - Mickaël Marie (Basse-Normandie) – David Cormand (Haute-Normandie) – Thierry Brochot (Picardie) – Jean-François Caron (Nord-Pas-de-Calais) – Eric Loiselet (Champagne-Ardenne) – Guy Harau (Lorraine) – Jacques Fernique (Alsace)

 

08:53 | Lien permanent | Commentaires (0) |

26/01/2011

Caen - Prison avec sursis pour les anti Castor

Ils avaient tenté de bloquer un train chargé de déchets radioactifs qui partait pour l’Allemagne : sept militants - six Français et un Allemand - ont été condamnés par le tribunal de grande instance de Caen à un mois de prison avec sursis et 1.000 à 1.500 euros d’amende. Ils devront en outre payer solidairement 20.500 euros de dommages et intérêts à la SNCF et, individuellement, 1 euro symbolique au groupe nucléaire Areva.


Le parcours fut épique. Parsemé d’embûches, dressées par des militants anti-nucléaire. Des militants vigoureusement opposés au passage de ce train, chargé de déchets radioactifs...
Le convoi était parti le 5 novembre de la Hague, dans la Manche. Il avait mis trois jours pour arriver à destination, en Allemagne (voir nos articles).

La justice française s’en est mêlée, le mois dernier. Sept personnes ont comparu devant le tribunal de grande instance de Caen, pour avoir retardé le convoi pendant plus de trois heures dans la région. Certains s’étaient enchaînés aux voies.
A l’audience, les prévenus - six Français et un Allemand - avaient plaidé la désobéissance civile.

Le TGI n’en a pas tenu compte. Il les a condamné aujourd’hui à un mois de prison avec sursis, et 1.000 à 1.500 euros d’amende. Ils devront en outre payer solidairement 20.500 euros de dommages et intérêts à la SNCF et, individuellement, 1 euro symbolique au groupe nucléaire Areva.
Ils encouraient jusqu’à 3.750 euros d’amende, et six mois de prison.

Leur avocat s’est dit très déçu, et n’a pas exclu de faire appel du jugement.

piqué au tas sur france-info.fr - 26/01/2011

 

 

19:47 | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/11/2010

Le train « le plus radioactif du monde » doit passer dans la région

Selon Greenpeace, le plus important convoi de déchets nucléaires jamais organisé doit partir demain après midi de la Manche pour rallier l'Allemagne en passant par la région, où les écologistes se mobilisent.



SÉBASTIEN LEROY > sebastien.leroy@nordeclair.fr
Sur Internet, la galaxie écolo régionale mobilise contre le convoi d'Areva à grands coups de noms de code. Dans la nuit de vendredi à samedi, ils auront à coeur de freiner « le train de l'enfer » qui doit transporter 11 containers de déchets vitrifiés en route vers l'Allemagne, où ils doivent être entreposés. Les plus inspirés parlent depuis la fin de la semaine dernière d'une partie de « chasse au CASTOR », l'acronyme qui désigne les fûts en transit. Derrière les bons mots, l'enjeu n'est pas mince : selon les responsables du réseau Sortir du nucléaire, ce convoi concentre un potentiel atomique qui pourrait, en cas d'accident, libérer l'énergie de deux Tchernobyl. « Les populations françaises et allemandes doivent pouvoir savoir où et quand un convoi aussi dangereux passe près de chez elles », souligne Greenpeace, qui a joint le geste à la parole en donnant sur son site web le tracé supposé du train.
En attendant, les militants écologistes et antinucléaires comptent bien gêner au maximum le passage de ce train « le plus radioactif du monde » lorsqu'il empruntera les voies ferrées de la région, entre Arras et Fourmies via Douai, sur les coups de 2 h du matin. Officiellement, les partis et associations antinucléaires se contenteront de distribuer des tracts vendredi soir et samedi matin, dans les gares d'Arras et Douai notamment.


Mais en coulisses, quelques activistes entendent aller plus loin, dans la nuit, pour tenter de ralentir le train, comme cela avait déjà été le cas lors de précédents passages de convois, notamment au début des années 2000. Sans oublier toutefois que cette stratégie d'action avait tourné au drame le 7 novembre 2004 en Moselle. À l'époque, Sébastien Briat, jeune militant de 22 ans, avait trouvé la mort, percuté par un train transportant des déchets nucléaires dont il voulait bloquer le passage. La prise de risque s'annonce donc raisonnée pour le passage du « train de l'enfer ».
w

piqué sur nordéclair.fr - 04/11/2010

 

 

 

3977191329_66a0ca6315_z.1288810750.jpg

Ce sera le “convoi le plus radioactif au monde”. Greenpeace ne mâche pas ses mots : vendredi 5 novembre à 14 h 20, le train qui quittera la gare de Valognes, dans la Manche, à destination du centre d’entreposage intérimaire de Gorleben en Allemagne, transportera des déchets radioactifs de très haute activité, en provenance de l’usine Areva de La Hague.

 

Selon l’ONG, ce convoi contiendra 11 Castor (Cask for storage and transport of radioactive material, soit des containers de déchets hautement radioactifs) eux-mêmes constitués de 28 containers nommés “Canisters” dans lesquels ont été déposés les déchets vitrifiés, c’est-à-dire des éléments très radioactifs issus du retraitement des combustibles usés, fondus dans du verre.

Au final, selon les données de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) fournies à Greenpeace et basées sur l’analyse des radioéléments d’une durée de vie supérieure à un an, la radioactivité contenue dans le convoi s’élèverait à 3000 PBq (Peta Becquerel), soit dix fois plus que celle dégagée par la catastrophe de Tchernobyl en 1986, qui avait atteint 260 PBq.

L’ONG a aussi déposé une plainte contre Areva pour usage d’une installation nucléaire de base non déclarée, puisque des déchets nucléaires sont entreposés dans un lieu non prévu à cet effet.

capturer.1288803882.JPG

C’est pour pallier l’absence de transparence d’un secteur nucléaire dangereux que Greenpeace a conçu une carte des trajets possibles du convoi, ainsi qu’une cartographie complète du nucléaire français, recensant tous les sites de déchets radioactifs, centrales nucléaires, anciennes mines contaminées ou encore routes de transports des camions chargés de plutonium. Selon l’ONG, qui publie aussi les horaires précis de passage du train dans chaque gare française, le convoi de vendredi devrait passer par Valognes, Caen, Arras et Metz avant d’avoir ensuite trois options pour passer la frontière franco-allemande, par Lauterbourg, Forbach ou Kehl.

Ce transport fait scandale en Allemagne, où des élus écolos et de gauche, qui estiment que le centre de Gorleben n’est pas adapté pour recevoir ce type de déchets, appellent à bloquer les rues pour empêcher l’arrivée du convoi. Quelque 30 000 manifestants sont attendus cette semaine autour de la ville pour “organiser la résistance”.

 

Qu’en pensez-vous ? Estimez-vous que la société civile devrait être informée, voire avoir son mot à dire, quant au transport de déchets radioactifs ?

piqué sur ecologie.blog.lemonde.fr - 04/11/2010

 

Train d’enfer : transport La Hague-Gorleben (5-6 novembre 2010)
Un blog du Réseau "Sortir du nucléaire"
Dernier ajout – mercredi 3 novembre 2010

Liste des actions prévues sur le trajet du train

20 mobilisations sont prévues sur le trajet du train

 

 

 

15:40 | Lien permanent | Commentaires (0) |

02/11/2010

Alle Infos zum Castor ! - X-tausendmal quer Camp - actualisé

Grüne Jugend gegen Atomkraft

Protestfahrplan - Wendland - November 2010

  • Donnerstag 4.11. das große X-tausendmal quer Camp in Gedelitz bei Gorleben wird eröffnet, wir haben als Grüne Jugend einen eigenen Bereich darin, ihr könnt dort schlafen, essen, euch ausruhen und euch auf Aktionen vorbereiten (mehr zum Camp demnächst auf der Webseite www.x-tausendmalquer.de).
  • Freitag 5.11. der Castor-Transport startet im französischen La Hague.
  • ab Samstag nach der Demo Aktionsbereitschaft ab Camp in Gedelitz

 

Castoralarm November 2010

+++ Camp Gedelitz ab 4.11. +++ Großdemo Dannenberg 6.11. +++ Gewaltfreie > Sitzblockade der Straßenstrecke ab 7.11. +++ open end

X-tausendmal quer bereitet wieder eine große gewaltfreie Sitzblockade auf der Straßenstrecke vor. Wir werden ab Sonntag, 7. Nov. 2010, mit tausenden AtomkraftgegnerInnen die Straße bei Gorleben besetzen. Sei dabei!

Hier kannst du die Absichts- bzw. Solidaritätserklärung unterschreiben.

Zur gemeinsamen Vorbereitung bieten wir Aktionstrainings in vielen Städten und dann Anfang November auch während der Aktion an. Kommt möglichst frühzeitig ins Wendland. Unser Camp in Gedelitz ist ab Donnerstag (4.11.) geöffnet. Dort werden fast rund um die Uhr Trainings und Bezugsgruppenfindung angeboten. Wenn ihr uns bei den vielen Aufgaben unterstützen wollt, meldet euch bei → mitmachen(aet)x-tausendmalquer.de

x-tausendmal quer Infotelefon: 04231-957439

20:36 | Lien permanent | Commentaires (0) |

01/11/2010

train CASTOR-Transport aus Frankreich nach Gorleben startet voraussichtlich am 05.11.10

Voraussichtliche Abfahrt des Gorleben-CASTOR aus Valognes bei La Hague in Frankreich: Fr., 05.11.10 um 18:29 Uhr.
Voraussichtliche Ankunft des Gorleben-CASTOR in Dannenberg am Verladekran: So, 07.11.10
Voraussichtlicher Straßentransport des Gorleben-CASTOR in das 'Zwischenlager' Gorleben: Mo, 08.11.10
Unsere Informationsseite zum Gorleben-Transport 2010 mit Terminankündigungen für Norddeutschland und aktuellen Infos zum Stand der Dinge findet ihr auf unserer Rubrik Gorleben2010

20:19 | Lien permanent | Commentaires (0) |

13/09/2010

le castor et l’écureuille

Etape incontournable de la filière du nucléaire, le transport des déchets, appelé CASTOR, reste pour nombre d’entre nous, une inconnue.
Ce reportage retrace la lutte d’antinucléaires français et allemands, sur fond interrogations politiques quant à l’allongement de durée d’exploitation de la filière nucléaire allemande.

avec :
Jean-Yvon Landrac (Réseau Sortir du nucléaire)
Cécile Lecomte, dite Eichhörnchen (l’écureuille, militante régulièrement attaquée en justice)
Heiner Möllers, architecte paysagiste et militant anti-nucléaire Kein Atommüll in Ahaus

à écouter sur Sons en luttes

11:42 | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/05/2010

Convoi d'uranium bloqué: amendes pour 12 militants de Greenpeace

CRÉTEIL - Des peines d'amende de 1.000 euros assorties, pour une part, de sursis ont été prononcées lundi au tribunal correctionnel de Créteil à l'encontre de 12 militants de Greenpeace jugés pour avoir bloqué un convoi d'uranium Areva dans la gare de Valenton (Val-de-Marne).

Dix d'entre eux ont été condamnés à une amende de 1.000 euros dont 500 assortis du sursis et deux, ayant déjà été condamnés pour des faits similaires, ont écopé de 1.000 euros d'amende.

Dans la nuit du 10 au 11 mars, ces 12 militants de l'ONG écologiste s'étaient enchaînés aux voies de chemin et de fer et aux wagons pour bloquer un convoi d'uranium appauvri en provenance de l'usine Areva de Pierrelatte (Drôme) et réclamer un "moratoire sur l'exportation de déchets nucléaires", notamment vers la Russie.

Des amendes allant de 750 à 1.500 euros avaient été requises lors du procès le 21 avril.

Aucun des douze prévenus jugés pour "entrave à la circulation d'un train", ni leur avocat, Me Alexandre Faro, n'étaient présents lundi.

Partie civile au procès, la SNCF a estimé que 83 de ses trains avaient été affectés par cette action et chiffré son préjudice à près de 83.000 euros.

La question des dommages et intérêts est renvoyée au 28 juin.

AREVA

Article Romandie News - (©AFP / 03 mai 2010 15h38)

 

justice_de_classe.jpg

23:30 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu