Avertir le modérateur

15/04/2010

Démission de Benoît Genuini, médiateur du Pôle Emploi

Pôle Emploi perd son médiateur

Il a craqué ! Benoît Genuini, le premier médiateur de Pôle Emploi, aura tenu un peu plus d’un an à son poste avant de remettre sa démission.

Avec les liens dont celui avec le PDF du rapport de Benoît Genuini :
http://www.actuchomage.org/20100415...

Jeudi, 15 Avril 2010.

Benoît Genuini estime qu’il n’a eu « ni les moyens ni le soutien nécessaires » pour mener à bien son travail consistant à traiter plus de 900 réclamations par mois. De plus, le rapport d’activité qu’il a conçu et remis le 12 mars a été renvoyé aux calendes grecques...

C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase : « La direction générale n’a pas vu l’intérêt de mon rapport parce qu’elle accepte mal toute forme de critique », dénonce-t-il. Elle « n’a pas compris le bénéfice qu’on pouvait tirer des problèmes que l’on a soulevés », tant il est vrai qu’au lieu d’être une force, reconnaître ses torts est systématiquement considéré comme une faiblesse.

Bien que relativement consensuel, ce rapport de 89 pages demeure un état des lieux suffisamment accablant qui pointe de graves dysfonctionnements internes. A cette occasion, Benoît Genuini s’était dit « frappé » par la « soif de communication » et le « besoin quasi pathétique de relation personnalisée et d’écoute des gens ». Malgré un déni complet de la politique de radiation menée par Pôle Emploi qu’il qualifiait de « fantasme », il a eu le mérite de dénoncer la déshumanisation galopante de l’organisme issu de la fusion ANPE/Assedic, ainsi que son irrespect envers les chômeurs.

A partir de situations vécues (inscriptions laborieuses, dossiers perdus, couacs du 3949, radiations abusives et autres cafouillages aux conséquences dramatiques…), des propositions concrètes afin d’améliorer le service rendu aux usagers et soulager les conseillers ont été avancées. Parmi elles, le rétablissement des comités de liaison, ces rencontres régulières entre associations de chômeurs et directeurs d’agence permettant de maintenir un minimum de dialogue.

Mais, on s’en serait douté, faciliter la vie des usagers et des agents du service public de l’emploi ne fait pas partie des priorités, bien au contraire ! « Pôle Emploi avait su se doter d’un sys­tème d’alerte sans concession », regrette Gaby Bonnand, le président CDFT de l’Unedic, déplorant le départ du médiateur. Un système d’alerte sans concession ? Quelle naïveté à propos de cette vitrine qui n’a été montée que pour masquer un chaos sciemment orchestré.

http://www.actuchomage.org/

Pôle Emploi est à la recherche d’un successeur. Un profil plus docile, "à la Martin Hirsch", est certainement requis.

Article pris chez Millebabords - 15/04/2010

 

 

Le médiateur de Pôle emploi voulait «plus de bon sens et d'humanité», raté

Benoît Genuini, le médiateur de Pôle emploi qui a démissionné après en avoir dénoncé les dysfonctionnements, a souligné jeudi qu’il avait été «un poil à gratter dans l’institution», mais qu’il s’était heurté à des «résistances» et que «la greffe» était «difficile à prendre».

La direction de Pôle emploi a indiqué jeudi que M. Genuini avait démissionné moins d’un mois après la remise de son premier rapport dans lequel il épinglait divers dysfonctionnements de la nouvelle entité issue de la fusion entre l’ANPE et les Assedic, et prônait «beaucoup plus de bon sens et d’humanité» vis-à-vis des chômeurs comme du personnel.

«L’objectif que j’avais quand je me suis lancé dans cette aventure (…), c’était d’aider les demandeurs d’emploi en difficulté à trouver une solution à leur problème et d’aider Pôle emploi à mieux remplir sa mission de service public et à mieux travailler», a expliqué M. Genuini sur RTL.

«Pour ça, il faut des moyens, il faut un soutien», a-t-il ajouté. Il a reconnu que «le médiateur est un peu un poil à gratter dans l’institution, (…) il va pointer des situations qui ne sont pas traitées normalement, qui embêtent les gens».

«Donc il va freiner l’action, (…) il va un petit peu embêter tout le monde, et c’est une greffe qui est difficile à prendre», a-t-il expliqué.

Selon lui, «l’institution résiste un petit peu. J’ai vécu toute ces petites résistances pendant un an».

«Au bout d’un an, j’ai sorti mon rapport annuel pour pointer un certain nombre de dysfonctionnements, mais surtout pour témoigner de la vie à Pôle emploi, de tous les talents des conseillers, des directeurs d’agence (…), mais aussi d’un gros système qui est lent, souvent inerte et qui prend du temps», a-t-il dit.

S’il juge que c’est «une très bonne idée de fusionner les services qui s’adressent à une même personne», il a cependant souligné que la fusion ANPE-Assedics était l’«une des plus difficiles à faire, car on fusionne deux institutions qui ne font pas le même métier».

«Les cultures, le fonctionnement, le traitement des personnes sont complètement différents», a-t-il insisté.

Il a rappelé que dans son rapport, il avait pointé «un gros problème» de communication «entre Pôle emploi et ses usagers».

Selon lui, il faut notamment que pole emploi refasse «complètement tous nos courriers qui sont trop secs, trop abrupts, qui sont perçus comme une agression, et qui ne sont pas assez humains».

(Source AFP)

Article pris chez Libération.fr

21:25 | Lien permanent | Commentaires (1) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu