Avertir le modérateur

22/02/2011

Breaking Bad - Tout le monde n'est pas siglé toto

 

Des produits suspects trouvés dans un abri

Samedi soir, deux adolescents âgés de 16 ans ont été grièvement blessés sur ce terrain après l'explosion de leur bombe artisanale. Samedi soir, deux adolescents âgés de 16 ans ont été grièvement blessés sur ce terrain après l'explosion de leur bombe artisanale.

Opérés, les deux adolescents grièvement blessés par une explosion devraient garder de lourdes séquelles. Le maire, Jean-Claude Vanbelle, va se rapprocher de la préfecture pour que les familles puissent bénéficier d'un soutien psychologique.




B. et B., les deux adolescents grièvement blessés par une explosion, samedi soir à Leers, ont été opérés. « Même si les médecins ont pu sauver la main d'un d'entre eux, on sait malheureusement qu'ils garderont de graves séquelles », explique une source proche du dossier.
Parallèlement, une enquête a été ouverte par le commissariat de police de Roubaix qui attend le feu vert des médecins pour auditionner les deux victimes, placées depuis leur opération en salle de déchoquage du CHR de Lille. Elles ont pu recevoir des visites de leurs proches, hier après-midi.


Une enquête de voisinage et du cercle familial aurait permis de déterminer que « ce n'est pas la première fois qu'ils jouaient au petit chimiste, même si rien ne permet de dire qu'ils avaient déjà procédé à de telles explosions ».
Hier après-midi, les policiers ont récupéré des récipients dans l'abri de jardin d'une des victimes. Un proche, inquiet, venait d'y découvrir des produits suspects, « dont il ne connaissait pas la nature ».

« Il leur faut un soutien »

Une chose est certaine aujourd'hui : « Ce n'était qu'une expérience, explique un enquêteur. Il n'y a rien de délictueux derrière tout ça ». Ce qui explique pourquoi le parquet n'a pas souhaité communiquer. « Ils ont peut-être déjà payé le prix fort », estime un magistrat.
Hier soir, Jean-Claude Vanbelle, le maire de Leers, devait rencontrer la famille de Baptiste. « C'est une famille sans histoire, explique l'édile. Je vais demander aux autorités supérieures qu'ils puissent bénéficier d'un soutien psychologique ». Pour le reste, le premier magistrat assure n'avoir jamais eu le « moindre retour » concernant de tels « jeux » dans sa commune.w

piqué au tas sur www.nordeclair.fr - 22/02/2011

http://www.pleaz.fr/wp-content/uploads/2010/10/02337630-photo-aaron-paul-et-bryan-cranston-dans-breaking-bad.jpg

 

 

11:49 | Lien permanent | Commentaires (0) |

23/05/2009

Quand les étudiants n'étaient pas des terroristes

 

Même type d'accident, mais le même traîtemet.

Aucun journaliste d'investigation n'a fait le lien ou même parlé du sujet...pour il y a seulement 2 ans:

 

Explosion à Montpellier: des étudiants, «pas des terroristes»

Les jeunes blessés cette nuit, dont certains ont suivi des études en chimie, voulaient fabriquer une bombe mais ne seraient pas des terroristes, selon les premiers éléments de l'enquête.

Une bombe artisanale, manipulée a priori de manière accidentelle, serait à l’origine de l’explosion qui a fait sept blessés dans la cité universitaire du Triolet à Montpellier, cette nuit à 4h20 du matin.

«Il ne résulte pas des premières investigations que nous avons affaire à des terroristes mais peut-être à des jeunes qui, parce qu'ils avaient un bagage de chimie, voulaient tester la fabrication d'une bombe artisanale», a annoncé à midi le procureur de la République de Montpellier, Brice Robin.

Le SRPJ de Montpellier, saisi de l’enquête, a fait intervenir la police technique et scientifique. Sur place, cette dernière a pu analyser plusieurs substances chimiques. Elle a aussi découvert des bidons avec des étiquettes. Elle a ainsi recensé plusieurs ingrédients qui entrent dans la composition de la fabrication d'explosifs, notamment du nitrate de potassium, de la poudre d'aluminium, de la soude caustique, de l’acide nitrique et de l’acide sulfurique.

Deux blessés graves

Le jeune homme dans la chambre duquel l’explosion s’est produite est étudiant en première année d’IUT génie électrique après avoir suivi des études de chimie l'an dernier. Français d’origine russe, né à Saint-Pétersbourg, il fêtait hier ses vingt ans en compagnie de six camarades, dont une fille ukrainienne. Les cinq autres garçons sont un Moldave, un Ukrainien, un Arménien et deux Russes dont un Tchétchène. Tous sont âgés entre 18 et 22 ans.

La plupart sont étudiants mais ne résidaient pas dans la cité universitaire où s’est produite l’explosion. Le Français d’origine russe, locataire de la chambre, est gravement blessé, ainsi qu’un Moldave de 21 ans. L’un d’eux a un poumon perforé et des brûlures multiples, l’autre présente de nombreuses brûlures au troisième degré.

Quatre autres jeunes, qui ont des blessures plus superficielles aux mains et aux tympans, pourraient être entendus par les policiers d’ici la fin de la journée. Les six sont pour l’instant tous soignés à l’hôpital de Montpellier. Un septième jeune aurait quitté la résidence universitaire avant l’arrivée de la police. Celle-ci aurait cependant connaissance de son identité.

La ministre déléguée chargée de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, doit se rendre sur place entre 15h30 et 17h. Elle tiendra un point presse à la suite de sa visite.

 

«Selon une coutume russe, pour fêter ses 20 ans, il faut faire du bruit, notamment avec des pétards. Voilà en partie l'origine de l'explosion qui a fait sept blessés, dont deux graves, mercredi, vers 4 heures, à la cité universitaire du Triolet à Montpellier», raconte ce matin le quotidien régional Midi Libre.

Le locataire de la chambre, Daniil, né le 12 novembre 1988 à Saint-Pétersbourg et naturalisé français, avait invité six jeunes amis pour son anniversaire. Inscrit en première année de génie électrique, il avait auparavant étudié la chimie pendant un an. C’est ainsi qu’il a confectionné une préparation explosive, selon une recette qu’il avait dénichée sur Internet. Mélangeant au-dessus de son lavabo plusieurs ingrédients, dont du nitrate de potassium, de l’acide sulfurique et de la limaille de fer avec l’aide de deux de ses amis, il avait réussi à obtenir du TATP (triacétone triperoxide), «un liquide granuleux particulièrement instable et dangereux».

Daniil comptait en prélever une petite partie pour la faire exploser comme un gros pétard. Mais le morceau incandescent a touché le reste de la préparation, a priori involontairement. Tout le liquide a explosé, provoquant de nombreux dégâts et blessures. Quatre jeunes étaient ce matin encore en garde-à-vue depuis leur sortie de l’hôpital mercredi soir.

«Deux fumaient une cigarette au balcon et deux autres dormaient au pied du lit au moment de la déflagration», rapporte Midi Libre. Un cinquième, recherché par la police, s’est présenté au commissariat hier et a été également placé en garde-à-vue. Les deux derniers, plus gravement blessés, sont toujours à l’hôpital. L’un pourrait être auditionné par le SRPJ dans la journée.

Plusieurs mises en examen pourraient suivre, notamment pour «dégradation volontaire par explosif de bien mobilier dans des conditions de nature à exposer les personnes à un danger corporel» et pour «détention de produits ou substances rentrant dans la composition d'explosif». En revanche, la piste terroriste est écartée.

 

Trois des six personnes blessées lors de l'explosion, hier, d'une bombe artisanale dans une résidence universitaire de Montpellier sont sorties de l'hôpital et ont été transférées à l'hôtel de police où elles ont été placées en garde à vue.

Le jeune locataire russe de la chambre où s'est produite l'explosion, le plus grièvement blessé, a été brûlé sur environ 50% du corps au troisième degré. Il a été amputé d'un bras. Mais, hier soir, le pronostic vital n'était plus engagé.

Les gardes à vue se justifient pour déterminer avec exactitude les causes de l'explosion et les responsabilités de chacun des protagonistes, cinq garçons et une fille originaires de pays de l'Est de l'Europe, réunis dans cette chambre pour célébrer les 20 ans de l'occupant russe de la chambre.

En début d'après-midi, le procureur de la République de Montpellier, Brice Robin, avait indiqué qu'il ne résultait pas "des premières investigations que nous avons affaire à des terroristes mais peut-être à des jeunes qui, parce qu'ils avaient un bagage de chimie, voulaient tester la fabrication d'une bombe artisanale".

Toutefois, avait-il ajouté, "on verra à l'issue des premières auditions si les éléments apparaissent de nature à faire envisager une entreprise terroriste".

Dans ce cas-là, le parquet de Montpellier, en charge de l'enquête avec le SRPJ de Montpellier, s'en dessaisirait au profit de la section antiterroriste du parquet de Paris.

(Source AFP)

 

 

 

Genève/ France voisine samedi23 mai 2009

Michaël D., blessé par sa propre bombe, était-il un apprenti terroriste?

La bombe artisanale fabriquée par le jeune marginal genevois de 25 ans l’a grièvement atteint et a tué son amie Zoé. Retour sur son parcours, du squat Rhino à celui des Pilos à Chambéry

Nuit du 30 avril 2009, dans une usine désaffectée de Cognin près de Chambéry (Savoie), Michaël D, 25 ans, fils d’un enseignant genevois, et Zoé A., 23 ans, originaire de l’Ardèche, manipulent du chlorate de soude et du sucre, composants instables, notamment utilisés dans la confection d’une bombe artisanale. Une déflagration tout à coup. Zoé est tuée, Michaël est grièvement blessé. Il risque de perdre une main et sa vue pourrait être altérée. Placé en détention provisoire à l’hôpital Jules Courmont de Lyon, Michaël a été mis en examen par les juges de la section antiterroriste du Parquet de Paris pour «association de malfaiteur en vue de la préparation d’une entreprise terroriste» et «fabrication, détention de produits explosifs».

Mouvance
anarcho-autonome

Michaël aurait expliqué avoir agi par «curiosité scientifique» et démenti tout projet d’attentat. A proximité de l’usine, la police a pourtant trouvé du fil, des extincteurs, des retardateurs, des détonateurs. Et puis dans les affaires du couple, de la documentation sur Action directe, l’ancien groupe terroriste. Zoé, très militante, était fichée: mouvance anarcho-autonome, dit-on. Michaël, lui, était objecteur de conscience en Suisse, détestait la société de consommation mais n’était pas en rupture avec son milieu familial. Luc*, son ami, l’a rencontré sur les bancs de l’Uni en 2001. Ils étudiaient la chimie. Mais Michaël n’a tenu que quatre mois. «C’est tout lui ça, résume Luc. Il a compris qu’il était en train de mettre un pied dans le système, la chimie, l’industrie. Donc il a tout lâché et il est allé jouer de l’accordéon dans les Rues-Basses.»

D’un squat à l’autre

Après la chimie, il jongle, graffe, écrit des textes «non violents» qu’il chante pour le groupe genevois de ska WSK. «Il a connu le squat du Rhino mais ça ne lui allait pas, se rappelle Luc. Des types salariés vivaient là, ils allaient bosser et rentraient le soir, ça clochait.» Il rejoint alors le squat de la Tour «plus alternatif, plus créatif, plus ouvert, où il y avait toujours de la place pour les gens de passage». Luka* poursuit: «Michaël est un idéaliste, il a très mal vécu la fermeture de la Tour par la police en 2007, on lui a pris quelque chose. Je me souviens qu’il ne supportait déjà plus les heures passées à la douane de Bardonnex à cause de son look baba cool quand il allait voir ses parents qui habitent en France voisine. Alors lui qui était déjà taciturne, peu communicatif s’est encore plus fermé.» Michaël achète un minibus, quitte Genève. Les dernières nouvelles que Luc reçoit datent d’octobre 2008. Il écrit un mail, il se trouve en Belgique. Il n’utilise même plus de téléphone portable «instrument bourgeois».

Idéaliste et amoureux

Chambéry, rue de Tarentaise. Zoé vivait là, dans ce cabanon en fond de jardin. Très discrète. Une boulangère se souvient d’elle lorsqu’une photo de Michaël lui est présentée: «Ils achetaient nos pâtisseries de la veille, ils n’étaient pas riches. C’est eux les terroristes de Cognin?» Zoé étudiait les langues et la culture à la Faculté de la ville. Une de ses enseignantes, choquée, étouffe ses sanglots: «Elle était douce, polie mais pas comme les autres, très dans la marge. On lui a proposé une aide sociale. Elle a refusé. Au début de l’année universitaire, elle ne venait pas en cours mais elle était assidue depuis trois mois. Elle devait passer des examens le lundi après le drame.» Et Michaël? «Très amoureux d’elle», dit Olivier*, un squatter des Pilos, le lieu alternatif de Chambéry, avenue des Bernardines. Ils y passaient souvent tous les deux, entre deux voyages, mais on peine à cerner Michaël «qui ne parlait pas beaucoup, qui était là sans y être.» Les Pilos connaissent mieux Zoé et la pleurent beaucoup. Se sont-ils connus ici? On ne sait pas. «Mais ils ne vivaient pas vraiment ensemble comme vous l’imaginez, on ne parle pas de couple, nous.»

Les Pilos ont été fouillés par une centaine de policiers le 4 mai. «Avec un pauvre chien renifleur à qui on a dû donner à boire à la demande de son maître», se moque Olivier. Ils n’ont rien trouvé de suspect. Mais ont mis en examen deux autres jeunes hommes «proches de la mouvance autonome». Ils auraient fait disparaître des indices et le bus de Michaël aurait été vu, stationnant près de leur squat, chemin des Vieux-Capucins. L’un des avocats qui les défend affirme: «Ils ne sont pas vraiment politisés, ils se mobilisent pour des causes au cas par cas, ils défendent un mode de vie alternatif, non commercial, ils mangent ensemble, débattent, projettent des films, font de la musique, du théâtre et croient en une révolution lente et non violente.» La police judiciaire fédérale, de son côté, est en contact avec les autorités françaises pour savoir si Michaël est proche des groupes autonomes en Suisse.

La fin des Pilos

Aux Pilos, on raconte que la France sombre en ce moment dans un délire «conspirationniste et paranoïaque» et on fait le lien avec un groupe de Corrèze accusé d’avoir saboté des lignes de TGV. Leur leader, Julien Coupat, est toujours détenu. Olivier explique: «Cette nouvelle affaire est instrumentalisée par le sarkozisme pour faire croire en l’existence d’un ennemi intérieur et faire monter la psychose. Cela va conduire à encore plus de dérives sécuritaires.» Les Pilos occupés depuis l’été dernier par une vingtaine de squatters ont été assignés en justice par la mairie de Chambéry, propriétaire des lieux. L’édifice sera rasé et des logements seront construits. La lettre leur est parvenue le 30 mai. Le soir même, Zoé et Michaël faisaient «leur expérience». «Je crois, confie un autre squatter, que lui a pensé à fabriquer quelque chose, pas pour tuer ni blesser, mais faire du bruit et un peu de dégât. Michaël nous parlait souvent de la liquidation des squats à Genève, il était à cran, et il était en train de vivre la même chose ici.»

*Prénoms fictifs.

 

 

 

  • Deux hommes ont été blessés dimanche dans une explosion accidentelle dans une résidence universitaire à Lyon. Ils détenaient des produits inflammables dans leur logement.

  • Toutefois, aucun élément ne laisse penser qu'ils fabriquaient un engin explosif ou se livraient à une quelconque activité terroriste.

- le 26/01/2009 - 09h29

Deux personnes ont été blessées lors d'une explosion accidentelle survenue dans une résidence universitaire à Lyon dimanche soir. Les deux victimes, agées de trente ans et d'une quarantaine d'années, ont  été hospitalisées dans un état grave, l'une a été brûlée à 50% et l'autre a été  blessée par l'effet de souffle. Ils détenaient des produits inflammables dans leur logement et pourraient avoir déclenché l'explosion en les manipulant. L'explosion accidentelle a eu lieu au septième et dernier étage et l'a gravement endommagé.

Selon le maire du 3è arrondissement de Lyon, Thierry Philip, il s'agirait  d'une expérience chimique qui a mal tournée. Toutefois, aucun élément ne laisse penser qu'ils fabriquaient un engin explosif ou se livraient à une quelconque activité terroriste. Environ 150 étudiants ont été relogés dans un gymnase voisin.

Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a exprimé dans un communiqué "sa profonde émotion" suite à l'explosion et a  demandé au recteur de l'académie de Lyon et au directeur du CROUS de se rendre  sur les lieux pour évaluer la situation. Elle leur a demandé de s'assurer du relogement des étudiants et de mettre à  leur disposition une cellule psychologique de soutien.

D'après agence

 

 

 

Les policiers lyonnais s’interrogeaient hier soir sur les causes de l’explosion survenue en fin d’après-midi dans un immeuble du centre-ville. Le bilan est de deux blessés graves. Mais il aurait pu être beaucoup plus lourd, compte tenu de la violence du souffle, admettait-on sur place. L’explosio n s’est produite vers 17 h 45, au 7 e étage d’une résidence hôtelière située au 90, boulevard Vivier-Merle, dans le III e arrondissement de Lyon, à quelques centaines de mètres de la gare de la Part-Dieu.

Les deux hommes touchés sont âgés pour l’un d’une trentaine d’années, pour l’autre de 40 ans. Le premier souffre de problèmes pulmonaires liés au blast de l’explosion. Le second, qui a été retrouvé inconscient par les pompiers, est gravement brûlé.
Hier soir, les circonstances de ce drame restaient encore floues. Une source proche de l’enquête évoquait un accident lié à la manipulation de produits dangereux. Sans plus de précisions. « Le bâtiment n’était pas alimenté en gaz, précise le capitaine des pompiers, Christophe Serre. L’explosion est liée à un autre phénomène dont nous ignorons la cause. » De son côté, le maire du III e arrondissement, Thierry Philip, a déclaré : « On sait que ce sont des gens qui faisaient des expériences de type chimique. Quel type d’expérience, et pourquoi, je n’en sais rien. »

Les habitants n’ont pas pu regagner leur logement

Cette résidence comporte une soixantaine d’appartements, la plupart occupés par des étudiants. Tous ont été évacués rapidement. « C’était très impressionnant, raconte Vincent. J’ai vu des grandes flammes rouges sortir par la fenêtre d’un appartement. J’ai eu juste le temps d’enfiler un pull et de me précipiter dans la rue, jonchée de débris de verre. » Claire, qui réside au 2 e étage, a eu « très peur ». « J’ai tout de suite pensé à ce qui s’est passé à Montpellier il y a quelques mois, quand des étudiants ont fait exploser leur chambre en manipulant des produits chimiques », explique-t-elle.
Pendant plusieurs heures, les pompiers, épaulés par deux équipes cynophiles, ont cherché d’autres victimes dans les décombres du bâtiment. Mais l’immeuble était vide. « A l’heure où l’explosion s’est produite, peu de résidants étaient chez eux, ce qui a sans doute évité un bilan plus lourd », précise Laurent Gabilly, médecin au Samu de Lyon. Hier soir, les habitants n’ont pas pu regagner leur logement. La structure du bâtiment a été trop endommagée. Cent cinquante d’entre eux ont donc passé la nuit chez des proches ou dans un gymnase municipal situé juste en face de leur résidence.
Valérie Pécresse , ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a exprimé sa « profonde émotion ». Elle a également demandé au recteur de s’assurer du relogement des étudiants et de la mise en place d’une cellule de soutien psychologique.

Le Parisien

 

 

 

EXPLOSION A L'ECOLE DE CHIMIE DE MULHOUSE: UN MORT, UNE BLESSEE

Vendredi 24 mars, 12h26. Une violente explosion s'est produite au rez-de-chaussée du bâtiment 5 de l'Ecole nationale supérieure de chimie de Mulhouse( ENSCHMul) intégrée depuis 2005 à l'Université de Haute Alsace ( UHA). Soufflant les cloisons intérieures et les vitres des trois étages et éventrant la partie où l'explosion a eu lieu. Un incendie s'est également déclaré consécutivement, ravageant le bâtiment. Le plan rouge déclenché aussitôt a vu converger vers le campus les secours en tous genres: sapeurs-pompiers, médecins, infirmières, psychiatres et psychologues, policiers. Bilan: un professeur de 40 ans tué, une stagiaire de 18 ans grièvement blessée et une quinzaine d'étudiants légèrement blessés et choqués.

L'explosion s'est produite à l'heure de la pause de midi, sinon, ses conséquences eussent été beaucoup plus graves encore. La victime, le professeur Dominique Burget 40 ans, enseignant et chercheur, travaillait au premier étage juste au-dessus de l'épicentre de l'explosion, tandis que Saloua Belm Charef, en stage d'insertion professionnelle au service comptabilité d'un laboratoire était grièvement blessée. Immédiatemment les 250 étudiants et leur encadrement ont été regroupés dans le gymnase universitaire afin d'effectuer un recensement.

Les sapeurs-pompiers ont pour leur part procédé au déblaiement des décombres afin de détecter d'autres victimes éventuelles tandis qu' une unité de sapeurs-pompiers spécialisée dans les risques chimiques retirait du bâtiment tous les produits chimiques entreposés. Il a fallu également faire intervenir une entreprise spécialisée afin d'étayer murs et plafonds pour éviter des sur-accidents.

Dès le lendemain les enquêteurs de la police scientifique et technique étaient à pied d'oeuvre afin de relever tous les indices permettant de comprendre le drame. De son côté, le Parquet du TGI de Mulhouse et son patron le procureur Régis Delorme indiquait qu'une enquête était confiée à la police judiciaire et qu'une information contre X pour homicide involontaire et blessures involontaires serait ouverte dès lundi par un juge d'instruction, en l'occurence Ariane Combarel, déjà chargée de l'instruction de l'explosion de la rue de la Martre survenue le 26 décembre 2004.

Les premières investigations effectuées donnent à penser que l'origine de l'explosion serait dûe à une bonbonne d' éthylène, découverte par les enquêteurs à l'endroit même de l'explosion, à savoir dans le laboratoire spécialisé dans les procédés de chimie analytique. Y a-t-il eu fuite de ce gaz hyper dangereux lorsqu'il est mélangé à l'air? La bonbonne était intacte et a été immédiatement mise sous scellés pour expertise.

Quatre jours après le drame, les problèmes matériels font directement surface. Pour Serge Neunlist, directeur de l'Ecole de chimie, il " faut se remettre en ordre de marche. Nous veillons à rétablir les réseaux. Il n'y a plus d'électricité par exemple...Nous avons reçu des propositions d'aide de la France entière...". En effet, il s'agit de réorganiser le travail pour permettre aux chercheurs et aux étudiants de retrouver leurs marques. Et quid des contrats de recherche en cours? Des travaux de thèses et de masters ? D'ores et déjà, des solutions se profilent. Ainsi, le laboratoire de photochimie générale sera provisoirement hébergé par l'Ecole d'ingénieurs textile (ENSITM).

Mardi 28 mars, deux experts ont été désignés par la juge d'instruction. Il s'agit de MM. Geronimi et Martin, à qui il appartiendra de déterminer les causes du sinistre. Tandis que Guy Schultz président de l'UHA et Serge Neunlist directeur de l'Ecole de chimie ont rencontré Jean-Marie Bockel sénateur- maire de Mulhouse et les responsables des services concernés afin d'envisager l'avenir de l'Ecole.

Le décès du professeur Dominique Burget a profondément choqué la communauté universitaire et vendredi 31 mars à 11 h précises, une minute de silence a été observée dans tous les services, bureaux, classes, amphis de toute l'Université de Haute Alsace.

0.676.jpeg

 

 

 

 

 

Explosion dans un laboratoire

La faculté de pharmacie de l'université Louis-Pasteur a été secouée hier matin par une explosion survenue dans un laboratoire de chimie organique, blessant légèrement deux étudiants (*).

Il était 8h30, hier matin, quand le campus universitaire d'Illkirch-Graffenstaden a été soudain parcouru par le bruit d'une violente déflagration. Ether et flamme  Au troisième étage d'un bâtiment sans âme, le laboratoire de chimie organique vient d'« imploser comme un téléviseur », dit un témoin.  Quelques secondes avant l'accident, deux laborantins étaient en train de manier un mélange à base d'éther sous une hotte aspirante. Agés de 26 et 27 ans, ils étaient entourés du directeur du laboratoire ...

S. C.

(*) Le 24 mars 2006, une explosion survenue à l'Ecole nationale supérieure de chimie de Mulhouse avait causé la mort d'un professeur, Dominique Burget, et fait près d'une dizaine de blessés.

17:45 | Lien permanent | Commentaires (1) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu