Avertir le modérateur

29/09/2009

Du syndicalisme policier sur l'expulsion à Calais...

Sur Indymedia-Nantes :

http://www.unitepolice.com/content/default/demantelement_de_la_jungle_de_calais/fr/data/editor_1253825849492.jpg

Le premier syndicat SGP-Unité Police (affilié à FO) félicite les troupes ...

Visible sur le site du syndicat http://www.unitepolice.com/content/default/demantelemen.....

On attend une affiche similaire pour rendre hommage aux activités de leurs collègues de la
SDAT et de la DCRI dans d'autres affaires...

 

Et lisez la complainte du crs sur le tract d'Alliance : Tract Alliance DDPAF 31[1].pdf

"35 heures de sérvices-simple casse-croûte-voyage retour avec les détenus-dont certains présentaient des maladies contagieuses"...bref, traîtés au même niveau que les jeunes afghans, et ils se plaignent...

 

 

 

 

08:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |

18/07/2009

démantèlement complet de la centrale nucléaire de « Chooz A»

En 2007:

Démantèlement complet autorisé de la centrale de « Chooz A»

le 5/10/07

Le groupe EDF vient d’être autorisé à procéder au démantèlement complet de la centrale nucléaire de « Chooz A»  dans les Ardennes. Une autorisation qui fait suite à la récente suspension du démantèlement de Brennilis, dans le Finistère.

Cette centrale est un réacteur à eau sous pression qui a produit de l’électricité entre 1967 et 1991. Sur le même site, EDF a mis en service, il y a une dizaine d’année, une autre centrale (» Chooz B» ) qui compte deux réacteurs d’une puissance de 1 450 mégawatts chacun.

En 1999, EDF avait été autorisé à procéder au démantèlement partiel du réacteur de Chooz A. Cinq ans plus tard, la société a déposé auprès de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) une demande d’autorisation de mise à l’arrêt définitif et de démantèlement complet de l’installation.

Dans son décret paru samedi, le ministère de l’Economie vient d’autoriser le démantèlement complet de la centrale de « Chooz A» , au vu notamment des « résultats de l’enquête publique» , organisée du 28 août au 29 septembre 2006.

Suspension du démantèlement de Brennilis

Le démantèlement complet de la centrale nucléaire de Brennilis, dans le Finistère, le premier à être autorisé, a été suspendu début juin après l’annulation du décret l’y autorisant, faute d’une procédure d’information du public. Le démantèlement ne devrait pas avoir lieu avant deux ans.

Sa déconstruction devait servir de test pour valider les procédures techniques qui seront appliquées pour la déconstruction intégrale de huit autres centrales mises à l’arrêt d’ici à 2025 : Bugey 1, Chinon A (1, 2 et 3), Chooz A, Creys-Malleville -qui a également fait l’objet d’un décret autorisant le démantèlement total-, et Saint-Laurent A (1 et 2).

 

 

 

PDF - 1.3 Mo
10 000 tonnes de déchets radioactifs dans la Meuse
PDF téléchargeable

Le démantèlement de la centrale nucléaire de Chooz A dans la pointe des Ardennes françaises a commencé. Si avec les deux centrales, les habitants de la région bouffaient et crevaient déjà du nucléaire depuis des décennies, cette fois ce sera surtout la Belgique et la Hollande qui seront touchées par le démantèlement via les rejets dans la Meuse de 10 000 tonnes de déchets toxiques et radiotoxiques liquides.

Si l’on voit la merde que rejette l’industrie dans la Meuse et ses différents affluents depuis plus d’un siècle, on comprend vite que ce n’est que la énième couche de pollution et pourtant les ordures radiotoxiques les rejets soi-disant « limités » et « inévitables » en provenance de Chooz causeront une pollution autrement plus durable et charrieront à leur tour cancers et leucémies.

Mais tout cela importe peu aux industriels, car les enjeux vont bien au-delà de la pollution d’une zone spécifique. En terme de marchés, si EDF cherche à devenir le spécialiste mondial en démantèlement, les entreprises spécialisées dans le nettoyage de zone contaminées, telles qu’Onet-Industries et Techman, feront leur lard, tandis que Adecco et Manpower se chargeront de recruter des liquidateurs.

Contrairement au discours des écolos qui cherchent encore à nous vendre leur bonheur éolien, le démantèlement ne prépare en rien une sortie du nucléaire mais garantit son acceptation centrale comme énergie « la plus propre ». Il s’inscrit ainsi dans sa relance au niveau international. Tandis que partout dans le monde ils nous construisent de nouvelles centrales pour satisfaire les besoins dévorants du capitalisme, à Chooz, on parle de transformer une poubelle nucléaire en parc naturel.

Comme après la fuite d’isotopes à Fleurus l’été dernier, l’Etat et les industriels mettent en marche leur machine à propagande pour nous faire avaler la pilule d’iode. Le démantèlement n’est en fait que la vitrine du service après-vente du nucléaire. Mais comme toute vitrine, elle n’est jamais à l’abri d’un pavé.

Avant qu’ils aient fini de nous pourrir définitivement la vie, Attaquons le nucléaire et son monde !

[Affiche trouvée sur les murs de plusieurs villes de France et de Belgique, juillet 2009]


Pour plus d’information sur le démantèlement en cours de la centrale nucléaire de Chooz A construite dans les années soixante, on peut consulter Tout Doit Partir N°5, à la page 9. Disponible dans la Fanzinotheque.

01:07 | Lien permanent | Commentaires (1) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu