Avertir le modérateur

17/06/2012

Les policiers à nouveau victimes d’un guet-apens à Bourtzwiller

Depuis une dizaine de jours, une poignée de jeunes trublions défient les forces de l’ordre dans le quartier de Bourtzwiller.

 

Dans la nuit de vendredi à samedi, plusieurs équipages ont essuyé des jets de cocktails Molotov. Personne n’a été blessé mais deux véhicules des fonctionnaires ont été endommagés.

Le principe est toujours le même. Les trublions mettent le feu à des voitures ou des poubelles pour attirer les pompiers et les policiers qui les accompagnent. Cela a commencé peu avant minuit par un feu de voiture rue de la Tuilerie, puis vers 0 h 40 par une autre voiture rue du Progrès et finalement juste avant 1 h par deux voitures, rue de Dieppe. Une vingtaine de jeunes visages dissimulés s’en sont pris aux véhicules de la BAC (brigade anticriminalité) et de la Canine ; véhicules qui ont essuyé des jets de cocktails Molotov. Résultat : depuis hier, une compagnie de CRS est en poste dans le quartier.

piqué au tas sur dna.fr - 17/06/2012

Bourtzwiller,molotov,guet-apen

11:32 | Lien permanent | Commentaires (0) |

26/11/2011

Illuminations de Noël : l'incendie ravage l'église

Le feu s’est généralisé à toute la toiture, détruisant 300 à 400 m² de couverture, et ne laissant que les murs et le clocher. Photo Jean-Marc Loos

Le feu s’est généralisé à toute la toiture, détruisant 300 à 400 m² de couverture, et ne laissant que les murs et le clocher. Photo Jean-Marc Loos

Un violent incendie a ravagé l’église de Gerstheim, près d’Erstein, dans la nuit de jeudi à vendredi. Le feu aurait été provoqué par les illuminations de Noël, installées la veille.

Il ne reste plus que les murs et le clocher de l’église catholique de Gerstheim. Celle-ci a été totalement ravagée par un très violent incendie dans la nuit de jeudi à vendredi. L’alerte a été donnée peu après 1 h 30. 41 pompiers de Gerstheim, Erstein, Boofzheim, Benfeld et Strasbourg sont intervenus à l’aide de cinq lances et une grande échelle.

Deux pompiers ont été blessés, souffrant de traumatismes à la cuisse pour l’un, au mollet pour l’autre. À 8 h hier matin, le feu n’était pas encore totalement éteint.

D’après les témoignages, corroborés par l’enquête de la gendarmerie d’Erstein et du Psig de Sélestat, le feu aurait été provoqué par les illuminations de Noël, mises en place la veille : un projecteur placé non loin de la rosace de la façade, près de l’orgue, aurait chauffé et mis le feu à des éléments en bois. Le feu s’est ensuite propagé à la caisse de l’orgue, en bois également, puis à la charpente. Celle-ci s’est alors effondrée, provoquant un embrasement général.

L’église était dotée d’un ensemble de dix vitraux datant de 1869, qui présentaient un chemin de croix, avec un turquoise très particulier. La série était considérée comme une rareté dans l’histoire des vitraux. Restaurée il y a un an, elle a été totalement détruite par les flammes.

Coup du sort, cet incendie s’est produit non seulement en ce début de période d’avent, mais aussi alors que la communauté de paroisse Saint-Pierre et Saint-Paul, comprenant Erstein et les six paroisses environnantes dont Gerstheim, devait être reconnue ce samedi même. La cérémonie devait avoir lieu à Erstein et les participants devaient se rendre également à Gerstheim. La manifestation est cependant maintenue.

Par ailleurs, les fidèles de la paroisse pourront suivre la messe à l’église protestante, le prêtre et le pasteur ayant donné leur accord selon le maire Marc-Daniel Roth, qui a souligné « la forte tradition œcuménique du village ».

VOIR Notre diaporama sur www.lalsace.fr

le 26/11/2011 à 05:00 par Geneviève Daune-Anglard, Rémy Klipfel, Françoise Marissal

 

11:32 | Lien permanent | Commentaires (1) |

19/08/2011

Brennende Autos in Berlin - Mystérieux feu de voiture à Berlin

CRIMINALITÉ - Angela Merkel se dit «préoccupée»...

Pour la quatrième nuit consécutive, des automobiles ont été brûlées à Berlin (Allemagne). La police, qui suppose qu'il s'agit d'actes de vandalisme, a offert 5.000 euros de récompense à toute personne susceptible de l'aider à résoudre cette affaire.

Selon Libération, au moins 12 véhicules auraient été incendiés entre la nuit de jeudi et vendredi.

Angela Merkel «préoccupée»

Angela Merkel a condamné jeudi les incendies de voitures, appelant à un renforcement de la présence policière dans les lieux publics.

«Qu'est-ce que c'est que ce comportement ?», s'est emportée la chancellière Alle, se disant «préoccupée» par des actes qui «jouent froidement avec des vies humaines», lors d'une cérémonie célébrant les 60 ans de la police criminelle fédérale à Wiesbaden (ouest).

Aucune motivation politique, selon le maire

Au total, neuf voitures ont été incendiées dans la nuit de mercredi à jeudi, après 15 la nuit précédente.

«D'après les premiers résultats de l'enquête, il n'y a pas de motivation politique derrière les incendies actuels», déclare le ministre régional de Berlin, Ehrhart Körting, dans un entretien au quotidien Berliner Zeitung paru ce jeudi, alors que les Berlinois doivent élire le 18 septembre le nouveau gouvernement régional.

«Nous avons affaire à du pur vandalisme et à des actions criminelles», a de son côté estimé le maire actuel de la capitale allemande, Klaus Wowereit (SPD).

Les policiers mobilisés

Actuellement, une centaine de policiers sont mobilisés pour tenter de mettre fin à cette série, patrouillant avec l'aide d'un hélicoptère avec une caméra à infra-rouge, a précisé à l'AFP le commissaire Guido Busch.

En 2010, le nombre de véhicules incendiés à Berlin avait reculé à 54, contre 221 en 2009. Traditionnellement, les feux de voitures sont particulièrement nombreux le 1er mai dans les quartiers populaires de la ville, théâtres d'échauffourées entre militants d'extrême gauche et forces de l'ordre.

O.V. avec AFP
piqué au tas sur 20.minutes.fr - 19/08/2011

11:14 | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/12/2010

Le cracheur de feu

http://www.lavieengris.com/wp-content/uploads/2007/02/lecracheur.jpg

12:17 | Lien permanent | Commentaires (0) |

23/08/2010

La police face au "justiciable mécontent"...

Voitures de policiers municipaux dégradées à Bordeaux

Le garage des véhicules de la police municipale a été visité. La mairie estime le préjudice de 8 000 à 10 000 euros.

Extrait:

À l'avant et à l'arrière

En tout 15 voitures, 10 motos, 32 VTT et 28 scooters ont chacun eu leurs deux pneus crevés au cours de la nuit. Un à l'avant et un à l'arrière, systématiquement pour les voitures. Difficile pour l'instant de retracer le scénario de ces dégradations en série.

piqué sur www.sudouest.fr - 23/08/2010

 

Les commissariats ne sont plus des sanctuaires

Extrait :

Les délinquants ne reculent devant rien ! Samedi, à l’aube, l’un d’eux n’a pas hésité à pénétrer dans un commissariat, en l’occurrence celui de Nanterre dans les Hauts-de-Seine, et à incendier une voiture qui y était stationnée après une saisie. Le feu a gagné deux autres véhicules, de police cette fois, un fourgon et une voiture. Tous ont été entièrement calcinés. L’intrus visait une voiture particulière. Elle pourrait avoir servi à des trafiquants de stupéfiants. D’où l’hypothèse de la police : le véhicule a été brûlé pour effacer toutes traces d’ADN ou de drogue. L’homme, encagoulé, n’a été repéré qu’au moment où il quittait les lieux. Il semble être passé sans difficulté par un portail électrique qui était défectueux depuis plusieurs semaines, selon le syndicat Unité Police. Une enquête administrative a été ouverte.

piqué sur www.francesoir.fr - 23/08/2010

20:17 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/05/2010

Athènes A propos de l’incendie mortel de la Marfin Egnatia Bank

 

Les trois personnes décédées sont des employés de la banque Marfin Egnatia Bank. Il s’agit de Paraskeui Zoulia (35 ans), Aggeliki Papathanasopoulou (32 ans) et de Epameinondas Tsakalis (36 ans) : un homme et deux femmes, dont une était enceinte.

Cette banque est propriété du magnat grec Andreas Vgenopulos, surnommé le “nouvel Onassis”, est considéré comme un des hommes les plus riches du pays : propriétaire de Olympic Air et d’autres entreprises (Marfin Investment Group). On ne connaît pas encore les circonstances exactes de l’incendie. La porte d’entrée en bois aurait été touchée par un cocktail molotov et le feu se serait rapidement propagé dans les étages. D’après les témoins, les pompiers ont remarqué qu’il n’y avait pas d’extincteurs dans la banque et que la sortie de secours était fermée avec un cadenas ! Alors que le pays était paralysé par la grève générale, que dans tout le quartier les magasins avaient leurs rideaux baissés, il semble que dans cette banque les employés avaient été contraints de travailler.

Le syndicat des employés de banque (OTOE) a appelé ce soir à une journée de grève pour demain jeudi.

Dans une lettre publiée ce soir mercredi sur le site Indymedia d’Athènes, un employé de la Marfin Egnatia Bank fait une déclaration, demandant qu’elle soit rendue publique.

« Je me sens dans l’obligation vis-à-vis de mes collègues qui sont si injustement morts aujourd’hui de témoigner de quelques faits objectifs. J’envoie ce message à tous les médias. Ceux qui ont encore une conscience le publieront. Les autres peuvent continuer à jouer le jeu du gouvernement.

« Les pompiers n’ont jamais reçu de permis d’exploitation pour le bâtiment en question. L’accord avait été conclu sous la table, comme cela arrive dans presque tous les commerces et entreprises en Grèce.

« Le bâtiment en question n’a aucun mécanisme de sécurité incendie en place, ni de plans pour en installer – c’est-à-dire qu’il n’a ni gicleur au plafond, sortie de secours ou tuyaux d’incendie. Il n’y a que quelques extincteurs portatifs qui, évidemment, ne peuvent en rien aider en cas de feu important dans un bâtiment qui est construit avec des normes de sécurité largement dépassés.

« Aucune agence de la Marfin Bank n’a de membre de son équipe entrainé pour gérer un incendie, ni même dans l’utilisation des rares extincteurs. La direction utilise également les coûts élevés d’une telle formation comme un prétexte et n’a même pas pris les mesures les plus élémentaires pour protéger son personnel.

« Dans toutes les agences de la Marfin Bank, il n’y a jamais eu d’exercice d’évacuation des employés ni d’exercice d’interventions des pompiers pour prévenir de telles situations. Les seuls entrainements qui aient eu lieu à la Marfin Bank concernent les scénarios d’action terroristes et plus précisément, l’évacuation des hauts membres de la direction de leurs bureaux dans une telle situation.

« Le bâtiment en question n’a aucun accord en cas de feu, même sa construction est très sensible et le bâtiment était rempli de matériel du sol au plafond. Matériel qui est très inflammable, comme du papier, des plastiques, des fils électriques ou des meubles. L’architecture du bâtiment ne convient objectivement pas à l’accueil d’une banque.

« Aucun membre de la sécurité n’a une quelconque connaissance des premiers secours ou d’extinction d’incendie et de toutes les façons, ils sont la majeure partie du temps chargés de la sécurité du bâtiment. Les employés de la banque devaient se tourner vers les pompiers ou la sécurité de l’immeuble selon l’envie de M. Vgenopoulos [propriétaire de la Marfin Bank].

« La direction de la banque a formellement interdit les employés de quitter la banque aujourd’hui, bien qu’ils l’aient demandé avec insistance dès la première heure du matin – tandis qu’elle a aussi forcé les salariés à verrouiller les portes et a confirmé à plusieurs reprises par téléphone que l’établissement resterait fermé pendant la journée. Ils ont même bloqués les connections internet afin d’empêcher les employés de communiquer avec le monde extérieur.

« Depuis plusieurs jours, il y a eu une intimidation totale des employés concernant la mobilisation de ces jours : « soit vous travaillez, soit vous êtes viré ».

« Les deux policiers en civils qui sont affectés sur l’agence en question afin d’empêcher les vols ne sont pas venus aujourd’hui alors que la direction avait promis aux employés qu’ils seraient là.

« Enfin, messieurs, faites votre autocritique et cessez de faire semblant d’être choqué. Vous êtes responsable pour ce qui s’est passé aujourd’hui et dans n’importe quel État de droit (comme ceux que vous souhaitez utiliser de temps en temps comme les meilleurs exemples dans vos émissions de télévision) vous devriez avoir déjà été arrêté pour les raisons définies ci-dessus. Mes collègues ont perdus leurs vies aujourd’hui par préméditation : la préméditation de Marfin Bank et de M. Vgenopoulos qui a explicitement déclaré que quiconque ne viendrait pas travailler aujourd’hui [le 5 mai, journée de grève générale !] n’auraient pas à revenir le lendemain [car ils seraient virés] »

Ci-dessous, la vidéo de l’arrivée de M. Vgenopoulos dans l’agence incendiée quelques minutes seulement après la confirmation de la mort de trois employés. La foule crie « meurtier ! ». A la 43eme seconde, une des personnes rassemblée lui crie : « Combien de yachts possédez vous ? » et Vgenopoulos répond aves ses doigts : trois.

Article pris chez Indymédia Paris

 

a relire (en anglais)

PROBE

09:28 | Lien permanent | Commentaires (0) |

05/05/2010

grève nationale et manifestations dans tout le pays en Grèce + Lettre d'un employé de la banque grecque Marfin Bank + La fuite d'Andreas VGENOPOULOS

5 mai 2010 : grève nationale et manifestations dans tout le pays en Grèce

La manifestation athénienne contre les mesures gouvernementales et le FMI est massive. Les chiffres de 25 000 donnés par la police semble ridicules par rapport à la masse rassemblée sur Patission Avenue, dans le centre ville de la capitale. Les cortèges se suivent les uns après les autres. Leurs banderoles, outre le cyrillique, ne sont pas toujours lisibles pour l’observateur étranger. On trouve un M-L KKE mais aussi un KKE M-L, les uns seraient une branche maoïste fractionnaire du KKE (parti communiste grec), les autres une branche trotskiste, également fractionnaire. De nombreux autres partis d’extrême gauche ont constitué des cortèges très dynamiques. La jeunesse des manifestants y est frappante. Quelques cortèges, rares, rassemblent des migrants. Ce sont aussi les plus musicalement animés. L’envie d’en découdre avec les forces de l’ordre et avec le gouvernement est palpable. Nombreux sont les manifestants apparemment prêts à aller au conflit : ils arborent des masques en tous genres dont des masques à gaz, lunettes de piscine et les indispensables écharpes noires qui permettent aux anarchistes de garder leur anonymat sur les enregistrements visuels.

Alors que les manifestants piétinent vers 13h, à cause de l’engorgement rapide de l’avenue Patission, les premiers cortèges sont rapidement pris sous le feu des CRS grecs. En effet, des dizaines de militants anarchistes, répartis tout le long des cortèges, cassent des morceaux d’escaliers ou de façades, pour en faire des projectiles contre la police et surtout contre les banques et autres commerces choisis comme cibles politiques. Les débris s’amoncellent rapidement sur les côtés de la manifestation. La police ne charge pas, elle fait exploser des bombes sonores (on peut lire sur la bombe, après son explosion "non lethal technologies") et lance quantité de grenades lacrymogènes. Leur fumée est particulièrement âcre, pas grand chose à voir avec celles qu’on peut connaître en France. Des militants disent que l’Etat grec s’approvisionne en Israël et que ces grenades ne sont pas aux normes de sécurité. La preuve ? nombreux sont les manifestants malades. Certains s’évanouissent. D’autres chancellent et doivent être soutenus. Tous toussent, crachent et pleurent.

La cible politique du jour est le Parlement où doivent être ratifiées et signées les mesures annoncées par le gouvernement. La manifestation se scinde en deux pour contourner le jardin en contre-bas du bâtiment mais les CRS ne laissent passer personne. Les premières escarmouches sérieuses commencent : des cocktails molotov sont envoyés sur les policiers, dont certains prennent feu. La riposte est sévère. La fumée et les déflagrations des bombes sonores dispersent les manifestants. On ne voit plus autour de soi. Les mouvements de foule dispersent les cortèges. Les banderoles sont repliées. Une vraie guerre de position commence entre les CRS et les anarchistes, soutenus par des manifestants en colère. C’est la première fois que l’ensemble des personnes présentes soutiennent, applaudissent et acclament massivement l’action des anarchistes. Certains cortèges se déploient même stratégiquement pour protéger leur action. Les CRS ne plient pas, l’atmosphère devient irrespirable. La manifestation décide de contourner le blocage. La dispersion est à son comble. Et surtout la cible (le Parlement) manquée. On entend des cris de manifestants tout à fait ordinaires "brûlons le Parlement", "gouvernement assassin", "police, cochons, assassins" !

Alors que le contournement du blocage s’avère inefficace car la seconde route d’accès au Parlement est également bloquée par les CRS, une partie de la manifestation décide de continuer sur une grande avenue. Celle-ci réserve une surprise de taille : le ministère de l’économie. Ce fait n’échappe pas aux manifestants anarchistes qui se déchaînent sur la porte d’entrée à grands renforts de cocktail molotov. Le hall d’entrée prend feu et les flammes lèchent bientôt le premier étage. L’ensemble du bâtiment est rapidement touché. Etait-ce où étaient entreposées les archives de l’économie du pays ? Les plans du FMI ? Les manifestants qui entourent les anarchistes crient victoire et les acclament. Encouragés, ceux-ci cassent sans plus de retenue. Alors qu’un camion de pompiers arrive pour éteindre le feu, ils se jettent dessus, cassent les phares, arrachent le pare choc. Certains manifestants tentent de s’opposer "pas les pompiers !" mais c’est trop tard. les pompiers à l’intérieur du véhicule décide de le quitter. Les anarchistes y mettent le feu. Deux autres voitures brûlent, mais il ne semble pas qu’il s’agisse là de cibles favorites. Les vitrines de tous types de commerces volent désormais en éclat. Les CRS poursuivent les quelques 150 à 200 personnes restées avec les anarchistes. Avec l’arrivée de leur nouvel engin (les CRS, par deux, à moto), ce qu’il restait de manifestants se dispersent. C’est la fin de la casse.

En amont, des cortèges continent à manifester plus pacifiquement. Chants et slogans rythment leur marche. Mais la police les charge et les bombes sonores continuent à pleuvoir au milieu de la fumée des gaz lacrymo. On apprend que deux gardiens d’une banque sont morts et un pompier par asphyxie. Rumeur ! disent de nombreux manifestants. C’est pour mieux nous faire plier. Mais la rumeur est tenace, elle se répand très vite. La BBC dit, CNN dit, Reuters, AFP....on appelle les amis restés à la maison, qui pour une jambe dans le plâtre, qui pour garder son enfant (petite remarque de genre : ce sont les femmes évidemment qui gardent les enfants)....la rumeur semble confirmée, il s’agirait de 3 employés d’une banque à laquelle les anarchistes ont mis le feu (pas de pompier décédé). Mais beaucoup restent incrédules. Sur le chemin du retour, nous croisons des amis anarchistes, défaits...si c’est vrai disent-ils, il va falloir nous cacher.

Dernières nouvelles...répressives

Après la confirmation de la mort de trois employés de banque, les CRS ont envahi Exarchia, dans le centre ville d’Athènes, quartier où se trouvent la plupart des squats et des centres sociaux de la capitale. Les descentes de police sont massives et effectuées avec un objectif clair de représailles. Les ateliers et espaces de travail sont méthodiquement cassés et des dizaines de personnes sont arrêtées. Les militants sont sous le choc mais il n’y a aucun espace à l’abri où se réunir et faire le point.

A la télévision grecque, des morceaux choisis (casse, flammes) de la manifestation passent en boucle. Le gouvernement dit que toutes les méthodes seront mises en oeuvre pour trouver les coupables. L’ensemble des manifestants est assimilé aux casseurs. La répression s’abat sur le mouvement social grec, qui démarrait pourtant à peine, après un 1er mai combatif, prolongé par un 5 mai massif. Il paraît à cette heure logique que le gouvernement instrumentalisera le drame pour empêcher toute protestation sociale future.

Jean Castillo - Indymédia Paris - 05/05/2010


An employee of the burnt bank speaks out on tonight’s tragic deaths in Athens – please spread

Article de After the Greek Riot - 05/05/2010

La fuite d'Andreas VGENOPOULOS -Marfin bank - Athènes

22:04 | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/04/2010

Travailler plus pour gagner plus : deviens pompier pyromane !

Incendies suspects à Riedisheim : quatre pompiers volontaires en détention

Les cinq jeunes gens suspectés d’être impliqués dans une série d’incendies d’origine suspecte dans le secteur de Riedisheim (notre édition de samedi), ont été déférés au tribunal de Mulhouse à l’issue de leur garde à vue, samedi matin.
Quatre d’entre eux ont reconnu, partiellement ou totalement, les faits qui leur étaient reprochés, et le cinquième a affirmé qu’il n’était pas impliqué, a indiqué hier une source proche de l’enquête.
A l’issue d’une audience du juge des libertés et de la détention, qui s’est déroulée à huis clos, ils ont tous été placés en détention provisoire. Quatre d’entre eux sont sapeurs-pompiers volontaires, le cinquième est un de leurs amis.
Une information judiciaire a été ouverte pour incendies volontaires. Elle porte sur une dizaine de faits, dont des incendies de voiture, une grange désaffectée et des palettes devant une épicerie, commis sur une période de 12 à 18 mois dans le secteur de Riedisheim.
L’enquête, conduite par les policiers de la brigade des violences urbaines (BVU) de Mulhouse, se poursuit.

Article du journal L'Alsace - 24/04/2010 à 20h50

 

Des pompiers pyromanes ?

Cinq pompiers volontaires âgés d'une vingtaine d'années sont placés en garde à vue depuis jeudi au commissariat de Mulhouse. Ils seront déférés dans la journée devant le parquet. Ils seront l'objet d'une information judiciaire. Des feux de poubelles, de bennes, de végétaux ou tout récemment des feux de palettes stockées devant un magasin de produits italiens, depuis quelques mois Riedisheim a vu son activité « faitdiversiaire » augmenter. Un phénomène de société, une dérive de l'incivilité pourrait-on penser. ...
Article du journal les DNA - 24/04/2010 - Alain Cheval

 

 

Quatre pompiers pyromanes emprisonnés à Mulhouse

Ils ont reconnu avoir allumé une douzaine d’incendies depuis 2008 dans la banlieue de Mulhouse. Quatre pompiers volontaires et un de leurs camarades ont été mis en examen pour incendie volontaire et placés sous mandat de dépôt…

Âgés de 18 à 21 ans, les quatre jeunes hommes ont été peu prolixes sur les motivations de leurs gestes. Il ne s’agit pourtant pas d’un acte isolé. Les quatre hommes et un de leurs camarades ont reconnu avoir allumé une douzaine de feux à Riedisheim (Haut-Rhin), dans la banlieue de Mulhouse, depuis 2008. Brûlant notamment des voitures, une grange, des poubelles et des palettes de bois devant un commerce. Avant d’aller les éteindre.

Article du site France Info - 24/04/2010

 

Quatre pompiers pyromanes mis en examen à Mulhouse

Quatre pompiers volontaires de Riedisheim (Haut-Rhin) et un de leurs camarades ont été mis en examen samedi à Mulhouse pour incendie volontaire et placés sous mandat de dépôt, a-t-on appris auprès du parquet.

Agés de 18 à 21 ans, ils ont reconnu avoir allumé une douzaine d'incendies depuis 2008 dans cette commune de la banlieue de Mulhouse, brûlant notamment des voitures, une grange, des poubelles et des palettes de bois devant un commerce.

C'est la rumeur publique qui a alerté leur chef de corps et la municipalité. "L'un d'eux se serait vanté de ses exploits", a dit à Reuters le procureur de Mulhouse, Jean-Pierre Allachi.

On ignore, à ce stade, quelles étaient leurs motivations a-t-il ajouté.

Article du journal L'Express - 24/04/2010

 

brownsugar.jpg

 

12:22 | Lien permanent | Commentaires (5) |

13/06/2009

Open source et écran de fumée Ibis Strasbourg anti Otan

policier+ ss (Large).jpg

 

« Des personnes responsables de dégradations et de vols commis à proximité de l’hôtel incendié ont pu être identifiées », a expliqué hier Éric Voulleminot, directeur interrégional de la police judiciaire (DIPJ) de Strasbourg. Grâce notamment « aux images récupérées auprès des services de police et de gendarmerie, mais aussi auprès de particuliers, de journalistes et sur Internet. »

À l’étranger

« L’enquête se poursuit sur le territoire national et à l’étranger », a encore précisé le DIPJ de Strasbourg. En parallèle, selon les deux policiers, des enquêtes internes sont en cours par l’Inspection générale de la police nationale concernant l’attitude des forces de l’ordre pendant la manifestation du 4 avril.

G.D-A. source DNA

 

Source / auteur : SUD Etudiant

Arrestation d’une militante pour cause de fumée : à quand les barbecue syndicaux comme arme de destruction massive ?

mis en ligne vendredi 12 juin 2009 par jesusparis


Hier midi, une militante de Sud Étudiant a été placée en garde à vue au sujet des « violences en marge du contre-sommet de l’Otan », elle fut relâchée peu avant minuit, après que les forces de l’ordre aient perquisitionné son domicile. Les autorités enquêtant depuis plusieurs semaines sur l’incendie d’un hôtel lors du contre-sommet de Strasbourg en avril dernier ont souhaité entendre notre camarade. Les causes de cette mise en garde à vue sont plus que douteuses. Notre camarade, lors de la manifestation du samedi 4 avril, avait reçu un projectile au visage, l’obligeant à se rendre aux urgences. Elle fut admise en Allemagne, et sorti dans la nuit du samedi au dimanche.

Les autorités allemandes ont communiqué par la suite à la police françaises le nom de cette militante de Sud Étudiant, qui lorsqu’elle fut admise aux urgences, « sentait la fumée » à leurs dires... Dans le cadre de l’enquête sur l’incendie de l’hôtel, le ministère de l’intérieur semble vouloir entendre mais aussi placer d’office comme « participants aux affrontements » toutes les personnes présentent aux manifestations de Strasbourg, surtout si ces dernières « sentent la fumée » !

Il faut préciser à ce sujet qu’avant le départ officiel de la manifestation du 4 avril, un certain nombre d’affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre. Un ancien poste de douane a notamment prit feu non loin du départ de la manifestation, il était donc assez difficile d’échapper aux odeurs de fumée...

Le ministère de l’intérieur a d’ores et déjà félicité les enquêteurs strasbourgeois pour « leur minutieux travail ». Six personnes ont été interpellées hier à Strasbourg pour leurs liens présumés avec les affrontements lors du contre sommet de l’OTAN. De plus, un des organisateurs du sommet, qui a notamment négocié le parcours de la manifestation du 4 avril à lui aussi été interpellé il y a quelques jours. Encore une fois, les autorités cherchent des responsables, et n’en trouvant pas, en inventent de toute pièce. Sous des motifs inexistants, avec comme simple preuve la présence sur les lieux, les forces de l’ordre se permettent d’interpeller et de placer en garde à vue militant-es politiques ou syndicaux, manifestant-es et opposant-es au régime actuel. Le ministère tente ici à nouveau de faire passer ceux et celles qui luttent pour des criminels.

La Fédération des Syndicats Sud Étudiant estime que la gestion par les forces de polices du contre sommet de Strasbourg et ses suites a été calamiteuse. Le dispositif policier en place lors du contre sommet n’a eu qu’une utilité : empêcher toute manifestation de se tenir. C’est pourquoi aujourd’hui, alors que la liberté de manifester a été largement bafouée la police en vient à arrêter toute personne ayant pu prendre part au contre sommet. La police a encore démontrée son incompétence hier : il ne reste plus qu’à arrêter les quelques milliers de personnes qui ont participé aux manifestations de Strasbourg !

 

 

photo toit Ibis vue hélico.jpg

 

 

Super blog : Ecran très spécial

http://tvbruits.org/spip.php?article1180


Cet après midi,13h30 la manif, la grosse, l’immense promise…Dès le début, j’aime pas, je m’ennuie.

Des blackblocs s’en prennent à un réverbère sur lequel est fixée une caméra de surveillance. Tous sont masqués, soit avec un foulard, soit avec des masques blancs, ce qui, sur leurs ensembles noirs est d’un effet troublant… Mi -ange mi démon. En tout cas ils s’y prennent assez mal, ou alors, c’est le réverbère qui résiste bien.

Ils ont fixé une corde en haut du réverbère, et n’arrivent pas à le faire plier. Moi qui suis un grand analyste, j’y vois là une métaphore de leur impuissance. Ils n’arrivent pas à tirer ensemble, et au bon moment. Il aurait suffit, qu’un des leurs, donne l’ordre de tirer au moment exact où le réverbère revenait vers eux, à la longue, par accumulation le réverbère aurait cédé… Mais voilà, ils tirent n’importe comment, mais ils tirent…. Pour rien, en fait…

Il s m’empêchent de filmer, un peu plus tard l’un d’eux détruira l’objectif d’un camescope d’un coup de tournevis. Je n’insiste pas…

Un peu plus bas c’est la grande scène où les orateurs gueulent dans le micro contre l’Otan, comme si , plus on poussait la sono plus le message était efficace… C’est totalement abrutissant, mais comme d’habitude c’est satisfaisant pour celui qui s’excite la main sur le micro. Les quelques femmes que j’ai vues semblaient avoir une façon plus pondérée d’intervenir…

Pendant que le Sofitel où logent des flics brûle, et que d’autres flics, (ou les mêmes ?) commencent à arroser avec les lacrymos… La manif démarre… et ça va être le grand n’importe quoi.. Il semblerait qu’hurler dans un micro perché sur une scène, est bien plus facile que de gérer des milliers de manifestants pas tous propres sur eux, c’est vrai… et alors ?

Là aussi, après un certains temps, sentant que la souricière, je range la caméra et nous essayons de fuir , en longeant la voie ferrée, le long d’un canal. Mais c’est une impasse, il faut retourner dans la souricière et en ressortir au bon vouloir des flics qui voyant que ceux et celles qui sont là ont des bonnes têtes nous laissent partir au compte goutte…

 

établissement coupés devant Ibis.jpg



 

10:53 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu