Avertir le modérateur

13/11/2010

Coefficient balistique : un pompier blessé par balle

Un sapeur-pompier blessé par balle à la Villeneuve

Un sapeur-pompier professionnel âgé de 24 ans a été blessé par balle, hier soir, dans le quartier de La Villeneuve à Grenoble alors qu’il éteignait un feu de voiture, avec plusieurs de ses collègues.

Alertés par des témoins vers 22?h?30 qu’un véhicule stationné devant le 170 galerie de l’Arlequin était en train de brûler, les sapeurs-pompiers du centre opérationnel d’incendie et de secours de l’Isère avaient aussitôt dépêché sur place leurs collègues du centre de secours de Saint-Martin-d’Hères “dans un contexte relativement calme, alors qu’aucune tension particulière ne semblait régner dans le quartier”, indiquait un secouriste, hier soir. Alors que les soldats du feu étaient en pleine intervention et qu’aucun incident notable n’était jusque-là survenu, l’un d’eux a subitement ressenti une vive douleur au bras et s’en est plaint auprès de l’un de ses supérieurs. C’est en y regardant de plus près que ce dernier s’est aperçu que le jeune homme avait été atteint d’un projectile au bras.

On ignore d’où le tireur a visé le secouriste

La victime n’a apparemment pas vu le tireur qui l’a visée et n’a pas plus distingué l’endroit d’où ce dernier a agi. Une équipe du SAMU 38 a alors été sollicitée et le blessé a pu être médicalisé sur place avant d’être transporté à l’hôpital Michallon de Grenoble-La Tronche. On ignorait, hier soir, le calibre de l’arme utilisée mais les blessures dont souffre le jeune homme semblaient heureusement superficielles, hier soir. Les policiers grenoblois (évidemment informés de ces faits d’une extrême gravité) se sont immédiatement rendus sur les lieux pour procéder aux constatations et ont ouvert une enquête afin d’identifier le tireur.

par Vanessa LAIME

piqué au tas sur le daubé - 13/11/2010

Grenoble : un pompier blessé par balle

Un pompier de 24 ans a été blessé par balle vendredi soir à Grenoble. Alors qu'il était en train d'éteindre un feu de voiture avec plusieurs autres soldats du feu, l'homme a été touché au bras. Immédiatement hospitalisé, il ne serait que «légèrement blessé», indique ce samedi matin la préfecture de l'Isère.

Les faits se sont déroulés vers 22h30 quand un coup de feu, dont on ignorait encore l'origine exacte, a «perforé le biceps» du jeune homme, selon la préfecture qui a confirmé une information du Dauphiné Libéré.

En outre, la voiture des policiers, qui accompagnent systématiquement les pompiers en intervention dans ce quartier sensible, a essuyé deux impacts de balles, respectivement «sur le capot et sur la plaque d'immatriculation».

Par d'interpellation

Secourus par ses collègues, le pompier blessé a été emmené à l'hôpital d'où il devait sortir samedi dans la matinée, son état de ayant été «jugé satisfaisant».

Aucune interpellation n'a eu lieu à la suite de cet incident, selon la direction départementale de la sécurité publique, qui notamment pour déterminer «le type d'armes utilisé». L'ambiance restait également «calme» dans le quartier.

L'agression a eu lieu dans le quartier de la Villeneuve, à l'endroit où des policiers avaient été visés lors d'émeutes consécutives à la mort d'un braqueur de casino en juillet.

piqué au tas sur leparisien.fr - 13/11/2010

09:46 | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/08/2010

Pompiers violentés par la police et caricature de discours sécuritaire à Nice

Les événements survenus à Nice le 16 juillet 2010 n'ont guère intéressé les médias nationaux qui se sont centrés au même moment sur l'émeute du quartier La Villeneuve à Grenoble. Ils sont peut-être pourtant révélateurs du « laboratoire national de la sécurité » que cherche à réaliser à Nice le maire, Christian Estrosi, qui voudrait devenir ministre de l'Intérieur. En témoignent, par exemple, le couvre-feux pour les mineurs de moins de 13 ans décidé dès décembre 2009, de même que le récent plan d'équipement qui fera de Nice la ville la plus vidéosurveillée de France. En témoigne aussi sans doute une façon générale de gérer les problèmes sociaux et de pratiquer le « dialogue social ». Que s'est-il donc apparemment passé le 16 juillet ?

Lire la suite de cet article...

 


 


07:54 | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/04/2010

Travailler plus pour gagner plus : deviens pompier pyromane !

Incendies suspects à Riedisheim : quatre pompiers volontaires en détention

Les cinq jeunes gens suspectés d’être impliqués dans une série d’incendies d’origine suspecte dans le secteur de Riedisheim (notre édition de samedi), ont été déférés au tribunal de Mulhouse à l’issue de leur garde à vue, samedi matin.
Quatre d’entre eux ont reconnu, partiellement ou totalement, les faits qui leur étaient reprochés, et le cinquième a affirmé qu’il n’était pas impliqué, a indiqué hier une source proche de l’enquête.
A l’issue d’une audience du juge des libertés et de la détention, qui s’est déroulée à huis clos, ils ont tous été placés en détention provisoire. Quatre d’entre eux sont sapeurs-pompiers volontaires, le cinquième est un de leurs amis.
Une information judiciaire a été ouverte pour incendies volontaires. Elle porte sur une dizaine de faits, dont des incendies de voiture, une grange désaffectée et des palettes devant une épicerie, commis sur une période de 12 à 18 mois dans le secteur de Riedisheim.
L’enquête, conduite par les policiers de la brigade des violences urbaines (BVU) de Mulhouse, se poursuit.

Article du journal L'Alsace - 24/04/2010 à 20h50

 

Des pompiers pyromanes ?

Cinq pompiers volontaires âgés d'une vingtaine d'années sont placés en garde à vue depuis jeudi au commissariat de Mulhouse. Ils seront déférés dans la journée devant le parquet. Ils seront l'objet d'une information judiciaire. Des feux de poubelles, de bennes, de végétaux ou tout récemment des feux de palettes stockées devant un magasin de produits italiens, depuis quelques mois Riedisheim a vu son activité « faitdiversiaire » augmenter. Un phénomène de société, une dérive de l'incivilité pourrait-on penser. ...
Article du journal les DNA - 24/04/2010 - Alain Cheval

 

 

Quatre pompiers pyromanes emprisonnés à Mulhouse

Ils ont reconnu avoir allumé une douzaine d’incendies depuis 2008 dans la banlieue de Mulhouse. Quatre pompiers volontaires et un de leurs camarades ont été mis en examen pour incendie volontaire et placés sous mandat de dépôt…

Âgés de 18 à 21 ans, les quatre jeunes hommes ont été peu prolixes sur les motivations de leurs gestes. Il ne s’agit pourtant pas d’un acte isolé. Les quatre hommes et un de leurs camarades ont reconnu avoir allumé une douzaine de feux à Riedisheim (Haut-Rhin), dans la banlieue de Mulhouse, depuis 2008. Brûlant notamment des voitures, une grange, des poubelles et des palettes de bois devant un commerce. Avant d’aller les éteindre.

Article du site France Info - 24/04/2010

 

Quatre pompiers pyromanes mis en examen à Mulhouse

Quatre pompiers volontaires de Riedisheim (Haut-Rhin) et un de leurs camarades ont été mis en examen samedi à Mulhouse pour incendie volontaire et placés sous mandat de dépôt, a-t-on appris auprès du parquet.

Agés de 18 à 21 ans, ils ont reconnu avoir allumé une douzaine d'incendies depuis 2008 dans cette commune de la banlieue de Mulhouse, brûlant notamment des voitures, une grange, des poubelles et des palettes de bois devant un commerce.

C'est la rumeur publique qui a alerté leur chef de corps et la municipalité. "L'un d'eux se serait vanté de ses exploits", a dit à Reuters le procureur de Mulhouse, Jean-Pierre Allachi.

On ignore, à ce stade, quelles étaient leurs motivations a-t-il ajouté.

Article du journal L'Express - 24/04/2010

 

brownsugar.jpg

 

12:22 | Lien permanent | Commentaires (5) |

30/07/2009

Emois chez les pompiers = pyromanes + escroc

AJACCIO (AFP) - 29/07/09 19:41
Corse: 2 pompiers volontaires mis en examen et écroués pour incendies volontaires

Deux jeunes pompiers volontaires soupçonnés d'incendies volontaires ont été mis en examen mercredi à Ajaccio pour "destructions volontaires par incendies" et "association de malfaiteurs" et incarcérés, a-t-on appris de source judiciaire.

"Tous deux ont reconnus les faits et donné des détails. Une de leurs mises à feu a nécessité l'intervention d'un Canadair. Ils ont été placés en détention et une information judiciaire a été ouverte pour "destructions volontaires par incendies de bois, landes, maquis ou forêts dans des conditions de nature à exposer les personnes à des dommages corporels" et "association de malfaiteurs", a indiqué à l'AFP le procureur général, Paul Michel.

Ces crimes sont passibles de la cour d'assises et la peine maximale encourue est de 15 ans de réclusion criminelle, a-t-il précisé.

"Leur geste (des mises à feu réalisées les 8 et 14 juillet, ndlr) semble avoir une motivation financière, les interventions effectuées de nuit voyant leur rémunération majorée", a précisé le procureur.

"Pour leurs sorties ces deux nuits, ils ont touché exactement 19 euros et 38 euros chacun, la sortie effectuée la nuit de la Fête nationale étant comptée double", a précisé à l'AFP le commandant Bruno Maestracci, adjoint au directeur des pompiers de Corse-du-sud.

L'un des deux pompiers volontaires, âgé de 22 ans, est chômeur. L'autre, âgé de 25 ans, a été un temps employé municipal. Ils sont originaires d'Afa et Rosazia, deux villages de la région d'Ajaccio.

Les mis en examen --dont l'identité n'a pas été communiquée-- ont été interpellés lundi à quelques heures d'intervalle en Corse-du-Sud et suspendus mardi par leur hiérarchie "à titre conservatoire".

Cette double arrestation, intervenue alors que les pompiers luttaient encore contre un des trois incendies qui ont détruit plus de 6.000 hectares de maquis et forêt, avait semé la consternation dans leurs rangs.

Au total, huit incendiaires présumés ont été arrêtés dans les deux départements corses en un peu plus d'une semaine.

Deux d'entre eux, de jeunes éleveurs de Haute-Corse, ont été condamnés lundi à Bastia, l'un à 2 ans de prison ferme, l'autre à 8 mois ferme pour destructions volontaires par incendies. Ils ont été écroués.

Sur le front des incendies, l'avion Dash a largué comme prévu du retardant de 09H00 à 16H00 sur le flanc de la montagne faisant face à Aullène, où un feu brûle depuis six jours, "dans le but de freiner l'activité du sinistre sur les lisières", a indiqué le commandant Maestracci.

Plusieurs passages de Canadair ont été effectués aux abords du col de la Vaccia pour éviter les reprises de feu, a-t-il ajouté.

Depuis mardi soir, l'officier juge le sinistre "sous contrôle, mais fixé seulement" sur les hauteurs du col de la Vaccia, au nord de la vallée, et éteint au sud, avant le col de Siu.

Les pompiers sont aussi intervenus dans la vallée de l'Ortolo, entre Sartène et Bonifacio, pour éviter des reprises d'incendie.

 

AJACCIO, 28 juil 2009 (AFP) - 28/07/09 07:02
Corse-du-Sud: deux incendiaires présumés interpellés lundi sont pompiers volontaires

Deux incendiaires présumés qui ont été interpellés lundi à quelques heures d'intervalle en Corse-du-Sud, étaient pompiers volontaires, a-t-on appris mardi matin de sources concordantes.

"L'arrêté n'a pas encore été signé mais ils vont être suspendus mardi dans la matinée", a réagi auprès de l'AFP le commandant des pompiers Bruno Maestracci qui s'est déclaré "consterné par cette affaire".

"Ils ont mis le feu alors qu'ils étaient chargés au contraire de lutter contre les incendies et de protéger les biens et les personnes. Si les faits sont avérés, ils méritent d'être lourdement condamnés", a-t-il ajouté.

Le commandant a souligné qu'"il fallait faire la différence entre les pompiers dévoués qui combattent, à Aullène (au nord-est de Sartène) notamment, depuis six jours, et des éléments qui ne correspondent ni à l'éthique, ni aux valeurs des sapeurs-pompiers, dont la devise", a-t-il rappelé, est "honneur, courage et dévouement".

Le commandant Maestracci a souligné à ce propos que que "deux pompiers, à Peri et à Sartène, ont perdus l'ensemble de leurs biens en protégeant ceux des autres".

Un des deux hommes, interpellé à son domicile lundi et placé en garde à vue par les gendarmes de la brigade de recherches d'Ajaccio a reconnu avoir procédé à des mises à feu - rapidement éteintes par les pompiers - au nord d'Ajaccio les 8 et 14 juillet.

Dans la même affaire, un second incendiaire présumé a été interpellé en fin de matinée à Sari d'Orcino (Corse-du-Sud).

Ces interpellations portent à huit le nombre des incendiaires présumés arrêtés dans les deux départements corses en un peu plus d'une semaine.

Deux d'entre eux, de jeunes éleveurs de Haute-Corse, ont été condamnés lundi à Bastia, l'un à deux ans de prison ferme, l'autre à huit mois ferme pour destructions volontaires par incendies. Ils ont été écroués.

Près de 6.000 hectares de végétation ont été détruits depuis jeudi dans trois incendies, près d'Aullène, autour de Peri près d'Ajaccio et entre Sartène et Bonifacio. Les deux derniers sont fixés et sous surveillance.

 

 

 

Un marin-pompier écroué pour vols et escroquerie à Marseille

NOUVELOBS.COM | 23.05.2009 |

Ce Marseillais de 33 ans subtilisait les numéros de cartes de crédit de victimes d'homicide qu'il venait secourir pour effectuer des commandes en ligne.

Un marin-pompier de Marseille a été mis en examen et écroué vendredi 22 mai pour "vols par personne chargée d'une mission de service public" et "escroquerie", a-t-on appris de source judiciaire et auprès des marins-pompiers, confirmant une information de la radio France Bleu Provence. Agé de 33 ans, l'homme est chauffeur ambulancier depuis 2000 au sein du bataillon des marins-pompiers appartenait à la caserne de Plombières (3e arrondissement).

Escroquerie


Il aurait subtilisé, au cours d'au moins deux interventions, le numéros de cartes de crédit de victimes d'homicide ou de suicide ainsi que leurs cryptogrammes. Il les utilisait ensuite pour effectuer des commandes en ligne de matériel électronique. Pour les vols par personne chargée d'une mission de service public et l'escroquerie, la peine maximale encourue est de 5 ans, a-t-on précisé.
Il lui est également reproché d'avoir pénétré sur des sites afin de récupérer des numéros de cartes bancaires. Ces délits, qualifiés d'"acquisition et de détention de données permettant la contrefaçon de cartes de paiement", sont passibles d'une peine de sept ans d'emprisonnement.
"Si les faits sont avérés, le statut des militaires prévoit des sanctions qui peuvent aller jusqu'à la radiation, c'est-à-dire la résiliation de son contrat", a déclaré à l'AFP un porte-parole des marins-pompiers. "On subit la situation vis-à-vis de cette personne qui a trahi son contrat", a-t-il également affirmé. "Le vol est impardonnable dans un service de secours".
(Nouvelobs.com avec AFP)

09:22 | Lien permanent | Commentaires (2) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu