Avertir le modérateur

17/12/2012

STRASBOURG - Pinar Selek « reste debout »

« La justice veut fatiguer les gens qui me soutiennent. ». Après 14 ans de procédure judiciaire, deux passés en prison et 3 acquittements, Pinar Selek devrait être fixée le 24 janvier, son procès ouvert jeudi ayant été reporté.
Réfugiée à Strasbourg, où elle mène une thèse sur les mouvements sociaux en Turquie et dispose de nombreux soutiens, la sociologue turque risque la condamnation à perpétuité pour « terrorisme » concernant une explosion dans un bazar d'Istanbul en 1998, pour laquelle les rapports d'expertises parlent de fuite de gaz. Pinar Selek a été arrêtée par la police turque et subi « une dure torture pour que je donne les noms des militants du PKK* que j'ai rencontré pour mes recherches »,raconte celle qui n'a rien perdu de son militantisme. « ça me déchire, mais je suis une résistante, je reste debout. Je suis fatiguée mais pas morte ! »A.I.

piqué au tas sur 20minutes.fr-strasbourg - 17/12/2012

15:31 | Lien permanent | Commentaires (0) |

11/05/2011

Turquie : Ferhat Gerçek et 46 personnes dont des membres du groupe Yorum arrêtés

OPERATION WITH GAS GRENADES IN ISTANBUL
46 people, including three members of music band Yorum, were detained in an operation staged with gas grenades on DHKP-C (The Revolutionary People's Liberation Party/Front) in Istanbul. Ali Araci and Caner Bozkurt from Yorum were released with the directives of prosecutor.

piqué au tas sur www.worldbulletin.net

 

Un sit-in a été organisé à Vatan Street en face de la Direction de la sûreté d'Istanbul dès 23h00 hier soir.

 

Turquie: Coup de filet de la police antiterroriste

Mis à jour le 10.05.11 à 14h24

La police antiterroriste turque a arrêté 34 personnes ce mardi avant l'aube à Istanbul lors d'interventions visant des organisations soupçonnées de liens avec un groupe d'extrême gauche interdit, ont rapporté les agences de presse turques.

La police a lancé trois raids simultanés contre les locaux de l'Organisation Okmeydani des droits de l'Homme et des libertés, la fédération des jeunes de cette organisation et le Centre culturel Idil.

Un avocat des suspects a déclaré à l'agence de presse Dogan que ces derniers étaient soupçonnés de liens avec le mouvement d'extrême gauche DHKP-C, accusé d'avoir commis en 2001 un attentat suicide sur la place Taksim. Deux policiers et un touriste étaient morts dans cet attentat dans le centre d'Istanbul.

Reuters

piqué au tas sur 20minutes.fr - 11/05/2011

La démocratie turque à l’œuvre: deux paraplégiques torturés par la police

Bahar Kimyongür
Bruxelles, le 10 mai 2011

Vous vous en souviendrez, le 7 octobre 2007, Ferhat Gerçek, un tout jeune militant alors âgé de 17 ans avait été la cible des balles de la police à Istanbul parce qu'il distribuait "Yürüyüs", un hebdo de gauche. Cet attentat policier l'avait handicapé à vie. Il se déplace depuis en chaise roulante. Sept policiers ont été poursuivis dans cette affaire. Mais l'enquête est systématiquement sabotée par la machinerie judiciaire : il y a quelques mois, le T-shirt transpercé et ensanglanté de Ferhat a curieusement disparu alors qu'il était consigné au greffe. Et le 6 mai dernier, c'est carrément la balle fatale du policier qui s'est évaporée. Mais le pire dans cette histoire est à venir. Tout mutilé et victime qu'il est, Ferhat est lui aussi poursuivi. La police l'accuse d'avoir enfreint la loi sur les rassemblements et de rébellion. Alors qu'une peine de 10 ans de prison est requise contre les policiers, Ferhat, lui, est menacé de 15 ans de prison !
Mais Ferhat n'est toujours pas au bout de ses peines. La nuit dernière, la police antiterroriste a mené une vaste opération dans plusieurs quartiers d'Istanbul. Officiellement, le but de cette opération était de neutraliser des militants de l'organisation marxiste clandestine DHKP-C (Parti-Front révolutionnaire de libération du peuple). La réalité est que les 46 personnes arrêtées sont toutes actives dans des associations de quartier et des centres culturels. Parmi celles-ci, il y avait Ferhat.
Ferhat se trouvait à l'Association pour les droits et les libertés du quartier d'Okmeydani lorsque des dizaines de policiers armés ont surgi de nulle part. Ils l'ont éjecté de sa chaise roulante et roué de coups. Couché à plat ventre et ne pouvant bouger, Ferhat n'ai rien vu si ce n'est les bottes des policiers. Ils l'ont ensuite menotté et traîné au sol tandis que d'autres lui assénaient des coups de pieds. Ses camarades ont été eux aussi passés à tabac. Certains, dit-il, avaient le visage couvert de sang. Tandis que ses compagnons étaient emmenés au commissariat, Ferhat a été gardé en garde à vue, les bras menottés dans le dos, dans les locaux de son association. Il a fallu l'intervention de son avocat pour qu'il puisse retrouver sa liberté. En sortant de sa garde à vue improvisée, Ferhat a croisé un autre camarade paralysé. Atteint d'un syndrome cérébelleux et condamné lui aussi à la chaise roulante, Irfan Yilmaz a subi un sort guère plus enviable. Il a d'abord été rossé alors qu'il était assis et inerte, puis il a subi une véritable séance de torture après avoir été jeté à terre.
A la lecture d'une telle débauche de violence, on peut légitimement être interloqué par le silence assourdissant des médias occidentaux face à la terreur que fait régner une police turque qui se comporte désormais en milice privée de la confrérie religieuse des Nourdjou (Nurcu), elle-même télécommandée par le prédicateur Fetullah Gülen exilé aux États-Unis.
Comme le fait remarquer Me Taylan Tanay, le président stambouliote de l'Association des juristes progressistes (CHD) et avocat de Ferhat Gerçek, l'AKP et sa police font systématiquement régner la terreur dans les quartiers déshérités, prenant pour cible les pauvres, les Kurdes et la gauche révolutionnaire. De nombreuses sources indépendantes confirment cette augmentation du terrorisme d’État dans les rues d'Istanbul, de Diyarbakir ou de Hakkari.
Les médias occidentaux si prompts à rapporter le moindre détail des exactions commises en Libye ou en Syrie sont pourtant si peu loquaces s'agissant des victimes du terrorisme de l’État turc, surtout si les victimes sont "d'extrême-gauche".
Et qu'en est-il des autres "terroristes" arrêtés nuitamment ?
Certains d'entre eux sont enseignants, syndicalistes, cinéastes ou musiciens. On compte même trois membres du Grup Yorum, un groupe musical ethno-rock très populaire en Turquie.
En juin dernier, Grup Yorum, connu et apprécié pour son répertoire et ses actions politiques mais persécuté depuis sa création en 1985, est parvenu à remplir un stade de football. Le 17 avril dernier, près de 150.000 personnes ont assisté à un concert de ce groupe organisé sans le moindre sponsor. Du jamais vu en Turquie. Malgré la censure et la répression, Grup Yorum a vendu près de 3 millions d'albums. Du jamais vu aussi. Ce groupe se situe pourtant dans une mouvance révolutionnaire turque qui connut ses heures de gloire dans les années 60, 70 et 90 mais qui, depuis, a été laminée par les juntes militaires et les escadrons de la mort. Aujourd'hui, dans les bas-quartiers et les bidonvilles de Turquie, le marxisme révolutionnaire et le discours de classe semblent timidement regagner le terrain conquis par un Islam ultralibéral et farouchement anticommuniste, fabriqué dans les hautes sphères de l'Etat par des généraux prétendument laïques, avec l'appui de la tentaculaire confrérie de Fetullah Gülen.
Manifestement, l'AKP, en campagne contre ses opposants de tout bord, depuis les kémalistes jusqu'aux autonomistes kurdes en prévision des législatives du 12 juin prochain, digère mal les récents soubresauts de cette gauche extraparlementaire qui, le 1er mai dernier, a réussi à mobiliser des centaines de milliers de travailleurs, de chômeurs et d'étudiants sur la place Taksim à Istanbul. Si une grande partie de cette gauche-là ne participe pas aux élections pour des raisons stratégiques, ses mobilisations populaires et radicales n'en inquiète pas moins les élites turques.
Ces élites que l'on a cesse d'ériger en "modèle" pour le monde arabe et musulman. Un modèle ? Mieux encore: l'AKP, c'est un pic, c'est un cap. Que dis-je, c'est une "étoile polaire" ! Cette dernière formule élogieuse sort en réalité de la bouche même de M. Tayyip Erdogan alias Mister One Minute, chevalier de Davos et héraut de la "démocratie avancée". Seulement voilà, pour l'heure, les seules étoiles que les démocrates turcs et kurdes aperçoivent dans leur ciel assombri, ce sont celles des shérifs de l'AKP.

courriel du 11/05/2011

09:47 | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/06/2010

Les florissants commerces entre la Turquie et Israël

Quel avenir pour le couple Turquie-Israël ?

 

Dès la fin de la guerre froide, la Turquie et Israël ont établi un partenariat stratégique. L’arrivée au pouvoir de l’AKP en Turquie et d’un gouvernement peu enclin au compromis en Israël, combinée à la nouvelle donne géopolitique du Proche-Orient, ont vidé ce partenariat de sa substance. Il est désormais plus une contrainte qu’un atout pour la nouvelle politique étrangère turque. Les deux pays ont pourtant intérêt à préserver les apparences et à maintenir ce partenariat a minima.

Pierre Razoux est responsable de recherches au Collège de défense de l’OTAN à Rome, en charge du dossier du Proche-Orient. Il a récemment publié Histoire de la Géorgie. La clé du Caucase (Paris, Perrin, 2009) et Tsahal, nouvelle histoire de l’armée israélienne (Paris, Perrin, 2008).


article de Cairn.info en PDF

 

 

Israel et la Turquie unis par les programmes de recherche européens.

La Turquie est membre de l’initiative européenne Eureka. Tout comme Israël qui en est d’ailleurs l’une des locomotives.


Eureka catalyse les innovations technologiques en organisant le financement public de projets de R & D menés par des entreprises et des instituts de recherches.

Depuis 1985, 3000 projets ont été labellisés par Eureka, représentant 22 milliards d’euros (public + privé). Les entreprises et les centres de recherches des 37 pays associés à  l’initiative Eureka en ont  bénéficié.


Au sein d’Eureka,  certains axes de rapprochements se sont esquissés. Par exemple, entre la France et Israël qui ont réalisé un nombre record de projets dans tous les secteurs. Israël et la Turquie ont également  très vite vu l’intérêt de coopérer au sein de ce programme. Notamment sur les NTIC, les biotechnologies, les technologies agricoles et l’automobile.

Le 17 mai 2010 dernier (il ya une quinzaine de jours) Israël et la Turquie – via leurs agences respectives Matimop et Tübitak- ont lancé leur 4ème appel à projets dans le cadre d’Eureka. “En raison du succès exceptionnel des appels d’offres précédents” est-il précisé. L’objectif est de développer des produits et des solutions présentant un fort potentiel pour les marchés israéliens et turcs.

La dotation de ce 4ème «call» est de 6 millions d’Euros. Les projets devant être soumis avant le 15 juillet 2010. Cependant les entreprises turques et israéliennes peuvent également soumissionner pour un deuxième programme européen appelé Eurostars, plus contraignant en terme de règlement, mais qui présente l’avantage d’offrir aux entreprises retenues un financement sous forme de subventions.


Le Tübitak turc est rattaché aux services du premier ministre.  Cette agence gouvernementale est désignée comme «Conseil pour la recherche scientifique et technologique». Elle est le bras opérationnel du Conseil suprême pour la science et la technologie (BYTK) qui est la plus haute instance turque en matière de science et technologie. Plus de 1000 chercheurs travaillent dans 15 instituts de recherche sous  sa supervision.

Le Tübitak est également le coordinateur national du 7ème PCRDT, le programme stratégique de recherche européen (doté de 50 milliards d’Euros pour l’édition en cours) dont Israël est membre à part entière. Israël et la Turquie sont par exemple tous les deux associés à la plus importante initiative de recherche dans le domaine des semi-conducteurs : le programme “CATRENE”.

Ce cluster regroupe plus d’une centaine de partenaires européens ; PMEs technologiques et grands groupes.. Les enjeux de ces recherches sont éminemment stratégiques puisqu’il s’agit entre autre de booster la nano-électronique européenne. Les percées en nano-électronique constituant la clé du développement des technologies de l’information.

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

 

 

 

Coopération de défense franco-israélienne: Le non-scoop.

 

Rappel des faits en 8 points.

1) La coopération de défense franco-israélienne est ancienne, officielle et transcende les clivages politiques. Les accords bilatéraux ont été réaffirmés par les gouvernements successifs. Par exemple : signature en Mars 1994 (sous mandat de François Mitterrand) de l’Accord franco-israélien relatif à la recherche de défense.  Autre exemple en Avril 2000 (sous gouvernement Jospin) signature du Memorandum Of Understanding sur la coopération technologique et industrielle en matière de défense.

2) Le Canard Echaîné révèle dans son édition du 2 juin 2010 une discrète coopération militaire franco-israélienne (sic).  Portant notamment sur des échanges techniques en matière de guerre électronique, de lutte de contre-guérilla et de lutte contre les attentats à l’explosif, appliqués à l’Afghanistan.

3) Pour mémoire, la France a engagé plusieurs milliers d’hommes en Afghanistan. La principale menace sur le terrain, comme le rappelle le site Secret défense de Libération sont les engins explosifs improvisés (IED) de plus en plus puissants. L’un moyen de prévention contre ce danger est l’échange de retex (retour d’expérience) inter-armées.

4) La coopération franco-israélienne a  donc été annoncée publiquement à de nombreuses reprises depuis un an dans divers media y compris le site officiel de l’ambassade de France à Tel-Aviv. Voir la revue de presse de l’ambassade de France datée du 18 février 2010. Autre exemple, le site spécialisé TTU a publié en mars dernier une information détaillée sur la question.

5) Parallèlement, la France a lancé une consultation pour l’acquisition d’un nouveau missile destiné à équiper ses troupes en Afghanistan. L’an dernier la solution israélienne a été short-listé en raison de ses capacités techniques supérieures. Ce matériel équipe déjà la plupart des armées européennes en co-production. La communication sur cet épisode non-confidentiel est abondante dans la presse spécialisée et générale.

6) Le site Israelvalley dans son édition d’hier s’interroge sur les raisons de la publication cette semaine de l’information par le Canard. Citation : La raison est assez simple : des acteurs Français tentent de faire dérailler la fructueuse et assez récente (?) coopération militaire France -Israël. Par ailleurs Israelvalley précise qu’en Israël la censure militaire n’autorise pas la presse à traiter des détails de cette coopération.

7) La rencontre l’an dernier à Paris entre le chef d’état-major israélien et ses homologues américain et français, respectivement l’amiral Michael Mullen et le général Jean-Louis Georgelin, a été largement couverte par les médias. La rencontre portait sur la préparation de l’exercice “Juniper Cobra” du 21 octobre 2009 et la lutte anti-terroriste internationale.  Le projet d’exercices conjoints a été annoncé dans la presse à cette époque. Une deuxième rencontre au sommet, confirmant la première, s’est déroulée fin janvier à Bruxelles dans le cadre  de la session des chefs d’état-major de la défense (CEMD).

8) En octobre dernier toujours sur la base de sources supposées sûres, le Canard annonçait des opérations militaires en Iran après décembre 2009. Nous sommes en juin.

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

 

Israël-Turquie: le choc des mots, le poids du militaire.

 

Survol des relations économiques israelo-turques en 10 points.

1) Israel et la Turquie ont signé un accord de libre-échange en 2000.

2) Les échanges entre Israel et la Turquie ont plus que triplé en 10 ans.

3) Volume des échanges commerciaux entre Israel et la Turquie  = volume des échanges franco-israéliens.

4) Toutefois les exportations turques vers Israel ne représentent que 1.5 % des exportations globales de la Turquie (Montant total des exportations turques en 2009 =102 milliards de $).

5) Israel n’est que le 17 ème client de la Turquie (Bureau des statistiques turc).

6) Même si la Turquie est l’une des principales destinations des touristes israéliens – à fort pouvoir d’achat- ceux-ci ne représentent que 1 % des 27 millions de visiteurs annuels en Turquie (ministère du tourisme turc). Pour un touriste israélien, la Turquie accueille 16 touristes allemands (Bloomberg/ Business Week).

7) L’une des menaces les plus sérieuses porte sur l’annulation de projets civils stratégiques estimés à $20 milliards de dollars dans plusieurs secteurs clés pour les deux pays : l’énergie (Projet de pipe-line Blue Stream 2. Ou encore le projet de centrale israélienne à 1 milliard de dollars co-développé par la société turque Zorlu Energy Group dans le sud d’Israel); secteur de l’eau (projet Manavgat ), des communications (câble fibre optique) ou encore les grands projets d’agri-technologies. (Source : le quotidien turc Vatan cité par Bloomberg).

8 ) Mais le véritable problème pour la Turquie serait la disparition du  marché des équipements militaires avec Israel (JP Morgan cité par Business Week).

9) Les deux tiers du commerce turc avec Israel repose en effet sur des commandes militaires sensibles. Exemples de contrats : Modernisation de chars M-60 pour plus de 600 millions de dollars; Modernisation de 300 hélicoptères pour 57 millions de dollars;  Contrat pour la modernisation d’avions de chasse: 850 millions de dollars; Commande de 10 avions sans pilote (uav) Heron  à IAI pour un montant de 180 millions de dollars. (source turque : http://www.hurriyet.com)

10) Les échanges ne s’arrêtent pas à de simples opérations d’import-export militaires mais s’étendent à des alliances pour la pénétration de marchés tiers. Comme la vente de chars à la Colombie. Defense News présente ainsi la stratégie développée par la joint-venture militaire entre Israel Military Industries (IMI ) et la société de défense turque Aselsan avec quelques apports technologiques allemands. Le consortium israélo-turc est engagé dans la vente à Bogota de chars M 60A1 améliorés. IMI a produit l’électronique et Aselsan l’assemblage. Résultat : un tank à la pointe de la technologie mondiale et deux fois moins cher que les MIA2 Abrams américains, les  Leopards allemands ou même le Merkava Mk4.

 

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

 

 

IMI Delivers the last of 170 Upgraded M-60A1 to the Turkish Army

 

Israel Military Industries (IMI) has delivered the last of 170 upgraded M-60A1 tanks to the Turkish Army. April 7, 2010, at an official ceremony held at the 2nd Turkish Army Depot at Kayseri, Turkey - the location in which the tanks underwent upgrading work in recent years. IMI is the prime contractor for the $687.5 million project, considered to be one of the world's largest tank upgrade programs, bringing the M60A1 tank to level of the world's leading main battle tanks. (more... )

http://defense-update.com/features/2010/april/turkish_tank_15042010.html

20:56 | Lien permanent | Commentaires (0) |

22/05/2010

DHKP-C : la Cour de cassation rejette le pourvoi de l’État turc

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi introduit par l’État turc contre l’arrêt de la cour d’appel de Bruxelles dans le cadre du procès du DHKP-C.

 

DHKP-C : la Cour de cassation rejette le pourvoi de l’État turc

Musa Asoglu et Dursun Kartaf et un autre membre du DHKP-C, Belga


Pour le parquet général, le pourvoi devait être rejeté car le mémoire de cassation avait été déposé trop tardivement et parce que les demandes des parties civiles avaient été rencontrées entièrement. L’arrêt de la Cour de cassation met un terme à une saga juridique longue de 11 ans.

En septembre 1999, la police a découvert au cours d’une perquisition dans un appartement à Duinbergen du matériel suspect dont des armes, des munitions, des passeports turcs ainsi que du matériel de propagande du mouvement d’extrême gauche turc DHKP-C.

Après une année d’enquête, le parquet fédéral a poursuivi six suspects pour association de malfaiteurs, appartenance à une organisation criminelle et pour terrorisme.

Les six prévenus ont été condamnés à des peines sévères par la Cour d’appel de Gand, puis acquittés par la Cour d’appel d’Anvers, après un pourvoi en cassation, pour finalement comparaître devant la Cour d’appel de Bruxelles, l’arrêt ayant à nouveau été cassé.

En décembre 2009, la Cour d’appel de Bruxelles a condamné uniquement Asoglu, Saz et Erdal pour association de malfaiteurs. Les préventions d’organisation criminelle et de terrorisme ont été écartées.

Asoglu, Saz en Erdal ont été condamnés à des peines de trois et deux ans de prison avec sursis.

L’État turc, qui s’était constitué partie civile, s’était à nouveau pourvu en cassation.

(D’après Belga)

Le Soir.be - 18/05/2010

 

 

19:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |

27/05/2009

criminalisation de l’action militante ?

Une demi-douzaine de policiers parisiens agissant, semble-t-il, pour la section antiterroriste du parquet de Paris ont effectué hier, à 6 h 30, une perquisition au domicile privé, avenue de Colmar à Mulhouse, d’un des responsables du centre culturel kurde de la ville. Cet homme était absent, pour des raisons professionnelles. Son fils et un neveu, âgés de 21 et 22 ans, ont été interpellés, et amenés directement à Paris, sans être passés par le commissariat central de Mulhouse. Le parquet de Mulhouse a confirmé avoir été informé d’une opération nationale de la section antiterroriste.
Selon des informations recueillies hier dans la communauté kurde de Mulhouse, les policiers ont saisi, lors de la perquisition, un portrait d’Abdullah Ocalan, l’ancien chef des rebelles séparatistes kurdes du PKK (le parti des travailleurs kurdes), détenu en Turquie, ainsi qu’un drapeau kurde.
Ces mêmes sources ont indiqué que les policiers parisiens évoquaient, lors de la perquisition d’hier à Mulhouse, des violences lors de la manifestation contre l’Otan le 4 avril dernier à Strasbourg, manifestation à laquelle les deux jeunes gens arrêtés auraient participé « de manière pacifique. » Une dépêche de l’Agence France Presse, citant une source judiciaire parisienne, indiquait que les deux cousins sont soupçonnés d’avoir jeté des cocktails Molotov contre un bâtiment de la délégation permanente turque au Conseil de l’Europe à Strasbourg, en octobre 2008.
Les deux jeunes gens ont été placés en garde à vue dans les locaux de la sous-direction antiterroriste à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine.
Dans un communiqué, Yvan Zimmermann, tête de liste du NPA aux élections européennes dans la région Est, a dénoncé hier « cette criminalisation de l’action militante » par le gouvernement, qui « essaie, cette fois encore, de faire un lien entre une association kurde à but culturel et des violences. »


J.-M.S.

http://www.lalsace.fr/fr/region/alsace/article/1526420,208/Mulhouse-Deux-Kurdes-arretes-par-la-police-antiterroriste.html

 

 

 

11:11 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu